Communique: Ce que l’élimination de Soleimani implique pour Israël – (Janvier 10,2020)

Citation de la Semaine

« L’arrogance précède la ruine, l’orgueil précède la chute » 
Danièle et Stefan Satrensky

Major General Qassem Soleimani at the International Day of Mosque (Source:Wikipedia)

Articles Suggérés

Israël: l’appareil militaire en état d’alerte après la mort de Qassem Soleimani
i24NEWS,03 janvier 2020

Soleimani, tué par les États-Unis en Irak était le pire ennemi d’Israël
infos-israel.news, 03/01/2020

En cas d’attaque de l’Iran, l’Otan ne défendra pas Israël a déclaré le secrétaire général de l’Alliance
tel-avivre.com/, 3 juin 2018

Actualité 

 

Israël: l’appareil militaire en état d’alerte après la mort de Qassem Soleimani

i24NEWS,03 janvier 2020

Tsahal a ordonné la fermeture d’une station de ski sur le Hermon, redoutant des représailles

Le ministre israélien de la Défense, Naftali Bennett, a convoqué vendredi matin une réunion avec les principaux responsables des services de sécurité au quartier général de Tsahal à Tel-Aviv pour procéder à “une évaluation de la situation”, après l’élimination de l’influent général iranien Qassem Soleimani par les Etats-Unis en Irak.

Un peu plus tôt, l’armée a ordonné la fermeture d’une station de ski sur le Mont Hermon près de la frontière syrienne, redoutant des représailles iraniennes.

Le site avait déjà été la cible de roquettes tirées depuis la Syrie par des milices proches de Téhéran.

Le Pentagone a confirmé jeudi soir que les États-Unis avaient tué Soleimani lors d’une frappe aérienne ayant visé un convoi de véhicules dans l’enceinte de l’aéroport de Bagdad.

“Sur ordre du président, l’armée américaine a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel américain à l’étranger en tuant Qassem Soleimani, le chef de la force Qods des Gardiens de la révolution, une organisation terroriste étrangère désignée par les États-Unis”, a indiqué le ministère américain de la Défense dans un communiqué.

Le porte-parole des Forces de mobilisation populaire irakiennes a affirmé qu’Israël et les États-Unis étaient à l’origine de l’attaque.

L’appareil sécuritaire iranien a convoqué vendredi une réunion d’urgence après la mort du “martyr” Soleimani, a rapporté l’agence de presse iranienne ISNA.

Les milices pro-iraniennes installées en Syrie ont tiré ces dernières années des dizaines de missiles sur Israël, bien que peu d’entre eux aient réussi à atteindre le territoire israélien, selon Tsahal.

Soleimani était considéré par Israël comme le principal instigateur de ces tirs de missiles.

Cliquez sur le lien
___________________________________________________________

 

Soleimani, tué par les États-Unis en Irak était le pire ennemi d’Israël

infos-israel.news, 03/01/2020

Hajj Qasem, le « commandant fantôme », « l’ennemi le plus dangereux » d’Israël, Qasem Soleimani, a été tué en Irak avec son principal disciple Abu Mahdi al-Muhandis. Un raid aérien près ou à l’aéroport international de Bagdad visait une caravane de véhicules avec les hommes qui s’y trouvaient, quelques jours seulement après que ses partisans aient pris d’assaut l’ambassade des États-Unis et écrit  « Soleimani est notre leader » sur ses murs. Le président des États-Unis, Donald Trump, a approuvé la frappe aérienne. Le Pentagone a confirmé que les États-Unis ont tué le chef iranien de la Force Quds. Les États-Unis ont déclaré que l’Iran était responsable de la mort de 608 soldats américains pendant la guerre en Irak. L’impensable s’est produit. L’homme derrière la campagne d’hégémonie régionale de l’Iran, qui commandait la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique, a été attaqué. Cette fois, contrairement à toutes les fois précédentes où il s’était échappé, la tâche a été accomplie avec succès.

Les rapports sont apparus après quatre heures du matin, heure de l’Irak. Une mystérieuse attaque aérienne près de l’aéroport avait provoqué des rumeurs de sa fermeture quelques heures plus tôt. A cette époque, il y avait deux vols entrants. Un vol de Pegasus et de l’Irak. Trois ou quatre roquettes ont frappé près de l’aéroport. Il a été signalé que les hélicoptères américains avaient survolé la zone à distance.

Il semble qu’un tweet énigmatique du secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, ait annoncé la politique américaine de lancer des attaques préventives contre les adversaires iraniens ou leurs représentants. «À l’Iran et à ses représentants des milices: nous n’accepterons pas les attaques continues contre notre personnel et nos forces dans la région. Les attaques contre nous seront répondues dans le temps, la forme et le lieu que nous choisissons. Nous exhortons le régime iranien à mettre fin aux activités perverses. »

On ne sait pas si les États-Unis ont agi seuls ou qui d’autre pourrait être responsable du raid aérien. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait appelé les dirigeants du Moyen-Orient pour réaffirmer leur soutien et discuter de la stratégie. Il a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le prince héritier des Émirats arabes unis Mohammed bin Zayed Al Nahyan et le prince héritier Mohammed Bin Salman en Arabie saoudite. Il a également appelé les dirigeants irakiens et le Qatar. Il a averti Muhandis ainsi que Qais Khazali, un chef de milice chiite que les États-Unis allaient agir. Il a ensuite mis en garde les dirigeants des Unités de mobilisation populaire soutenues par l’Iran, Hadi al-Amiri et Faleh al-Fayed.

Muhandis était responsable de l’attaque contre les forces américaines à K-1 le 27 décembre qui a entraîné la mort d’un entrepreneur américain. Il est responsable des attaques contre les Américains depuis les années 1980. Qais Khazali est également responsable des attaques au Camp Cropper en 2007. Mais c’est Muhandis qui a toujours été à la tête du puissant soutien iranien à un réseau de milices de la région qui ont aidé à orienter cette politique. Muhandis a joué un rôle déterminant dans le soutien du Hezbollah et a travaillé en étroite collaboration avec Imad Mughniyeh du Hezbollah dans le passé. Mughniyeh a été tué en 2008.

Il est difficile d’estimer la réponse de l’Iran, mais le régime voudra répondre non seulement à cette attaque mais aussi à la première attaque américaine du 29 décembre qui a tué deux douzaines de membres du Kataib Hezbollah. Cette série de cinq frappes aériennes en Irak et en Syrie est maintenant éclipsée, mais elle était importante car elle montrait que les États-Unis agiraient contre les attaques de l’Iran.
Depuis mai 2019, l’Iran attaque non seulement les États-Unis mais également Israël, l’Arabie saoudite et les pétroliers de la région. L’Iran a abattu un drone américain et envoyé des représentants en Irak pour tirer des roquettes au moins 12 fois sur des bases américaines. Ces attaques à la roquette ont été dirigées contre des installations clés telles que la zone verte, le camp de Taji, la base d’Assad et Balad et Qayarrah. L’Iran a également tiré des roquettes sur Israël en janvier, Septembre et novembre 2019. Il a attaqué l’installation d’Abqaiq en septembre avec un essaim de drones. Il a également envoyé Kataib Hezbollah attaquer l’Arabie saoudite en mai et établir des bases et des réseaux de trafic d’armes dans tout l’Iraq. En Syrie, l’Iran a construit une nouvelle base appelée Imam Ali à la frontière syrienne avec l’Irak.

En résumé ´: les activités de l’Iran en 2019 se sont accélérées et représentaient une menace croissante pour l’Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen, ainsi qu’une menace le long de 3 000 milles de ligne de front depuis la frontière libanaise avec Israël jusqu’au golfe d’Oman et au Yémen. Qasem Soleimani a joué un rôle clé dans la construction des menaces de l’Iran dans ce sens. Muhandis était, comme son nom l’indique, l’ingénieur qui a contribué à renforcer le rôle de l’Iran en Irak et également en Syrie.
Ces hommes, Qasem Soleimani, Muhandis et leur réseau, étaient personnellement austères et frugaux. Ils s’habillaient presque tous les jours sans être ornés de médailles. Ils faisaient partie de la population civile et faisaient partie de leurs hommes. Ils étaient souvent raffinés dans leurs manières. Les vidéos de Muhandis le montrent détendu, allongé sur le sol pour une sieste de quelques secondes et parlant doucement. Ces hommes représentaient une menace dangereuse non pas en raison de leurs bluffs, mais en raison de leur caractère pratique et des décennies au cours desquelles ils ont perfectionné leurs compétences.

Qasem Soleimani est né en 1957, Muhandis en 1954. Ils étaient dans la vingtaine pendant la révolution islamique iranienne. Cela en a fait un moment de formation dans leur vie et la révolution a guidé leur vie depuis. Pour eux, les États-Unis et Israël étaient les principaux ennemis. Ils étaient la «résistance». De plus, l’Arabie saoudite et d’autres pays étaient ses ennemis. Mais ils ont concentré leur zèle sur l’élimination des puissances occidentales et la promotion des intérêts de l’Iran et de ceux d’une communauté chiite plus large alignée sur l’Iran.

Dans les années 80, Muhandis et ses semblables ont soutenu le terrorisme contre les installations diplomatiques américaines du Koweït au Liban. C’était son champ d’opérations. Cela leur a pris du temps, mais ils ont construit des franchises comme le Hezbollah au Liban et le Kataib Hezbollah en Irak. Ce n’est qu’après 2010 que leurs rêves pourront enfin se réaliser. Après le printemps arabe et le chaos déchaîné, ils ont mobilisé les hommes pour faire face à la menace de Daech et ont rempli leur vide avec leurs propres bases et combattants. C’est ainsi que le Kataib Hezbollah d’Irak s’est retrouvé en Syrie avec le Hezbollah.

Ce n’est qu’au cours des deux dernières années que son rêve d’un Moyen-Orient dominé par l’Iran s’est réalisé. Ils étaient arrogants. Ils avaient le genre d’arrogance dont ils accusaient l’Occident. Qasem Soleimani était plus dans l’ombre et Muhandis plus apparent. Ils ont agi en tant que chefs d’État. Ses milices en Irak, appelées unités de mobilisation populaire (PMU), semblaient dominer non seulement les forces de sécurité mais aussi le parlement. Ils avaient le deuxième parti en importance en Irak et avaient accès à 300 000 hommes qu’ils avaient recrutés. La plupart d’entre eux étaient de jeunes chiites qui voulaient combattre Daesh. Ce qui importait, c’était un plus petit groupe d’hommes dans les brigades PMU. Ils ont stocké des munitions et depuis août 2018, ont déplacé des missiles balistiques iraniens à travers l’Irak vers la Syrie. En Syrie, ils ont construit un réseau de bases de l’Imam Ali au T-2, T-4 et autres. Ce réseau visait à déplacer des munitions à guidage de précision vers le Hezbollah au Liban. Il a également tenté d’importer la défense aérienne, le 3e système de Khordad, en avril 2018. Israël en a évité plus d’une.

Pour Qasem Soleimani et Muhandis, tout allait bien en décembre, même lorsque la rhétorique américaine a augmenté. Ils ne pensaient pas que les États-Unis réagiraient de manière décisive, comme le menaçait Pompeo. Ils avaient vu le conseiller à la sécurité nationale John Bolton et d’autres faucons  partir. Le président américain, Donald Trump, a été jugé isolationniste. Ils ont tenté de faire pression sur les États-Unis, par des attaques dans le Golfe et contre l’Arabie saoudite, puis contre les forces américaines. Les États-Unis ont déclaré que depuis octobre il y avait eu 11 attaques contre leurs bases.

Enfin, après le massacre et les attentats qui ont blessé les Américains le 27 décembre, les États-Unis ont agi.
Le Kataib Hezbollah a répondu le 29 décembre par l’attaque de l’ambassade américaine. Travailler avec le commandant de l’organisation Badr, Hadi al-Amiri, qui joue un rôle au sein de l’UGP et du Parlement, a ouvert les portes de la zone verte et les membres de l’UGP ont pris d’assaut l’ambassade. Ils ont écrit « Soleimani est mon chef » dans la caserne.

Quarante-huit heures plus tard, Qasem Soleimani  et Muhandis ont été attaqués lors d’un raid aérien près de l’aéroport. C’est une fin appropriée pour les hommes qui pensaient qu’il n’y aurait pas de réponse aux provocations. Ce sera un coup dur pour leurs organisations et leur réseau, car tuer Mughniyeh a été un coup dur. Mais ils ont encore des cadres et des loyalistes. Qais Khazali, Hassan Nasrallah et Hadi al-Amiri sont toujours en Irak et au Liban. L’IRGC d’Iran a des responsables puissants et a développé une nouvelle technologie pour les drones et les missiles. Les États-Unis ont envoyé un message fort qu’ils n’oublieront pas, car les USA ne toléreront le meurtre d’Américains.

Article de SETH J. FRANTZMAN dans The Jerusalem Post | Traduit par : Infos Israël News

Cliquez sur le lien

_________________________________

 

En cas d’attaque de l’Iran, l’Otan ne défendra pas Israël a déclaré le secrétaire général de l’Alliance

tel-avivre.com/, 3 juin 2018

Selon un article de Ynet, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN a déclaré samedi au journal allemand Der Spiegel  que l’organisation  ne viendrait pas en aide à Israël en cas d’attaque de son ennemi juré: l’Iran…
La raison invoquée par Jens Stoltenberg: « Israël n’étant que partenaire mais pas membre de l’Otan, il ne peut bénéficier des garanties sécuritaires de l’organisation » a expliqué  le secrétaire général de l’OTAN en précisant également que « l’OTAN n’est pas impliquée dans les efforts de paix au Moyen-Orient ou dans les conflits dans la région ».

Les propos de Jens Stoltenberg interviennent dans le contexte de récents affrontements entre Israël et l’Iran sur les hauteurs du Golan alors que Israël et la Russie auraient conclu un accord prévoyant le retrait des forces iraniennes et du Hezbollah du Golan, laissant ainsi seules, les troupes  du président syrien Bashar Assad  dans la région frontalière entre Israël et la Syrie. Selon un article paru dans le journal Asharq Al-Awsat, basé à Londres, les forces iraniennes et le Hezbollah devraient d’abord retirer leurs forces à 20 kilomètres de la frontière puis plus tard à 60 et 70 kilomètres, la Russie soulignant  un processus graduel. Ainsi l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, basé en Grande-Bretagne, a rapporté jeudi que les troupes iraniennes et les membres du groupe libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran, s’apprêteraient à se retirer du sud de la Syrie mais un responsable iranien basé en Syrie aurait déjà démenti….

Tel-Avivre  

Cliquez sur le lien

____________________________________________________________

 

 Actualité   

 

USA/Attaque de Monsey: le suspect inculpé de tentative de meurtre
i24NEWS, 03 janvier 2020

L’auteur de l’attaque avait exprimé ses idées antisémites dans des écrits personnels

L’individu accusé d’avoir poignardé cinq personnes dans la maison d’un rabbin samedi dernier a été inculpé de six chefs d’accusation pour tentative de meurtre, a confirmé son avocat à NBC.

Les 10 plus gros accords high-tech de la décennie en Israël

 

Véhicules autonomes, puces livrant des informations plus rapidement ou robots chirurgicaux, le Times of Israel fait le bilan des plus grandes acquisitions

SHOSHANNA SOLOMON.

Times of Israel,1 Janvier 2020

Pour fêter la fin de la décennie – une période de boom pour l’industrie technologique israélienne – le Times of Israel a décidé de vous présenter la liste des dix plus importants accords d’acquisition dans le secteur high-tech ces dix dernières années.

Selon les données compilées par PwC Israel, l’Etat juif a connu 587 exits – définis comme offres publiques initiales de participation ou d’actions, ou fusion-acquisition des start-ups israéliennes – au cours des dix dernières années pour un montant total de 70 milliards de dollars.