Communique: Israël nest pas le Seul État à Empêcher ses Ennemis D’entrer sur son Territoire  (Aout 23,2019)

Rep. Ilhan Omar (D-MN05)
(Source: Wikipedia)
Citation de la Semaine

J’ai placé trop de virgules là où j’aurais dû mettre des points

Articles Suggérés

 

Omar et Tlaib Empêchées à Juste Titre de se Rendre en Israël- Michael Goodwin

New York Post, August 17, 2019

 

Le Député Européen José Bové Interdit D’entrer au Canada
Marie-Claude Lorite et Louis- Samuel Perron

La Presse, 12 Octobre 2016

 

L’ex-Président Catalan Carles Puigdemont interdit d’entrée au Canada

Le Figaro, 29/04/2019

 

APERÇU DE L’ACTUALITÉ

 

Omar et Tlaib Empêchées à Juste Titre de se Rendre en Israël
Michael Goodwin,

New York Post, August 17, 2019

De prime abord, la décision d’Israël de bloquer les représentants Ilhan Omar et Rashida Tlaib semblait être une erreur. Ma réaction instinctive a été que le geste donnerait simultanément l’impression qu’Israël était faible et permettait aux critiques de prétendre que cet incident prouvait que l’État juif n’avait aucun intérêt pour la paix avec les Palestiniens.

Cela n’a pas aidé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait initialement annoncé que les deux démocrates pourraient se rendre en visite malgré leur soutien au mouvement BDS, qu’Israël a interdit. Quand il est devenu évident que Netanyahou avait annulé sa décision à la demande du président Trump, la situation semblait aller de mal en pis.

Les États-Unis et Israël semblaient avoir commis une erreur. Ou alors j’ai pensé.

Ensuite, les faits et l’histoire ont eu leur mot à dire. Maintenant, je crois que Trump et Netanyahu ont pris la bonne décision.

Ils n’avaient pas de bonnes options et choisissaient le moindre de deux maux.

Premièrement, les faits deviennent plus clairs. Nous savons maintenant qu’Omar et Tlaib ont rejeté les invitations à voyager avec d’autres membres du Congrès des deux partis. L’AIPAC a organisé des voyages pour donner aux nouveaux membres des informations sur les questions de sécurité et inclure les perspectives politiques du gouvernement et des critiques.

Les groupes du Congrès qui se trouvaient là-bas la semaine dernière, par exemple, ont rencontré des dirigeants israéliens et des Palestiniens en Cisjordanie. Pourquoi cela n’est-il pas suffisant pour Tlaib et Omar, les deux premières femmes musulmanes élues au Congrès?

En plus de vouloir y aller seuls, elles auraient refusé toute réunion du gouvernement et Netanyahu a déclaré que son itinéraire ne mentionnait que la «Palestine», un pays qui n’existe pas et qui est souvent utilisé pour nier le droit d’Israël à exister.

Selon le National Review, le groupe qui a planifié le voyage d’Omar et Tlaib, le MIFTAH, gère un site Web qui publie des articles antisémites et célèbre les terroristes palestiniens, dont plusieurs ont assassiné des enfants juifs. Le lien garantit que le voyage aurait été un assaut sans escale sur Israël.

Cela aurait également pu conduire à la violence. Les deux femmes avaient prévu de se rendre à la mosquée Al-Aqsa, située au sommet de l’enceinte, connue sous le nom de sanctuaire noble pour les musulmans et de mont du Temple pour les Juifs, où des affrontements ont eu lieu la semaine dernière entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens.

Omar et Tlaib auraient probablement fait des déclarations provocantes là-bas, poussant certains Israéliens à craindre une plus grande vague de violence. Pourquoi prendre cette chance?

Un dernier fait marquant l’incident est le comportement étrange de Tlaib à l’égard de son désir supposé de rendre visite à des parents en Cisjordanie.

Après le rejet de Netanyahu, elle a fait appel au ministre israélien de l’Intérieur, Aryeh Deri, pour obtenir l’autorisation de se rendre pour des raisons humanitaires, citant sa grand-mère âgée. «Cela pourrait être ma dernière occasion de la voir», a écrit Tlaib. “Je respecterai toutes les restrictions et ne ferai pas la promotion des boycotts contre Israël lors de ma visite.”

À ces conditions, Israël a autorisé Tlaib à rendre visite à sa famille.

Mais lorsque la nouvelle de l’accord a été rendue publique, des membres de la gauche l’ont accusée de céder à Israël. Immédiatement, Tlaib a fait marche arrière et a attaqué Israël, tweetant que les conditions acceptées étaient «humiliantes» et ajoutant: «J’ai décidé que rendre visite à ma grand-mère dans ces conditions oppressives allait à l’encontre de tout ce en quoi je crois – lutter contre le racisme, l’oppression et l’injustice».

Deri a tout à fait bien compris en concluant que la «haine d’Israël de Tlaib l’emportait sur son amour pour sa grand-mère».

L’histoire prouve qu’Israël est souvent tenu au double standard, et cette affaire n’est pas différente. Presque toutes les nations interdisent l’entrée à ceux qui le souhaitent, mais c’est un incident international quand Israël le fait.

Les dénonciations des suspects habituels rappellent qu’Israël n’aurait aucun crédit s’il avait ouvert ses portes. Tlaib et Omar n’allaient pas de bonne foi.

Pourquoi le fardeau qui incombe à Israël de les accueillir? En d’autres termes, quand le suicide est-il devenu une vertu?

Le fait que les deux soient membres du Congrès ajoute une complication, mais pas assez grande pour surmonter leur longue virulence et le potentiel de violence. Elles détestent Israël et ont fait des déclarations antisémites.

De plus, le mouvement BDS qu’elles soutiennent ne concerne pas en définitive les frontières. Il s’agit de l’existence d’Israël.

Rien de tout cela ne suggère que la politique n’est pas un facteur. Trump veut faire de Tlaib et Omar le visage des démocrates et voit dans la visite prévue une occasion de tracer un contraste et de mettre en lumière la façon dont les Dems ont peur de les affronter.

Et il a réussi, comme en témoigne la façon dont la présidente Nancy Pelosi a mordu à l’hameçon en condamnant Trump et Netanyahu pour l’incident.

Encore une fois, Pelosi a le dos en arrière. Elle devrait dénoncer Tlaib et Omar pour avoir formé un partenariat avec des antisémites au lieu de prendre parti pour elles. Peut-être que pour une fois, elle pourrait mettre le principe sur la fête.

Il est possible que cette interdiction fasse mal à Netanyahu aux prochaines élections israéliennes, qui devraient se rapprocher à la limite du rasoir. Les critiques nationaux s’opposent, affirmant que cette décision sape les efforts d’Israël pour adopter une approche bipartite à l’égard de l’Amérique, afin que la relation ne dépende pas du parti qui détient le pouvoir à Washington.

Pourtant, l’interdiction ne crée pas de problème pour Israël, mais reflète l’existence d’un problème. Les équilibres dans les deux partis américains antérieurs à cet incident sont en train de défaire le juste équilibre.

Dems, à l’instar de l’ancien président Barack Obama, critique sévèrement Israël, reste muet sur les attaques palestiniennes et croit qu’il faut courtiser l’Iran, qui menace de rayer Israël de la carte.

Trump, d’autre part, a pris des mesures sans précédent en faveur d’Israël. Il a déplacé notre ambassade à Jérusalem et a reconnu l’annexion par Israël du plateau du Golan. Il fait face à l’Iran après s’être retiré du pacte nucléaire et prépare un plan visant à régler les problèmes palestiniens.

Face à tout cela, les Palestiniens refusent de parler à l’administration et maudissent le président et sa famille. C’est le côté que Tlaib et Omar ont choisi, et elles sont responsables de leurs conséquences.

_______________________________________________

Le Député Européen José Bové Interdit d’entrer au Canada

Marie-Claude Lortie et Louis Samuel Perron
La Presse, 12 octobre 2016

Le député écologiste au Parlement européen José Bové sera expulsé du Canada mercredi par l’Agence des services frontaliers du Canada, a confirmé l’élu français à La Presse, en fin de soirée. Les douaniers auraient invoqué ses coups d’éclat passés contre le géant McDonald’s, notamment, il y a une quinzaine d’années, pour justifier sont interdiction d’entrer au pays.

Le militant altermondialiste et opposant au traité de libre-échange avec l’Union européenne était coincé aux douanes de l’aéroport Montréal-Trudeau depuis 15h30. Il devait participer ce soir à une discussion sur le libre-échange au Centre Saint-Pierre à Montréal.

«Il avait pris un visa électronique comme moi, moi je suis passé, pas lui, et personne ne lui a encore expliqué pourquoi», a expliqué Jean-Marc Desfilhes, son attaché politique, qui arrivait de France avec M. Bové.

«C’est extrêmement curieux, a ajouté M. Desfilhes. En Europe il est un de ceux qui s’expriment le plus fortement contre le traité avec le Canada et là il est bloqué à la frontière. Il y a forcément quelque chose de politique.»

M. Bové le pense aussi. «#Canada Bloqué depuis 3 h à l’aéroport de Montréal. Les opposants au #CETA ne sont pas les bienvenus dans ce pays», a-t-il publié sur le réseau Twitter vers 19h.

«Il attend dans une salle. Deux personnes examinent son dossier. Il aimerait qu’on lui donne une raison et savoir s’il doit repartir ou pas», a expliqué M. Desfilhes, en début de soirée, avant que la décision ne tombe. L’attaché de M. Bové a ajouté qu’on lui avait posé des questions sur son passé, ses condamnations au sujet de ses actions contre les OGM et le libre-échange notamment. «Mais il n’a pas de casier, pas de problème avec la justice, c’est un élu du Parlement européen, il a un visa…»

La discussion sur le traité de libre-échange où il devait parler est allée de l’avant quand même. «Mais c’est quand même paradoxal qu’il soit bloqué à la frontière alors qu’il est ici pour parler de libre-échange», a commenté Sujata Dey, porte-parole du Conseil des Canadiens, l’organisme qui a invité M. Bové.
_____________________________________
L’ex-Président Catalan Carles Puigdemont interdit d’entrée au Canada

Le Figaro, 29/04/2019

L’ex-président catalan Carles Puigdemont s’est vu refuser en mars l’entrée au Canada, où il avait été invité par une organisation indépendantiste québécoise, a indiqué lundi l’avocat canadien le représentant.
«On conteste cette décision, que l’on juge évidemment déraisonnable», a dit à l’AFP Me Stéphane Handfield, qui a déposé lundi une requête devant la Cour fédérale du Canada à Montréal. Selon l’avocat, Carles Puigdemont avait demandé et obtenu en février une «autorisation de voyage électronique» (AVE), permission pour voyager au Canada que doivent obtenir les ressortissants des pays dispensés de visa d’entrée.

Alors que «son voyage était prévu pour le 2 avril», «un agent du ministère (de l’immigration) lui a envoyé» le 31 mars, un dimanche, «un courriel l’informant que son AVE avait malheureusement été révoquée, sans plus d’explications», a précisé Me Handfield. «Ce n’est pas une question politique» qui a mené à la décision de révoquer l’AVE de Carles Puigdemont, a affirmé à l’AFP une source gouvernementale canadienne, sous couvert de l’anonymat.

Principale figure de la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017, Carles Puigdemont a quitté l’Espagne pour échapper à des poursuites judiciaires et vit actuellement en Belgique. La décision d’Ottawa a été dénoncée par la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB), organisation qui avait invité l’ancien président catalan à faire une tournée au Québec. «Il est absolument honteux que le Canada se fasse encore une fois le complice de l’autoritarisme espagnol, pourtant dénoncé à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec», a déclaré dans un communiqué Maxime Laporte, président de la SSJB.

Le ministère canadien de l’Immigration a refusé de «commenter les détails d’un cas particulier sans le consentement écrit de cette personne». «Les raisons pour lesquelles une personne peut être jugée interdite de territoire comprennent la criminalité, un grave problème de santé, le fait d’avoir menti dans sa demande ou pendant une entrevue», a précisé le ministère dans un communiqué.

_____________________________

APERÇU DE L’ACTUALITÉ

 

** À NOTER : Pour Lire l’intégralité des Articles, Veuillez Cliquer sur Leur Titre en Bleu.

 

Omar et R. Tlaib Utilisent les Caricatures d’un Participant du “Concours Sur l’Holocauste” en Iran

Après s’être vu interdire l’entrée en Israël, les représentantes américaines Ilhan Omar et Rashida Tlaib continuent de dénoncer le président Donald Trump et le Premier ministre Benyamin Netanyahou, notamment en ayant recours à des caricatures dont l’auteur a participé au concours international de caricature sur l’Holocauste en Iran.
_______________________________________

Début de terrorisme incendiaire dans le Nord?
Le Hezbollah tente-t-il de provoquer Israël à sa frontière nord comme le Hamas et le Jihad Islamique le font dans le sud du pays?

Des terroristes du Hezbollah se sont approchés vendredi de la frontière israélo-libanaise et ont provoqué un incendie côté israélien, espérant toucher des positions de Tsahal et le village israélien de Margaliot, situé à quelques dizaines de mètres de la frontière

___________________________________________

Netanyahou Entame une Visite d’Etat de Deux Jours en Ukraine

 

Le PM espère attirer les voix des Israéliens d’origine ukrainienne dans l’optique des prochaines élections

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou se rend dimanche soir en Ukraine pour une visite officielle de deux jours, qui intervient presque un mois avant les élections du 17 septembre.

Netanyahou sera le premier homme d’Etat à se rendre à Kiev depuis l’élection en avril dernier du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

_________________________________________

Shabbat Shalom!