Communiqué: Quelques temps forts, et souvent contradictoires, de l’année 5780 ( 2019-2020)

Citation de la Semaine
 

« Saluons ensemble cette nouvelle année qui vieillit notre amitié sans vieillir notre coeur. » 

Victor Hugo 

Benjamin Netanyahu and Benny Gantz montage (Wikipedia)

Articles Suggérés

Israël: le résultat définitif des élections donne à Nétanyahou un siège supplémentaire

 Le Figaro, 25 septembre 2019

Israël : le Parlement valide l’accord de gouvernement
Netanyahou-Gantz
Le Point.fr, 07/05/2020 

Netanyahu : « Maintenant, c’est un ordre : vous devez rester chez vous »

TIMES OF ISRAEL STAFF20 mars 2020, 

 

Des milliers de personnes chantent « Ma Nishtana » sur leurs balcons pour PessahPar TIMES OF ISRAEL STAFF9 avril 2020, 11:22 

COVID-19: La recherche en Israël favorise la qualité, pas la rapidité
 TIMES OF ISRAEL ,19 août 2020,

Le discours intégral de Netanyahou lors de la signature historique du traité de paix

par hassidout | 16 septembre 2020 – 27 Elul 5780

ACTUALITESINTERNATIONALISRAEL  

Israël: le résultat définitif des élections donne à Nétanyahou un siège supplémentaire Le Figaro, 25 septembre 2019

La commission électorale israélienne a publié mercredi les résultats définitifs des législatives du 17 septembre, qui octroient un député en plus au Likoud, le parti de Benyamin Nétanyahou, sans pour autant offrir un nouvel horizon à Israël dans l’impasse politique.

Le Likoud de droite envoie ainsi 32 députés à la Knesset, le Parlement israélien, et le parti «Bleu blanc» du centriste Benny Gantz récolte 33 sièges. Mais avec le jeu des alliances, ni Benyamin Nétanyahou, qui réunit 55 soutiens, ou Benny Gantz, qui a rassemblé 54 députés, n’est en mesure de former un gouvernement, la majorité absolue étant fixée à 61 sièges. Le président israélien, Reuven Rivlin, qui a une semaine pour désigner celui qui sera en charge de former une coalition, cherche à convaincre Benyamin Nétanyahou et Benny Gantz de se mettre d’accord pour créer un gouvernement d’unité.

Il doit notamment les recevoir mercredi soir, après les avoir convoqués lundi à une réunion commune. Le Likoud a remporté son siège supplémentaire alors que le parti ultra-orthodoxe ashkénaze («Judaïsme unifié de la Torah») a perdu un député, avec désormais sept sièges à la Knesset. Avec 13 députés, la «Liste unie» qui regroupe les partis arabes et communiste devient la troisième force politique du pays.

Benyamin Nétanyahou, le plus pérenne des premiers ministres israéliens avec 13 années au pouvoir dont les dix dernières sans discontinuer, doit être entendu début octobre pour répondre d’accusations de «corruption», «fraude» et «abus de confiance» dans trois affaires. Un premier ministre, s’il est mis en examen, n’est pas tenu de démissionner tant qu’il n’a pas été condamné et que tous les voies de recours ont été épuisées.

Source Primaire Lien
 

——————————————————————————————

Israël : le Parlement valide l’accord de gouvernement Netanyahou-Gantz

Mercredi, la Cour suprême du pays avait déjà donné son feu vert à un gouvernement d’union entre le Premier ministre et son ex-rival.Le Point.fr, 07/05/2020 
 

Israël est en passe de sortir de la plus longue crise politique de son histoire moderne : après la Cour suprême, mercredi, le Parlement a donné jeudi sa bénédiction à un gouvernement d’union entre le Premier ministre Benyamin Netanyahou et son ex-rival Benny Gantz, qui doivent prêter serment le 13 mai.

Après des échanges houleux, pour ne pas dire relevant du « balagan » (désordre en hébreu), jusqu’à tard mercredi soir sur des amendements à ce projet, l’accord de gouvernement a été validé en fin de matinée lors d’un vote qui laissait peu de doutes, car le Likoud (droite) de Benyamin Netanyahou et la formation centriste « Bleu-Blanc » de l’ex-chef de l’armée Benny Gantz et leurs alliés respectifs disposent d’une majorité de sièges au Parlement. « La session plénière de la Knesset [le Parlement israélien] a approuvé en deuxième et troisième lecture les amendements [au projet de gouvernement d’union, NDLR]. Soixante et onze députés ont voté en faveur et 37 contre », ont indiqué les services du Parlement dans un communiqué.

Un gouvernement présenté le 13 mai

La présidence israélienne s’attend à recevoir dans la journée les signatures d’une majorité de députés favorables à ce que Benyamin Netanyahou ait officiellement le mandat de former le prochain gouvernement. Tard mercredi soir, la Cour suprême, saisie par différentes organisations remettant en doute la légalité de l’accord, a donné son feu vert sans toutefois dédouaner Benyamin Netanyahou, inculpé pour corruption dans une série d’affaires et dont le procès, reporté à cause de la pandémie, doit normalement s’ouvrir à la fin du mois. « Nous n’avons trouvé aucune raison légale empêchant la formation d’un gouvernement par le Premier ministre Netanyahou […], mais cette conclusion à laquelle nous sommes parvenus ne diminue en rien la gravité des charges contre le Premier ministre Netanyahou », ont indiqué les juges.

Benyamin Netanyahou et Benny Gantz ont déjà annoncé pour leur part la présentation du prochain gouvernement le 13 mai, dans lequel les portefeuilles ministériels seront partagés équitablement entre les deux camps. Outre le partage du pouvoir et le maintien de Benyamin Netanyahou au poste de Premier ministre pour les 18 prochains mois, le gouvernement aura pour tâche de gérer le déconfinement et le redémarrage de l’économie israélienne qui tournait à plein régime avant la crise liée au nouveau coronavirus. Il devra aussi se prononcer dans le détail sur le projet d’annexion de pans de la Cisjordanie occupée.

Après ces mois de crise, Benny Gantz avait accepté de former une coalition avec Benyamin Netanyahou malgré son inculpation, afin de permettre à Israël de traverser la pandémie de nouveau coronavirus qui a désormais contaminé environ 16 000 personnes dans le pays, dont 239 sont décédées, et fait bondir le chômage de 3,4 % à 27 %. Benyamin Netanyahou a déjà annoncé la réouverture des écoles primaires, encore timide sur le terrain, et celle de la majorité des commerces et des entreprises, qui peuvent désormais réunir 50 % de leur personnel sur un même lieu. Et des milliers d’ouvriers palestiniens ont pu reprendre leur travail côté israélien.
 

Un plan pour la mise en œuvre du projet de Donald Trump

L’accord entre Benyamin Netanyahou et Benny Gantz prévoit aussi l’annonce à partir du 1er juillet d’un plan pour la mise en œuvre du projet du président américain Donald Trump sur le Proche-Orient qui prévoit l’annexion par Israël de la vallée du Jourdain, une langue de terre stratégique, et de colonies juives en Cisjordanie occupée depuis 1967 par l’État hébreu, un sujet explosif. La population des colonies en Cisjordanie a bondi de 50 % au cours de la dernière décennie sous l’impulsion de M. Netanyahou au pouvoir sans discontinuer depuis 2009. Aujourd’hui, plus de 450 000 personnes y vivent, réparties dans une centaine de colonies, où travaillent d’ailleurs des milliers de Palestiniens.

Ceux-ci, du Fatah laïc du président palestinien Mahmoud Abbas aux islamistes du Hamas au pouvoir à Gaza, s’opposent au plan de Donald Trump qui prévoit de faire de Jérusalem la capitale « indivisible » de « l’État juif » d’Israël. Et ils ont déjà baptisé la future administration Netanyahou-Gantz de « gouvernement d’annexion ». Entre juillet et la présidentielle américaine de novembre, le gouvernement Netanyahou-Gantz aura une « courte » fenêtre de quatre mois pour mettre en œuvre le plan Trump, a noté jeudi l’analyste israélien Yohanan Plesner, disant s’attendre à des mesures « très limitées » ou « marginales », voire à « aucune » décision dans ce dossier sensible.

Source Primaire Lien

___________________________________________________________________

Netanyahu : « Maintenant, c’est un ordre : vous devez rester chez vous »

Le gouvernement a approuvé les ordonnances d’urgence obligeant les gens à ne pas quitter leur domicile pendant 7 jours, sauf si cela est nécessaire

 TIMES OF ISRAEL STAFF20 mars 2020, 

 

Jeudi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a pris la parole lors d’une déclaration conjointe avec le ministre de la Santé Yaakov Litzman et le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, au cabinet du Premier ministre à Jérusalem.

Voici ce qu’il a dit :

« Citoyens d’Israël, il n’y a pas un instant de repos dans notre lutte contre l’épidémie de coronavirus. Dès lors que la gravité de ce danger est devenue claire, nous avons pris des mesures préventives déterminées. Nous avons fermé les frontières de l’État. Nous avons imposé de nombreuses quarantaines obligatoires. Nous avons imposé des restrictions sur les rassemblements. Nous avons restreint les accès aux lieux de travail et nous avons utilisé des moyens numériques afin de localiser et mettre en quarantaine les patients infectés. Ces mesures ont ralenti le taux de propagation de l’épidémie en Israël par rapport à de nombreux autres pays, mais l’épidémie continue à se propager. Elle a déjà fait des milliers de victimes à travers le monde. En Israël également, le nombre de patients augmente chaque jour [705 en date de vendredi après-midi]. À ma grande joie, à ce jour, personne n’est encore décédé du coronavirus en Israël. Cependant, à mon grand regret, il n’est pas prévu que cela reste ainsi. Le nombre de patients double tous les quelques jours, et cela est susceptible de faire de nombreuses victimes – que Dieu nous en préserve.

« Les moments difficiles requièrent des décisions difficiles. Avant-hier, je vous ai demandé de respecter les directives du ministère de la Santé et de rester chez vous. Cela a eu des effets, mais ce n’est tout simplement pas suffisant. Aujourd’hui, j’annonce de nouvelles mesures dans la guerre contre le coronavirus. Ce soir, cette nuit, le Cabinet va approuver des restrictions d’urgence afin de réduire les déplacements. En vertu de ces restrictions, vous, citoyens d’Israël, devez rester chez vous. Ce n’est plus une demande. Ce n’est plus une recommandation. Il s’agit d’une directive contraignante qui sera appliquée par les autorités. Je sais que ce n’est pas facile. Je sais que c’est dur. Mais je demande votre coopération face à cette règle. Son objectif est de garantir que le moins de personnes possible soient infectées, et que le moins de personnes possible n’infectent en retour.

« Cela sauvera de nombreuses vies. Ça sauvera de la mort des membres de vos familles, vos amis et vos voisins. Si quelqu’un pense que j’exagère, regardez les photos venant d’Espagne et d’Italie. Regardez ce qui se passe là-bas. Regardez les équipes qui ne s’occupent plus des vivants, occupées à charger les morts dans des véhicules spéciaux. Cela ne peut pas se produire ici. Tout doit être fait pour que cela ne se produise pas ici. Par conséquent, ces règlements entreront en vigueur ce soir, immédiatement après leur approbation par le Cabinet. Ils reposent sur un soutien juridique. Dans un premier temps, ce règlement sera en vigueur pendant sept jours. Je demande aux gens de les faire respecter. Je vous le demande tout d’abord à vous. Oui, il y a la police. Il y a une exigence. Mais je demande d’abord une exigence interne, une reconnaissance interne que chacun d’entre vous doit adopter pour lui-même.

« Tout le monde restera à la maison, sauf les employés dont le travail est autorisé par les directives du ministère des Finances. Cette étape est sans précédent depuis la fondation de l’État. En fait, il n’y a rien eu de tel au cours des 100 dernières années. Un État démocratique est fondé tout d’abord sur le partenariat entre le gouvernement et les citoyens, mais aussi sur le partenariat entre les citoyens. Je voudrais vous exprimer ma gratitude, citoyens d’Israël. Tout d’abord aux équipes médicales, mais aussi à ceux qui s’occupent des désinfections, aux volontaires, aux émissaires et aux caissiers. Même à vous, correspondants dans les studios, qui transmettez ces directives en tant que membres du service public. Vous pourriez garder un peu plus de distance les uns des autres, mais il y a eu une réaction généralisée du public à ce sujet, et c’est important. Je dis tout cela afin de montrer clairement que nous avons confiance en vous, citoyens d’Israël. Il existe certaines exceptions à la réglementation et nous attendons que vous n’en abusiez pas. On peut quitter son domicile pour s’approvisionner en nourriture et médicaments, pour des soins médicaux et pour d’autres exceptions que le directeur général du ministère de la Santé vous expliquera dans un instant. Même si vous sortez un court instant, ne vous réunissez pas, ne vous rassemblez pas. Respectez les règles d’hygiène et de distance, deux mètres sinon plus. Je le répète, ce n’est pas un jeu. Cela pourrait déterminer le destin.

 

Source Primaire Lien
————————————————————————————-

Des milliers de personnes chantent « Ma Nishtana » sur leurs balcons pour Pessah
Le pays a entonné les Quatre questions, traditionnellement chantées par le plus jeune membre du foyer : “Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ?”

Par TIMES OF ISRAEL STAFF9 avril 2020, 11:22 

 

Des dizaines de milliers d’Israéliens, confinés chez eux en raison des directives de lutte contre le coronavirus et séparés de leurs proches lors du seder de Pessah ce mercredi soir, sont sortis sur leurs balcons pour chanter ensemble.

Dans les villes et les villages de tout le pays, les gens se sont rassemblés pour chanter « Ma Nishtana », ou les Quatre Questions, une chanson traditionnellement récitée par le plus jeune membre du foyer qui demande : « Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? »

Avec un couvre-feu national, imposant aux gens de rester chez eux pour la première nuit de la fête, le seder, qui est traditionnellement un grand rassemblement de famille ou d’amis, était marqué par le confinement en solitaire de nombreuses personnes, ou le confinement de familles nucléaires.

Cet acte de solidarité a été particulièrement poignant, car de nombreuses personnes âgées n’ont pas pu faire la fête avec leurs enfants et petits-enfants.
 

Alors que la plupart chantaient, dans certains endroits, les gens allumaient et éteignaient les lumières de leur appartement, acclamaient, applaudissaient et criaient des messages de bonnes fêtes à leurs voisins.

Les célébrations ont également pris une tournure moins traditionnelle, certains utilisant des programmes comme Zoom et FaceTime pour se connecter virtuellement pour le repas, qui met l’accent sur la transmission des traditions de génération en génération.
 

La Douzième chaîne a diffusé « Le grand Seder israélien en direct« , avec des présentateurs menant ensemble le repas du seder, entourés de grands écrans, des centaines de personnes se joignant à Zoom. De temps en temps, ils se sont entretenus avec diverses célébrités pendant leur repas.

« Il est difficile de garder le moral quand nous sommes séparés de nos enfants et petits-enfants, mais la tradition doit continuer », a déclaré le présentateur de télévision Haim Hecht avant de lire un passage de la Haggadah dans l’émission.
 

Le gouvernement s’est efforcé d’empêcher les gens de tenir de grands rassemblements familiaux, craignant une répétition de la fête de Pourim début mars où des centaines de fêtes ont eu lieu, qui ont depuis été identifiées comme une source majeure d’infections. Les responsables craignent qu’une nouvelle vague d’infections ne fasse reculer Israël, alors que les premiers signes de reprise commencent à se faire sentir.

En vertu du couvre-feu, qui a commencé à 15 heures et s’est terminé jeudi à 7 heures, les Israéliens ne pouvaient se déplacer à plus de 100 mètres de leur domicile et toutes les boutiques ont du fermer.

De jeudi matin à vendredi, les Israéliens seront à nouveau autorisés à se déplacer dans leurs villes et villages pour leurs besoins essentiels, mais ne seront pas autorisés à sortir des limites de la ville. Des exceptions seront faites pour ceux qui n’ont pas de supermarchés et de pharmacies dans leur ville, mais ceux-ci ne pourront se rendre que dans la ville la plus proche disposant de ces services.

Les habitants de Jérusalem seront confinés pendant toute la durée du confinement dans la zone où ils vivent, après que les responsables gouvernementaux ont esquissé une division de la ville – qui compte le plus grand nombre de cas de virus dans le pays – en sept parties.

Les transports publics dans tout le pays ont cessé mardi soir et ne reprendront que dimanche matin. Le gouvernement a également annulé tous les vols internationaux de mardi soir à dimanche, sauf si les compagnies aériennes reçoivent une autorisation spéciale des ministères des Transports et de l’Intérieur.

Source Primaire Lien

______________________________________________

COVID-19: La recherche en Israël favorise la qualité, pas la rapidité
 

TIMES OF ISRAEL ,19 août 2020,

Mardi, le chef du laboratoire national de recherche qui mène la course d’Israël vers un vaccin du coronavirus a semblé vouloir calmer les espoirs qu’Israël aurait bientôt un vaccin contre le COVID-19. Il a déclaré que tout ce que les chercheurs pourraient développer pour le pays sera utile aux citoyens d’Israël.

Le prof. Shmuel Shapira, le directeur du très secret Institut de recherche biologique de la défense israélienne [Israel Institute for Biological Research (IIBR)], a déclaré à la commission des Sciences et de la Technologie de la Knesset qu’un vaccin israélien sera prêt pour des essais sur l’homme en octobre. Selon lui, le vaccin ne sera pas prêt pour la phase 3 de test avant l’année prochaine.

« Dès le départ, j’ai [su] que nous ne [serions] pas les premiers, et ceux qui sont apparemment meilleurs que nous, nous sommes meilleurs qu’eux dans d’autres domaines, a déclaré Shapira. Je pense que notre objectif n’est pas d’être les premiers, mais d’avoir un bon vaccin pour les citoyens d’Israël ».
 « Nous espérons que la seconde phase finira vers la fin de l’année, [d’ici] la fin décembre », a déclaré Shapira. La troisième phase est beaucoup plus compliquée et prend du temps ».

Plus tôt ce mois, le ministre de la Défense Benny Gantz a rendu visite à l’institut et a déclaré que les tests initiaux sur le vaccin étaient prometteurs, avec des perspectives d’essais humains dans les prochains mois.

Quelques jours plus tard, le président russe Vladimir Poutine a annoncé que son pays avait développé le premier vaccin efficace contre le coronavirus. Pourtant, le vaccin a très largement été rejeté comme étant peu fiable car la Russie n’a pas mené la phase 3 du test. Cette phase implique de tester le vaccin sur des milliers de personnes et suivre de près son efficacité.

Des officiels russes ont déclaré que la production à grande échelle du vaccin commencera en septembre, et la vaccination de masse pourrait commencer dès octobre.

En juin, l’Institut israélien a annoncé qu’il avait terminé avec succès les essais du vaccin du coronavirus sur des rongeurs.

Dans un article publié sur le site de bioRxiv, un site en ligne où l’on peut publier ses articles qui n’ont pas été évalués par d’autres experts, l’institut a déclaré qu’il espérait avoir un vaccin terminé dans un an, ou peut-être même plus tôt.

Dans le résumé de l’article, les chercheurs ont déclaré que leur vaccin, qui a été testé sur des hamsters, « entraîne une induction rapide et puissante qui neutralise les anticorps contre le SARS-CoV-2 », le virus qui cause la COVID-19.

Plus tôt ce mois, un conseiller sur le vaccin auprès du gouvernement a prévenu qu’il n’y avait aucune garantie que le vaccin développé serait très efficace.

Israël n’a pas mis tous ses espoirs dans le développement local d’un vaccin. En juin, l’Etat juif a signé un accord avec Moderna pour l’achat potentiel de vaccins du coronavirus.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a également exprimé son intérêt dans le vaccin russe, s’il s’avère sûr et efficace.

Source Primaire Lien
————————————————————————————-
 Le discours intégral de Netanyahou lors de la signature historique du traité de paix

par hassidout | 16 septembre 2020 – 27 Elul 5780

ACTUALITESINTERNATIONALISRAEL  

 

Monsieur le Président,

Cette journée est historique. Il annonce une nouvelle aube de paix. Pendant des milliers d’années, le peuple juif a prié pour la paix. Pendant des décennies, l’État juif a prié pour la paix. Et c’est pourquoi aujourd’hui nous sommes remplis d’une si profonde gratitude. Je vous suis reconnaissant, Président Trump, pour votre leadership décisif. Vous vous êtes clairement tenu aux côtés d’Israël. Vous avez affronté hardiment les tyrans de Téhéran. Vous avez proposé une vision réaliste de la paix entre Israël et les Palestiniens. Et vous avez réussi à négocier la paix historique que nous signons aujourd’hui, une paix qui bénéficie d’un large soutien en Israël, en Amérique, au Moyen-Orient – en fait dans le monde entier.

Je suis reconnaissant au prince héritier Mohammed bin Zayed des Émirats arabes unis et à vous, le ministre des Affaires étrangères Abdullah bin Zayed. Je vous remercie à la fois pour votre direction avisée et pour votre collaboration avec les États-Unis et Israël pour élargir le cercle de la paix.

Je suis reconnaissant au roi Hamad de Bahreïn et à vous, Ministre des affaires étrangères Abdullatif Al-Zayani, de vous joindre à nous pour apporter l’espoir à tous les enfants d’Abraham.

À tous les amis d’Israël au Moyen-Orient , à ceux qui sont avec nous aujourd’hui et à ceux qui nous rejoindront demain, je dis “As-salamu alaykum!”, “paix à vous!”. “Chalom!”.

Et le président vous a dit qu’il alignait déjà de plus en plus de pays. C’était inimaginable il y a quelques années, mais avec de la détermination, un regard neuf sur la façon dont la paix est faite, cela s’est réalisé. Merci, Monsieur le Président.

Mesdames et Messieurs,
Le peuple d’Israël connaît bien le prix de la guerre. Je connais le prix de la guerre. J’ai été blessé au combat. Un camarade soldat, un ami très proche, est mort dans mes bras. Mon frère Yoni a perdu la vie en conduisant ses soldats à sauver des otages détenus par des terroristes à Entebbe. Le chagrin de mes parents à la suite de la perte de Yoni n’a pas été soulagé jusqu’à leur dernier jour. Et au fil des ans, lorsque je suis venu consoler les familles des soldats israéliens tombés au combat et victimes de la terreur, j’ai vu ce même chagrin d’innombrables fois. Et c’est pourquoi je suis si profondément ému d’être ici aujourd’hui. Car ceux qui portent les blessures de la guerre chérissent les bénédictions de la paix.

Et les bénédictions de la paix que nous faisons aujourd’hui seront énormes. Premièrement, parce que cette paix finira par s’étendre à d’autres États arabes et qu’elle pourra finalement mettre fin au conflit israélo-arabe une fois pour toutes. Deuxièmement, parce que les grands avantages économiques de notre partenariat se feront sentir dans toute notre région et qu’ils toucheront chacun de nos citoyens. Et troisièmement, parce que ce n’est pas seulement une paix entre les dirigeants, c’est une paix entre les peuples – Israéliens, Emiratis et Bahreïnis s’embrassent déjà. Nous sommes impatients d’investir dans un avenir de partenariat, de prospérité et de paix. Nous avons déjà commencé à coopérer pour lutter contre le coronavirus, et je suis sûr qu’ensemble, nous pouvons trouver des solutions à bon nombre des problèmes qui affligent notre région et au-delà.

Donc, malgré les nombreux défis et difficultés auxquels nous sommes tous confrontés – malgré tout cela – arrêtons-nous un instant pour apprécier cette journée remarquable. Élevons-nous au-dessus de toute division politique. Laissons de côté tout cynisme. Sentons en ce jour le pouls de l’histoire. Pendant longtemps après la disparition de la pandémie, la paix que nous instaurons aujourd’hui perdurera.

Mesdames et Messieurs,
J’ai consacré ma vie à assurer la place d’Israël parmi les nations, à assurer l’avenir du seul et unique État juif. Pour atteindre cet objectif, j’ai travaillé pour rendre Israël fort, très fort, car l’histoire nous a appris que la force amène la sécurité, la force amène des alliés et finalement – et c’est quelque chose que le président Trump a répété encore et encore – en fin de compte, la force amène la paix.

Le roi David a exprimé cette vérité fondamentale il y a des milliers d’années dans notre capitale éternelle, Jérusalem. Sa prière, immortalisée dans le livre des Psaumes de la Bible, fait écho à notre glorieux passé et nous guide vers un avenir brillant:
“ה ‘עז לעמו יתן ה’ יברך את עמו בשלום.”
“Que Dieu donne la force à son peuple, que Dieu bénisse son peuple par la paix.”

Monsieur le Président,
Invités distingués,
Cette semaine, c’est Rosh Hashana, le Nouvel An juif, et quelle bénédiction nous apportons à cette nouvelle année, une bénédiction d’amitié, une bénédiction d’espérance, une bénédiction de paix.

Source Primaire Lien
————————————————————————————-

Nous vous souhaitons une année de bonheur, santé et paix

-Julien Bauer et Bernard Bohbot-