Communique:Israël S’éloigne de l’Europe pour Mieux se Rapprocher de l’Asie (Aout 30,2019)

Demonstration of 19 February 2019 against anti-Semitism, Republic Square in Paris (Source: Wikipedia)

 

Citation de la Semaine
 L’Europe deviendra-t-elle ce qu’elle est en réalité, c’est-à-dire : un petit cap du continent asiatique ? Ou bien l’Europe restera-t-elle ce qu’elle paraît, c’est-à-dire : la partie précieuse de l’univers terrestre, la perle de la sphère, le cerveau d’un vaste corps ? «
Paul Valéry (1871-1945)

 

Articles Suggérés

La Chine et Israël : des Relations Privilégiées et Fructueuses

Accord de Libre-échange entre Israël et la Corée du Sud

Shraga Blum, 22 août 2019

L’Antisémitisme, une Constante de la Politique Occidentale
Robin Verner
SLATE
.FR 18 juin 2015 

APERÇU DE L’ACTUALITÉ

 

AnchorLa Chine et Israël : des Relations Privilégiées et Fructueuses

 Le CAPE de Jérusalem, Centres des  Affaires  Publiques et de  l’Etat  3/19/17

Trois semaines après son voyage fructueux à Singapour, le Premier ministre, Benjamin Nétanyahou, entame une visite officielle en Chine pour marquer les 25 ans de relations diplomatiques entre les deux pays.

Nétanyahou est accompagné d’une centaine de femmes et d’hommes d’affaires.

Avec le voyage d’Etat du président Rivlin au Viêtnam, toutes ces visites renforcent notre économie et nous ouvrent la grande porte des marchés asiatiques.

Bien qu’Israël ait été le premier pays au Moyen-Orient à reconnaître le régime communiste de Mao Zedong, il a fallu attendre plus de quatre décennies pour que la Chine fasse de même. Ses relations amicales avec le monde arabe et ses liens avec l’Union soviétique avaient empêché des relations normales.

Depuis le 24 janvier 1992, jour de la cérémonie de la signature de l’accord établissant les relations diplomatiques complètes, les échanges bilatéraux avec la Chine ont été multipliés par 200 et atteignent aujourd’hui plus de 11 milliards de dollars.

Un millier d’entreprises israéliennes sont déjà installées en Chine et, ici, de nombreuses sociétés et compagnies chinoises contribuent au développement des infrastructures israéliennes, notamment dans le domaine ferroviaire, des télécommunications, de l’agriculture, des équipements en énergie solaire, et des produits pharmaceutiques. Il existe aussi une large coopération entre les universités dans les projets de recherche et d’innovation, notamment avec le Technion, et les universités de Tel-Aviv et de Béer Shéva.

La Chine est actuellement le troisième partenaire commercial d’Israël dans le monde et son plus grand partenaire en Asie. Plus d’un tiers des investissements de haute technologie en Israël sont d’origine chinoise. Le but du voyage de Nétanyahou est de pouvoir signer un accord de libre-échange qui augmentera considérablement le volume du commerce bilatéral.

Le lien étroit entre les deux peuples est bien ancien et remonte à la communauté juive de Kaifeng, installée il y a plus d’un millénaire. Les Juifs étaient pour la plupart des marchands venus de Perse et d’Inde.

Des communautés juives ont prospéré aussi à Harbin, Tianjin et surtout à Shanghai. Dans les années 1930 et 1940, la Chine a accueilli plus de 20.000 Juifs fuyant les camps de la mort nazis. La population juive en Chine a atteint près de 40.000 personnes à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les relations entre les deux peuples sont toujours basées sur le respect mutuel et des intérêts communs. Les deux peuples proviennent de cultures anciennes qui ont réussi à préserver leur caractère unique et leur patrimoine moral tout au long de milliers d’années d’histoire. Ces deux peuples anciens, ont des histoires riches, de belles cultures, des valeurs et des traditions qui ont laissé une empreinte indélébile sur l’humanité. Ils sont aussi deux peuples modernes, deux civilisations dynamiques qui transforment par leur créativité le monde.

La Chine a toujours été fascinée par l’Histoire juive et la langue hébraïque. De nombreux Chinois considèrent que les Juifs sont très intelligents et ont un sens étonnant des affaires. Le Talmud est considéré comme une sorte de Bible des affaires.

Sur le conflit israélo-arabe, la Chine soutient la création d’un Etat palestinien et souhaite contribuer à rapprocher les deux parties. Soulignons que la Chine entretient également des liens très étroits avec l’Iran qui lui fournit du pétrole. Le commerce chinois avec l’Iran s’élève à plus de 50 milliards de dollars, soit plus de cinq fois qu’avec Israël.

Les Chinois encouragent officiellement un programme nucléaire iranien pacifique, et ont signé sans contrainte le fameux accord de Vienne. Ils soutiennent également le régime d’Assad en Syrie et se rangent avec les Russes dans le combat contre Daesh.

Malgré tous ces points de discorde, qui existent d’ailleurs avec d’autres pays, Nétanyahou devrait lors de ce voyage renforcer les relations diplomatiques bilatérales et commerciales, et obtenir une entente sur les questions brûlantes de la région.

Enfin, rappelons que déjà en 1949, Ben Gourion avait une grande admiration pour le grand peuple chinois et disait : « Il y a deux mille ans, les Chinois ne savaient rien du monde extérieur, ils ne connaissaient alors que leur propre civilisation. De nos jours, les Chinois se placent au premier plan de la planète. Ils sont aussi vigilants que tout autre peuple du monde, capables de réaliser rapidement leurs ambitions. »

Des propos prophétiques à méditer avec admiration.

Freddy Eytan

Accord de Libre-échange Entre Israël et la Corée du Sud

Shraga Blum, 22 août 2019

https://lphinfo.com/accord-de-libre-echange-entre-israel-et-la-coree-du-sud/

Il s’agit du premier accord de libre-échange signé par Israël avec un pays d’Asie du Sud-Est. La ministre sud-coréenne du Commerce Mme Yoo Myung-hee était en Israël mercredi pour l’annonce officielle de la fin des négociations entamées il y a quelques années quant à l’instauration d’une zone de libre-échange économique entre les deux pays.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou s’est félicité de cet accord qui va encore décupler le volume des échanges entre les deux pays et renforcer leur coopération déjà significative.

Lors d’une interview qu’elle a accordée au quotidien Israël Hayom, la ministre sud-coréenne a déclaré: « Israël n’est pas un petit pays mais une puissante ‘start-up nation ‘ ainsi qu’une source d’inspiration en matière d’innovation dans le monde ». Elle a souligné les points communs entre la Corée du Sud et Israël, notamment deux petits pays sans beaucoup de ressources naturelles et entourés de défis, et affirmé « qu’Israël et la Corée du Sud sont un couple gagnant dans le monde dans le domaine de l’innovation ». Elle a dit espérer que cet accord facilitera encore davantage aux entreprises israéliennes l’entrée dans les marchés asiatiques.

Mme Yoo Myung-hee a également rappelé ce fait hors du commun que de nombreux sud-coréens apprennent le Talmud « grâce auquel le peuple juif a été béni par une forme de pensée originale, par la créativité et l’esprit d’initiative ». Elle s’est réjouie du fait que cet accord de libre-échange donnera un nouvel essor à la collaboration entre les deux pays dans les domaines de l’intelligence artificielle, du Big Data, de la biotechnologie et bien d’autres domaines.

Le ministre israélien du Commerce et de l’industrie Elie Cohen a affirmé que cet accord allait faciliter les exportations israéliennes et permettra d’augmenter la croissance économique du pays. L’accord prévoit notamment la suppression ou la forte réduction des droits de douane pour le commerce de nombreux produits entre les deux pays.

Le volume des échanges entre Israël et la Corée du Sud s’élevait à 2,5 milliards de dollars à la fin 2018, soit 15% de plus qu’à la fin 2017. « Notre objectif est de doubler ce chiffre en cinq ans pour arriver à un montant de 5 milliards de dollars », a dit la ministre sud-coréenne.

Un sacré bémol tout de même dans cet accord: pour l’obtenir, Israël a dû accepter que les entreprises juives de Judée-Samarie, de la vallée du Jourdain, du Golan et des parties de Jérusalem libérées en 1967 en soient exclues. Le ministre du Commerce et de l’industrie Elie Cohen a promis que si la Corée n’offre pas d’avantages financiers aux industriels du Golan, de la Judée-Samarie et de Jérusalem, l’Etat d’Israël paiera des indemnités aux exportateurs israéliens.

_________________________


AnchorL’Antisémitisme, une Constante de la Politique Occidentale

 Robin Verner 

SLATE.FR 18 juin 2015 

La haine des juifs fut religieuse d’abord, raciale ensuite. Les relations tendues des Européens avec Israël en seraient la traduction moderne.

L’antisémitisme comme composante des politiques occidentales actuelles, c’est la thèse défendue dans le National Post par Julien Bauer, politologue à l’Université du Québec à Montréal et chercheur à l’Institut canadien des recherches judaïques.

Le professeur de sciences politiques détaille l’évolution du sentiment antijuif à l’ouest du monde. Dans un premier temps, c’est bien sûr une haine d’ordre religieux qui prédomine. On abhorre le peuple «déicide», assimilé globalement à la figure de Judas. Une assimilation qui dénote, comme le rappelle l’auteur, l’oubli du judaïsme des apôtres fidèles à Jésus.

Puis la religion recule, et la sécularisation du monde accomplit son œuvre. La montée des nationalismes et les crispations totalitaires prennent le pas sur les considérations théologiques ou spirituelles mais ne laissent pas les juifs tranquilles, loin de là. Tenue pour exogène à la nation, voire malfaisante, la communauté hébraïque se trouve devant une sombre alternative, souligne Bauer: elle est soit surveillée avec la plus grande attention policière soit purement et simplement traquée, persécutée et assassinée.

L’antisémitisme directement religieux ou raciale semble balayé des politiques européennes contemporaines. Mais Julien Bauer estime au contraire que cette hostilité en fait partie intégrante, si on se penche sur les relations complexes entretenues avec Israël.

Échanges commerciaux israéliens

Il concède qu’Israël (seul prisme à travers lequel le professeur analyse la perception des juifs aujourd’hui) a été intégré par les exécutifs européens à un certain nombre d’organisations, comme l’OCDE en 2010, ou au Centre européen pour la recherche nucléaire en 2014. Cependant, il dénonce certaines initiatives. Selon lui, la France se montrerait par exemple antisémite en proposant la création d’un label distinguant les produits israéliens fabriqués dans les territoires occupés de Cisjordanie des autres.

Un blâme d’autant plus sévère qu’il est approximatif: l’antisémitisme paraît ici moins évident que la volonté politique de rappeler le statut contesté et incertain de cette région du Proche-Orient. De plus, la France n’est qu’un pays parmi de nombreux autres à avoir proposé cet étiquetage.

En tout cas, Julien Bauer juge contreproductif ce qu’il voit comme l’antisémitisme occidental. Auparavant les deux tiers des échanges commerciaux israéliens concernaient l’Union européenne, aujourd’hui la part asiatique tend à augmenter, et d’autant plus vite que les pays d’Asie ne partagent pas les préjugés antijuifs. Au contraire: la Corée du Sud, remarquant le nombre élevé de Nobel israéliens, s’est prise à penser que la lecture du Talmud était bénéfique pour l’intelligence. En conséquence, les autorités ont imposé son étude en classe.

En mai, Times of Israel établissait un curieux classement sur la base de statistiques avancées par la Ligue anti-diffamation. Parmi les dix pays au plus bas taux d’antisémitisme, quatre étaient asiatiques (les deux premiers étant le Laos et les Philippines auxquels s’ajoutent le Vietnam et la Thaïlande). En revanche, l’enquête notait moins l’antisémitisme occidental que celui des peuples arabes.

 

APERÇU DE L’ACTUALITÉ

** Pour lire l’intégralité des articles, veuillez cliquer sur leur titre en bleu.

 

L’Héroïsme Tranquille d’un Père Israélien

Par Dan
jforum.fr , 27 Août 2019

C’est une histoire simple et tragique. Ce vendredi 23 août, un père de famille décide d’aller se baigner avec deux de ses enfants dans un plan d’eau issu d’une source naturelle et aménagé en piscine, non loin de l’implantation de Dolev en Cisjordanie.

Les Schnerb ne sont pourtant pas des colons ; ils habitent à Lod, l’une des plus anciennes cités d’Israël. Située à une quinzaine de kilomètres de Tel Aviv, elle est proche de l’aéroport Ben Gourion qui, on s’en souvient, portait autrefois son nom.  La ville compte près de cent mille habitants dont près d’un tiers d’Arabes. Eitan, Schnerb, le père, 47, est rabbin mais aussi titulaire d’un diplôme de secouriste. Le fils, Dvir, 19 ans, est étudiant dans une Yeshiva. Rina, 17 ans n’a pas encore terminé ses études au lycée mais cette grande fille rieuse est bien connue dans la ville où elle est monitrice dans le mouvement de jeunesse Bnei Akiva.

_________________________________________

Gantz Informé de la Situation Sécuritaire par les Conseillers Militaires de Netanyahou

i24NEWS,26 aout,2019

Le co-dirigeant du parti Bleu Blanc, Benny Gantz, a entendu lundi les principaux conseillers militaires du Premier ministre Benyamin Netanyahou, au cours d’une conférence de presse consacrée à la sécurité, dans un contexte de tension croissante aux frontières nord et sud.
____________________________

L’Israélien Sagi Muki Sacré Champion du Monde de Judo

i24NEWS, 28 Aout, 2019

Sagi Muki a remporté la médaille d’or au Championnat du monde de judo après avoir battu le Belge Matthias Casse en finale dans la catégorie des moins de 81 kg.

Casse s’est incliné sur ippon après 2:39 de combat et remporte néanmoins la médaille d’argent.

Shabbat Shalom!