CARNAGE À JÉRUSALEM

 

LES VRAIS ASSASSINS QUI ONT TUÉ À JÉRUSALEM S'APPELLENT MAHMOUD ABBAS, ISMAIL HANIYEH, KHALED MASHAL

Guy Millière

http://www.dreuz.info, 19 novembre 2014

           

On ne peut que noter une fois de plus l’abjecte dépravation qui imprègne tant d’Arabes « palestiniens » : comment peut-on s’en prendre à des innocents en train de prier, et comment peut-on s’en prendre à eux avec des instruments de boucherie ? Ce n’est, hélas, pas la première fois qu’on note cette abjecte dépravation. Une pathologie mentale très grave a été injectée dans les têtes de milliers d’Arabes « palestiniens », et celle-ci a des conséquences effroyables.

 

On ne peut que noter que cette pathologie mentale est, en fait, partagée par des Arabes « palestiniens » plus nombreux encore, femmes et enfants inclus : comment peut-on faire la fête et partager des sucreries après un acte aussi répugnant ? Ce n’est, hélas, pas la première fois non plus qu’on note que cette pathologie mentale est partagée par des Arabes « palestiniens » très nombreux , femmes et enfants inclus.

 

David Horowitz écrivait voici quelques années qu’en créant les « Palestiniens », on avait créé le premier peuple entièrement façonné pour être un peuple destiné à être une arme de destruction massive génocidaire antisémite, et il avait raison : jamais dans l’histoire il n’y a eu l’équivalent. Le peuple allemand au temps de la Shoah a été transformé en arme de destruction massive génocidaire antisémite, mais il existait avant cela, et il n’a pas été créé pour cela.

 

David Horowitz notait aussi qu’il y avait, dans l’irrespect de la vie humaine et la haine des Juifs qui imprègnent l’islam, des facteurs favorables à la création d’un peuple arme de destruction massive génocidaire antisémite. Et il avait raison encore.

 

Les assassins en ce contexte sont les deux « Palestiniens » qui, parce que « Palestiniens », se sont ravalés en deçà de la bestialité, et ont fini criblés de balles dans un caniveau, mardi 18 novembre au matin à Jérusalem.

 

Mais mieux vaudrait dire que les assassins sont surtout ceux qui ont fait de ces deux « Palestiniens » des « Palestiniens ».

 

Sans la propagande incessante du Hamas, ces deux « Palestiniens » n’auraient pas été « Palestiniens », et n’auraient pas tué. Les vrais assassins sont donc les chefs du Hamas, Ismail Haniyeh et Khaled Machal : et leur élimination physique devrait être une priorité absolue pour Israël.

 

Sans les incitations incessantes à la haine, et sans l’immense perfidie de Mahmoud Abbas, qui gouverne avec le Hamas, ces deux « Palestiniens » n’auraient pas été « Palestiniens », et n’auraient pas tué non plus. L’assassin est donc aussi Mahmoud Abbas. Vue l’image de « modéré » dont il jouit, l’élimination physique de Mahmoud Abbas par Israël n’est pas envisageable, mais si un accident inopiné arrivait, ce ne serait pas du tout une perte pour l’humanité.

 

Lire la suite.

 

 

L'INCOMPÉTENCE DES JOURNALISTES DE RADIO CANADA

Magali Marc

http://www.dreuz.info, 16 novembre 2014

           

David Ouellette, le directeur associé du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CERJI) à Montréal lutte inlassablement depuis plusieurs années contre l’incompétence chronique des journalistes de Radio Canada, particulièrement dans leurs choix des «spécialistes» du Moyen Orient qu’ils invitent pour commenter l’actualité.

 

Radio Canada a bien le droit d’inviter des sympathisants de la cause palestinienne pour commenter les événements au Moyen Orient, et ces derniers ont bien le droit de présenter leur point de vue.

 

Mais le public doit être informé de l’engagement militant des invités comme il l’est chaque (très) rare fois qu’un Juif ou un Israélien est invité à se prononcer. Ces «experts» devraient aussi subir une remise en question à la lumière des faits dont disposent les journalistes qui les interviewent.

 

En revanche, les Juifs ou Israéliens interviewés à Radio-Canada sont vertement remis en question par les intervieweurs sans que l’ombudsman y trouve à redire. Ainsi lors de l’interview du Consul général d’Israël à Montréal, Joël Lion, cet été, à l’occasion de l’Opération Bordure Protectrice, le journaliste Sébastien Bovet demande à brûle pourpoint : «Combien de morts, M. Lion?» ou bien lui annonce sans ambages : «Vous êtes l’agresseur!». En dépit d’une plainte de David Ouellette, l’ombudsman de Radio Canada n’a pas voulu blâmer le journaliste.

 

Un des incontournables «spécialistes» invités par Radio Canada et jamais remis en question, est Rachad Antonius, un professeur de mathématiques d’origine égyptienne qui est aussi professeur de sociologie à l’Université du Québec à Montréal et … militant pro-palestinien.

 

Le CÉRUM (Centre d’Étude des Religions de l’Université de Montréal) par le biais de sa Chaire de Recherche du Canada sur l’islam, le pluralisme et la globalisation le présente de cette façon :

 

«Rachad Antonius est sociologue et enseigne la culture des sociétés arabo-islamiques à l’Université de Québec à Montréal. Il consacre sa carrière à dévoiler la réalité de cet Autre qu’est le monde arabe pour les sociétés occidentales, avec ses richesses et ses échecs.»

 

Lire la suite.   

 

NUCLÉAIRE IRANIEN: ENCORE DES DIVERGENCES IMPORTANTES
Réd.

i24news, 22 novembre 2014

           

La Maison Blanche a souligné vendredi que des divergences importantes subsistaient dans les négociations en cours à Vienne pour aboutir à un accord sur le programme nucléaire iranien avant la date-butoir du 24 novembre.

 

"Nous faisons tout notre possible. Le secrétaire d'Etat (John) Kerry était à Vienne où il a rencontré ses homologues iraniens et internationaux pour déterminer surmonter les divergences qui persistent", a souligné Eric Schultz, porte-parole de l'exécutif américain, lors d'un point de presse à bord de l'avion présidentiel Air Force One.

 

"Nous sommes engagés dans une course contre la montre, la date-limite est lundi et nos équipes travaillent sans relâche pour y arriver, a-t-il ajouté. Mais je vais être honnête, des divergences demeurent", a-t-il poursuivi. D'importantes divergences demeurent.

 

Après avoir tous deux envisagé de quitter la capitale autrichienne, le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif ont décidé, au terme d'une journée riche en rebondissements, de rester pour poursuivre leur marathon de discussions.

 

Selon la partie iranienne, les discussions menées ces derniers jours à Vienne n'ont toujours pas accouché d'une proposition notable méritant d'être apportée à Téhéran.

 

"Le président a été clair sur le fait que nous ne signerons pas un mauvais accord", a rappelé le porte-parole de la Maison Blanche. Nous n'approuverons un accord que s'il ferme effectivement toutes les voies vers l'arme nucléaire, a poursuivi M. Schultz.

 

John Kerry, et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif auront un nouvel entretien à Vienne vendredi soir en vue d'aboutir à un accord sur le nucléaire iranien.

 

Des "divergences très significatives" subsistent sur la voie d'un accord entre l'Iran et les grandes puissances autour du programme nucléaire iranien, a déclaré vendredi à Vienne Philip Hammond, le ministre britannique des Affaires étrangères.

 

M. Hammond a aussi évoqué la poursuite de discussions "très utiles", alors que se profile la date-butoir du 24 novembre pour trouver un accord.

 

Les négociations nucléaires avec l'Iran se sont emballées vendredi, les grandes puissances appelant avec insistance Téhéran à saisir la "chance" d'un accord historique, tandis que leur interlocuteur iranien s'apprêtait à regagner son pays pour des consultations.

 

Après des mois de discussions techniques, cette séquence purement politique a été lancée par un long entretien, jeudi soir dans un palace de Vienne, entre le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

 

Les deux hommes se sont à nouveau réunis pendant deux heures en fin de matinée, en compagnie de l'ex-représentante européenne Catherine Ashton, qui continue de coordonner la négociation.

 

Selon le quotidien israélien Haaretz, des responsables du renseignement israéliens estiment que si un accord permanent sur le programme nucléaire de l'Iran est peu susceptible d'être atteint avant le 24 novembre, il est fort probable que la date limite soit de nouveau prolongée.

 

"Israël est préoccupé par deux questions centrales qui n'ont pas suffisamment attiré l'attention", a déclaré le ministre des Affaires stratégiques Youval Steinitz.

 

"Premièrement, la tentative iranienne de maintenir le droit de développer des centrifugeuses avancées dans le cadre de la Recherche/Développement. Deuxièmement, Israël craint une coopération iranienne avec la Corée du Nord, qui permettrait à l'Iran de détourner les sanctions et restrictions", a-t-il ajouté.

 

Lire la suite.

 

ISRAËL RENVERRA UN AMBASSADEUR À STOCKHOLM LE 29 NOVEMBRE – LA SUÈDE NE VEUT PAS D'UNE AMBASSADE À RAMALLAH

Aliza S

JSS News, 20 novembre 2014

 

La Suède a dépêché un haut fonctionnaire à Jérusalem pour persuader le ministre de Affaires étrangère de faire revenir l’ambassadeur d’Israël Isaac Bachman à Stockholm.

 

Avigdor Lieberman avait fait revenir son ambassadeur après que le gouvernement suédois ait voté en faveur de la reconnaissance de l’Etat de « Palestine ».

 

Aujourd’hui, on apprend que le ministre a décidé que l’ambassadeur retournerait en Suède à la date symbolique du 29 novembre. Il a choisi cette date qui est celle où eut lieu en 1947 le vote de la Société des Nations sur le partage de la Palestine en deux Etats, l’un juif et l’autre arabe, résolution acceptée par la direction sioniste mais catégoriquement rejetée par les pays arabes. Lieberman a indiqué « vouloir montrer aux Suédois qui est la partie qui refuse l’autre dans ce conflit ».

 

Dans le même temps, on apprend que la Suède n’a pas l’intention d’ouvrir la moindre ambassade palestinienne. « Nous n’allons pas ouvrir une nouvelle ambassade alors que nous gérons très bien nos intérêts depuis Jérusalem » a affirmé le Vice-Directeur du Ministère Suédois des Affaires étrangères.

 

LA JORDANIE TIENT UNE MINUTE DE SILENCE POUR LES 2 TERRORISTES DE LA SYNAGOGUE DE JÉRUSALEM

Antoine Chatrier – avec Algemeiner

JSS News, 20 novembre 2014

           

Dans un geste sans précédent d’hostilité envers Israël, le Parlement jordanien a ouvert mercredi une réunion du cabinet avec une minute de silence pour les deux terroristes palestiniens qui ont massacré cinq Israéliens dans une synagogue à Jérusalem.

 

Le Président de la chambre basse le Président, Atef Tarawneh, a ensuite de récité une prière à la mémoire des «martyrs», Oudaï et Rassan Abu-Jamal, tués par la police israélienne après avoir massacré 4 personnes qui priaient et un policier.

 

Un député a même demandé « une condamnation des attaques sionistes et une félicitation pour cet acte héroïque. »

 

Dans le même temps, les députés jordaniens ont félicité les membres du Parlement espagnol, qui, mardi – quelques heures après l’attaque – ont voté en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien.

 

 

UN ASSITANT PARLEMENTAIRE ARABE-ISRAËLIEN: "DIMANCHE, ON VA TUER 50 JUIFS"

Réd.

CoolAmNews- JSSNews, 21 novembre 2014

           

Le chef de la sécurité de la Knesset a révoqué temporairement le permis d’entrée à la Knesset de l’assistant parlementaire du député arabe Massud Ganaïm.

 

Un gardien de sécurité a entendu une discussion tenue par cet assistant avec une autre personne, au sein même du parlement israélien ; discussion dans laquelle l’assistant a déclaré « on va tuer 50 juifs lors du match de dimanche entre le Beitar Jérusalem et Bnei Sakhnin. »

 

Les deux clubs sont les pires ennemis. Sakhnin est un club arabe israélien financé par le Qatar et Jérusalem est un club nationaliste et sioniste.

 

Les confrontations entre les deux équipes tournent souvent au vinaigre dans les tribunes.

 

Il y a quelques jours, le député Massud Ganaïm était au centre d’une polémique à la Knesset. Alors que des policiers israéliens venaient de tuer 2 terroristes, Ganaim, au sein même du parlement, à parlé de ces terroristes comme des « shahid », des « martyrs ». Suffisament choquant pour que Yoni Chetboun s’en prenne à lui, ainsi qu’aux députés de Meretz qui prenaient la défense des terroristes !

 

Articles recommandés :

 

Eric Zemmour est contre la reconnaissance de l’Etat palestinien: Europe Israël, 14 novembre 2014.

Message de djihadistes français à ceux qui vivent encore en « terre de mécréance »: « Tuez les français, les ennemis d’Allah »: Réd., europe-israel.org, 20 novembre 2014.

Analyse: l’émergence de l’hégémonie iranienne: www.israel-flash.com, 12 novembre 2014.

 

 

Shabbat Shalom  à tous nos lecteurs!