ÉLECTIONS

 

ISRAËL: À 104 JOURS DES LÉGISLATIVES, LE CENTRE ET LA GAUCHE PARLENT D'UNE GRANDE UNION ANTI-BIBI

Jérémyah Alber

JSSNews, 4 décembre 2014

           

Dès l’instant où le Premier ministre Benjamin Netanyahu a liquidé ses ministres Yaïr Lapid et Tzipi Livni et appelé à des élections anticipées, les négociations ont commencé furieusement, des deux cotés du spectre politique. Les factions de centre-gauche envisagent deux options: une liste commune sous la bannière « tout le monde sauf Bibi », ou chacun de son côté, mais toujours sous le même slogan. La droite, elle, ne veut pas perdre la face et les élections.

 

Le président du parti travailliste Isaac Herzog a ainsi essayé d’attirer dans son union tous les partis d’extrême gauche et du centre: Meretz, Kadima, Hatnua, et Yesh Atid.

 

Le plus amusant est peut-être que, selon les sondages, un parti comme Hatnua (de Tzipi Livni), ferait… 0 siège !

 

Selon l’offre de Herzog, les partis iront aux élections séparément, mais avec un message « votez pour qui vous voulez, mais pas Bibi. Votez centre-gauche. » Ca sent encore la déroute pour ces partis.

 

Les politiciens de droite, eux, ont également discuté entre eux. Naftali Bennett et le président du parti Union Nationale, Uri Ariel, se sont rencontrés pour discuter des prochaines élections et d’une possible union électorale, alors même que plusieurs députés du parti de Bennett parlent de scission au sein même du parti.

 

Dans le même temps, et beaucoup plus drôle, on apprend que Yaïr Lapid, grand opportuniste, est également en pourparlers avec Lieberman pour une alliance. Lapid qui considère que Netanyahu est un extrémiste n’a aucun problème à s’allier avec Lieberman dès lors que ce dernier est un anti-religieux. Lapid et Lieberman pourraient être rejoint par un nouveau parti dans la politique israélienne, celui de Moshe Kahlon, ancien député du Likoud qui compte bien faire tomber l’alliance Bennett-Netanyahu !

 

Les élections sont 104 jours, mais les membres de la Knesset n’ont que quelques jours préparer leurs listes.

 

Nouvelles élections en Israël… Et nouveaux partis ! Voici celui de Moshé Kahlon

Avi Retschild

JSSNews, 4 décembre 2014

           

Le journal Haaretz, qui est la réponse d’Israël au The New York Times quand il s’agit de coopérer avec Obama, a rapporté jeudi « que des hauts responsables israéliens ont dit que les fonctionnaires de la Maison Blanche ont tenu un débat il y a quelques semaines au sujet de la possibilité de prendre des mesures actives contre les ‘’colonies’’. »

 

Le journal a ajouté que les responsables américains n’ont pas nié le rapport, cette fuite est susceptible de venir tout aussi bien de Washington que de Jérusalem.

 

L’administration Obama s’est clairement jetée dans les élections israéliennes.

 

Le jour où Netanyahu a annoncé qu’il virait Tzipi Livni et Yair Lapid et appelait à de nouvelles élections, John Kerry a déclaré: « Je ne commente simplement pas la politique intérieure d’un pays » et puis il s’est immédiatement contredit et lancé un mauvais deal au milieu du camp anti-Netanyahu, à savoir : « Nous espérons que tout gouvernement qui sera formé, ou s’il y a des élections, que ces élections  produiront la possibilité d’un gouvernement qui peut négocier et progresser vers la résolution des différences entre Israéliens et Palestiniens, et bien évidemment, les différences dans la région. »

 

Maintenant vient le complot américain de faire apparaître Netanyahu dans la campagne comme celui qui a rejeté les demandes d’Obama et le « punir » pour ne pas cesser d’être sioniste et de penser que les Juifs ont le droit de vivre à Jérusalem et dans les « implantations » qui sont réclamées par l’Autorité palestinienne.

 

La Maison Blanche est allée jusqu’à dire plus tôt cette année que les plans d’Israël pour la construction de nouveaux logements pour les Juifs à Jérusalem-Est « empoisonnent l’atmosphère. »

 

Obama, dont les électeurs américains l’ont snobé le mois dernier en votant les Républicains pour le Congrès, a besoin de quelqu’un sur qui il peut passer sa colère, et Netanyahu est maintenant en temps opportun un punchingball.

 

Le gouvernement Américain, ainsi que les médias de l’establishment américain, dépendent du Haaretz comme leur source d’information, indépendamment du fait d’être désinformé par des illusions parfois plates.

 

Il estime en fait que la construction de maisons pour les Juifs est un obstacle à la paix, ce qui est vrai si l’on définit  la paix selon Mahmoud Abbas.

 

Il croit que les électeurs israéliens vont voter pour « n’importe qui sauf Bibi » une fois qu’ils se rendront compte que « l’allié inébranlable américain » pourrait ne pas supporter Israël à l’ONU ou, comme Haaretz l’a écrit, « donner des instructions claires aux responsables américains sur l’interdiction de coopérer ou de financer les implantations ».

 

Même Haaretz a admis que si Obama essaie de trop miner le terrain à Netanyahu, cela pourrait fonctionner comme un boomerang et frapper à la place le Président entre les yeux.

 

L’administration Obama s’immisce dans la campagne électorale israélienne avec le plan de « punir » Netanyahu
Tzvi Ben-Gedalyahu

http://www.europe-israel.org, 4 décembre 2014

           

Israël et les Etats-Unis organisent actuellement leurs efforts pour tenter de dissuader près de 200 Etats qui sont membres de la 4è Convention de Genève de convenir d'une session spéciale dans le courant du mois de décembre traitant de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est, ont indiqué mercredi des diplomates israéliens occidentaux au journal Haaretz.

 

La Suisse, qui parraine la Convention, fait l'objet de pressions intenses de la part des pays arabes et devrait lancer incessamment des invitations. La Confédération helvétique a néanmoins fait savoir que cette Convention, qui devrait durer 3 heures avec quelques discours et sans couverture médiatique, excepté une déclaration à la presse, devrait se focaliser uniquement sur le droit international humanitaire.

 

"Nous avons clairement indiqué que nous ne voulons pas que cela devienne un événement politique ou un débat ou une conférence qui blâmerait une des parties concernées", a confié un diplomate suisse au Haaretz.

 

Israël s'oppose avec force à cette initiative en dépit de la version modérée proposée par les Suisses. Des diplomates israéliens se sont rendus à plusieurs reprises à Berne et à Genève pour tenter de dissuader le ministère helvétique des Affaires étrangères de tenir cette conférence, indiquant que Jérusalem la boycottera.

 

"Ils (les diplomates israéliens) nous ont dit que la tenue de cette conférence ne ferait que faciliter une initiative palestinienne unilatérale pour dégrader l'image d'Israël et l'attaquer dans un forum international", a précisé le diplomate suisse.

 

Après l'échec des pourparlers israélo-palestiniens en avril dernier, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait indiqué qu'il ferait appel à une quinzaine d'agences dépendant de l'ONU. L'une d'entre elles est la 4è Convention de Genève qui traite de la "protection des populations civiles dans des zones de combats ou dans des territoires occupés".

 

La Convention n'a pas le pouvoir de prendre des décisions coercitives, mais elle pourrait accroître la critique internationale à l'encontre de la politique israélienne concernant les constructions dans les implantations.

 

Les Etats-Unis, le Canada et l'Australie soutiennent Israël et font pression sur la Suisse et d'autres pays pour tenter de contrecarrer la conférence. Des responsables américains ont fait savoir à la diplomatie helvétique que Washington boycottera la conférence au cas où elle se tiendrait. Les Canadiens ont envoyé des messages similaires à Berne.

 

Parallèlement, les Palestiniens, soutenus par un groupe de pays arabes, poursuivent leurs efforts et font pression sur les Suisses pour la tenue de la Convention.

 

Selon des diplomates occidentaux, la Confédération helvétique est déterminée, en dépit des pressions américaines, à lancer les invitations.

 

La 4è Convention est un des 4 traités de la Convention de Genève adoptée en 1949 qui traite de la protection des civils dans les conflits armés.

 

Israël est membre de la Convention, mais la Knesset (Parlement) n'a jamais légiféré en incluant ce traité dans la Loi fondamentale de l'Etat.

 

Israël affirme que ce traité n'est pas applicable à la Cisjordanie ou à Jérusalem-Est considérant que ces zones sont "disputées et non pas occupées". Israël estime que les implantations ne constituent pas une violation du traité.

 

VOUS AVEZ VOTÉ POUR UN ÉTAT PALESTINIEN INTERDIT AUX JUIFS Hervé Roubaix

http://www.dreuz.info, 4 décembre 2014

 

Reuters rapportait lundi 29 juillet 2013, que Mahmoud Abbas a déclaré : « aucun juif ne sera autorisé à résider dans le futur Etat palestinien. »

 

“Dans une résolution finale, nous n’accepterons la présence d’aucun israélien – civil ou militaire – sur nos terres”, a expliqué Abbas lors d’une conférence de presse avec des journalistes égyptiens, au cours de sa visite au Caire pour rencontrer le président égyptien par interim Adli Mansour, ajoutant que « une présence internationale, multi-nationale comme dans le Sinaï, le Liban ou la Syrie, nous sommes pour cette solution, » en référence aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

 

Madame Guigou, c’est en parfaite connaissance de cette déclaration, j’ajoute même, c’est en fermant les yeux sur cette déclaration, que vous avez proposé que la France vote pour la reconnaissance d’un Etat Palestinien interdit aux juifs – le premier depuis l’Allemagne hitlérienne.

 

Ni vous, ni les communistes, ni aucun défenseur auto-proclamé des Droits de l’homme, ni aucune organisation auto-déclarée antiraciste, ne s’élèveront contre un Etat d’Apartheid de Palestine, car vous l’avez souhaité.

 

Si vous avez un seul jour, une seule fois, un seul mot prononcé pour dénoncer l’abominable Apartheid en Afrique du sud, vous mentiez.

 

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

 

Avec vous, les membres de l’Assemblée nationale qui n’aiment pas les Juifs ont voté pour cette reconnaissance d’un Etat interdit aux juifs.

 

Je ne dis pas Madame Guigou que vous êtes antisémite, car je n’en sais rien. Peut-être l’êtes vous, peut-être pas.

 

Et je ne dis pas que tous les membres de l’Assemblée nationale qui ont voté pour cette reconnaissance sont antisémites. Loin de moi cette pensée.

 

Je dis en revanche que tous les antisémites ont voté pour la reconnaissance d’un Etat palestinien.

 

Et je dis que s’ils finiront leur vie avec ce cancer au ventre, ils finiront aussi avec la frustration : ils ne verront pas naître un Etat de Palestine interdit aux Juifs.

 

N’oubliez pas le compliment que De Gaulle adressait aux juifs, lors de sa conférence de presse du 27 novembre 1967, après que les juifs aient remporté la Guerre des 6 jours contre toutes les armées arabes des pays voisins ligués :

 

« les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles »

 

Je n’étais pas né, c’était en 1967, Israël n’avait pas, alors, la force qu’elle a aujourd’hui, et n’avait pas, alors, observé le double standard disqualifiant les condamnations dont elle est la cible, et qu’elle méprise.

 

 

LA « CAUSE PALESTINIENNE » : LA DERNIÈRE CAUSE TOTALITAIRE QUI MOBILISE LA GAUCHE

Guy Millière

http://www.dreuz.info, 30 novembre 2014

           

Quiconque veut comprendre ce qui sous-tend le vote qui doit avoir lieu mardi prochain à l’Assemblée Nationale, et le vote qui suivra au Sénat, concernant la reconnaissance d’un « Etat palestinien » par la France doit garder à l’esprit l’opportunisme cynique et sans scrupule d’une large fraction de la gauche française : celle-ci est en plein naufrage. Elle entend préserver l’électorat qui peut lui rester. Lorsqu’elle fait ses calculs, elle voit le nombre de Français de confession musulmane, et le compare au nombre de Français juifs. Il est infiniment plus payant pour elle de tenter de flatter l’électorat musulman que de s’essayer au même exercice vis-à-vis de ce qui peut lui rester de l’électorat juif.

 

En supplément, comme on l’a vu, entre autres, l’été dernier, nombre de Musulmans, s’alliant pour cela à des gauchistes, sont susceptibles de passer à l’action et de fomenter des émeutes à même de faire ressembler Paris ou Sarcelles à Beyrouth au temps de la guerre civile, voire d’attaquer des synagogues. Les Français juifs, eux, ne sont pas violents et expriment leur mécontentement de manière paisible, même lorsqu’ils sont victimes d’actes antisémites ou « antisionistes ». Il vaut mieux, quand on n’a aucun scrupule, apaiser ceux qui sont susceptibles de devenir violents, et faire ensuite semblant de déplorer les actes antisémites et « antisionistes ».

 

Enfin, il reste peu de causes totalitaires susceptibles de mobiliser la gauche. Il n’en reste même, véritablement qu’une seule : la « cause palestinienne ». Et c’est effectivement une cause qui mobilise : tous ceux dont les grands parents se sont extasiés devant le portrait de Joseph Staline ou dont les parents se sont pâmés devant celui de Mao avant d’exulter lors de la « libération » du Cambodge par Pol Pot ont, grâce à la « cause palestinienne », pu disposer de criminels contre l’humanité qu’ils sont à même d’admirer encore. Yasser Arafat est mort, mais il reste Mahmoud Abbas, Marwan Barghouti, tueur de Juifs présenté comme « prisonnier politique » sur des affiches innombrables, et quelques autres sinistres personnages du même acabit. Non seulement la « cause palestinienne » est une cause qui mobilise, mais elle permet aux innombrables totalitaires que compte la gauche de se rapprocher de l’islam radical (tant que des islamistes tuent des Juifs, et quasiment que des Juifs, ces gens peuvent les décrire comme des « résistants », et dire qu’un membre du Hamas qui tue un Juif est très différent d’un membre de l’Etat Islamique qui tue un Kurde). Elle permet même à des antisémites de la vieille extrême droite de rejoindre la cohorte de gauche et de se clamer « antisionistes ».

 

 

CHERS « AMIS » GAUCHISTES ISRAËLIENS

Remy Taieb

http://www.europe-israel.org, 4 décembre 2014

           

Il y félicite la France pour l’initiative de ses députés socialistes de voter pour la reconnaissance de la Palestine. Il invite toute l’Europe et les USA à faire de même et estime qu’« Une position européenne plus claire pèserait sur les Américains ».

 

A quand  un « Had Gadia » politique international pour achever « l’agneau  Israël » . On appellerait ISIS pour faire pression sur les Européens qui feraient pression sur les américains qui feraient pression sur Israël qui céderait enfin son territoire aux Palestiniens.

 

Il y explique encore: « Le gouvernement dirigé par Benyamin Netanyahou est incapable de songer à négocier sérieusement la paix. » Non pas incapable DE NEGOCIER mais incapable même de SONGER A NEGOCIER. La sémantique a son importance.

 

Monsieur Barnavi écrit en parlant de lui et de ses acolytes signataires de la pétition :

 

«  nous sommes considérés comme des patriotes…  » .

 

Probablement  étiez vous considérés comme tels quand vous défendiez la ligne israélienne mais il serait intéressant de nous préciser qui  vous considère aujourd’hui encore comme patriote à part quelques députés du MERETZ, du BALAD et quelques journalistes du HAARETZ.

 

Vous et ceux qui partagent vos idées avez montré votre incapacité à faire prévaloir votre position par le seul moyen juste et  universellement reconnu qui s’appelle des élections démocratiques dans lesquelles ce sont les citoyens d’Israël qui se prononcent.

 

Vous pouvez considérer que leur choix est mauvais et que vous seuls connaissez la vérité. Vous pouvez même le critiquer, le combattre et tenter de faire mieux comprendre votre vérité PAR DES MOYENS DEMOCRATIQUES.  (Netanyaou vous a offert une occasion rêvée en fixant des éléctions générales pour le mois de mars 2015;

 

Il n’empêche Ils assument ensuite les conséquences de leur choix comme les américains assument leur  choix d’Obama et les français celui  de Hollande.

 

Seul un esprit dérangé peut envisager de faire appel à des forces extérieures pour forcer son pays à accepter des dictats qui ont été refusés par la majorité de ses concitoyens.

 

Vous avez constaté votre échec et votre incompétence, alors vous allez faire appel à votre grand frère( les USA) et votre petite soeur ( l’Europe) pour faire entendre (votre) raison par la force à ces petits Israéliens qui n’ont rien compris.

 

Craignant que ça ne suffise pas vous invitez même l’Europe à faire plus de pression sur les américains (« Une position européenne plus claire pèserait sur les américains »).

 

On comprend à travers votre texte que la solution qui vous comblerait serait celle d’un dictateur de gauche à la tête de l’état d’Israël auquel vous pourriez imposer directement vos élucubrations. Dans ce cas il n’y aurait plus besoin des USA ni de l’Europe ni de la France pour faire progresser vos idées personnelles.

 

En tant qu’écrivain vous ne pouvez ignorer la signification des mots. Je me permets quand même de vous rappeler que vos agissements en collusion avec des puissances étrangères dans le but de faire plier votre patrie contre son choix démocratique, peut s’apparenter à tout sauf au patriotisme dont vous pensez pouvoir vous prévaloir.

 

Il serait temps de vous rendre compte que, vous et le courant de pensées que vous représentez, êtes ultra minoritaires en Israël et que vous arrêtiez de jouer sur l’ambiguïté en vous présentant comme historien tout en profitant dans les médias de votre statut d’ancien ambassadeur d’Israël.  Arrêtez d’utiliser  ce qu’il vous reste comme reconnaissance internationale (acquise grâce à Israël)  pour nuire à ce que l’immense majorité des Israéliens considèrent comme leurs intérêts.

 

Articles recommandés :

 

De Paris à Luanda (Angola): le rabbin Chekly et sa famille en route pour l’ouverture d’un nouveau centre Chabad!: 4 décembre 2014.

 

 

Shabbat Shalom  à tous nos lecteurs!