Canadian Institute for Jewish Research
L'institut Canadien de Recherches sur le Judaisme
Strength of Israel will not lie

LES POLONAIS ONT-ILS PARTICIPÉ À LA SHOAH?

  

    

 

 

 

NETANYAHU CLASHE LA POLOGNE :

“ON NE PEUT PAS CHANGER L’HISTOIRE ET L’HOLOCAUSTE NE PEUT PAS ÊTRE NIÉ”

David Stern

Le Monde Juif, 2018

 

Israël a accusé samedi la Pologne de vouloir “changer l’Histoire”, au lendemain du vote par la chambre basse du Parlement polonais d’une loi liée à la Shoah qui sanctionne l’emploi du terme “camps de la mort polonais”. Pour l’Etat juif, la loi polonaise constitue une tentative de nier la participation de la Pologne à l’extermination des Juifs.

 

Un projet de loi voté le 26 janvier par chambre basse du Parlement polonais a provoqué l’indignation des autorités israéliennes.

 

Cette loi prévoit une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison pour les Polonais et les étrangers qui utiliseraient le terme “camps de la mort polonais”, pour qualifier les camps d’extermination que les nazis avaient installés en Pologne quand ils occupaient ce pays durant la Seconde Guerre mondiale. Pour entrer en vigueur, ce texte doit être voté par le Sénat et signé par le président polonais.

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a donné instruction à l’ambassadeur d’Israël à Varsovie de rencontrer le Premier ministre polonais “pour lui exprimer sa ferme opposition à cette loi”, selon un communiqué de ses services.

 

Pour les Polonais, l’utilisation du terme “camps de la mort polonais” donne la fausse impression que leur pays est responsable de la Shoah.

 

Pour les dirigeants israéliens, ce texte représente une tentative de nier la participation de la Pologne à l’extermination des Juifs par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. “Cette loi est sans fondement. On ne peut pas changer l’Histoire et l’Holocauste ne peut pas être nié”, a dénoncé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

 

“Israël demande au gouvernement polonais de modifier cette loi avant son adoption définitive”, a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

 

Les dirigeants de l’opposition de gauche et centriste en Israël, Isaac Herzog et Yair Lapid, ont également dénoncé le texte de loi polonais, tout comme le député arabe d’opposition Ahmed Tibi.

Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, a également critiqué le texte mais de manière plus nuancée. “Cette loi est susceptible de brouiller la vérité historique concernant l’assistance que les Allemands ont reçue de la part de la population polonaise durant l’Holocauste», a souligné dans un communiqué cette institution, qui a toutefois reconnu “qu’il ne fait aucun doute que le terme “camps de la mort polonais” constitue une interprétation erronée de l’histoire”.”.

 

 

 

 

L’AMBASSADE D’ISRAËL À VARSOVIE DÉNONCE DES « ATTAQUES À BASE D’ANTISÉMITISME »

Times of Israel, 2 fev. 2018

 

 

L’ambassade d’Israël à Varsovie a dénoncé vendredi une « vague d’attaques à base d’antisémitisme » déferlant sur la Pologne, en pleine querelle diplomatique sur les responsabilités polonaises dans l’Holocauste et la liberté de débat sur cette question.

 

Le Sénat polonais a voté dans la nuit de mercredi à jeudi une loi controversée sur la Shoah, destinée à défendre l’image du pays mais qui a irrité Israël, fait l’objet de sérieux avertissements, critiques ou expressions d’inquiétude de Washington, ainsi que de nombreuses organisations juives et institutions internationales, dont le Conseil international d’Auschwitz.

 

Pour entrer en vigueur, la loi, qui aux yeux des conservateurs au pouvoir en Pologne doit empêcher qu’on utilise l’expression erronée de « camps de la mort polonais » à propos de ceux installés par les nazis allemands en Pologne occupée, doit être encore signée par le président Andrzej Duda.

 

« Ces derniers jours, nous avons enregistré une vague d’attaques à base d’antisémitisme. Des déclarations et des commentaires antisémites, dont nombre visant directement l’ambassadrice Anna Azari, nous sont parvenus par tous les canaux possibles », selon un texte publié sur le site de l’ambassade.

 

Le communiqué pointe du doigt la toile polonaise, effectivement frappée par de nombreux propos antisémites, et les médias, nommément la chaîne publique TVP Info.

 

C’est sur cette chaîne que des commentateurs connus sont allés jusqu’à ironiser récemment sur « des camps juifs » de la mort.

 

« Appliquant la même terminologie (que celle des ‘camps de la mort polonais’, ndlr), on pourrait dire que ces camps n’étaient ni allemands ni polonais mais juifs. Finalement qui desservait les fours crématoires? Et qui est-ce qui y périssait? », ont dialogué les commentateurs.

 

L’un d’eux venait de ressusciter sur son compte Twitter la grosse insulte adressée autrefois aux Juifs traités alors de « galeux cupide ».

 

L’ambassade d’Israël n’a pas évoqué ces propos qui ont suscité une avalanche de critiques en Pologne.

 

En revanche, elle a dénoncé aussi des fake news diffusés par TVP Info, notamment celle faisant un lien jamais prouvé entre les critiques israéliennes de la nouvelle loi et le lancement en Pologne de travaux sur la compensation modeste des biens immobiliers nationalisés par le régime communiste à l’issue de la Seconde guerre mondiale, dont nombre avaient appartenu aux Juifs.

 

« Jusqu’à présent nous nous sommes retenus de réagir mais nous ne pouvons plus nous taire », a alerté l’ambassade dans son communiqué.

 

 

 

LE SILENCE ET L’OUBLI

Michele Mazel

Jerusalem Post, 4 fev., 2018

 

 

Les rescapés de l’Holocauste, ces survivants des camps de la mort, disparaissent les uns après les autres, tandis qu’un peu partout en Europe, on sent une sourde volonté de tourner la page, d’oublier la part prise par les populations dans le déroulement du drame, par action ou par omission. Comment ne pas penser à cette réflexion du grand penseur que fut Edmond Burke : « Pour que le mal triomphe, seule suffit l’inaction des hommes de bien. »

 

On entend trop souvent dire aujourd’hui : « Ce fut certes un épisode tragique, mais les Allemands en portent seuls la responsabilité. » On l’a vu lors de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv en juillet dernier, quand l’extrême gauche de Mélenchon et l’extrême droite de Marine Le Pen, ont proclamé, chacune de leur côté, que la France ne portait pas la responsabilité de ce crime exécuté il y a plus de trois quarts de siècle par des policiers français sur ordre de l’occupant allemand. Quand on évoque les mesures prises contre les Juifs, les spoliations cautionnées par l’Etat, la réponse est trop souvent que « Vichy n’était pas la France. »

 

 

Aujourd’hui, c’est au tour du gouvernement polonais, qui menace des foudres de la loi quiconque oserait accuser la Pologne d’avoir pris part à l’Holocauste. C’est tout juste s’il est prêt à admettre du bout des lèvres qu’ici et là, et à titre tout à fait individuel, un Polonais s’est peut-être livré à des actes contre les Juifs. Bien sûr, les Polonais se sont battus courageusement contre les Allemands, faisant souvent preuve d’un héroïsme incontestable. Ils ont payé un lourd tribut pour leur résistance, et il n’y a pas eu de collaboration officielle entre Varsovie et Berlin, comme ce fut hélas le cas en France. Seulement la Pologne n’est toujours pas prête à regarder en face son passé d’antisémitisme virulent, et la longue suite d’atrocités commises par certains de ses citoyens. Si un grand nombre d’entre eux ont sauvé ou caché des Juifs pendant la guerre, d’autres ont trouvé du travail dans les camps de concentration, dénoncé ou livré leurs voisins juifs aux nazis, quand ils ne les attaquaient pas eux-mêmes.

 

Qui se souvient du massacre de Jedwabne ? Dans cette petite ville où vivaient des Juifs depuis des générations, le 10 juillet 1941 une quarantaine d’entre eux ont été pourchassés et enfermés dans une grange à laquelle leurs concitoyens et voisins ont mis le feu. Cinq ans plus tard, alors que la quasi-totalité des trois millions et demi de Juifs de Pologne avait été exterminée, environ 150 rescapés juifs étaient rentrés chez eux dans la petite ville de Kielce. Il a suffi d’une accusation de crime rituel – les Juifs auraient tué un enfant chrétien pour faire, avec son sang, des azymes pour la Pâque ! – pour que le 4 juillet 1946, la populace déclenche un véritable pogrom faisant 40 morts et 80 blessés.

 

Sera-t-il donc interdit désormais d’évoquer ces drames et tant d’autres ? Edmond Burke a également dit que ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont condamnés à la répéter.

 

 

 

 

Actualité 

 

 

LA PHOTO QUI N’A JAMAIS VU LA LUMIÈRE DU JOUR :

OBAMA AVEC FARRAKHAN SURNOMMÉ LE « HITLER NOIR »

29 janvier 2018

 

Un journaliste a annoncé la semaine dernière qu’il publierait une photo de l’Américain Barack Obama (D) et du leader de la Nation de l’Islam, Louis Farrakhan, qu’il avait prise en 2005 lors d’une réunion du Black Caucus du Congrès, mais qu’il ne l’avait pas rendue publique car elle aurait “fait une différence” pour l’avenir politique d’Obama.

 

Le photographe, Askia Muhammad, a déclaré au Trice Edney News Wire qu’il avait juré de garder le secret.”

 

“Mais après que la nomination ait été assurée et jusqu’à l’inauguration ; puis pendant huit ans après qu’il ait été président, la photo a été gardée à l’abri des médias “, a déclaré Muhammad.

 

Interrogé pour savoir s’il pensait que la publication de la photo aurait affectée la campagne présidentielle d’Obama, Muhammad a déclaré: “J’insiste. Cela aurait absolument fait une différence. “

Muhammad a déclaré jeudi qu’un “membre du personnel” de la CBC l’a contacté “en quelque sorte dans la panique” après avoir pris la photo lors d’une réunion du caucus en 2005. TPM a publié la photo ci-dessus avec la permission de Muhammad.

 

“J’ai en quelque sorte compris ce qui ce passait”, a déclaré Muhammad au TPM. «J’ai promis et pris des dispositions pour donner la photo à Leonard Farrakhan», gendre et chef de cabinet du ministre.

Louis Farakan est le dirigeant de l’organisation politique et religieuse  suprémaciste noire Nation of Islam depuis 1981. Il est accusé de sexisme, d’homophobie, de racisme et d’antisémitisme. Surnommé le « Hitler Noir », il se voit reprocher ainsi qu’à son organisation une vision complotiste et de stigmatisation des Juifs, rendus responsables de l’esclavage et de la traite des Noirs.

 

 

 

ATTAQUE D'ARIEL: UN ISRAÉLIEN SUCCOMBE À SES BLESSURES, LE TERRORISTE EN FUITE

I24, 5 fev., 2018

 

 

Un Israélien de 29 ans a succombé à ses blessures lundi après-midi après avoir été attaqué à l'arme blanche par un terroriste arabe israélien dans l'implantation d'Ariel en Cisjordanie.

 

Des images de vidéosurveillance publiées sur internet montrent le terroriste s'approcher de sa victime, qui se tient à un arrêt de bus près de l'implantation d'Ariel.

 

Il le poignarde dans le haut du corps puis le poursuit de l'autre côté de la route, sortant alors de l'écran.

 

Un soldat israélien présent sur les lieux a pris l'arabe israélien en chasse à bord de sa voiture et l'a heurté avec son véhicule, mais il est parvenu à prendre la fuite, a dit l'armée.

 

Les forces israéliennes ont bouclé les alentours, ont rapporté des témoins.

 

Le terroriste est un arabe israélien, âgé de 19 ans et résident de Jaffa, située à l'extrémité sud de Tel-Aviv.

 

La victime, déclarée morte à l'hôpital Beilinson de Petah Tikva, a été identifiée comme Itamar Ben Gal, père de quatre enfants et vivant dans l'implantation d'Har Bracha, tout près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.

 

"Nous allons le traduire en justice", a assuré lundi après-midi le Premier ministre Benyamin Netanyahou au début d'une réunion du Likoud.

 

Il est le deuxième Israélien assassiné en moins d'un mois dans le secteur, après le rabbin Raziel Shevah, tué par balles le 9 janvier alors qu'il circulait en voiture près de l'implantation de Havat Gilad où il vivait.

 

Les tensions ont été ravivées avec l'annonce, le 6 décembre par le président américain Donald Trump, de la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

 

Vingt Palestiniens et deux Israéliens ont été tués depuis lors dans des violences.

 

Le mouvement islamiste Hamas, grand ennemi d'Israël, a salué l'attaque de lundi comme la preuve que "l'Intifada de Jérusalem continue".

 

En réponse à l'assassinat du rabbin Raziel Shevah, le gouvernement israélien a annoncé dimanche son intention de régulariser l'implantation de Havat Gilad.

 

Les funérailles du défunt auront lieu mardi à 10h du matin dans l'implantation d'Ariel.

 

 

23 PREUVES QU’ISRAËL EST UN PAYS UNIQUE AU MONDE

Massa Israël

Jewbuzz, 1 fev., 2018

 

 

Israël est un pays à part. Après seulement 69 années d’existence, ce petit Etat aux confins du Proche-Orient a progressé à une vitesse exceptionnelle, et prouve chaque jour qu’il est à la pointe, tant sur les plans économique, politique que social. Voici les 23 faits qui montrent qu’aujourd’hui, Israël n’a rien à envier aux autres nations.

 

Economie

 

1 Israël détient le record de la plus forte concentration de start-ups dans le monde, après la Silicon Valley.

 

2 D’après le magazine américain US World Report & News, Israël est aujourd’hui la 8ème puissance mondiale.

 

3 Israël est l’un des rares pays au monde à avoir atteint le plein-emploi en 2015 : moins de 5,3% de la population est au chômage.

 

4 Israël est le seul pays où Starbucks a échoué son introduction au marché israélien, car pour la plupart des israéliens, il n’y a pas meilleur que les cafés servis dans les boutiques locales, comme Aroma ou Cafe Cafe.

 

Innovation

 

5 Depuis au moins 2 ans et pour toutes les innovations à venir, 100% des produits Apple intègrent des recherches et des technologies en Israël.

 

6 Jérusalem est la 1ère ville au monde à être entièrement couverte par du Wi-Fi.

 

7 12 israéliens ont deja reporté un prix Nobel, dont 10 sur les vingt dernières années. Ils ont été récompensés en chimie (6), paix (3), économie (2) et littérature (1).

 

8 En juin 2013, Google rachète Waze, la célèbre application israélienne de GPS, pour 1,15 milliards de dollars.

 

9 Innovation de taille : il existe des glaces au houmous en Israël.

 

Société

 

10 Israël compte 8 522 000 habitants, soit 10 fois plus qu’à l’année de sa création en 1948.

 

11 Tel-Aviv a été élue 9ème ville balnéaire du monde par National Geographic.

 

12 Tel-Aviv a remporté le prix du concours American Airlines des villes les plus gay-friendly au monde, et est considérée comme telle par la communauté LGBT mondiale.

 

13 L’espérance de vie d’un israélien est l’une des plus élevées au monde : 81,6 ans.

 

14 En 2012, le Traveler’s Digest a placé Tel Aviv comme étant la 7ème ville avec les plus belles femmes du monde, et la 10ème concernant les hommes.

 

15 Israël est le seul pays au monde à avoir instauré le service militaire obligatoire pour les femmes.

 

Politique

 

16 Israël est la seule démocratie libérale du Moyen-Orient.

 

17 En 1952, Albert Einstein s’est vu proposer la présidence de l’Etat d’Israël, qu’il a aussitôt refusée.

 

18 Quand Golda Meir a été élue Premier Ministre en 1969, elle était alors la 2ème femme élue au sommet du pouvoir exécutif dans le monde.

 

Et pour le plaisir…

 

19 Il y a plus de 40 McDonalds certifiés cachers en Israël. Le seul de ce type en dehors de l’Etat Juif se situe à Buenos Aires, en Argentine.

 

20 L’équipe de basket du Maccabi Tel-Aviv fait partie des meilleurs clubs au monde. Elle a remporté l’EuroLeague 5 fois.

 

21 Israël est le seul pays du globe à avoir accru le nombre d’arbres sur sa terre au 21e siècle.

 

22 Environ 1 000 lettres adressées à Dieu arrivent à Jérusalem chaque année

 

23 Israël est le seul pays au monde qui propose des programmes subventionnés en Israël aux jeunes de 17 à 30 ans du monde entier. Avec Massa Israël, décrochez jusqu’à $ 7 000 de bourse et participez à un programme de 4 à 10 mois en Israël ! Découverte, études supérieures ou juives, stage, formation ou volontariat, vous trouverez forcément celui qu’il vous faut ! Pour en savoir plus sur ces programmes, cliquez ici ou inscrivez-vous au Salon des études et programmes en Israel qui aura lieu à Marseille le 4 février, à Lyon le 5, à Strasbourg le 8 et à Paris le 11 février !

 

 

 

 

Shabbat Shalom!

 

 

Le “Communiqué Isranet” est également disponible via courriel.

Invitez vos collègues, amis et votre parenté à visiter notre site web pour plus d'informations sur notre Institut Canadien de Recherches sur le Judaïsme.
Pour vous joindre à notre liste de distribution, ou pour vous désabonner, visitez-nous au http://www.isranet.org/.
L’hebdomadaire « Communiqué Isranet » est un service d’ICRJ. Nous espérons qu’il vous sera utile et que vous encouragerez notre travail pédagogique en envoyant une contribution quelconque — déductible d'impôt — [s'il vous plaît envoyez une information chèque ou VISA / MasterCard pour ICRJ (voir page de couverture pour l'adresse)]. Tous les dons comprennent une adhésion-abonnement à notre revue trimestrielle imprimée respecté ISRAFAX, qui sera envoyée à votre domicile.
Le « Communiqué Isranet » tente de transmettre une grande variété d'opinions sur Israël, le Proche-Orient et le monde juif à des fins d’enseignement et de recherche. Les articles reproduits et documents expriment les opinions de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de l'Institut Canadien de Recherches sur le Judaïsme.