Canadian Institute for Jewish Research
L'institut Canadien de Recherches sur le Judaisme
Strength of Israel will not lie

SOUKKOTE. LA FÊTE DES CABANES

SOUKKOTE. LA FÊTE DES CABANES

Julien Bauer

Extrait de Sept années à Jérusalem, 2012

 

À deux reprises chaque année, la multiplicité des offices faitplace à un office unique, un jour pendant la Fête de Soukkote, la Fête des Cabanes, en automne et un jour pendant la Fête de Pâque. Ces deux jours, n’essaye pas de prendre un taxi vers le Mur. Toutes les voies d’accèes à la Vieille Ville sont fermées à la circulation automobile en raison de l’affluence. Passer le contrôle à l’entrée de l’esplanade du Kotel, contrôle comme celui en place à tous les espaces publics (jardins, grands magasins, cinémas, etc ») est un exercice de patience. L’esplanade, aussi bien la zone de prière que la zone sociale est noire de monde. Après les offices réguliers du matin qui suivent le modèle de multiples groupes, arrive le grand moment, celui de l’office supplémentaire pour la fête. Dès lors, des dizaines de milliers de personnes présentes prient ensemble. L’officiant utilise un micro. La bénédiction des prêtres est imminente. La Torah nous apprend qu’Aaron, le grand-prêtre, frère de Moïse, puis ses fils et ses descendants bénissaient, au nom de Dieu, le peuple d’Israël. Même après la destruction du Temple, et l’extinction du rôle de la prêtrise, la tradition s’est maintenue que les descendants d’Aaron, dont le nom de famille est fréquemment, mais non obligatoirement Cohen, ce qui signifie prêtre, bénissent à certaines occasions les fidèles. Depuis 1967, année où le Kotel est redevenu accessible aux Juifs, l’habitude s’est instaurée de ces deux jours de bénédiction de masse. Des milliers de descendants des prêtres, alignés sur plusieurs rangées le long du Kotel, couverts d’un châle de prière blanc, se tournent vers la foule et la bénissent selon la formule consacrée. Leur voix couvrent la foule et la bénissent selon la formule consacrée. Leurs voix couvrent l’esplanade et reviennent en écho vers le Mur. C’est un de ces moments privilégiés, comme Kippour, évoqué plus haut, où distinctions religieuses et différences politiques sont oubliées au profit d’un sentiment d’unité.

 

 

LE VIRAGE “SOCIALISTE” ET PRO-PALESTINIEN

DU PARTI DÉMOCRATE AMÉRICAIN SE CONFIRME

 

 

USA : DÉRIVE ANTI ISRAÉLIENNE DE LA CONVENTION DÉMOCRATE

JForum, Jul. 31, 2016

 

Des manifestants ont mis le feu à un drapeau israélien en scandant “Vive l’Intifada» devant le bâtiment où avait lieu la Convention nationale démocrate à Philadelphie. Certains se sont affrontés avec la police.

Des drapeaux palestiniens ont été brandis par des militants en pleine Convention nationale démocrate (DNC),  alors qu’il y avaient très peu de drapeaux américains, selon de nombreux médias et messages de médias sociaux.

Selon Alex Pfeiffer journaliste au Daily Caller, “Il semblerait qu’il n’y ait pas de drapeaux américains. La scène est fade et grise, sans présence de rouge, blanc ou bleu. Un regard approfondi sur la foule présente révèle qu’il n’y a pas de drapeaux américains “.

Chris Pandolfo, qui écrit dans la Revue conservatrice, a déclaré que des délégués du congrès  ont brandi le drapeau palestinien “. Que le drapeau «Palestinien» soit brandi à Philadelphie, signifie que le Parti démocratique Américain prend un sérieux virage à gauche. En outre, les militants pro palestiniens ont été vus brandissant des pancartes, “Je soutiens les droits humains des Palestiniens.”

Des utilisateurs de Twitter ont dit avoir vu l’activiste Ali Akin Kurnaz, le délégué de Bernie Sanders, agiter le drapeau palestinien à la convention du Parti démocratique. Ce drapeau symbolise la guerre faite à la seule démocratie qui fonctionne dans la région, Israël. C’est la seule interprétation censée de ce geste.  Même si les militants très à gauche de la gauche exprime leur détestation d’Israël sous couvert de défense des «droits humains» et «de droit à l’autodétermination». Le drapeau palestinien est le symbole du nationalisme arabe qui a vu le Grand Mufti de Jérusalem rencontrer Adolf Hitler en 1941 pour discuter de comment débarrasser le monde arabe des Juifs.  Kurnaz a aussi publié plusieurs tweets le premier jour de l’événement, critiquant les démocrates pour leur prétendue position pro–Israélienne:

Ali Akin Kurnaz a tweeté : “Il n’y a rien d’irrespectueux à brandir le drapeau d’un peuple opprimé. Ne pas reconnaitre cette oppression c’est ça qui est irrespectueux.”

Mais les militants de base ont peu d’influence sur la direction du parti, me direz-vous. Et il y a beaucoup de démocrates qui sont des amis de l’Etat d’Israël. Certes, mais au vu de la situation géopolitique régionale en ce moment, il est important de savoir qu’elle est la position du parti. Nous pouvons le faire de deux façons.

Est-ce que ces drapeaux et ces tweet témoignent d’opinions anti-israéliennes de plus en plus répandues au sein du Parti démocratique Américain ? La réponse, au regard de cette convention, est oui. Lors de cet évènement, un membre du parti démocratique du House Armed Services Committee a comparé les colons juifs israéliens à des termites, selon le journal gratuit Beacon.

Rép. Hank Johnson (D., Ga) a dit: ” On constate un phénomène stable et constant, un peu comme celui des termites, qui entrent, s’installent et rongent tout sans qu’on s’en aperçoive, jusqu’à ce que tout finisse par tomber en poussière, eh bien voilà, c’est comme ça que fonctionnent les colonies, en toute impunité et en augmentant sans cesse, au point que c’est devenue vraiment alarmant  ».

Les vues anti-israéliennes sont de plus en plus répandue au sein du Parti démocratique. Dans le même temps les délégués et les manifestants ont exigé le retrait du drapeau de l’État du Mississippi qui a leur yeux est un symbole d’oppression, alors que c’est un état dont la population est au moins à 40% noire. Et cela ne semble pas leur poser de problème. En fait, c’est comme penser qu’être fier du drapeau de l’Etat est l’expression d’un nationalisme  suspect. Quand c’est celui des Palestiniens et des Arabes antisémites c’est très bien. Mais quand ça vient de fiers Américains c’est un signe d’oppression.

Et le deuxième moyen d’évaluer l’avenir des Democrates c’ est de se tourner vers mon pays d’origine, le Royaume-Uni. Jeremy Corbyn, qui s’est également rangé aux côtés de la ligne dure des nationalistes palestiniens, est aujourd’hui le leader du Parti travailliste au Royaume-Uni. Celui-ci a voué son parti à des luttes intestines sans fin ce qui a entraîné une baisse drastique du soutien populaire au parti. C’est ce qui pend au nez des démocrates américains; comme les partisans de Bernie Sanders inondent la base, les voix modérées commencent à être chassées et remplacés par une jeunesse radicalisée. Larry Haas, mon ami et ancien directeur de Al Gore Communications  m’a dit il n’y a pas si longtemps: «Je ne quitte pas les démocrates, ce sont eux qui me quittent”.

Le prochain président de la Convention démocrate DNC est Rep. Marcia Fudge (D., Oh). Bien qu’elle ait déclaré soutenir l’Etat d’Israël, elle a été l’une des rares – aux côtés de Clinton, son adjoint Tim Kaine, Elizabeth Warren, et Bernie Sanders – à refuser une invitation du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu l’an dernier. Elle a qualifié cette invitation d’”inappropriée” et a dit que Netanyahou avait miné le président des Etats-Unis. Et depuis 2011, elle est devenue de moins en moins ouvertement favorable à Israël, tout en cherchant à apaiser ses électeurs juifs préférablement avec tweets sur Yom Kippour en évitant soigneusement d’évoquer Israël.

Les démocrates savent ce qui est arrivé au Parti travailliste de Grande-Bretagne – sa prise de contrôle par l’ultra gauche. Il n’est donc pas surprenant que leurs requêtes de “Mettre fin à l’occupation israélienne” aient augmenté entre 2013 et 2015, presque doublé au cours de cette période. Même si Hillary est une ami d’Israël, elle est peu susceptible d’être capable de gérer l’assaut provenant de la nouvelle base de son parti. Ils vont littéralement la mettre au pas.

Ce qui arrive aux démocrates, c’est ce qui est arrivé avec le Parti travailliste britannique ; un virage à gauche et une main mise de l’ultra gauche sur le parti. une prise de contrôle difficile à éviter. Et ce qu’il reste de modérés au sein du parti, ils ne sont pas taillés pour tenir tête à l’avancée des communistes. J’y vais fort pensez-vous? Eh bien, regardez, ça c’est vérifié à Philadelphie, cette semaine. 

 

USA: UN ANTI-ISRAÉLIEN NOMMÉ N°2 DU PARTI DÉMOCRATE

Shraga Blum

LPH Info, 26 fev, 2017

Après le KO subi lors des dernières élections, le Parti démocrate s’est redonné un nouveau chef en la personne de Tom Perez, proche de Barack Obama et ancien secrétaire au Travail.

Face à lui, il y avait Keith Ellison, représentant du Minnesota au Congrès, de religion musulmane et soutenu par Bernie Sanders et l’aile gauche du parti. Keith Ellison avait à plusieurs reprises tenu des propos anti-israéliens et antisémites ce qui lui avait valu des sévères critiques, notamment celles de Haïm Sabban, l’un des principaux donateurs au Parti démocrate. Ellison avait notamment déclaré lors d’un rapport d’enquête sur le terrorisme: “La politique étrangère des Etats-Unis au Moyen Orient est gouvernée par ce qui est bon ou mauvais pour un pays de sept millions de personnes (Israël), une région de 350 millions d’habitants tourne tout autour d’un pays de sept millions d’habitants; est-ce que cela a du sens ? Est-ce logique ? Juste ? Lorsque les Américains qui ont leurs origines parmi ces 350 millions s’impliqueront, tout changera. »

Keith Ellison était pendant longtemps le favori pour prendre la tête du parti, ce qui avait fait à dire à Haïm Sabban: “Son élection serait une catastrophe pour la relation entre la communauté juive et le parti démocrate”.

Mais c’est finalement Tom Perez qui a obtenu les faveurs des délégués du parti. Mais après sa victoire, et pour assurer l’unité du Parti démocrate afin de le mettre en ordre de bataille contre Donald Trump, Tom Perez a proposé à Keith Ellison de devenir le n°2 du parti. Détail non surprenant, Keith Ellison était également soutenu par le parti israélien Meretz!

 

USA: J STREET NE SOUTIENT PLUS UNE CANDIDATE

QUI FAVORISE LA SOLUTION À UN ÉTAT

JTA, 20 aout 2018

J Street a retiré son soutien à Rashida Tlaib, candidate démocrate au Congrès du Michigan qui a récemment appelé à une solution à un seul État au conflit israélo-palestinien.

Tlaib, fille d’immigrants palestiniens, a également appelé à une réduction de l’aide étrangère à Israël. Elle est susceptible de gagner son district dans la région de Detroit.

J Street, l’organisation politique libérale du Moyen-Orient, plaide, entre autres, en faveur d’une solution à deux États au conflit. Tlaib avait reçu précédemment l’appui du lobby JStreetPAC en raison de son soutien à deux États.

« Après avoir analysé les avis de Rashida Tlaib sur le conflit israélo-palestinien, nous en sommes arrivés à la malheureuse conclusion qu’une divergence significative exige que JStreetPAC retire son appui à sa candidature », peut-on lire dans un communiqué de J Street vendredi après-midi.

« Alors que nous défendons depuis longtemps une pluralité de voix d’opinions sur le conflit et ses questions annexes, nous ne pouvons pas appuyer les candidats qui n’ expriment pas publiquement et sans équivoque leur soutien à une solution à deux États et à d’autres principes fondamentaux auxquels notre organisation se dévoue », a déclaré le communiqué.

Dans une interview accordée mardi au magazine In These Times, Tlaib a approuvé la solution d’un seul État et a soutenu les droits à la liberté d’expression des militants du BDS, qui font pression en faveur du boycott contre Israël.

« Un seul État « , a-t-elle dit en réponse à la question de savoir si elle était en faveur d’une solution à un ou deux États. « Il faut que ce soit un seul état. Séparés mais égaux ne fonctionne pas. Je n’ai que 42 ans, mais mes professeurs faisaient partie de la génération qui a marché avec Martin Luther King. L’idée d’une solution à deux États, ça ne marche pas. »

Un jour plus tôt, Tlaib avait déclaré à Channel 4, en Grande-Bretagne, qu’elle soutenait la réduction de l’aide militaire américaine à Israël.

« Absolument. Pour moi, l’aide américaine devrait être un levier. J’utiliserai ma position au Congrès pour qu’aucun pays, pas un seul, ne soit en mesure d’obtenir de l’aide des États-Unis en continuant de promouvoir ce genre d’injustice ». a-t-elle dit.

J Street avait salué son élection présumée comme « un jalon historique pour la communauté palestino-américaine et pour l’ensemble des États-Unis ».

« Nous appuyons fortement son engagement en faveur de la justice sociale, et nous sommes inspirés par sa détermination à faire entendre la voix des communautés sous-représentées au Capitole », peut-on lire dans la déclaration. « Nous lui souhaitons bonne chance, et nous nous réjouissons à l’idée de travailler en étroite collaboration avec elle et son bureau lorsqu’elle occupera son siège au Congrès l’année prochaine.

 

Actualité 

 

CISJORDANIE: UN ISRAÉLIEN TUÉ DANS UNE ATTAQUE AU COUTEAU

I24, 16 sept., 2018

Un Israélien de 40 ans a été tué dimanche dans une attaque au couteau survenue à l’extérieur d’un centre commercial dans le Gush Etzion, une implantation israélienne en Cisjordanie, le terroriste a été neutralisé et abattu, ont rapporté les services d’urgences Magen David Adom (MDA).

La victime, identifié comme étant Ari Fuld, a reçu plusieurs coups de couteau dans le dos et à la nuque avant d’être transféré à l’hôpital de Shaare Tzedek à Jérusalem où il a succombé à ses blessures après une réanimation prolongée.

“Mon frère a vécu en héros toute sa vie et il est mort en héros” regrette Hillel Fuld, le frère d’Ari. Le terroriste, un Palestinien âgé de 17 ans, était originaire de Yatta, un village au sud de Hébron en Cisjordanie.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a promis qu’Israël continuerait à combattre le terrorisme “d’une main de fer” sur twitter. Dans une vidéo des caméras de surveillance, publiée sur les réseaux sociaux, on peut apercevoir le terroriste en train de s’approcher de la victime par derrière avant de la poignarder à plusieurs reprises.

Plusieurs passants ont alors poursuivi l’agresseur avant qu’il ne soit neutralisé par un civil. Une source proche de la famille du terroriste a déclaré au journal Haaretz qu’il avait prévu de poignarder des Israéliens à Hébron, et que sa famille aurait alerté les autorités palestiniennes, mais l’adolescent n’a pas été retrouvé et interpellé à temps.

Régulièrement invité sur les plateaux des chaînes de télévision étrangères – dont i24NEWS – pour défendre la position d’Israël en anglais, sa langue maternelle, M. Fuld avait créé une page Facebook intitulée “Israel Defense Page”.

La ministre de la Justice Ayelet Shaked l’a qualifié dans un tweet de “héros qui s’est battu dans le monde pour défendre Israël” tandis que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a, sur sa page Facebook, présenté ses condoléances à la famille évoquant l’homme “qui s’est battu pour défendre la vérité sur Israël”, le qualifiant également de “héros”.

L’ambassadeur américain en Israël David Friedman a de son côté tweeté que “l’Amérique est en deuil d’un de ses citoyens brutalement assassiné par un terroriste palestinien”. “Défenseur passionné d’Israël et patriote américain, Ari Fuld représentait le meilleur de nos deux pays”, a ajouté le diplomate.

Ari Fuld sera enterré dimanche soir au cimetière de Kfar Etzion, à quelques centaines de mètres du lieu de l’attaque.

 

FRIEDMAN : « INADMISSIBLE »

QUE L’AP PAYE LA FAMILLE DE L’ASSASSIN D’ARI FULD

Times of Israel, 20 sept., 2018

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, a condamné l’Autorité palestinienne (AP) pour sa politique « inadmissible » consistant à verser des allocations aux familles des agresseurs et des terroristes palestiniens qui commettent des attaques contre Israël.

Dans un tweet, Friedman a indiqué jeudi qu’un responsable de l’AP a confirmé que la famille de Khalil Jabarin, le terroriste de 17 ans qui a tué Ari Fuld la semaine dernière, a droit à un salaire mensuel alloué par le gouvernement de Ramallah. « Cette pratique est inadmissible et doit cesser si l’on veut qu’il y ait un espoir de paix », a-t-il déclaré.

 

USA: LA FAMILLE DE L’AMBASSADEUR PALESTINIEN

À WASHINGTON INVITÉE À QUITTER LE PAYS

I24, 16 sept., 2018

La famille de l’ambassadeur palestinien à Washington, Husam Zomlot, a été invitée à quitter le pays “immédiatement”, selon des informations parues dimanche dans diverses sources en langue arabe.

Les autorités américaines ont révoqué les permis de résidence des membres de la famille de Zomlot, ont fermé leurs comptes bancaires et exigé qu’ils quittent “immédiatement” les Etats-Unis, a déclaré l’ambassadeur palestinien à la chaîne de télévision libanaise Al Mayadeen et au journal palestinien Maan.

Le diplomate palestinien serait déjà de retour en Cisjordanie depuis un certain temps, tandis que sa famille est restée aux États-Unis.

Le département d’Etat américain a annoncé lundi sa décision de fermer le bureau de représentation de l’OLP, accusant les dirigeants palestiniens de refuser de parler à l’administration Trump et d’engager des négociations de paix avec Israël.

Le négociateur en chef palestinien et secrétaire général de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), Saëb Erekat, avait dénoncé cette décision dans un communiqué, la qualifiant de “punition collective contre le peuple palestinien”.

L’Autorité palestinienne a gelé tout contact avec le gouvernement américain depuis que le président Trump a reconnu en décembre dernier Jérusalem comme capitale d’Israël. Washington a ensuite multiplié les mesures spectaculaires, coupant notamment l’essentiel de son aide aux Palestiniens.

Parallèlement, la Maison Blanche assure préparer un plan de paix dont Donald Trump espère, malgré tout, qu’il permettra de parvenir à “l’accord ultime” entre Israéliens et Palestiniens.

Le gendre et conseiller du président américain, Jared Kushner, a défendu jeudi la série d’actions prises contre les Palestiniens et a insisté sur le fait qu’aucune d’entre elles n’avait diminué les chances d’arriver à un accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

S’exprimant sur la pelouse de la Maison Blanche 25 ans après la signature des accords de paix d’Oslo, M. Kushner a déclaré que le président Trump avait réellement “amélioré” les chances du rétablissement de la paix au Moyen-Orient.

 

REVIREMENT: LA BELGIQUE CESSE SON AIDE AU “MINISTÈRE DE L’EDUCATION” DE L’AUTORITÉ PALESTINIENNE

Shraga Blum

LPHInfo, Sept. 16, 2018

La Belgique, souvent en pointe de la politique pro-palestinienne de l’Union européenne, vient de prendre une décision inédite: le ministère belge de l’Education a annoncé la rupture de ses relations avec le “ministère de l’Education” au sein de l’Autorité Palestinienne. La raison invoquée: la glorification des terroristes dans les écoles sous contrôle de l’AP. Jusqu’à présent, la Belgique finançait une partie importante de la construction d’écoles dans les zones A et B de Judée-Samarie.

L’an passé, la Belgique avait déjà gelé 3,8 millions de dollars d’aide après qu’une école ait été baptisée au nom de Dalal Al-Mughrabi, héroïne chez les Arabes palestiniens pour avoir fait partie d’un commando qui avait commis le tristement célèbre attentat de la Route du Littoral, en 1978, causant la mort de trente-huit personnes dont treize enfants.

Dans la décision qui vient de tomber, le ministère belge de l’Education explique qu’il s’est adressé à de nombreuses reprises à l’AP pour obtenir la cessation de ce genre de pratiques, mais sans résultat.

Ce tournant dans la politique belge est également dû à une activité diplomatique et de “hasbara” intenses de la part d’Israël pour dénoncer l’immoralité totale de l’attitude de l’Autorité Palestinienne facilitée par l’argent européen.

 

L’UE DOIT ARRÊTER DE FINANCER LE BDS, AFFIRME UN MILITANT PALESTINIEN

Times of Israel, 16 sept. 2018

Un activiste des droits palestiniens a fustigé l’Union européenne (UE) pour avoir soutenu des programmes visant à boycotter Israël, affirmant que cela se faisait aux dépens de la dignité et de la prospérité palestiniennes.

S’adressant à une commission du Parlement européen à Bruxelles, Bassem Eid, basé à Jérusalem, a déclaré aux législateurs que la coopération économique entre Israéliens et Palestiniens était la seule manière de parvenir à la paix.

« Actuellement, la majorité des Palestiniens cherchent la dignité plutôt que l’identité. C’est l’une des questions les plus importantes, et la dignité peut seulement s’obtenir grâce à la prospérité économique, » a-t-il déclaré dans une vidéo, avec des sous-titres en anglais, postée cette semaine par MEMRI, l’Institut de Recherche des Médias du Moyen-Orient.

Eid, qui a publié les images originales de ses commentaires sur son propre site internet plus tôt ce mois, a continué en déclarant que le mouvement BDS « utilisait des Palestiniens pour obtenir du pouvoir et de l’argent ».

« Le BDS ne parviendra jamais à obtenir une sorte de paix entre les Israéliens et les Palestiniens, » a-t-il déclaré. « Le BDS veut détruire Israël, et, en tant que Palestinien, je n’ai pas le temps pour cela ».

Il a incité l’UE à couper les programmes soutenant le BDS, déclarant que « si l’Europe coupait demain les financements du BDS, comme Trump a coupé les financements destinés à l’UNRWA, il n’y aurait plus de BDS dans les six mois à venir ».

Eid a également critiqué l’Autorité palestinienne (AP), déclarant aux législateurs de l’UE que des dizaines d’hommes d’affaires palestiniens voulaient participer aux discussions sur les initiatives économiques au Parlement européen, mais que l’AP les en avait empêchés d’y participer.

Le BDS, le mouvement mondial appelant aux boycotts, cessions et sanctions contre Israël, cherche à isoler l’État juif.

Plus tôt cette année, le ministère des Affaires stratégiques a publié un rapport affirmant que l’UE avait donné des millions de dollars à des groupes à but non lucratif qui font campagne pour des boycotts d’Israël ou ont des liens avec les groupes terroristes.

Feredica Mogherini, la chef de la diplomatie de l’UE, a fustigé le ministre des Affaires stratégiques Gilad Erdan et son ministère pour son rapport, qui diffusait, selon elle, de fausses informations.

« Nous sommes sûrs que les financements de l’UE n’ont pas été utilisés pour soutenir le boycott d’Israël ou des activités du BDS et certainement pas pour financer le terrorisme », a-t-elle déclaré dans une lettre à Erdan à l’époque.

Mogherini a souligné que l’EU « rejette toutes les tentatives d’isoler Israël et ne soutient pas les appels au boycott. L’UE ne finance pas des actions qui sont liées aux activités du boycott ».

Même si l’UE ne s’oppose pas officiellement au boycott d’Israël, l’UE a recommandé à ses États-membres de mettre des étiquettes spéciales sur les exportations en provenance de implantations israéliennes en Cisjordanie. L’UE n’interdit pas les produits des implantations, mais ils ne reçoivent pas les mêmes réductions de taxes que les produits en provenance d’Israël.

Depuis sa formation, le mouvement du BDS a rencontré un succès limité parmi des publics progressistes, parvenant à convaincre quelques organisations religieuses de ne pas investir dans des activités liées à Israël et à obtenir des soutiens dans les campus des universités américaines.

Récemment, la chanteuse Lana Del Rey a rejoint la liste des artistes qui ont annulé des représentations en Israël à cause de la pression de la part d’activistes du BDS.

Nous vous souhaitons d’excellentes Fêtes de Soukkote