UN MONDE EN QUETE DE SENS

 

Tsipras en Israël fait référence à Jérusalem en tant que "capitale historique"

                                    I24, 26 Nov., 2015

             

Le Premier ministre israélien a reçu mercredi son homologue grec Alexis Tsipras, venu en Israël pour la première fois, dans le cadre d'une visite officielle de deux jours. Les deux hommes ont abordé toute une série de sujets et notamment la coopération entre les deux pays sur les plans économique, technologique, scientifique, commerciale, énergétique et agricole.

 

Le président Rivlin a quant à lui rencontré jeudi le Premier ministre Tsipras, pour marquer les 25 ans des relations diplomatiques entre les deux pays. Rivlin et Tsipras se sont également penchés sur le renforcement des relations bilatérales dans un éventail de domaines. Au cours de cette rencontre, le Premier ministre grec a été invité à signer le livre d'or du président israélien. Tsipras y a inscrit que c'est un "immense honneur de se trouver dans votre capitale historique et de faire la rencontre de votre Excellence", a rapporté la journaliste Tal Shalev d'I24news.

 

La déclaration est sans précédent de la part d'un dirigeant européen dans la mesure où, le statut de la ville est controversé au sein de la communauté internationale, qui considère notamment que Jérusalem-est est occupée. L’État d’Israël a fait de Jérusalem "réunifiée" sa capitale après la conquête de la partie est de la ville en 1967.

 

Les deux Premiers ministres ont convenu de la continuation de leurs réunions gouvernement-à-gouvernement et ont indiqué qu'ils continueraient avec les projets "très concrets" à la suite de cette visite. "Nous sommes deux démocraties de la Méditerranée orientale et nous sommes évidemment conscients qu'il existe pour nous un monde de possibilités – de la technologie, du développement, du progrès – à saisir et nous pouvons mieux les saisir grâce à la coopération", a affirmé Netanyahou.

 

Une réunion supplémentaire a également été décidée, qui comprendra le président de Chypre, afin de finaliser la mise en place du gazoduc qui devrait alimenter l’Europe en gaz israélien, chypriote et grec. Tzipras et Netanyahou ont convenu de tenir une réunion trilatérale avec le président chypriote Nikos Anastasiadis au début de l'année prochaine.

 

Des champs de gaz naturel ont été découverts dans les eaux israéliennes et chypriotes, ce qui a renforcé les relations bilatérales sur la coopération et la sécurité maritime. Cette coopération inclue des projets pour développer un gazoduc reliant les champs de gaz israéliens à Chypre et des câbles électriques sous-marins entre Israël et Chypre qui pourraient permettre l'exportation de l'énergie vers l'Europe.

 

Les découvertes de gaz naturel en Israël, à Chypre et en Egypte au cours des dernières années ont ainsi favorisé la création de nouvelles alliances énergétiques en Méditerranée orientale. A l’issue de la rencontre Binyamin Netanyahou a par ailleurs apporté son soutien à la Grèce, qui fait face à une crise économique depuis 2008, et a déclaré "que nous (Israël et la Grèce, ndlr) avons aussi une affinité naturelle dans vos efforts pour réformer et renforcer l’économie de la Grèce".

 

"Je sais que vous prenez des mesures très difficiles. Je pense qu'elles sont appréciées dans le monde entier, mais elles sont aussi appréciées par moi parce que j’ai eu le malheur d’avoir à faire la même chose ici", a-t-il déclaré. Le Premier ministre a fait savoir qu'il sait combien cela est difficile et que pour lui la Grèce fait "constamment et avec une grande détermination des choses très difficiles". "Et nous croyons en votre réussite. Nous croyons que l’économie grecque va rebondir et j’ai l’intention d’encourager les investisseurs israéliens à investir en Grèce", a-t-il jouté.

 

"Nous sommes sur la voie de la coopération stratégique, mais nous ne devons pas oublier qu'il y a d'autres directions vers lesquelles nous devrions aussi nous concentrer", a indiqué pour sa part Tsipras, qui a fait allusion au développement du tourisme et à la lutte contre le terrorisme. Netanyahou a précisé que le nombre de touristes israéliens se rendant chaque année en Grèce est passé de 50.000 il y a quelques années à 350.000.

 

 

 

 

MOSCOU JURE DE FAIRE REGRETTER SON ACTE A ANKARA, QUI PRESENTE SES CONDOLEANCES                               

I24, 3 Dec., 2015

 

Vladimir Poutine a promis jeudi de "faire regretter" la destruction d'un avion russe à la Turquie, qui a présenté ses condoléances pour le décès du pilote du bombardier abattu par l'aviation turque. En pleine tempête diplomatique, la rencontre entre les chef des diplomaties russe Sergueï Lavrov et turque Mevlet Cavusoglu en marge d'une réunion ministérielle de l'OSCE à Belgrade a suscité un maigre espoir d'apaisement.

 

"Nous avons exprimé notre tristesse et adressé nos condoléances pour la mort du pilote russe", a déclaré M. Cavusoglu, après son entretien avec M. Lavrov. Il s'agissait du premier contact à ce niveau entre les deux pays depuis la destruction d'un bombardier russe par l'aviation turque à la frontière syrienne le 24 novembre.

 

M. Cavusoglu s'est félicité de l'atmosphère de cette rencontre d'une quarantaine de minutes, tout en reconnaissant qu'elle n'avait pas débouché sur une percée significative, ce que son homologue russe Sergueï Lavrov a également confirmé. "Nous nous sommes réunis avec M. Cavusoglu (…) Nous n'avons rien entendu de nouveau. Le ministre turc a confirmé la position qu'ils ont déjà exprimée, et nous avons confirmé la nôtre", a-t-il dit dans une déclaration à la télévision russe.

 

Avant cette rencontre, les hauts responsables russes refusaient tout contact avec leurs homologues turcs et exigeaient des excuses officielles d'Ankara. Le président russe Vladimir Poutine, après avoir refusé de prendre les appels téléphoniques du président turc Recep Tayyip Erdogan, l'a évité lors de la COP21 à Paris.

 

Mercredi, Moscou avait même accusé nommément le président Erdogan et sa famille de profiter de la contrebande de pétrole à laquelle se livre l'organisation État islamique (EI) en Syrie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a réagi en dénonçant les "accusations immorales" de la Russie sur une implication de sa famille cette contrebande et mis en cause en retour la complicité de Moscou dans ce trafic.

 

Mais M. Poutine a martelé: "Nous n'oublierons jamais cette complicité avec les terroristes. Nous considèrerons toujours la trahison comme l'une des actions les pires et les plus viles". "Il semble qu'Allah ait décidé de punir la clique au pouvoir en Turquie en la privant de la raison et du bon sens", a-t-il poursuivi, provoquant les rires de l'assemblée.

Vladimir Poutine s'est défendu de "brandir les armes" dans cette crise tout en promettant de nouvelles mesures de représailles contre Ankara, déjà victime d'un embargo sur ses produits alimentaires et de sanctions visant ses entreprises et son secteur touristique.  – 'ils vont regretter ce qu'ils ont fait', dit M. Poutine –

 

Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a d'ailleurs annoncé dans la foulée que les négociations sur le projet de gazoduc TurkStream qui devait acheminer le gaz russe en Turquie avaient été "suspendues". "Ce n'est pas la dernière fois que nous leur rappellerons ce qu'ils ont fait, ni la dernière fois qu'ils vont regretter ce qu'ils ont fait", a lancé M. Poutine lors de son discours de politique générale.

 

Tout en faisant la distinction entre les dirigeants et le peuple turc, "bon, travailleur et talentueux", le président russe a de nouveau accusé la classe politique du pays de "s'en mettre plein les poches" en protégeant les activités illégales de l'EI en Syrie. Le président turc n'a pas tardé à réagir, affirmant à son tour qu'il détenait des "preuves" de l'implication de la Russie dans le trafic de pétrole de l'EI en Syrie et promettant de bientôt "commencer à les révéler au monde".

 

Les autorités russes exigent sans succès des excuses officielles d'Ankara pour la destruction de leur avion qui provoqué la mort de deux militaires, premières pertes officielles depuis le début de l'intervention russe en Syrie le 30 septembre. La Russie était déjà passée mercredi aux attaques personnelles dans la crise qui l'oppose à la Turquie en accusant directement le président Recep Tayyip Erdogan et sa famille d'être impliqués dans le trafic de pétrole de l'EI, l'une des principales sources de financement du groupe jihadiste.

 

M. Erdogan avait par la suite menacé les autorités russes de mesures de représailles si elles continuaient à "propager des calomnies". Jeudi, le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a de nouveau qualifié de "propagande soviétique" les accusations russes. Washington, qui a appelé à plusieurs reprises au "calme" et à la "désescalade" entre Moscou et Ankara, a fermement démenti mercredi les accusations russes, ne voyant "aucune preuve" soutenant les allégations visant son allié.

 

 

NETANYAHU : TSAHAL OPERE « DE TEMPS EN TEMPS » EN SYRIE                                                                

Times of Israel, 1 Dec., 2015

 

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a publiquement déclaré qu’Israël opère « de temps en temps » en Syrie.  Lors de la Conférence Galilée à Acre, le Premier ministre israélien a révélé : « nous opérons en Syrie de temps en temps pour éviter qu’il ne se transforme en un autre front contre nous. Nous agissons, bien sûr, pour empêcher le transfert d’armes mortelles de la Syrie au Liban ».

 

Il a également noté qu’Israël prend un soin particulier à éviter les tirs amis sur les forces de la coalition qui opèrent sous le commandement américain ou sur les unités militaires russes opérant dans le pays ravagé par la guerre.

 

 

 

CISJORDANIE: 3 ISRAELIENS BLESSES DANS UNE ATTAQUE A LA VOITURE BELIER

I24, 24 Nov., 2015

 

Deux militaires et une garde-frontières israéliens ont été blessés lundi en début de matinée au cours d'une attaque à la voiture-bélier à proximité de la ville de la ville de Naplouse en Cisjordanie. Les forces de sécurité ont répliqué en tirant sur le terroriste palestinien qui a été gravement blessé. Selon les services de secours, un des Israéliens est dans un état sérieux et les deux qutres ont été légèrement blessés.

 

Hier, quatre attentats ont eu lieu en moins de quatre à Jérusalem et en Cisjordanie au cours desquels un militaire israélien a été tué et cinq autres civils ont été blessés, dont un Palestinien de 70 ans poignardés par deux terroristes palestiniennes.

Israël a frappé lundi soir des cibles du Hamas à Gaza, a annoncé l'armée israélienne. Tsahal précise que les frappes, qui n'ont fait aucun blessé, ont été menées en riposte à une roquette palestinienne lancée dans la matinée à partir de l'enclave palestinienne sur l'ouest du Néguev. L'explosion n'avait fait aucun dégât ni blessé…

[Lire la suite]

 

 

DRONES HERMES 900 : ELBIT (ISRAËL) FAIT UN CARTON EN SUISSE.                                    

Israel Valley,  29 Nov., 2015

 

L’entreprise israélienne de défense Elbit a signé un contrat de 200 millions de dollars pour fournir à la Suisse six drones Hermes 900. L’accord signé avec le gouvernement Suisse se déroulera sur quatre ans. Des opposants avaient précédemment appelé la Suisse à ne pas investir dans l’industrie militaire israélienne en raison des “violations systématiques des droits de l’homme commises par l’Etat hébreu contre les Palestiniens.”

 

La socialiste Géraldine Savary, opposée à cet achat, avait accusé l’armée israélienne d’avoir utilisé des drones Hermes 900 pendant l’offensive militaire à Gaza, en été 2014. SELON L.P.H. : "Le drone Hermes 900 est tout à fait adapté aux besoins militaires de la Suisse car au-delà de ses capacités prodigieuses sur le plan technologique et opérationnel il est capable de fonctionner parfaitement dans des conditions météorologiques instables.

 

Il remplacera les ADS 95 Ranger qu’il dépasse de loin dans les capacités. Là où le Ranger pouvait voler 4 heures pour un rayon d’action de 100 kilomètres, l’Hermes 900 peut voler jusqu’à 36 heures avec une vitesse de croisière de 112 kilomètres / heure. Betzalel Machlis, PDG d’Elbit System Ltd. s’est réjoui du choix de la Suisse et espère que ce contrat ouvrira la voie à d’autres projets avec ce pays. Pour la petite histoire, le Hermes 900 était en compétition avec un autre drone, le Heron (IAI)…lui aussi de fabrication israélienne!"

         

 

FUSILLADE EN CALIFORNIE :

INTERROGATIONS SUR LES MOTIVATIONS DES TUEURS                                                                                             

Le Monde, 20 Nov., 2015

 

Le couple qui a tué 14 personnes et fait 21 blessés lors d’une fusillade à San Bernardino, en Californie, disposait d’un arsenal colossal de munitions et semble avoir prémédité son acte même si les autorités restaient prudentes sur ses motivations et se refusaient, à ce stade, à parler de terrorisme. Douze engins explosifs artisanaux ont été retrouvés au domicile de Syed Rizwan Farook et Tashfeen Malik ainsi qu’environ 5 000 cartouches de fusils d’assaut, a énuméré Jarrod Burguan, le chef de la police locale, lors d’une conférence de presse jeudi, au lendemain de la pire tuerie aux Etats-Unis depuis trois ans. La police a précisé que les armes à feu utilisées avaient été achetées légalement.

 

Trois autres engins explosifs artisanaux reliés entre eux et actionnables à distance ont aussi été retrouvés dans le bâtiment visé par les tueurs. Mais ils n’ont finalement pas explosé.

 

Si les autorités restaient prudentes pour énoncer un motif, elles affirmaient dorénavant que le carnage semblait prémédité, vu l’arsenal retrouvé. « Il serait irresponsable à ce stade de parler de terrorisme », mais « il semble qu’ils menaient une mission » dont l’objectif reste à déterminer, a dit David Bowdich, l’un des responsables du FBI.

 

Des témoignages laissent entendre que le motif pourrait être lié à une dispute sur le lieu de travail d’un des suspects, employé des services de santé de San Bernardino. Le chef de la police locale a toutefois remarqué que le couple « était clairement préparé, personne ne s’énerve à une fête (de bureau) et intervient avec quelque chose d’aussi élaboré ».

 

Syed Rizwan Farook, âgé de 28 ans, est né à Chicago de parents d’origine pakistanaise, mais a grandi en Californie. Il travaillait depuis 5 ans comme inspecteur environnemental pour le département de santé publique de l’état de Californie, ce qui explique sa présence à l’Inland Regional Center, où plusieurs fonctionnaires de ce département étaient rassemblés, mercredi, pour une fête de Noël. Sa compagne, Tashfeen Malik, est née au Pakistan, selon un haut fonctionnaire cité par le Los Angeles Times. Elle était présente légalement sur le territoire américain, grâce à son mariage, à l’été 2014, avec Syed Rizwan Farook.

 

La police a dévoilé l’identité des 14 personnes, huit hommes et six femmes âgés de 26 à 60 ans, abattues dans la fusillade. La plupart travaillaient pour les autorités locales et résidaient dans les villes voisines de San Bernardino, dans la grande banlieue de Los Angeles. 21 personnes ont été blessées mercredi dans la fusillade, et plusieurs se trouvaient encore, jeudi, dans un état critique. Plusieurs milliers de personnes leur ont rendu hommage, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans un stade de baseball de San Bernardino.

 

 

 

UN GROUPE PRO-BDS UTILISE LA PLATEFORME ISRAÉLIENNE WIX POUR CONSTRUIRE SON SITE WEB

JTA, 29 nov., 2015

 

Un groupe universitaire qui soutient le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions a construit un site internet pour ses activités en utilisant le programme israélien gratuit Wix. L’entreprise à succès basée à Tel-Aviv fournit une plate-forme pour la construction de sites web et aurait plus de 50 millions d’utilisateurs en 2014.

 

Des Etudiants pour la Justice en Palestine à l’Université de Denver ont récemment lancé un site web en utilisant le service, entraînant la critique qu’ils ne mettraient pas vraiment en pratique le BDS. Le groupe a publié mercredi sur sa page Facebook un message pour défendre ses actions en ajoutant un lien vers une plus grande déclaration par la branche du groupe à l’Université de Cornell dans l’Etat de New York il y a deux ans, qui avait été critiquée pour la même chose.

 

« Soyons clairs : le BDS n’est pas l’abstention ni un principe moral absolu. Ce n’est pas l’isolation ou le retrait, cela n’impose pas un rejet de tout ce qui vient d’Israël. Ce n’est pas antisémite, et cela n’a rien à voir avec les réussites de la technologie israélienne. Le BDS n’est pas la tentative de belles âmes d’éviter la contamination avec l’oppression et de garder leurs mains propres : c’est une tactique fondée sur une stratégie plus large, et cela commence à fonctionner », a publié le groupe en reprenant une déclaration de l’université Cornell sur Facebook.

 

« L’idée que les soutiens au mouvement BDS doivent éviter le contact avec tout ce qui est israélien constitue non seulement une fausse idée de la nature du BDS, mais cela déforme l’idée de politique en général », avaient écrit les étudiants dans leur déclaration plus longue.

 

« Ceux qui nous qualifient d’hypocrites n’adhèrent pas à la logique rigide d’une séparation insinuent simplement que si l’on croit au Boycott d’Israël, on doit le faire de manière absolue et se priver des avantages innovatifs de la « Nation Start-up », puisque l’on est opposé à Israël, on ne doit pas être en contact avec tout ce qui vient d’Israël », a-t-il ajouté. Le site internet du groupe de l’Université de Denver était encore en ligne avec Wix vendredi matin.

 

 

 

CANADA: UNE SYNAGOGUE S'OUVRE AUX MUSULMANS APRES L'INCENDIE DE LEUR MOSQUEE

I24, 29 nov., 2015

 

Une synagogue canadienne a ouvert ses portes à la communauté musulmane locale ces derniers jours après l'incendie criminel d'une mosquée voisine lié aux attentats de Paris, rapporte dimanche le site Ynet. Les responsables de la synagogue Beth Israel de Petersborough (Ontario) ont invité les fidèles musulmans à venir prier dans le lieu de prières juif après le jet de cocktails Molotov dans la mosquée Masjid al-Salaam (la Mosquée de la Paix).

 

Les dégâts de l'unique lieu de prière musulman de la ville sont estimés à 80.000 dollars (+ de 75.000 euros). Le président de la synagogue Larry Gillman a indiqué que lorsqu'il a appris la nouvelle de l'incendie criminel, il a immédiatement contacté le conseil d'administration de la synagogue pour demander à ses membres s'ils étaient prêts à partager le lieu de prière juif avec les membres de la communauté musulmane. La réaction a été unanime et instantanée, tous les membres se sont prononcés en faveur de cette initiative.

 

"En tant que Canadiens, nous devons être solidaires, ce n'est pas une question de religion ou de race. C'est ainsi que les Canadiens agissent", a confié Gillman. "Même lorsque cela a pour origine une tragédie, nous oeuvrons ensemble. Nous avons bien davantage de points communs que de différences. En fin de compte, c'est la maison de Dieu", a déclaré quant à lui Kenzu Abdella, le président de l'association islamique Kawartha.

 

Les fidèles musulmans sont déjà venus à la synagogue à deux reprises la semaine dernière pour prier, et les deux communautés ont organisé un repas festif. La communauté juive locale a réussi à rassembler 110.000 dollars pour la reconstruction de la mosquée, soit 30.000 dollars de plus que ce qui est nécessaire.

 

Shabbat Shalom  à tous nos lecteurs!

 

Le “Communiqué Isranet” est également disponible via courriel.

Invitez vos collègues, amis et votre parenté à visiter notre site web pour plus d'informations sur notre Institut Canadien de Recherches sur le Judaïsme.
Pour vous joindre à notre liste de distribution, ou pour vous désabonner, visitez-nous au http://www.isranet.org/.
L’hebdomadaire « Communiqué Isranet » est un service d’ICRJ. Nous espérons qu’il vous sera utile et que vous encouragerez notre travail pédagogique en envoyant une contribution quelconque — déductible d'impôt — [s'il vous plaît envoyez une information chèque ou VISA / MasterCard pour ICRJ (voir page de couverture pour l'adresse)]. Tous les dons comprennent une adhésion-abonnement à notre revue trimestrielle imprimée respecté ISRAFAX, qui sera envoyée à votre domicile.
Le « Communiqué Isranet » tente de transmettre une grande variété d'opinions sur Israël, le Proche-Orient et le monde juif à des fins d’enseignement et de recherche. Les articles reproduits et documents expriment les opinions de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de l'Institut Canadien de Recherches sur le Judaïsme.