Tag: Dhimmification

Paul Merkley: Slaves Seeking Slavery: the Alliance of Secular Leftists and Islamists

 

Anyone feeling the need for a quick boost of morale should take a quick look at the site http://www.markhumphreys.com/left.html where he can watch an incredibly brave man, Robert Spencer, the Director of Jihad Watch, as he speaks to a crowd of secular-left and Islamist groups at a Pax Europe rally in Suttgart, Germany, in June 2011:

 

    You are already subjugated! You are already their useful idiots…. You are out here in their service. And you think your fight is for freedom. You are fighting for you own slavery! … You are fighting for the destruction of all the freedoms that you enjoy. You are fighting for the defeat of your own selves, of your own lives. You are slaves seeking slavery. You are the most foolish, you are the most evil, foolish people on Earth…. Shame on you!”

 

Deep-thinkers in the crowd tried to drown our Spencer’s message by throwing bottles, ice, eggs, and manure at the stage. By now, we are all well-acquainted with this theatre: massive rallies throughout the Western world, organized and manned by leading lights of the European secular-Left and Muslim activists. They appear arm-in-arm under banners denouncing the Apartheid Zionist Entity and its brutality towards innocent Palestinians. They call down shame upon the pro-Israel bias of Canada’s government, the evil legacy of the Crusades and the “Islamophobia” that informs the perception that they are out of line with our parochial Western values and legal traditions.

 

The Legacy of Dhimmitude.

 

The spokesmen assigned by these groups to be interviewed by our television networks lose no time in getting to the message: that everything that Muslims suffer today at the hands of godless Westerners and their Zionist co-oppressors could be averted if we would only practise the toleration towards minorities that made Arab empire – all of them long gone – great and prosperous and enlightened.

Jews and Christians were “Protected” communities under Muslim Empire, they declaim. But they never pause to ask “Protected Against Whom?”

 

The governing reality of inter-religious relations during the centuries of Muslim empire was the dhimma. This was the pact, or contract, under which conquered “People of the Book” (Christians, Jews and Zoroastrians) acknowledged the inferiority of their religion, and accepted to live under the command of their communities’ leaders – who, in turn, agreed to supervise the people’s adherence to specified limitations on their lives and to report on their compliance to the Muslim masters. Dhimmi people (that is, all Christians and Jews) paid a heavy tax (jizyah) from which Muslims were exempt. They were forbidden to own land– which greatly limited the economic prospects of the Islamic masses. Their clothing was restricted to certain types and styles, and on it they wore distinguishing badges – a symbol of a monkey for the Jews, a symbol of a pig for the Christians – so that they lived without dignity.

The “protection” which the Muslims extended towards the Jews and Christians was of the sort dispensed by the mafia — from themselves, not from some third party – as all others were converted or liquidated. It is this blessed state of affairs that the newly-proclaimed Caliph has in mind as he calls the Christians who come under the mercies of his Caliphate in Syria and Iraq —and then eventually everywhere – to renounce Christ, and convert – or die.

 

Non-believers, Idol-worshippers, and Other Human Trash.

 

But there is a third category, this one not eligible for the blessings of dhimmitude : these are Harbis, non-Muslims who do not meet the required for living as a community under Protection (dhimmitude)—those who are neither Muslims, Jews or Christians, all those who profess other religions, or who profess no religion at all – (that is, those whom we call atheists” or “agnostics.”) These uncontracted trash have no right to live at all – anywhere.

 

Responding to the beheading of James Foley by ISIS, Muslim cleric Hussein bin Mahmoud presumes to speak for the authentic Islamic tradition, noting that, under Islamic law, Foley was a harbi, i.e. a non-Muslim whose life was not protected by an agreement of protection.

 

    Millions of Muslims have been killed, tortured and driven from their homes; tens of thousands of Muslim women have had their honor violated and have been sexually abused by the Americans – yet people are weeping over a Christian American harbi infidel who entered the Islamic State, knowing full well what the Islamic State is, and without a pact [of protection]. Were the soldiers of the Islamic State supposed to pat this American harbi on the back and smile at him? All scholars, without exception, agree on the permissibility of killing a harbi infidel, and agree that his blood and property are fair game. Most of them [also] agree on the permissibility of killing him if he is taken prisoner. So where does this condemnation of the IS come from?… Many Muslims are influenced by the West’s false views and its repulsive ideas, which are exported to the Islamic nation in order to weaken it and change the perception of its youth so that [the youth] become cowardly and subdued and abandon the means of power and terror, and thus create a generation that does not know fighting or the cutting of necks. (“Muslim cleric justifies Islamic State beheadings: Islam is a religion of beheading,” http://www.jihadwatch.org, August 25, 2014.)

 

A moment’s thought will bring to mind that this category of harbi embraces at last one-half of humanity today – those who are not Muslims, Jews, or Christians; and one’s second thought must be that within this company must be included perhaps a third of those who are citizens of Canada.

 

Advice To Harbis From the Desk of Prophet Muhammad.

 

Individuals in our midst who show up at public events and stand shoulder-to-shoulder with Muslims shouting “Death to Jews” are without excuse if they imagine that they are admired on account of their shunning of fellow-Christians and Jews. Prophet Muhammad has put them on notice:

 

    They are those who deny the signs of their Lord [that is, of Jesus] and the fact of their having to meet Him (in the Hereafter); vain will be their works, nor shall We, on the Day of Judgment, give them any weight. [ Qur’an, 018.105) According to Muhammad, disbelief is enough in itself to qualify for consignment to the eternal fires of hell.

 

    That is their reward, Hell, because they rejected Faith, and took My Signs and my Messengers by way of jest. (018.106)

    As for those who disbelieve, garments of fire will be cut out for them; boiling fluid will be poured down on their heads (022.020) .

No liberal should expect to find salvation in his reputation for being well -disposed to Islam, or for having contributed to the protection of Islam or of having declared his indebtedness to Islam for the light that Islam casts upon values common to other expressions of faith:

 

    Those who deny Allah and his messengers and those who wish to separate Allah from His messengers, saying “We believe in some but reject others… and those who wish to take a course midway are all in truth equally unbelievers, and we have prepared for unbelievers a humiliating punishment. (004.150-151.)

 

Individuals who show up at public events and stand shoulder-to-shoulder with Muslims as they shout “Death to Jews” are without excuse it they are truly in ignorance of these historical realities and if they do not grasp; that Islam today is devoted to the eradication of all the values that liberals, radicals, pacifists, anarchists and progressives of all kinds pretend to believe in: freedom of religion, freedom of speech, freedom of association, equal rights for women, tolerance for homosexuality, et cetera. Pathetically, they imagine that, when Jews and Christians are compelled once again to submit to Islam, they will emerge as accredited friends of Islam. In fact, that will not emerge at all! They will have no place at all in a world in which the license to live is issued by Islam – no more, that is, than do homosexuals, liberals and other human trash in Iran today.

CAN NETANYAHU SURVIVE THE “PEACE PROCESS”? SHARANSKY SUCCEED PERES? ISRAELI CHRISTIANS BECOME, FINALLY, ISRAELIS?

We welcome your comments to this and any other CIJR publication. Please address your response to:  Rob Coles, Publications Chairman, Canadian Institute for Jewish Research, PO Box 175, Station  H, Montreal QC H3G 2K7 – Tel: (514) 486-5544 – Fax:(514) 486-8284; E-mail: rob@isranet.org

 

 

 Contents:         

2014 Political Forecast: David M. Weinberg, Israel Hayom, Jan. 6, 2014 — One year ago, I accurately forecasted in these pages that U.S. President Barack Obama would cut a deal with Iran over Israel's objections, allowing Tehran to keep its nuclear enrichment facilities and freeing itself of sanctions by promising to halt 20 percent enrichment.

Inside Israel’s White House: How Netanyahu Runs the Country: Haviv Rettig Gur, Times of Israel, Jan. 6, 2014 — Benjamin Netanyahu will complete his eighth (nonconsecutive) year as prime minister in March 2014, more than any Israeli premier except the state’s founder, David Ben-Gurion.

The End of Dhimmitude: Mordechai Nisan, Jerusalem Post, Jan. 4, 2013 —  We are now witnessing one of the most dramatic developments in the historic configuration of relations among Jews, Christians and Muslims.

 

On Topic Links

 

Israel’s Right: the Light’s on, But Nobody’s Home: Moshe Feiglin, Jewish Press, Jan. 2, 2014

Methodically, If Not Quietly, Miri Regev is Changing the Israeli Consensus: Zvi Bar’el, Ha’aretz, Jan. 6, 2014

Timeline: Ariel Sharon – Milestones of His Career in Israeli Politics: CBC, Jan. 2, 2014

 

2014 POLITICAL FORECAST                                                                 David M. Weinberg      

Israel Hayom, Jan. 6, 2014                             

 

One year ago, I accurately forecasted in these pages that U.S. President Barack Obama would cut a deal with Iran over Israel's objections, allowing Tehran to keep its nuclear enrichment facilities and freeing itself of sanctions by promising to halt 20 percent enrichment. Precisely what happened. I also correctly calculated that Washington would wedge Israel and the Palestinian Authority into renewed peace talks, and that Prime Minister Netanyahu would again freeze plans to build E1. I estimated that the Muslim Brotherhood's Mohamed Morsi wouldn't last long as Egyptian president. Bingo.

 

But I was wrong in expecting a quick breakup of the current Israeli coalition government. (Wait a bit more…) I was also wrong, unfortunately, in envisaging the election of a religious Zionist chief rabbi. And I erred, fortunately, in reckoning that the Syrian civil war would spill over into real conflict on the Golan Heights.

 

Looking into my crystal ball for the year ahead, this is what I see: Obama: The U.S. president truly abhors nuclear proliferation. So he really does not want the Iranians to test or produce a nuclear bomb on his watch. In Geneva, he'll cut whatever deals are furthermore necessary to postpone Tehran's bomb production for a few years; three years to be exact. As for the rest of us, well, Obama doesn't really care about Israel, or the Palestinians, Egyptians, Syrians and Saudis. He isn't going to invest any more American "blood, treasure and tears" in the Middle East. Killer drones against the al-Qaida types do the work from afar just fine. In any case, Obama knows that his legacy boils down to this and this only: Whether or not Americans can keep their existing health insurance plans.

 

U.S. Secretary of State John Kerry: All this Mideast peace-processing is a prelude to Kerry's planned run in the Democratic primaries — against Hillary Clinton — for president of the United States. He will be a formidable contender, just as he is a formidable diplomatic juggernaut now. Of course, it's easy for Kerry to beat up on Netanyahu and Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, the two Mideast actors most dependent on America. Had he challenged the Russians or Iranians (as he should have), it would've been tougher going. And then he would have been better prepared to take on and beat Hillary. She will be no pushover.

 

Netanyahu: The prime minister has "crossed the Rubicon" and no longer feels any residual political loyalty to Judea and Samaria residents or to hard-right voters. His willingness to rollback Yesha is easily deduced from his insistence on an Israeli military presence only in the Jordan Valley. While he has no near-term plans to drag Israelis from their homes in Bet El or Hebron, his imminent agreement to John Kerry's formula for a Palestinian state based on the 1967 lines will mark a further retrogression in Israel's diplomatic stance. Netanyahu thinks that a rhetorical "framework agreement" with the Americans and the Palestinians is the best way to manage the conflict for several years hence. He thinks it will restrict Palestinian options, prevent the PA from criminalizing Israel in international legal forums, and ward-off European boycotts. But I think he is playing with fire, and that the gambit will backfire on Israel. The world's demands on Israel will only increase following the framework agreement; and, after feting Israel for a few days and praising Netanyahu for a few minutes, the world will be back in no time at all to threaten Israel with boycotts unless it acts on its latest concessions.

 

Abbas: The Palestinian leader is getting very old and frail, and there is no succession plan in place, short of a bitter free-for-all with Hamas leaders in the mix. Abbas is searching for a legacy, which could be a "framework" deal with Israel but could also easily be more unilateral moves against Israel on the global front. Either way, Abbas has got to hurry; I'm not sure he'll be around by this time next year. In the meantime, the Palestinian Authority continues to huff and puff and blow evil smoke at Israel while raking-in the international aid dollars, euros, krones, yens, francs and deutschmarks. It's almost as hard to account for all that money as it is to count the number of times that Saeb Erakat has quit as chief Palestinian negotiator.

 

Defense Minister Moshe Ya'alon: "Bogie," as he is often called, is proving to be the most clear-eyed and steady politician in the cabinet. While everybody else is running around scared of an impending "diplomatic tsunami" whereby Israel could be branded a "rogue state" for being on the wrong side of the international consensus on both the Iranian and Palestinian issues, Bogie is calm. When Tzipi Livni screeches "gevalt, we're going to be boycotted" and drives for Israeli withdrawal from Judea and Samaria, Ya'alon responds logically that "In life, everything is a question of alternatives. If the alternatives are a European boycott, or rockets from Nablus, Jenin and Ramallah on our strategic front, and on Ben-Gurion International Airport — then indeed a European boycott is preferable." Let's hope that Ya'alon holds firm.

 

Former Minister Moshe Kahlon: The Likudnik who brought down cellphone costs plans to cash in on his popularity, simmering social-economic discontent and on disenchantment with Yesh Atid. He'll be back this year with a new political party, accompanied by trade unionist Ofer Eini, economist Manuel Trajtenberg, generals Gabi Ashkenazi and/or Shlomo Yanai, and other prominent figures. Netanyahu, Yair Lapid, Isaac Herzog and Aryeh Deri should be worried. Israelis love new political parties, and Kahlon's fresh lineup could tap into public disgruntlement with alacrity.

 

President Shimon Peres: This wily 90-year-old plans to come roaring back into Israeli politics when his term as president of Israel ends this summer. He will set himself up as a shadow prime minister to fervently advance his plans for peace with the Palestinians. He will convene international conferences to wedge Netanyahu against the wall, and cobble-together new Israeli political slates to challenge Netanyahu at the polls. Expect no more of the namby-pamby Peres-sponsored "Tomorrow" conferences, where "bold" entrepreneurs, "provocative" sexologists, and "prominent" European intellectuals talked mumbo-jumbo about "bottling the Jewish genius" and "generating the leaders of tomorrow." Instead, expect an aggressive, focused Peres with a killer instinct, out to remake the Middle East and save Israel — as only he can.

 

Jewish Agency Chairman Natan Sharansky: By dint of personality and experience, in deference to Zionist history, and to boost global Jewish unity — Natan should be the next president of the State of Israel. His election should be a slam dunk. Alas, Minister Silvan Shalom of Likud and MK Binyamin (Fuad) Ben-Eliezer of Labor each have better chances of getting the necessary votes in Knesset to become president, because of narrow political calculations. Silvan's election would free up three ministerial portfolios (regional cooperation; Negev and Galilee development; national infrastructure, energy, and water) for other Likud MKs. Fuad can pull in votes from across the political spectrum, including the Center, Left, and Arabs. Too bad. I'm still rooting for Natan.

                                                                           

 Contents
                                       

 INSIDE ISRAEL’S WHITE HOUSE:

HOW NETANYAHU RUNS THE COUNTRY                                       

Haviv Rettig Gur                              

Times of Israel, Jan. 6, 2014

 

Benjamin Netanyahu will complete his eighth (nonconsecutive) year as prime minister in March 2014, more than any Israeli premier except the state’s founder, David Ben-Gurion. And as the years go by, unsurprisingly, Netanyahu is leaving a deepening imprint on the way in which the country is governed. Turnover is relatively high among his innermost circle of advisers and aides, who frequently last as little as two years at his side and all too often, especially in recent years, leave amid a cloud of scandal and negative press. At the same time, the role of some of those advisers has become increasingly central, as the Prime Minister’s Office seems to be filling an ever-more influential role in national policy.

 

“There is an international phenomenon of concentration of foreign policy power in the hands of presidents and prime ministers,” noted Chuck Freilich, a former Israeli deputy national security adviser who has written a book about Israel’s decision-making process. And this consolidation has happened quickly in Israel, where the PMO now handles all major issues of diplomatic and security policy, including the peace talks with the Palestinians, the Iranian nuclear crisis and the most important of Israel’s diplomatic relationships, such as those with the United States, Britain, France and Germany.

 

In the PMO under Netanyahu, that sees a great deal of close consultation with key advisers, a notably expanded role for the National Security Council, and a changing structure of the inner “security cabinet” of top ministers. It also means less influence for the individual ministries and ministers in some areas that used to be their exclusive purview. When Netanyahu was finance minister under prime minister Ariel Sharon, for instance, it was he who recruited Stanley Fischer as governor of the Bank of Israel. When Karnit Flug was appointed Fischer’s successor in October, in a chaotic and protracted process, by contrast, Finance Minister Yair Lapid most emphatically did not exclusively oversee the selection. Likewise, the question of Bedouin resettlement would in previous years have been a matter overwhelmingly for the Interior Ministry. Under Netanyahu, the Prime Minister’s Office has been centrally involved.

Amid the process of consolidation, Netanyahu is said to be more open than some of his predecessors were to the views of trusted staff around him. “Bibi has a dialogical personality,” said one confidant who asked not to be named. “He makes decisions in the course of discussion. He needs a conversation partner to make those decisions.” Netanyahu takes a close interest in the views of those around him, confirmed another source familiar with the prime minister’s deliberative process. “He’s always asking questions, interrogating you for your opinion, and writing down what you’re saying.” That aspect of Netanyahu’s personality is both an advantage and a crutch, the confidant added. The advantage: Netanyahu is “flexible and thorough” when making decisions. “Every decision requires 10 discussions. He’s not hasty like some previous prime ministers.” The disadvantage: “He can seem indecisive, fickle. No decision is final until it’s actually being implemented. Decisions often change in the course of discussion, both because his reasoning continues to develop and because those who know him well know how to focus their arguments to reach certain conclusions.” Whether or not this personality trait is beneficial to forming national policy, there is no doubt it gives an outsize role to those who surround and engage the prime minister in those policy discussions. As power concentrates around a premier who gives added weight to his advisers’ views, those advisers are becoming increasingly important for any understanding of how the machinery of power is managed and critical decisions are made in the State of Israel.     

   

The shift of diplomatic and security policymaking into the hands of the prime minister is a global phenomenon. In part, this is due to inevitable changes in technology, Freilich explained. “Foreign ministries face a real question. Why are they needed? Today, if a prime minister wants to know what the Americans are thinking, he calls up [Secretary] Kerry or [President] Obama. Foreign ministries don’t have the roles they used to have, where ambassadors on the ground were absolutely essential, especially [in light of modern] media and communications.” The issues now handled in the PMO “don’t leave the Foreign Ministry with much of anything of consequence,” noted Freilich. “I think that’s understood by most people today. The Foreign Ministry deals with day-to-day caretaking and maintenance of relations.”                       

[To Read the Full Article Click the Following Link –ed.]

                                           

                                                      Contents
                                  

THE END OF DHIMMITUDE                                                                                                          Mordechai Nisan

Jerusalem Post, Jan. 4, 2014

 

We are now witnessing one of the most dramatic developments in the historic configuration of relations among Jews, Christians and Muslims. Christians in Israel’s Galilee are courageously promoting their pre-Islamic non-Arab identity as an old-new collective Aramean/Aramaic-speaking Oriental narrative. This is a cultural and political game-changer with revolutionary significance, for Israel, the Middle East and the global scene. Under the leadership of Father Gabriel Nadaf, an Orthodox priest from Yafia near Nazareth, and Shadi Khalloul, a Maronite activist and army reserve officer from Gush Halav, the Christian Recruitment Forum has been established. While all non-Jews in Israel, excepting the Druse and Circassians, are exempt from the military draft, a new promotional effort has been undertaken to further encourage Christian youth to voluntarily enlist. This initiative expresses both a desire to serve the state and integrate into Israeli society, conveying that Christians are committed to the security and welfare of the Jewish state of Israel.

The rationale behind this Christian campaign and its momentous meaning are profound. From the early days of the Arab war against Zionism, and continuing until today with the Palestinian rejection of a Jewish state, the mainstream Christian community as fellow Arabs in the country allied with the Muslims. The Arab nationalist political parties, from the Communist forerunner to Balad, were led and represented by Christians and Muslims alike. Indeed, the broad modern Arab national revival and movement across the Middle East was inspired by some stalwart Christian ideologues and politicians, like Michel Aflaq and Constantine Zuraiq, cementing an alliance pitting the cross and the crescent against the Star of David.

The mixed Muslim-Christian villages and towns in Israel, like Turan and Ibelin, Eilaboun and Nazareth, were traditionally portrayed as bastions of Arab brotherhood and solidarity, despite the religious cleavage defining marriage and customs. But now the Christian Forum has issued a sharp and urgent message that shatters the Arab house of unity. The religious and legal structure that emerged with and under Islam established Muslim rule over Jews and Christians, who were defined and demoted as tolerated but inferior dhimmi denizens. While maintaining their communal faith and integrity, the dhimmi communities were subjected to the rapacity of excessive and humiliating taxation and to a precarious dependence on the whims of Muslim caliphs, sultans, emirs and walis. Instances of massacre and forced conversions were part of the tapestry of victimology over the many centuries of Muslim supremacy that struck Jews in Yemen, Morocco, Libya and Iraq; and likewise Christians in what had been, prior to early Arab conquests, the majority Christian populations in Egypt and Syria.

The Zionist movement and State of Israel represent in modern times the Jewish national liberation movement against Muslim colonialism in Palestine and Arab imperialism in the Middle East. The triumph of Israel symbolizes successful Jewish resistance in the Hebrew homeland. As such, it signifies the demise of that debilitating mental complex of fear and inferiority, termed “dhimmitude” by the historian Bat Ye’or, which scarred the souls of generations of Eastern Jews, as also Eastern Christians.

From the villages of Yafia and Gush Halav the clarion call for freedom has now been sounded. A new self-consciousness radiates from among the 160,000 Christians in Israel; they represent only two percent of Israel’s population, but their numbers are on the increase in stark contrast to the murder of Christians and their tragic mass flight from Iran, Iraq, Syria and Egypt. Christians were historically massacred by Muslims in Turkey and Sudan. In Israel they are respected citizens and live secure and prosperous lives, as enjoying this situation imposes a moral obligation to be discharged.

No one can doubt that were there to be an Arab Palestine in place of a Jewish Israel, the Christians of Mei’liya and Fassuta would be chased, in the best of circumstances, across the borders. Even now, and predictably so, Arabs are intimidating the nascent Christian shift in alliances in Israel. The Christian Forum in Israel, while only a local development, offers nonetheless a compelling precedent and proud innovation for the West to promote Jewish-Christian cooperation against extremist Muslim forces, as in Europe. As Islam basically destroyed the large historic Christian centers in the Middle East, so it threatens the cultural character and political independence of Christian Europe.

A shadow of dhimmitude has spread over Europe, but the heroic stand taken by some Christians in the Galilee offers direction to cultivate an authentic global Jewish-Christian symbiosis by breaking the old Muslim-Christian pact that was born of Islam’s universal aspirations and appetite to rule. This is a moment of truth and reconciliation in Israel, with Christians identifying the Jews as the sovereign power and brothers-in-arms.

  [Dr. Mordechai Nisan is a retired lecturer in Middle East Studies at the       Hebrew University and a Fellow of the Canadian Institute for Jewish Research.]

 

                                               Contents

 

Israel’s Right: the Light’s on, But Nobody’s Home: Moshe Feiglin, Jewish Press, Jan. 2, 2014 — “If this bill passes, Israel will have to announce that there will be no negotiations over Jerusalem. The real significance of that is that we completely halt the negotiations taking place today.”

Methodically, If Not Quietly, Miri Regev is Changing the Israeli Consensus: Zvi Bar’el, Ha’aretz, Jan. 6, 2014 — Israel’s most important political leader today is Likud MK Miri Regev. She is the only Israeli politician who has managed to learn the secret of how the country is run.

Timeline: Ariel Sharon – Milestones of His Career in Israeli Politics: CBC, Jan. 2, 2014 — Feb. 27, 1928: Ariel Scheinermann is born in Kfar Malal, a town in Palestine, then a British mandate, to a German-Polish father and a Russian mother.

 

 

Visit CIJR’s Bi-Weekly Webzine: Israzine.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing is available by e-mail.
Please urge colleagues, friends, and family to visit our website for more information on our ISRANET series.
To join our distribution list, or to unsubscribe, visit us at http://www.isranet.org/.

The ISRANET Daily Briefing is a service of CIJR. We hope that you find it useful and that you will support it and our pro-Israel educational work by forwarding a minimum $90.00 tax-deductible contribution [please send a cheque or VISA/MasterCard information to CIJR (see cover page for address)]. All donations include a membership-subscription to our respected quarterly ISRAFAX print magazine, which will be mailed to your home.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing attempts to convey a wide variety of opinions on Israel, the Middle East and the Jewish world for its readers’ educational and research purposes. Reprinted articles and documents express the opinions of their authors, and do not necessarily reflect the viewpoint of the Canadian Institute for Jewish Research.

 

 

Rob Coles, Publications Chairman, Canadian Institute for Jewish ResearchL'institut Canadien de recherches sur le Judaïsme, www.isranet.org

Tel: (514) 486-5544 – Fax:(514) 486-8284 ; ber@isranet.org

VOUS AVEZ DIT EXTRÊMISTES?

 

 

VIOLENCES DE BEIT SHEMESH:
QUI SONT CES ULTRA-ORTHODOXES?

Julien Bahloul

Guysen.com, 28 décembre 2011

Qui sont les ces ultra-orthodoxes responsables des violences de ces derniers jours? Les orthodoxes israéliens refusent d’être tous mis dans le même sac. Et pour cause. Le groupe à l’origine des récents évènements est affilié à la petite secte religieuse des Toldot Aharon.

 

Cette dernière est essentiellement basée à Londres, à New York, dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem et à Beit Shemesh, où se sont concentrés les récents évènements. Ils seraient une cinquantaine de familles dans cette ville.

 

Dirigée par le rabbin David Kohn, elle est née d’une scission avec le mouvement orthodoxe Shomer Emunim. Les deux groupes ont en commun un mode de vie très rigide (la mouvance Shomer Emunim proscrit par exemple le port de vêtements en laine) et la haine du sionisme. Ils estiment que l’État d’Israël dans sa forme actuelle est une aberration et une insulte à la promesse messianique d’un retour des Juifs en terre promise lorsque le Temple de Jérusalem sera rebâti.

 

A Jérusalem, les hommes mariés et non mariés revêtent la veste blanche et grise «Zebra» durant la semaine et la veste or bekishes durant le shabbat. Les membres du Toldot Aharon sont les seuls Juifs orthodoxes à avoir le même code vestimentaire pour les hommes mariés ou non mariés âgés de plus de 13 ans. La distinction entre un homme marié et un homme célibataire se fait sur la base des chaussures. Le premier revêt des souliers blancs tandis que le second en revêt des noires.

 

Les femmes mariées cachent leurs cheveux sous une perruque. La pudeur exigée est la plus sévère de tous les groupes orthodoxes juifs. Certaines femmes, pas toutes, vont jusqu’à se raser le crane. Cette tradition se retrouve essentiellement dans la communauté de Jérusalem. Par ailleurs, au sein de la capitale israélienne, les jeunes filles pas encore mariées séparent leurs cheveux en deux tresses alors que, la plupart du temps, les filles orthodoxes n’en ont qu’une en forme de queue de cheval.

 

Mais ce qui distingue surtout ces ultra-orthodoxes des orthodoxes «classiques» est leur rapport à l’État d’Israël. La majorité des orthodoxes israéliens ne sert pas dans l’armée car elle estime qu’être soldats l’empêcherait de consacrer tout son temps à Dieu et à l’étude de la Thora. En revanche, elle est respectueuse des lois de l’État d’Israël, participe à la vie politique du pays en étant représentée par divers partis. A la naissance de l’État, les dirigeants orthodoxes avaient assuré David Ben Gourion de leur soutien à son gouvernement et à la fondation du pays, en échange de la garantie qu’Israël respecterait un certain nombre de règles: pas de services publics durant le shabbat, nourriture casher dans les cantines du service public, monopole sur les questions familiales (naissance, mariage, divorce, décès) accordés aux tribunaux rabbiniques etc. Cet accord est connu sous le nom du «statu quo» entre religieux et laïcs qui permet à l’État d’exister et aux deux populations de coexister.

 

A l’inverse, les ultras ont toujours refusé la moindre entente avec les gouvernements israéliens dont ils ne reconnaissent ni la légitimité, ni l’autorité. Présents en terre d’Israël depuis des siècles, ils n’ont jamais accepté que les «sionistes» puissent leur donner des ordres. La moindre intervention policière dans l’un de leurs quartiers vire souvent à la violence. Le cas d’une décision de justice, il y à quelques années, de retirer la garde d’un enfant à une femme soupçonnée de maltraitance sur ce dernier avait provoqué des émeutes. Les ultras avaient même accusé l’hôpital d’avoir volontairement aggravé l’état de santé de l’enfant et les «sionistes» d’avoir créé un complot de toute pièce.

 

Ces ultra-orthodoxes ont une capacité à faire du bruit qui parait parfois impressionnante. Ils n’hésitent pas à croiser le fer avec la police ou avec l’armée.Ils représentent aujourd’hui un défi de crédibilité pour le gouvernement israélien qui devra assoir son autorité et rétablir le calme. Un défi d’autant plus grand que cette secte religieuse n’est qu’un groupuscule extrémiste et que les Israéliens ne comprennent pas qu’un nombre aussi peu élevé de personnes parvienne à faire autant de bruit.

PLUSIEURS MILLIERS DE PERSONNES RÉUNIES
POUR DIRE NON À L'INTÉGRISME RELIGIEUX

Mathias Ryan

Guysen.com, 28 décembre 2011

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi 27 décembre à Beit Shemesh pour dénoncer les juifs ultra-orthodoxes qui cherchent à imposer leurs codes religieux dans cette ville située à une trentaine de kilomètres de Jérusalem.

 

Des échauffourées ont éclaté lundi à Beit Shemesh, après le tollé provoqué par des images de télévision montrant une fillette de huit ans se plaignant d'avoir été insultée sur le chemin de l'école par des juifs ultra-orthodoxes.

 

Ces derniers, qui lui reprochaient une tenue «indécente», lui ont craché dessus, a-t-elle déclaré. Ces images ont alimenté la crainte d'une poussée de l'extrémisme religieux dans le pays. (…)

 

La dirigeante de l'opposition parlementaire, Tzipi Livni, qui voit dans ces évènement l'occasion de faire remonter sa côte de popularité, a participé mardi au rassemblement de Beit Shemesh et a dénoncé «les extrémistes qui veulent imposer leurs vues à tous». Des manifestants brandissaient des pancartes où on pouvait lire: «nous ne deviendrons pas un autre Téhéran», allusion aux règles strictes imposées aux Iraniens par les dirigeants de la République islamique.

 

Auparavant, le président israélien Shimon Peres avait appelé la population à se rassembler pour protester contre les pressions des juifs ultra-traditionalistes. «Nous combattons pour préserver l'âme de la nation et la nature de l'État», a-t-il déclaré dans une allocution retransmise à la télévision. «C'est une journée test. Toute la nation devra se mobiliser pour sauver la majorité des griffes d'une petite minorité, qui met à mal nos valeurs les plus sacrées», a dit Shimon Peres. «Personne n'a le droit de menacer une petite fille, une femme ou qui que ce soit, en aucune manière», a t-il ajouté. «Ils ne sont pas les seigneurs de cette terre.» (…)

 

Les autorités ont alimenté la colère des fondamentalistes hostiles à la mixité en enlevant une pancarte qui appelait les femmes à éviter certaines rues où résident les ultra-orthodoxes. Hommes et femmes sont d'ores et déjà séparés sur certaines lignes de bus de quartiers ultra-orthodoxes de Jérusalem.

LES OBSERVATIONS D’UN CANADIEN
SUR LES ISLAMISTES DE TUNISIE

Dépêche

Pointdebasculecanada.ca, 29 décembre 2011

Lors de la récente campagne électorale tunisienne, Rafaël Primeau-Ferraro a pris l’initiative d’aller en Tunisie pour alimenter un blogue qui rendait compte des activités ayant entouré l'élection de l'Assemblée Constituante qui a eu lieu le 23 octobre 2011.  Primeau-Ferraro mit fin à son blogue à la mi-novembre, deux semaines après la tenue des élections. Il consacra une partie de son dernier article à expliquer ce qui l’amena à changer d’opinion face au parti Ennahda durant les six semaines qu’il passa en Tunisie. Nous reproduisons cette portion de l’article intitulée Les islamistes.

 

En ce qui a trait aux islamistes, mon opinion a changé récemment. En débutant ce blogue, je tenais à rester objectif. C’est pourquoi j’ai pris la décision de mettre de côté les préjugés dont ils font l’objet et j’ai préféré, comme il sied en démocratie, leur donner le bénéfice du doute. Il m’apparaissait logique de laisser la chance au coureur. Après tout, le programme d’Ennahda semblait reposer sur une vision moderne et ouverte de l’Islam et leurs idées ne semblaient pas non plus restreindre les droits de quiconque.

 

À tout évènement, le parti islamiste était alors accusé – surtout par les médias français – de tenir un double discours. D’autres les ont carrément traité d’extrémistes et parfois même de criminels avec preuves à l’appui. C’est le cas de la Section du statut du Canada, tel que le révèle un jugement de la Cour d’appel fédérale canadienne en 2003, Zrig c. Ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration.

 

On y relève notamment que la Section du statut canadien a qualifié Ennahda de «branche armée qui utilise des méthodes terroristes» et qui aurait été impliqué dans «des assassinats et des attentats à la bombe».

 

À propos du chef Rached Ghannouchi, on y affirme qu’il «est considéré par certaines sources comme étant l'un des maîtres à penser du terrorisme» et également qu’il «a fait un appel à la violence contre les États-Unis et a menacé de détruire leurs intérêts dans le monde arabe. En outre, il a demandé la destruction de l'État d'Israël.» (…)

 

Faisant fi de tous ces éléments, je me suis concentré uniquement sur les actions et les paroles du parti islamiste, le qualifiant même de «modéré» dans certains de mes articles. Les gens d’Ennahda ont demandé fréquemment à leurs détracteurs «d’attendre de voir comment ils agiront avant de les critiquer».

 

C’est ce que j’ai fait et j’ai l’impression aujourd’hui d’avoir été roulé dans la farine. J’en suis malheureusement venu à la conclusion que le parti tient effectivement un double discours et que ses dirigeants cachent à la population plusieurs des idées auxquelles ils adhèrent.

 

Les récentes déclarations de Souad Abderrahim, la députée la plus en vue d’Ennahda dont on vante le «modernisme», jumelé au silence complice des dirigeants du parti m’ont laissé vraiment perplexe. Affirmer entre autres «que les mères célibataires n’ont pas le droit d’exister» et qu’il n’y a pas de place «pour une liberté totale et intégrale en Tunisie» ne correspond pas tout à fait, à mon avis, à une vision modérée. De plus, elle avait également déclaré quelques jours auparavant qu’Ennahda «ne compte pas fermer les boîtes de nuit, mais par contre ancrera les bonnes mœurs.»

 

Ce qui m’a le plus étonné n’est pas nécessairement les déclarations de Mme Abderrahim, mais plutôt l’absence d’indignation d’une grande partie de la population. À preuve, plusieurs journaux n’ont pas jugé la nouvelle suffisamment intéressante pour la publier et mis à part la réaction outrée des jeunes sur les réseaux sociaux, on ne sentait pas vraiment l’acrimonie que ces propos auraient normalement dû soulever.

 

Peut-être est-ce le signe que de nombreux Tunisiens partagent au fond d’eux-mêmes l’opinion de la députée? C’est ce que croit Lofti Achour, producteur de cinéma connu, dans un texte…fascinant qui vaut vraiment la peine d’être lu.

 

La théorie de ce dernier, à l’effet que plusieurs personnes appuient secrètement Ennahda mais n’oseraient pas l’avouer publiquement, pourraient fort bien expliquer les résultats du parti islamique aux dernières élections. (…)

LE RÉSEAU PRO-CHARIA DE
L’IMAM FOUDIL SELMOUNE DE BROSSARD

Dépêche

Pointdebasculecanada.ca, 28 décembre 2011

Le 22 novembre 2011, l’imam Foudil Selmoune expliquait à Radio-Canada que les lois de Dieu ordonnent l’amputation et la lapidation et qu’«on peut pas les changer». Face aux réactions négatives dans Le Devoir (5 décembre) et à l’Assemblée nationale du Québec (8 décembre), plusieurs leaders des Frères Musulmans ont joué les victimes. Ils se sont plaints que les propos de l’imam auraient été «manipulés» pour «cibler la communauté musulmane». Ils prétendent que Selmoune voulait simplement «définir» la charia sans la «préconiser». Des larmes de crocodiles.

 

Apparemment, les «lois de Dieu» que Selmoune a décrites comme immuables le 22 novembre seraient devenues modifiables et optionnelles en l’espace de quelques jours. Dans ce qui suit, Point de Bascule démontre la mauvaise foi des islamistes en rappelant l’association du Centre islamique de Brossard avec plusieurs organisations qui ne se limitent pas à «définir» la charia mais qui la «préconisent» bel et bien, ici et maintenant:

 

1. Conseil musulman de Montréal (Montreal Muslim Council): Son leader, Salam Elmenyawi, fut l’instigateur d’un projet de conseil de la charia au Québec en 2004;

 

2. IRFAN-Canada: L’organisation était un collecteur de fonds du Hamas au Canada au moins jusqu’à la révocation récente de son statut d’organisme de bienfaisance. De l’aveu des dirigeants du Hamas, l’organisation vise non seulement l’élimination d’Israël mais également l’islamisation (charia-isation) des sociétés occidentales;

 

3. Islamic Online University (IOU): Le Centre de Brossard prête ses locaux à cette organisation qui dispense des cours de charia via internet pour que les étudiants y passent leurs examens. Le fondateur d’IOU, Bilal Philips, s’est déclaré favorable à l’exécution des homosexuels, à la lapidation et aux autres peines barbares commandées par la charia;

 

4. Forum musulman canadien: Dans le passé, le FMC a représenté différentes organisations des Frères Musulmans, dont la Muslim Association of Canada (MAC). La MAC déclare appliquer l'islam tel qu'il a été compris par le fondateur des Frères Musulmans, Hassan al-Banna. De son propre aveu, al-Banna promouvait la modification des lois pour les rendre conformes à la charia.

 

Les différentes appellations du Centre islamique de Brossard

 

Le Centre islamique administré par l’imam Foudil Selmoune est identifié sous diverses appellations dans les médias et les documents officiels:

 

  • Islamic Community Centre(ICC);
  • Centre communautaire islamique de la Rive-Sud;
  • Centre L'Markaz-e-Islam de la rive sud / Markaz-e-Islam Center of the south shore; C’est l’appellation utilisée dans les documents de l’Agence de revenu du Canada (ARC). Le mot markaz signifie centre en arabe. Le centre islamique de Brossard bénéficie du statut d’organisme de bienfaisance auprès des autorités canadiennes;
  • Centre culturel musulman de Brossard(CCMB): cf. Le Courrier du Sud (24 septembre 2010). (…)

 

Conseil musulman de Montréal (CMM)

 

À son habitude, Salam Elmenyawi du CMM a joué la carte de la victime. Dans son communiqué du 19 décembre, il a déclaré que le reportage de Radio-Canada venait «cibler la communauté musulmane», qu’il constituait un «profilage» (?) anti-musulman, etc. Elmenyawi n’a évidemment aucune crédibilité pour nous rassurer sur l’absence d’intention des islamistes d’instaurer la charia au Canada puisqu’il fut lui-même, en 2004, l’instigateur d’un projet de tribunal islamique au Québec.

 

À l’époque, Elmenyawi avait indiqué au Devoir (11 décembre 2004) que le tribunal islamique qu’il cherchait à implanter porterait le nom de «Conseil de la charia». Toujours selon Le Devoir, une quarantaine de mosquées et d'organisations musulmanes appuyaient le projet. L’article identifia le cheik Abderrahman Ibrahim, un gradué de l’Université de Médine (Arabie saoudite), comme un autre des responsables du projet d’implantation de la charia au Québec.

 

Avant le vote unanime de l’Assemblée nationale du Québec contre l’introduction des tribunaux islamiques au Canada (26 mars 2005), la députée Fatima Houda-Pepin avait rappelé que la Ligue islamique mondiale d’Arabie saoudite (LIM – Muslim World League) était derrière le projet d’introduction de la charia en Amérique du Nord. Dès 1991, la LIM finança une rencontre d’imams des États-Unis et du Canada à Washington sous le thème Élaborer des stratégies pour introduire la charia au Canada et aux États-Unis. (cf. Journal des débats de l’Assemblée nationale)

 

Elmenyawi mentionna également au Devoir que Youssef Qaradawi (Al Kardaoui) faisait partie des experts de l’islam que son Conseil de la charia envisageait consulter dans le futur.

 

À titre indicatif, voici des avis récents rendus par Youssef Qaradawi sur des sujets divers:

 

  • Il endosse le meurtre des musulmans qui quittent l'islam (cf. Archives PdeB);
  • Il justifie les mutilations génitales féminines (cf. Archives PdeB);
  • Il justifie le meurtre des homosexuels (cf. Archives PdeB);
  • Il soutient que Hitler avait été envoyé par Allah pour punir les juifs (cf. Archives PdeB);
  • Il déclare légitime de recourir à la force «à toutes les fois que c'est possible» pour faire appliquer les principes de l'islam (cf. «changing wrong by force whenever possible» – Priorities of the Islamic Movement, chapitre 4);
  • Il encourage la formation de «ghettos musulmans» aux États-Unis, au Canada, en Australie et ailleurs en Occident (Priorities of the Islamic Movement, chapitre 4);
  • Il promeut la conquête de l’Occident par les musulmans (cf. MEMRI).

 

IRFAN-Canada, le collecteur de fonds du Hamas

 

IRFAN-Canadaavait le statut d’organisme de bienfaisance jusqu’à ce que l’Agence de revenu du Canada (ARC) ne le lui retire en 2011. L’ARC justifia sa décision en faisant valoir qu’IRFAN servait de collecteur de fonds du Hamas au Canada. Le Hamas est inscrit sur le registre des entités terroristes maintenu par le gouvernement canadien depuis 2002. Seulement pour la période allant de 2005 à la fin de 2009, IRFAN a transféré 14,6 millions $ au Hamas. (…)

 

Forum musulman canadien

 

Le Forum musulman canadien (FMC), qui signa la lettre de protestation en faveur de l’imam Selmoune de Brossard, agit comme un regroupement d’organisations associées aux Frères Musulmans au Canada. Dans un message de félicitation adressé à Gilles Duceppe en 2010, le FMC se présentait comme le porte-parole de neuf organisations, dont l’ICC (Brossard) et la Muslim Association of Canada (MAC). (…)

 

Un des membres actuels du conseil de direction du Forum musulman canadien se dénomme Bilal Hamideh. Il a été président de la Muslim Students’ Association (MSA) à l’Université Concordia de 2000 à 2005. La MSA fut l’une des toutes premières organisations mises sur pied par les Frères Musulmans en Amérique du Nord. (cf. Discover The Networks)

 

La MSA a été décrite dans un rapport de la police de New York de 2007 (cf. p. 68 – Archives PdeB) comme un «incubateur» de radicalisme. (…)

 

En dépit de l’appui qu’il accorde à Youssef Qaradawi, Salam Elmenyawi est accrédité par l’Université Concordia comme l’aumônier des étudiants musulmans. La MSA de Concordia l’invite fréquemment à présenter des conférences. Dans une invitation à venir écouter Elmenyawi en avril 2010, la MSA de Concordia le présenta comme un sheikh et non simplement comme un brother (frère), ce qui témoigne du prestige dont il jouit chez les Frères Musulmans.

 

Islamic Online University

 

Bilal Philips est né en Jamaïque et a grandi au Canada avant de se convertir à l’islam en 1972. Après avoir enseigné la charia au Moyen-Orient, il a mis sur pied un programme d’études islamiques via internet.

 

Au Canada, plusieurs centres dirigés par les Frères Musulmans facilitent la propagation des idées de Philips en accueillant ses étudiants au moment où ils doivent passer leurs examens. Le Centre de Foudil Selmoune à Brossard est l’un de ceux-là.

 

Le 3 juillet 2011, le Globe & Mail (archivé sur JihadWatch) rapporta que Bilal Philips avait été expulsé d’Allemagne après avoir ouvertement justifié le meurtre des homosexuels.

 

En 2007 le site australien 9News (archivé sur JihadWatch) rapporta que, selon le site personnel de Philips, les amputations des mains, les décapitations, les lapidations et les séances publiques de flagellation prévues par la charia devaient se dérouler exclusivement les vendredis. Philips encourage également le mariage des fillettes pré-pubères.

 

Le 15 février 2011, le National Post (archivé sur JihadWatch) rapporta que Philips, lui-même un ancien musicien, plaidait pour l’interdiction des instruments de musique à vent et à cordes. Selon lui, c’est parce que leur musique peut apporter un réconfort aux hommes et les éloigner d’Allah qu’ils doivent être interdits. Selon les principes de charia défendus par Philips, seul le tambour est permis dans certaines circonstances.

LA VICTOIRE DU DROIT À L’OBSCURANTISME
Jean-François Lisée

Lactualite.com, 21 décembre 2011

Parlons sérieusement. Lorsqu’un parent musulman demande à une maternelle le droit d’imposer à sa fillette un «écouteur anti-bruit» pour la protéger contre… la musique, il fait preuve d’obscurantisme. Mais lorsque la maternelle accepte, elle fait beaucoup plus. Elle reconnaît au parent le droit à l’obscurantisme et le droit de l’imposer à son enfant, dans une institution publique!

 

Comme ce sont les éducateurs de maternelle qui mettent et enlèvent l’écouteur à la fillette pendant les moments, nombreux, où la satanée musique est entendue, le service public devient, non seulement le spectateur inactif, non seulement le complice conscient, mais le servile exécutant de l’obscurantisme.

 

Le cas, certes, est exceptionnel. C’est la réponse de la société québécoise qui fait problème. Jusqu’à la ministre Line Beauchamp qui affirme que ce n’est «pas un compromis au programme québécois des études». Elle a raison. Ce n’est pas un compromis. C’est une reddition.

 

On nous explique que cet «accommodement» n’est appliqué que pour un an. Qu’il vise l’intégration de l’enfant. C’est faux. L’accommodement vise strictement à se plier aux volontés obscurantistes du parent. Et maintenant qu’il a eu gain de cause, et maintenant que même la ministre trouve cela acceptable, pourquoi ne pourra-t-il pas, demain, réclamer l’écouteur anti-bruit en première année, et en deuxième, et en troisième?

L’État québécois, du haut en bas, n’a établi autour de ce cas ahurissant aucun principe qui puisse indiquer aux obscurantistes que leurs demandes sont irrecevables.

 

Savoir où tracer la ligne

 

L’argument invoqué est toujours le même: notre objectif est le bien de la fillette. Puisque la maternelle cinq ans n’est pas obligatoire, le refus de l’accommodement pourrait conduire le parent à soustraire sa fille à l’école publique. Elle serait donc dans l’obscurantisme à temps plein. Ma réponse à moi est autre: presque 100% des enfants vont désormais à la maternelle cinq ans. Cette année de préparation fait désormais partie d’introduction aux savoirs de base. Il est temps de rendre cette année obligatoire.

 

Bien. Mais alors, nous dit-on, les obscurantistes enverront leurs enfants dans les écoles religieuses dont plusieurs, au Québec, sont subventionnées. Ma réponse à moi: programmer l’élimination graduelle des subventions publiques aux écoles religieuses. Pour les écoles religieuses non-subventionnées, n’accréditer que celles qui appliquent le programme d’études général, incluant évidemment sport et musique.

 

Le but de la société québécoise n’est pas d’aménager des lieux où les obscurantistes pourront à loisir endoctriner leurs enfants. Le but de la société québécoise doit être de permettre à chacun des enfants québécois de s’épanouir pleinement, au contact de la connaissance, de la science et de la culture. Si, devenus adultes consentants, ils souhaitent choisir l’obscurantisme, ce sera leur droit.

 

Société et obscurantisme

 

Je me répète mais j’estime que tous le débat récent sur l’intégration et les accommodements évacue une question essentielle: le fait qu’il est légitime, pour une société, d’indiquer son refus des comportements obscurantistes, du moins dans l’espace public.

 

Chacun a des droits, bien évidemment, y compris la liberté de conscience, même lorsque cette liberté signifie l’adhésion à une variante de la foi qu’on peut qualifier d’orthodoxe. Dans ces cas, il s’agit en quelque sorte du droit de vivre en marge des valeurs plus généralement acceptées – notamment l’égalité des sexes et la volonté de vivre ensemble.

 

La société doit, c’est certain, admettre et protéger ces choix religieux orthodoxes. Elle n’est cependant pas tenue de s’y montrer favorable ou d’agir pour qu’un mode de vie marginal puisse se déployer dans l’espace public sans entraîner nombre d’inconvénients à ses adhérents. C’est ma conviction que, règle générale, il appartient aux citoyens québécois qui choisissent des croyances ou un comportement marginal de s’accommoder des pratiques communes, plutôt que l’inverse.

 

J’estime de plus qu’il est tout à fait légitime que la société québécoise prenne consciemment la décision d’envoyer le signal que ces choix de vie ne sont pas ceux qu’elle valorise, notamment lorsqu’ils impliquent une vision inégale des sexes ou le refus de l’interaction avec les autres membres de la société, comme dans le cas de la fillette privée de musique.

 

Voilà ce à quoi servirait une Charte de la laïcité: à ce que la société québécoise dise clairement et lisiblement, à elle-même d’abord et à tous ceux qui veulent se joindre à elle ensuite, les principes qu’elle compte appliquer….

 

Charest: une responsabilité écrasante

 

Dans cette affaire, comme dans celle de la décision de fournir des hijabs aux musulmanes gardiennes de prison, la responsabilité du gouvernement Charest est écrasante. Le Rapport Bouchard-Taylor, à mon avis très décevant, proposait au moins d’interdire aux juges, policiers et gardiens de prison de porter des signes religieux ostentatoires. Le gouvernement n’a même pas légiféré sur ce point, consensuel entre tous, ce qui mène au précédent maintenant créé pour les geôlières. Pourquoi pas, demain, les policières ?

 

Sur ce point, comme sur la langue en général, Jean Charest aura fait perdre au moins huit ans au Québec. Espérons que cette question sera aussi posée, le jour où, enfin, l’électorat lui donnera son dernier bulletin de notes.

ON MONTE AUX BARRICADES PARCE QUE LE «COACH» NE PARLE PAS FRANÇAIS TANDIS QUE NOUS ACCOMMODONS LA DHIMMIFICATION DES QUÉBÉCOIS.

 

 

 

«LA FÊTE DE NOËL EST ILLICITE» – JOYEUX NOËL MALGRÉ TOUT!
Dépêche

Pointdebasculecanada.ca, 22 décembre 2011

La Muslim Students’ Association (MSA – section Université Concordia) recommande plusieurs sites à ses supporteurs qui désirent approfondir leur compréhension de l’islam. Parmi ceux-ci le site islamweb.net en langue française rappelle les préceptes de l’islam en vertu desquels la fête de Noël est illicite:

 

Il n'est permis à aucun musulman de participer à ces fêtes de mécréants car c’est considéré comme une participation à ce qui est erroné et comme une ressemblance à ces mécréants. Il est confirmé que le Prophète (…) a affirmé dans le hadith rapporté par Abou Dawoud (…) que quiconque s'assimile à des gens devient l'un d'entre eux. Quant à l'arbre de Noël, il est connu qu'il représente l'un des rites relatifs à cette occasion chez les mécréants. Les oulémas (exégètes musulmans) ont mentionné, en raison du hadith précédent, qu'il n'est pas permis de s'assimiler à des mécréants en faisant ce qui leur est spécifique.

 

La MSA constitue l’une des principales courroies de transmission des Frères Musulmans en Amérique du Nord. L’organisation a été décrite dans un rapport de la police de New York de 2007 (p.68 – Archives PdeB) comme un «incubateur» de radicalisme.

 

Initialement, c’est la MSA de Concordia qui facilita la venue des deux prédicateurs islamistes radicaux Hamza Tzortzis et Abdur-Raheem Green sur le campus de l’Université à l’automne 2011. À l’époque, les positions des prédicateurs favorables à la lapidation, à la criminalisation de l’homosexualité, au droit du mari de battre son épouse rebelle, à l’instauration du califat, etc., étaient connues. Suite aux protestations du public, la MSA s’est retirée du projet. La conférence des deux prédicateurs fut déplacée vers une salle de la Muslim Association of Canada, une autre organisation des Frères Musulmans.

 

L’objectif poursuivi par la MSA a été clairement énoncé lors d’une conférence organisée par l’organisation en 1975:

 

 «Le but du mouvement islamique est de provoquer dans le monde l’avènement d’une nouvelle société basée complètement sur les enseignements de l’islam. Une telle société fera tout en son pouvoir pour appliquer ces principes dans son gouvernement, dans ses organisations politiques, économiques et sociales, dans ses relations avec les autres états, dans son système d’éducation, dans les valeurs morales qu’elle promeut et dans tous les autres aspects de la vie.» «Notre effort organisé et graduel devant mener à l’émergence d’une telle société constitue le processus d’islamisation.» «(…) Si notre but ultime est de constituer une communauté qui nous soit propre, alors l’embryon de cette communauté doit être mis en place au sein même de la communauté que nous désirons changer. Seulement de cette façon pourrons-nous faire face aux défis que présente la communauté à laquelle nous sommes opposés.» [The Process of Islamization (Le processus d’islamisation) – Discours présenté par Jaafar Sheikh Idris au 13e congrès de la Muslim Students’ Association (MSA) à l’Université de Toledo (Ohio)] (Traduction PdeB)

 

Les fatwas d’Ibn Qayyim et d’Ibn Taymiyya

 

Plusieurs autres fatwas interdisant aux musulmans de célébrer Noël ont été proclamées dans le passé.

 

En 2008, la mosquée Assuna (Essuna) de Montréal avait cité (en arabe) sur son site des fatwas d’Ibn Qayyim (1292-1350) et d’Ibn Taymiyya (1263-1328), deux autorités de l’islam endossées par les Frères Musulmans, qui interdisent non seulement de célébrer Noël mais tout simplement de souhaiter Joyeux Noël. La mosquée Assuna était décrite en 2006 par le site Oumma.com comme la plus grande mosquée salafiste de Montréal:

 

Ibn Qayyim (Dispositions régissant les dhimmis – Ruling for Dhimmis) : «Féliciter (les chrétiens) à propos des symboles de leur religion est interdit selon l'unanimité des savants. Par exemple, leur offrir les meilleurs vœux pour leurs fêtes ou leur carême, et leur souhaiter: «Joyeuses fêtes!», etc. Si celui qui dit ceci ne tombe pas lui-même dans la mécréance, il commet au moins un interdit. C'est comme si on félicitait un non-musulman pour sa prosternation devant la croix alors que cela est le plus grand péché auprès d’Allah. C’est encore plus horrible que de le féliciter pour boire de l’alcool, de tuer un être humain ou de forniquer, etc…»

 

L’expression dhimmis utilisée par Ibn Qayyim désigne le statut de citoyens de deuxième classe des non-musulmans qui vivent dans des sociétés qui appliquent la charia.

 

Ibn Taymiyya (Iqtida Assirati Al-Mustaqim Mukhalafata Ashabi Al-djahim): «Ressembler aux mécréants à l'occasion de certaines de leurs fêtes c’est raviver le sourire dans leur cœur et les conforter dans leur fausseté. Ils peuvent ainsi saisir l’occasion pour se renforcer et mépriser les plus faibles d'entre-nous.»

 

Muhammad al-Munajid

 

Muhammad al-Munajid (1960-) est le responsable du site Islam Q&A. Il est basé en Arabie saoudite et a étudié la doctrine islamique sous la direction d’Adbulaziz Ibn Baz (Ibn Baaz) (1910-1999), l’exégète saoudien qui soutient que la terre est plate. Voici une partie de la réponse d’al-Munajid à une musulmane qui lui demandait s’il était admissible de décorer un sapin de Noël pour répondre à la demande de sa fille de onze ans:

 

L'arbre de Noël est l'un des symboles de la fête des Chrétiens et de leurs cérémonies (religieuses). Il accompagne la Noël. On dit que son usage officiel commença en Allemagne, à la Cathédrale de Strasbourg au 16e siècle en 1539.

\

Il n'est pas permis d'imiter les mécréants dans leurs pratiques cultuelles, dans leurs rituels et symboles, en vertu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui): «quiconque s'assimile à un peuple en fait partie.» (rapporté par Abou Daoud, 4031 et jugé authentique par al-Albani dans Irwaa al-Ghalil, 5/109).

 

Il n'est pas permis d'installer cet arbre dans la maison d'un musulman, même si ce n'est pas pour célébrer l'évènement car le seul fait de l'acquérir constitue une imitation interdite et une vénération d'un symbole religieux des mécréants.

 

Les parents doivent garder les enfants, les empêcher de commettre l'interdit et les protéger contre l'enfer. En dépit de toutes ces fatwas qui déclarent Noël illicite, l’équipe de Point de Bascule souhaite un JOYEUX NOËL à tous ses lecteurs.

LES MILITANTES ISLAMISTES OU
COMMENT LES ESCLAVES SACRALISENT LEURS CHAÎNES

Hélios d'Alexandrie

Postedeveille.ca, 19 décembre 2011

Cette chronique d'Hélios d'Alexandrie est en quelque sorte la suite logique de la précédente, intitulée Les islamistes et le sexe des femmes. Elle a pour objectif d'expliquer ce qui semble inexplicable, à savoir l'acharnement des militantes islamistes à promouvoir une idéologie religieuse qui les dévalorise et les humilie. La vérité qui dérange a été exposée par l'imam al Houeini: l'islam ne voit dans la femme que sa dimension sexuelle, on pourrait même dire sa dimension génitale. Cette image dégradante de la femme est pourtant promue par celles qui en souffrent le plus et qui pour des raisons obscures prétendent en tirer fierté.

 

Les musulmanes portent sur leurs épaules une lourde responsabilité, sans elles, sans leur participation active, sans leur consentement à embrasser à perpétuité la servitude et l’humiliation, l’islam ne pourrait pas durer longtemps.

 

Le slogan brandi par des femmes en niqab où l’on peut lire: «le voile c’est la libération de la femme» est un exemple parmi d’autres des absurdités que les militantes islamistes mettent de l’avant pour défendre l’islam et pour se donner l’illusion de contrôler leur propre destin.

 

Certaines poussent l’absurdité jusqu’à inciter leur mari à épouser d’autres femmes, histoire de montrer que le coran et Mahomet/Allah n’ont fait preuve d’aucune injustice envers la gent féminine en autorisant et en sanctifiant la polygamie. Elles approuvent pieusement le verset du coran qui s’adresse dans ces termes aux hommes: «vos femmes sont vos champs, labourez vos champs comme il vous plaira». D’autres se disent heureuses et fières quand leur mari les roue de coups, elles prétendent alors vivre pleinement leur foi islamique.

 

Les militantes de l’islam ne s’insurgent pas contre l’inégalité de statut qui fait d’elles des êtres inférieurs et dépendants. Leur témoignage et leur héritage qui valent la moitié de ceux de l’homme ne suscitent pas chez elles de sentiments d’injustice. Elles s’émerveillent de la sagesse et de la douceur de Mahomet qui a dit: «les femmes sont déficientes en termes de raison et de foi, et la prière de l’homme musulman est non valide s’il sort des latrines ou s’il touche une femme». Elles ne se rebiffent pas quand elles écoutent religieusement l’imam citer à la télé le fameux hadith où Mahomet dit: «S’il m’était permis d’ordonner aux croyants de se prosterner à d’autres qu’à Allah, je donnerais l’ordre aux femmes de se prosterner devant leur mari». Non plus quand un autre recommande vivement aux maris de placer le fouet ou le bâton bien en vue dans le domicile pour qu’il serve d’avertissement aux épouses récalcitrantes.

 

Les militantes de l’islam ce sont aussi les mères qui jubilent en apprenant qu’un de leurs fils a commis un attentat suicide; et si en explosant il a emporté avec lui plusieurs infidèles (les infidèles par nature ne peuvent être innocents), sa joie n’a pas de limite et elle se mérite les félicitations des voisins et la reconnaissance des autorités. À aucun moment elle ne se laisse aller au chagrin, par attachement à l’islam elle rejette les sentiments de peine et d’horreur.

 

Les militantes islamistes ne désespèrent pas quand elles lisent les passages des hadiths et du coran qui traitent du paradis et de l’enfer. Le paradis compte une foule de houris à la virginité éternelle, mises à la disposition des hommes morts dans la voie d’Allah. Le coran pousse la délicatesse et le raffinement jusqu’à rendre disponibles des éphèbes immortels pour ceux qui durant leur vie appréciaient les jeunes garçons.

 

Pour les femmes il n’y a strictement rien, ou du moins le coran ne fait pas mention de récompense particulière. D’autre part il y a un passage coranique et un autre dans les hadiths qui affirment que l’enfer sera peuplé par les mécréants et par les femmes; interrogé sur le sujet par des croyantes, Mahomet a dit que les femmes iront en très grand nombre en enfer parce qu’elles désobéissent à leur mari!

 

Et serait-on étonné d’apprendre que les militantes de l’islam se placent à l’avant-garde de la lutte contre le féminisme dans les pays islamiques? Elles affirment à qui veut les entendre que Mahomet a libéré la femme pour de bon et qu’il lui a donné la protection de la meilleure des religions, ou plutôt de la seule religion véritable aux yeux d’Allah. Le féminisme c’est l’esclavage importé des kouffars, c’est la femme livrée en public et sans voile aux regards et aux désirs des hommes, c’est la liberté sexuelle qui fait d’elle une putain non payée.

 

Pour se convaincre d’être dans la bonne voie les militantes islamistes font du recrutement, elles s’activent à convaincre les non-voilées de porter le voile en y allant par la douceur au début et quand cela s'avère nécessaire, par la contrainte et le harcèlement. Elles s’adonnent au prosélytisme militant, dans l’entourage immédiat, à l’école, à l’université et sur les lieux de travail. En Occident elles se chargent de semer la confusion et susciter la controverse chez les infidèles, elles sollicitent et obtiennent l’appui de la gauche et celle des féministes tout en multipliant les provocations. Les unités de choc, celles qui se chargent de monter à l’assaut des valeurs et des traditions occidentales, ce sont elles, tandis que les hommes attendent patiemment l’affaiblissement des défenses pour achever l’adversaire.

 

Il y a une question qui jusqu’à présent n’a pas obtenu de réponse satisfaisante: Pourquoi ces femmes se donnent autant de mal pour assurer la victoire d’une idéologie qui les dénigre, les déshumanise et les humilie? Quels bénéfices trouvent-elles à combattre pour assurer le triomphe de leur pire ennemi? Les raisons sont principalement sociologiques et psychologiques. Elles se résument en deux éléments: la loyauté à la tribu et le déni de soi.

 

La loyauté à la tribu

 

L’islam est une religion tribale, l’oumma islamique est une gigantesque tribu qui impose à ses membres une loyauté sans faille et qui rend tabou la dissidence. La pression du groupe s’avère irrésistible pour la grande majorité des musulmans et la tribu impose des limites strictes à l’individualité. Celui qui sort des rangs est rejeté, il n’a plus le droit d’exister et encore moins de préserver des liens avec les autres membres de la tribu, même s’il s’agit de proches parents. La peine de mort prononcée contre les apostats n’est que la consécration de ce rejet. Le musulman et la musulmane doivent démontrer leur loyauté pour éviter le rejet, avec la montée de l’islamisme il ne leur suffit plus de se dire musulmans et attachés à l’islam, ils doivent montrer patte blanche en priant, en mangeant halal, en observant scrupuleusement les obligations et les interdits et, pour la femme, en arborant le voile.

 

Le caractère religieux de la tribu impose la loyauté religieuse, mais pour être reconnu et obtenir sa place au soleil il importe de faire preuve de zèle, cela impose d’aller plus loin que la démonstration de loyauté. Les hommes, et à plus forte raison les femmes, doivent par conséquent militer en faveur de l’islam qui oppresse les hommes et qui écrase les femmes. Hommes et femmes se trouvent ainsi à lutter pour maintenir, voire rendre irréversible leur propre asservissement.

 

Le déni de soi

 

Pour demeurer dans la tribu et pour y être reconnues, les femmes doivent par conséquent se renier sans état d’âme, elles doivent se sentir fières de la servitude et de l’humiliation qui sont leur lot. Cette fierté qui va jusqu’à l’arrogance et jusqu’au défi n’est que la contrepartie de la servitude, son cliché négatif en quelque sorte. Le suprématisme islamique tire son origine de l’humiliation que les musulmans refusent d’admettre et qui est consubstantielle à l’islam. Contrairement aux chrétiens ils n’entretiennent pas de relation de filiation avec Allah mais se disent (fièrement) être les esclaves d’Allah.

 

Or dans l’islam l’humiliation de la femme est décuplée, le coran et les hadiths lui renvoient une image d’elle-même extrêmement négative, de plus elle doit accepter et subir l’inégalité de statut que lui impose sa religion et par le fait même la tribu. Pour survivre, pour ne pas être rejetée et pour être reconnue par les membres de la tribu elle assume entièrement sa condition en se reniant elle-même. Elle devient l’esclave qui arbore fièrement ses chaînes, qui en fait une source d’orgueil et qui attaque sans merci tous ceux qui prétendent vouloir la libérer.

PAS DE MUSIQUE À L'ÉCOLE
Jean-Marc Gilbert

fr.canoe.ca, 19 décembre 2011

 Il n'y a pas d'âge pour les accommodements raisonnables. La direction d'une école du quartier Saint- Michel accorde un passe-droit particulier à une jeune musulmane de maternelle: on lui permet de placer des écouteurs anti-bruit sur ses oreilles parce que sa religion lui interdit d'écouter de la musique.

 

Cette demande faite par les parents de la jeune élève, dès le début de l'année scolaire, ne manque pas de soulever des questionnements du côté du personnel de l'établissement multiethnique de la métropole.

 

Certains membres du personnel craignent qu'elle puisse devenir la risée de ses compagnons de classe, voire même une victime de la méchanceté des enfants. Une employée, qui souhaite conserver l'anonymat, explique que ces «demandes particulières» sont de plus en plus fréquentes. «Nous avons souvent des problèmes avec certaines communautés religieuses. Par les années passées, nous avions beaucoup de demandes similaires, particulièrement dans le temps de Noël ou de Pâques», affirme-t-elle. (…)

 

Pas un cas isolé

 

Du côté de l'Alliance des professeurs de Montréal (APM), on souligne que ce genre de demandes sont de plus en plus fréquentes et qu'elles ne viennent pas nécessairement des gens de confession musulmane. C'est pourquoi l'APM souhaite que l'école devienne un lieu commun pour tous et où la pratique religieuse n'a pas sa place.

 

C'est notamment pour cette raison que la Fédération autonome de l'enseignement, de laquelle l'APM fait partie, a entrepris des consultations auprès de ses membres, partout en province, au sujet de la laïcité dans les écoles. «Certains professeurs accordent beaucoup d'accommodements pour faciliter une entrée progressive», remarque Élaine Bertrand, vice-président de l'APM et responsable du secteur préscolaire. (…)

QUÉBEC ACCEPTE QUE LES AGENTES DES SERVICES CORRECTIONNELS PORTENT LE HIJAB
Dépêche

Radio-canada.ca, 20 décembre 2011

 Les agentes des Services correctionnels pourront désormais porter le hijab, soit le foulard islamique qui recouvre la tête, mais qui ne cache pas le visage, et celui-ci leur sera fourni par l'employeur lui-même. Cette décision émane d'une entente à l'amiable intervenue entre le ministère de la Sécurité publique du Québec et la Commission des droits de la personne à la suite du dépôt d'une plainte pour discrimination déposée en 2007 par une Montréalaise musulmane.

 

La Commission a jugé, après enquête, que le règlement sur le port de l'uniforme des agents de services correctionnels avait un effet discriminatoire et le ministère a préféré conclure cette entente à l'amiable plutôt que d'amener l'affaire devant le Tribunal des droits de la personne. La décision a cependant fait bondir le Parti québécois.

 

«C'est une dérive totale», a lancé en réaction la porte-parole de l'opposition péquiste en matière de laïcité, Carole Poirier. «Est-ce que la Sécurité publique va faire faire des hijab avec le logo du Québec dessus? C'est complètement fou. Pour des motifs religieux, on va permettre ce genre de vêtement, s'est-elle indignée. Ça n'a pas de bon sens. Après ça, c'est le niqab [voile facial] et après ça c'est la burqa [voile intégral]?»

 

Mme Poirier a rappelé que la commission Bouchard-Taylor avait notamment recommandé que les juges, les agents de police et ceux des services correctionnels, entre autres, ne portent aucun signe religieux ou politique, afin d'assurer une image de neutralité complète.

 

L'Assemblée nationale se penche toujours sur le projet de loi 94 présenté au printemps 2010 par la ministre de la Justice de l'époque, Kathleen Weil, qui prévoit que la prestation de service de tous les employés de l'État doive se faire à visage découvert.

 

La neutralité religieuse y est d'ailleurs clairement évoquée au chapitre 2 du projet de loi 94, qui se lit ainsi: «Tout accommodement doit respecter la Charte des droits et libertés de la personne, notamment le droit à l'égalité entre les femmes et les hommes et le principe de la neutralité religieuse de l'État selon lequel l'État ne favorise ni ne défavorise une religion ou une croyance particulière.»

 

La députée d'Hochelaga-Maisonneuve estime que la décision du ministère de la Sécurité publique démontre que le gouvernement Charest a complètement abdiqué sur la question, incluant les principes qu'il a proposés dans le projet de loi qui dort au feuilleton depuis près de deux ans. «Des agents correctionnels, ce sont des agents de l'État et ça devrait être neutre. Ils ne devraient pas porter de signes distinctifs, ni de signes politiques ni de signes religieux», a dit Mme Poirier.

 

Au bureau de la ministre Weil, qui pilote toujours le projet de loi 94 à partir de son portefeuille de l'Immigration et des Communautés culturelles, on s'inscrit en faux contre cette interprétation de la «neutralité religieuse». «Pour recevoir ou donner des services, il faut être à visage découvert, a d'abord expliqué la porte-parole de Mme Weil, Marie-Ève Labranche. Le projet de loi vient vraiment tracer une ligne entre ce qui est raisonnable ou non.»

 

Selon Mme Labranche, dans cette optique, la question de neutralité ne relève pas des signes affichés, mais bien des gestes posés. «On ne peut pas empêcher quelqu'un de porter un signe religieux. Ce serait contre nos deux chartes et contre notre histoire. Le fait de porter un signe religieux relève de la liberté d'expression, de la liberté de religion, en autant qu'il n'y ait pas de transmission de valeurs religieuses ou de prosélytisme», a-t-elle précisé.

 

Mais selon la porte-parole péquiste, la politique de «laïcité ouverte» prônée par le gouvernement Charest, qui implique des décisions au cas par cas, équivaut à remettre tout le pouvoir décisionnel entre les mains de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse. Du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ), son directeur des communications, Jean-François Del Torchio, s'est contenté de ce bref commentaire: «Les personnes en fonction d'autorité ne devraient pas porter de symboles religieux».

 

L'Action démocratique du Québec, dont l'absorption par la CAQ reste à être confirmée par ses membres, avait pourtant été jusque-là très active dans le dossier des accommodements raisonnables, faisant connaître son désaccord complet avec le port de signes religieux par les employés de l'État.

 

Quant au ministère de la Sécurité publique, qui a conclu l'entente permettant le port du voile islamique au sein des Services correctionnels, la porte-parole Valérie Savard a indiqué que l'aspect de la sécurité, qui avait été invoqué dans le passé pour refuser le port du hijab, avait été résolu. «Le foulard est muni d'un velcro. Aussitôt que quelqu'un tire sur le foulard, il se défait. Il respecte donc toutes les normes sécuritaires», a-t-elle expliqué.

ISRAËL-SYRIE: DEUX POIDS DEUX MESURES À L'ONU
Jonathan Serrero
Guysen.com, 22 décembre 2011

 La Syrie et Israël, deux situations diamétralement opposées. Pourtant le Conseil de sécurité montre plus d’entrain à voter des résolutions contre les constructions israéliennes en Judée-Samarie ou à Jérusalem que de condamner sévèrement les 5000 victimes du régime de Bachar El Assad. L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prossor, a dénoncé ce deux poids deux mesures.

 

Manifestations, morts, blessés, anarchie. La Syrie s’enfonce un peu plus chaque jour dans l’horreur. Bachar El Assad et son régime auraient procédé à l’élimination de 5000 personnes depuis le début du conflit. Au contraire de la Libye, le monde se refuse d’intervenir militairement et peine à s’accorder sur le vote d’une résolution qui contraindrait le président syrien à quitter le pouvoir.

 

Pendant ce temps à Jérusalem, des pierres, des pelleteuses, des logements, des constructions et des condamnations unanimes de la communauté internationale. L’ONU et son Conseil de sécurité s’empressent alors de voter une nouvelle résolution condamnant les constructions israéliennes dans sa capitale et au-delà de la Ligne Verte.

 

L’ambassadeur d'Israël à l'ONU, Ron Prossor, a dénoncé les condamnations émises par le Conseil de sécurité contre les constructions israéliennes en Judée-Samarie. Dans sa déclaration, le représentant israélien aux Nations Unies déplore le silence du Conseil de sécurité sur la répression violente en Syrie, le terrorisme à Gaza, ou le nucléaire iranien. Un deux poids deux mesures dont l'État juif fait constamment les frais à l'ONU.

 

Au final, seul les pays arabes semblent prendre la situation syrienne au sérieux et relèguent la question du conflit israélo-palestinien au second plan. Des sanctions importantes ont été votées contre le régime du leader de Damas qui s’est vu, entre autre, interdit de siéger au sein de l’Assemblée de la Ligue arabe.

 

La Turquie aussi mène le front de la rébellion contre la Syrie. Le ministre des Affaires étrangères d’Ankara évoque en coulisse l’option militaire pour chasser Bachar El Assad du pouvoir mais comme la Ligue arabe, la Turquie attend de connaitre les véritables positions de l’Occident sur ce dossier sensible.

L’UNESCO SUBVENTIONNE UN REVUE PALESTINIENNE
POUR ENFANTS QUI GLORIFIE HITLER

David Ouellette

davidouellette.net, 22 décembre 2011

L’UNESCO, l’organisation qui vient d’intégrer «l’État de la Palestine» dans ses rangs, subventionne une revue palestinienne qui fait l’éloge du génocide des Juifs.

 

Zayzafuna, une revue pour enfants qui prétend faire la promotion de la démocratie et de la tolérance, a publié un article d’une Palestinienne âgée de 10 ans où elle raconte avoir parlé avec Adolf Hitler dans ses rêves. Selon la traduction de Palestinian Media Watch, un observatoire indépendant des médias palestiniens, la jeune Palestinienne demande au leader nazi: «Tu es celui qui a tué les Juifs?» Ce à quoi lui répond l’auteur de Mein Kampf: «Oui, je les ai tués pour que tu saches qu’ils sont une nation qui sème la destruction partout dans le monde».

 

Sans surprise, la subvention de l’UNESCO ne semble pas en péril. En réponse à une plainte déposée par le Centre Simon Wiesenthal, le bureau du directeur général de l’UNESCO a répondu: «Permettez-moi de souligner que l’UNESCO prend cette question très au sérieux et qu’elle ne peut que déplorer et condamner ces propos (…) Nous allons porter cette question à l’attention des autorités palestiniennes concernées».

 

Pour manifester son opposition à la reconnaissance de «l’État de la Palestine» par l’UNESCO, le Canada a annoncé qu’il ne bonifierait pas sa contribution actuelle pour compenser l’augmentation des dépenses encourues par l’adhésion de la Palestine à l’organisme.