Tag: Ennahda

DISQUIETING ISLAMIST “ARAB SPRING” IN TUNISIA & LIBYA, AND SADISTIC ISLAMIST INSURGENCY IN NIGERIA, NIGER & BEYOND

Download Today's Isranet Daily Briefing.pdf 

 

Contents:                          

 

 

Ennahda Clears the Decks to Dominate: Sana Ajmi, The Daily Star, Dec. 11, 2012—Members of Tunisia’s National Constituent Assembly – the democratically elected body responsible for drafting the country’s constitution – put forward a new bill on Nov. 23 which would exclude politicians once affiliated with the former ruling Constitutional Democratic Rally (RCD) from political life for 10 years.

 

Boko Haram’s Growing Presence in Niger: Jacob Zenn, Jamestown Foundation, Nov. 2, 2012—The recent arrests of Boko Haram members in the Niger town of Zinder come at a time when the Islamist movement’s fighters are taking advantage of the porosity of the Nigeria-Niger border region to avoid security crackdowns in Yobe, Borno and other states of northeastern Nigeria.

 

Libyans Say Sharia Will Be Law of the Land: Jamie Dettmer, The Daily Beast, Dec 11, 2012—The constitutional debate that Libya is likely to have in the coming months is going to be different from Egypt’s…Across the political spectrum, there’s a general acceptance that the country’s new laws must reflect religion and that sharia will figure prominently—only a small minority question this.

 

On Topic Links

 

 

Tunisia Battles Over Pulpits, and Revolt’s Legacy: Neil MacFarquhar, New York Times, Nov. 11, 2012
Boko Haram’s Dangerous Expansion into Northwest Nigeria: Jacob Zenn, Counter Terrorism Center, Oct 29, 2012
Nigeria’s Most Sadistic Killers: Why is Boko Haram not Designated a Terrorist Group?: Eli Lake, The Daily Beast, Oct 16, 2012
List of Designated Terrorist Organizations: Wikipedia

 

 

 

 

ENNAHDA CLEARS THE DECKS TO DOMINATE

Sana Ajmi

The Daily Star, Dec. 11, 2012

 

Members of Tunisia’s National Constituent Assembly – the democratically elected body responsible for drafting the country’s constitution – put forward a new bill on Nov. 23 which would exclude politicians once affiliated with the former ruling Constitutional Democratic Rally (RCD) from political life for 10 years. Entitled “The Protection of the Revolution,” the measure – proposed and supported by Ennahda parliamentarians – is being seen by some as a tactic to hinder an opposition front to Ennahda and ensure the Islamists’ dominance in the upcoming election. Its supporters, however, see it as a protective measure necessary to safeguard the revolution.

Sahbi Atig, the head of Ennahda’s parliamentary bloc, explained that the bill would forbid any politician who had served in the RCD from running for president and participating in political life. Ennahda controls 89 out of 217 seats in Constituent Assembly and can easily pass the bill by an overwhelming majority – with the support of four other major blocs backing the measure: This includes the Fidelity to the Revolution, Congress For the Republic, Freedom and Dignity, and the Democratic Bloc – as well as some independent parliamentarians.

Farida Laabidi, head of the government’s Commission on Rights and Liberties (and a member of Ennahda himself) explained that “Through this law we will guarantee that those who served under the former repressive and corrupt regime will not rule the country again.”

This envisioned ban on former RCD members has sparked controversy particularly within the ranks of center-left parties in the opposition, a number of whose members were associated with the old regime. Parties like the newly formed Nidaa Tunis (as well others like Al-Moubadara and Al-Watan) have condemned the proposed bill. Khmais Ksila, a member of the Constituent Assembly representing Nidaa Tunis and who is formerly a member of the center-left Ettakatol Party (currently in coalition with Ennahda), described the proposed law as “anti-revolution”; the bill would render certain Tunisians second-class citizens based on political affiliations, and that these kinds of laws only encourage a revenge mentality among Tunisians and threatens to “resort to international institutions to invalidate it.”

Analysts have argued that Tunisia’s transitional democratic process cannot be based on exclusion. Kais Saiyed, a constitutional law expert at the Faculty of Political Science in Tunis, believes that proposing such a law contradicts the principles of democracy: “It is up to the people to decide who to exclude from the political,” he says. Furthermore, other figures – like Kamel Morjane, the former minister of foreign affairs under Zine al-Abidine Ben Ali and the leader of Al-Moubadara, and Beji Caid Essebsi, the octogenarian head of Nidaa Tunis and interim prime minister during the transition (and also former interior minister under Habib Bourghuiba) – all see this as a purely politically motivated attack to eliminate parties and coalitions capable of competing with Ennahda in the upcoming election.

Nidaa Tunis has a wide range of secular liberals formerly associated with the RCD – which claimed a membership of 2 million people before its dissolution. Many of these saw in Essebsi’s party an opportunity to revive their political chances and perhaps even regain their lost status. Nidaa Tunis, which aims to unite Tunisia’s non-Islamist parties in a national unity movement, was perceived as a way to “protect” them from religious extremism and to uphold a modernist interpretation of Islam initiated under the Bourghuiba and Ben Ali regimes – which these former RCD-associates see Ennahda failing to do, if not supporting explicitly. Essebsi himself is especially outspoken in his criticism of the ruling coalition for its “failure” to protect its people from religious extremism and Salafism.

The pragmatism of which Essebsi’s party boasts and its espousal of “modernist” values – coupled with Ennahda’s perceived failures to deal with pressing socio-economic issues – have all given Nidaa Tunis an edge and a chance to have a strong showing in the coming election. According to a recent poll conducted by the Tunisian poll office and 3C Etude, Ennahda and Nidaa Tunis rank close in popularity.

The party has also announced an initiative to merge with the ranks of other center-left parties – among which include Al-Joumhouri, Al-Massar, and the Popular Movement, as well as others – in anticipation of the 2013 parliamentary and presidential elections. Essebsi and his followers believe that the only way to counter Ennahda is through a united opposition front.

Ennahda’s fear of a more robust opposition in the upcoming election may well be the motive behind its support of the proposed bill. And whether or not a concern for the rise of former-regime sympathizers is founded, a bill based on political exclusion and score-settling does not bode well for Tunisia’s fragile political process. By pushing it forward, Ennahda is doing exactly what it claims to protect the revolution from: creating a one-party system and attempting to ensure an opposition vacuum – bringing the ruling party more in line with the RDC than it would perhaps like to admit.

 

Sana Ajmi is a Tunisian journalist and writer. This commentary first appeared at Sada, an online journal published by the Carnegie Endowment for International Peace.

 

Top of Page

 

 

 

 

BOKO HARAM’S GROWING PRESENCE IN NIGER

Jacob Zenn

Jamestown Foundation, Nov. 2, 2012

 

The recent arrests of Boko Haram members in the Niger town of Zinder come at a time when the Islamist movement’s fighters are taking advantage of the porosity of the Nigeria-Niger border region to avoid security crackdowns in Yobe, Borno and other states of northeastern Nigeria. On September 27, a Nigerien security official reported that five Boko Haram members were arrested in Zinder, one of the rare times that Boko Haram members have been arrested outside of Nigeria since Boko Haram launched an insurgency in September, 2010 to dismantle Nigeria’s secular regime and “entrench a just Islamic government”. The only similar case in Niger occurred last February, when 15 suspected Boko Haram members were arrested in Diffa, Niger’s easternmost city, allegedly planning to plant bombs in several of the city’s public places. Diffa and Zinder (the largest city in southern Niger) both border Nigeria’s Yobe State, where Boko Haram—then popularly known as “the Nigerian Taliban”—established a base nicknamed “Afghanistan” in a village three miles south of the border with Niger in 2003. Diffa is believed to be a principal refuge for Nigerian Boko Haram fighters.

 

On both sides of the Nigerian-Nigerien border, as well as in northern Cameroon and western Chad, Sunni Islam and the Hausa language are predominant. However, there are sizable minorities of Shuwa Arabic and Kanuri speakers in Diffa, western Chad and Nigeria’s far northeastern Borno State, which has been Boko Haram’s main area of operations since the start of the insurgency. These cross-border ties help unite the peoples of the border region.

 

The movement of Boko Haram members into Niger follows a series of blows inflicted on the movement by Nigerian security services in recent weeks:

 

    On September 24, Nigeria’s Joint Task Force (JTF) killed 35 Boko Haram members and seized ammunition and weapons in house-to-house searches in Yobe;

    Also on September 24, the Special Security Squad launched “Operation Restore Sanity” in Mubi, Adamawa State, which borders Borno to the south. 156 Boko Haram suspects were arrested, four of whom were believed to be unit commanders. A top commander, Abubakr Yola (a.k.a Abu Jihad) was killed in the operation;

    On October 15 the Joint Task Force in Borno State killed 24 Boko Haram members during a series of night raids in Maiduguri; and

    On October 20, security forces arrested a wanted Boko Haram leader, Shuaibu Muhammad Bama, in Maiduguri at a house owned by his uncle, Senator Ahmad Zanna, who represents Borno Central.

 

Nigeria shares approximately 2,000 miles of border with Niger, Cameroon and Chad, but, according to the Nigerian Immigration Service, only 84 border points are staffed by immigration officials. Nigeria has previously closed the border after major Boko Haram attacks, such as the Christmas Day 2011 church bombings in Madalla, a city outside of Abuja. The Borno State National Service Immigration Comptroller said at the time that such measures were the only way to “prevent the entry and exit of suspected Boko Haram sect members and illegal aliens that have no travel or residence permit documents to remain in the country”.  

 

Due to the linguistic and cultural ties along the 950-mile Nigerian-Nigerien border, Nigerien Muslims can easily cross the border and assimilate into Boko Haram’s ranks. According to local reports in Niger, many Nigeriens have joined Boko Haram because of economic rather than religious or ideological motives. Unlike northern Nigeria, Niger does not have a legacy of religious extremism, but it is one of the world’s least developed and most impoverished nations.

 

With an estimated 200,000 herdsmen and farmers in Niger subsisting on Red Cross food rations due to severe drought, the $30 that Boko Haram offers its members for killing Nigerian security officers—or the $60 it offers for also stealing the officer’s weapon—can be an effective recruiting tool.. The hundreds of thousands of dollars that Boko Haram has acquired in several dozen bank robberies in the past two years, can provide additional economic motivation for the poor to join the insurgency, whether or not they share the same motivations as Boko Haram leader Abu Shekau. If such reports are true, the poor Nigeriens who are taking up arms for Boko Haram may join other illicit economic activities such as selling black market gasoline and cigarettes. In February, captured Boko Haram spokesman Abu Qaqa told interrogators that Nigeriens were among the groups commonly chosen by Boko Haram to carry out suicide bombings.

 

Boko Haram’s infiltration of the immigration service also facilitates its operations in the border region. Two days after the arrests of the five Boko Haram members in Zinder, the Nigerian Army announced it had arrested a Nigerian immigration official posing as an army officer. Under interrogation, the official confessed to having been trained along with 15 other Boko Haram members in weapons handling, assassinations and special operations in Niger, and named other officials who were conspiring with Boko Haram. The October 19 killing of a customs official and his son in Potiskum, Yobe State, by Boko Haram members was likely intended to coerce other officials to comply with – or at least not obstruct – Boko Haram’s efforts to infiltrate the immigration service. Boko Haram has similarly assassinated dozens of Islamic clerics, politicians and journalists who disagreed with Boko Haram’s ideology and militant activities in order to deter other influential figures from speaking out.

 

Since April, there have been reports of several hundred Nigerian and Nigerien Boko Haram members helping al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), Ansar al-Din and the Movement for Unity and Jihad in West Africa (MUJWA) consolidate control of northern Mali after the three militias expelled the National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA), the ethno-national secular Tuareg militia. As a result, the territory of Niger separating northern Nigeria from northern Mali—only 300 miles across at its shortest point, Sokoto to Gao—is becoming an important area of transit for the insurgents. Niger is the one country of these three that has thus far avoided an Islamist insurgency on its territory, but Niger has a restive Tuareg population in the northern Agadez region bordering northern Mali and an increasing Boko Haram presence in its southern border cities—both representing potential sources of instability. Given this pressure, Niger and Nigeria agreed on October 18­—after four years of discussion­—to deploy joint patrols along their border in order to prevent the Boko Haram presence in southern Niger from growing into a cross-border insurgency. 

 

Jacob Zenn is a legal adviser and international affairs analyst who focuses on the Boko Haram insurgency in northern Nigeria.

 

Top of Page

 

 

 

 

LIBYANS SAY SHARIA WILL BE LAW OF THE LAND

Jamie Dettmer

The Daily Beast, Dec 11, 2012

 

“Egypt is Islamic, it will not be secular!” Islamist supporters of Egyptian President Mohamed Morsi have taken to chanting this slogan during street protests in Cairo. While the mantra fills opponents of the Egyptian president with dread, as does a Morsi-backed draft Constitution ensuring laws and rights will be strictly subordinated to sharia law, such chants would hardly prove controversial in Libya, Egypt’s neighboring Arab-Spring country—nor would they propel tens of thousands onto the streets of Tripoli or Benghazi to express dissent.

 

The constitutional debate that Libya is likely to have in the coming months—once its new rulers have decided on how to proceed with a draft—is going to be different from Egypt’s, and less about whether Islamic law should figure in the Constitution. Across the political spectrum, there’s a general acceptance that the country’s new laws must reflect religion and that sharia will figure prominently—only a small minority question this.

 

During the campaign for the country’s elections last July, party leaders—even those from moderate parties, such as Mahmoud Jibril, leader of the National Forces Alliance—acknowledged that sharia would significantly influence any Constitution. New laws should have a “reference to sharia,” Jibril told The Daily Beast, arguing, “Sharia law, when it was understood in the proper way, managed to create one of the great civilizations in human history. The problem is not with sharia or Islam; the problem is with the interpretation of sharia.”

 

Even among women agitating for a greater role in public and political life here, there’s agreement that sharia law should be at the heart of the country’s new Constitution. The only disputes are about the drafting process; whether the members of a 60-strong drafting panel should be elected or appointed by the country’s new Parliament, the General National Congress; and whether sharia should be the “only source of law” or a “principal source of law,” with the latter allowing greater possibility of adopting laws used in non-Muslim countries.

 

“Libyans wouldn’t accept a Constitution that isn’t informed by Sharia,” says 20-year-old Issraa Murabit, a second-year medical student from the town of Zawiyah and vice president of The Voice of Libyan Women, an NGO campaigning for greater women’s rights.

 

She says that a majority of women involved with civil-society activism are broadly comfortable with sharia and don’t see any contradiction between Islamic law and their demands for gender equality and a bigger role for women in Libyan society.  Some women activists argue that women’s rights are, in certain cases, better protected under sharia than they are in the West. They cite property protections afforded to divorced spouses. “In the West, they think we are the oppressors of women and they have the best rights for women, but we have a different perspective,” says Murabit, who was raised in Canada until her early teens. “Islam doesn’t undermine women’s rights—the problem is with Muslim men and how they try to use sharia against women.”

 

For Western commentators, the mere mention of Islamic law prompts, at best, suspicion and oftentimes pure horror. “A dangerous pattern is emerging,” Bonnie Erbe, host of the PBS show, To the Contrary, wrote recently. “Islamic countries more often than not replace tyrants with religious dictators who can become even more despotic than their predecessors. Look at Iran. Unfortunately, look at Egypt.”

 

Libyan activists say such sentiments tarnish the Arab Spring and that the problem with Morsi’s draft Constitution lies with the underhand manner of its drafting process, involving a lack of consultation by the country’s Islamist-dominated Constituent Assembly. Islamists railroaded approval of the final draft in an all-night session on November 30….

 

When Libya’s government—led by the new prime minister, Ali Zeidan, and the country’s Congress—eventually decide on the process for the drafting the Libyan constitution, activists warn that Morsi’s example shouldn’t be followed.  “If they are inclusive and consult and have women among the drafters, there won’t be a problem,” says Murabit.

 

One key area of contention could be over who interprets the Sharia provisions included in any Libyan constitution. Morsi’s Egyptian opponents take issue with the draft Constitution’s provision that Muslim clerics will be Sharia’s arbiters. Under the charter, clerics from Egypt’s conservative Al-Azhar University are “to be consulted on any matters related to Sharia.” Libyan women activists say no religious body or figures should be allowed under Libya’s Constitution oversight of the country’s laws—only the courts should decide. Others argue that religious arbiters would be acceptable as long as women religious scholars were also included.

 

Top of Page

 

 

 

 

Tunisia Battles Over Pulpits, and Revolt’s Legacy: Neil MacFarquhar, New York Times, Nov. 11, 2012—On the Friday after Tunisia’s president fell, Mohamed al-Khelif mounted the pulpit of this city’s historic Grand Mosque to deliver a full-throttle attack on the country’s corrupt culture, to condemn its close ties with the West and to demand that a new constitution implement Shariah, or Islamic law.

 

Boko Haram’s Dangerous Expansion into Northwest Nigeria: Jacob Zenn, Combatting Terrorism Center, Oct 29, 2012—During the past year, the Nigerian militant group Boko Haram has expanded from its traditional area of operations in northeastern Nigeria’s Borno State and is now capable of conducting attacks across a 900-mile breadth of northern Nigeria, including in the strategic state of Sokoto.

 

Nigeria’s Most Sadistic Killers: Why is Boko Haram not Designated a Terrorist Group?: Eli Lake, The Daily Beast, Oct 16, 2012—The group is one of the deadliest organizations in Africa, accused of killing at least 1,500 people between June 2009 and September 2012. Its victims are the cops, Christians, and those Muslims it sees as betraying the true faith. It is alleged to sabotage oil pipelines, take down automated teller machines, and rip up telephone lines in a violent jihad against the West.

 

List of Designated Terrorist Organizations: Wikipedia—This is a list of designated terrorist organizations by national governments, former governments and inter-governmental organizations, where the proscription has a significant impact on the group's activities.

 

 

Visit CIJR’s Bi-Weekly Webzine: Israzine.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing is available by e-mail.
Please urge colleagues, friends, and family to visit our website for more information on our ISRANET series.
To join our distribution list, or to unsubscribe, visit us at http://www.isranet.org/.

The ISRANET Daily Briefing is a service of CIJR. We hope that you find it useful and that you will support it and our pro-Israel educational work by forwarding a minimum $90.00 tax-deductible contribution [please send a cheque or VISA/MasterCard information to CIJR (see cover page for address)]. All donations include a membership-subscription to our respected quarterly ISRAFAX print magazine, which will be mailed to your home.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing attempts to convey a wide variety of opinions on Israel, the Middle East and the Jewish world for its readers’ educational and research purposes. Reprinted articles and documents express the opinions of their authors, and do not necessarily reflect the viewpoint of the Canadian Institute for Jewish Research.

 

 

Ber Lazarus, Publications Editor, Canadian Institute for Jewish ResearchL'institut Canadien de recherches sur le Judaïsme, www.isranet.org

Tel: (514) 486-5544 – Fax:(514) 486-8284 ; ber@isranet.org

VOUS AVEZ DIT LES PHARAONS?

 

 

L'EXODE CHRÉTIEN
Lysiane Gagnon
La Presse, 7 Janvier 2012

Prédiction pour 2012: un immense exode de chrétiens arabes. Cela nous concerne directement car le Canada sera une destination d'accueil, et ces migrants pourront réclamer, à bon droit, le statut de réfugié.

 

On estime que depuis mars dernier, quelque 95 000 d'entre eux ont quitté l'Égypte, chassés par les pogroms dont est victime la minorité copte, avec une violence redoublée depuis la chute de Moubarak. C'est un cas particulièrement tragique de nettoyage ethnico-religieux, les 10 millions de coptes (10% de la population) constituant la plus ancienne communauté autochtone du pays, une communauté qui existait à l'ère pharaonique, des siècles avant la conquête arabo-musulmane.

 

Il n'y a aucun doute que la montée de l'islamisme radical en Égypte va accroître le nombre de réfugiés. La communauté chrétienne irakienne, elle aussi enracinée depuis toujours sur cette terre, a déjà fondu de moitié. Les chrétiens étaient 1 million dans les années 90, mais 500 000 ont choisi l'exil à cause des violences sectaires qui ont suivi l'invasion américaine.

 

La prochaine vague de réfugiés viendra de Syrie, où les chrétiens sont au nombre de 850 000 (6% de la population). Cette minorité, active et prospère, a toujours vécu sous l'aile protectrice du régime alaouite, les dictatures du Proche-Orient ayant eu ceci de particulier qu'elles protégeaient les minorités religieuses, réservant leurs foudres aux islamistes militants. Quand les sunnites prendront le pouvoir en Syrie (ce n'est probablement qu'une question de temps), un autre exode est à prévoir car les rebelles sunnites ne cachent pas leur hostilité envers les chrétiens.

 

La montée de l'islamisme en Égypte était prévue. Ce qui ne l'était pas, c'était celle des salafistes, la minorité ultraradicale qui a recueilli 20% des voix aux dernières élections. Ils formeront une force politique avec laquelle tant les militaires que les Frères musulmans devront composer. Certains de leurs chefs ont déjà révélé leurs couleurs.

 

Incroyable mais vrai, dans ce pays dont le tourisme est (ou plutôt était) la principale ressource, les salafistes en ont contre les vestiges pharaoniques, ces dynasties ayant le tort d'avoir existé avant la conquête arabo-musulmane. Bref, les pharaons étaient des mécréants dont les œuvres sont suspectes. Pire, ce qui reste de leurs sculptures et de leurs monuments funéraires représente souvent des figures humaines, une forme d'art interdite par le Coran.

 

Il est donc question, dans les cercles salafistes, de recouvrir les monuments pharaoniens, et encore est-ce là une approche… modérée, comme s'en vantait récemment l'un de leurs chefs: Nous ne sommes pas des talibans, disait-il, faisant allusion au dynamitage des grands bouddhas pré-islamiques d'Afghanistan. Nous nous contenterons de les recouvrir de cire (sic).

 

Tant qu'à tout recouvrir, on recouvrira aussi d'étoffes les touristes féminines qui s'aventureraient à Giza et sur les rives du Nil: elles devront se camoufler de la tête aux pieds. On ne nous dit pas ce que l'on ferait du fabuleux patrimoine du musée du Caire, mais des fanatiques se sont fait la main en incendiant, le 17 décembre, la bibliothèque de l'Institut du Caire, fondé par Bonaparte, qui contenait plus de 200 000 manuscrits irremplaçables.

 

Il est probable que le nouveau régime résistera aux visées antipharaoniques des salafistes, tant est nécessaire la reprise du tourisme. Mais bon, cela illustre un état d'esprit. L'obscurantisme a commencé à s'implanter. L'ancien ministre et chroniqueur Joseph Facal, habitué d'Alexandrie, rapporte que les hôtels de la ville ont cessé de diffuser CNN et TV5 au profit d'émissions religieuses.

 

Cette année, on pourra mieux mesurer l'ampleur et la nature de la montée islamiste, une fois les élections terminées et une nouvelle constitution élaborée. Les salafistes en ont contre les vestiges de l'ère pharaonique, ces dynasties ayant le tort d'avoir existé avant la conquête arabo-musulmane.

LE TEMPS DU PRINTEMPS ARABE DES POLITICIENS EST VENU
David Bensoussan
Isranet.org, 13 Janvier 2012

Interrogé par la journaliste Barbara Walters du réseau de télévision ABC sur les condamnations de la Syrie pour sa répression sanguinaire des manifestants, le président syrien Bachir Al Assad a froidement répondu :

 

  • L’ONU n’est pas une institution crédible.
  • Vous y avez pourtant un ambassadeur.
  • L’ONU n’est qu’un jeu auquel nous nous livrons.

 

L’attitude du président syrien est révélatrice. Pour lui, l’ONU n’est qu’un forum sans valeur intrinsèque. C’est tout au plus une farce à laquelle son pays participe.

 

En effet, il y a longtemps que l’ONU n’est plus crédible: Les pays de l’ex bloc socialiste y ont voté en bloc durant des décennies. La majorité des pays arabo-musulmans ont fait et continuent de faire de même. Pour les dictateurs du Moyen-Orient, l’ONU est un exutoire idéal qui a longtemps servi à noircir toujours plus Israël et permis de la sorte de continuer de subjuguer leurs masses. La lutte contre Israël a longtemps été le ciment qui a servi à combler les fissures de la profonde dissension qui prévaut entre les pays du Moyen Orient.

 

L’Égypte nassérienne voua une lutte systématique contre le régime saoudien et envahit le Yémen pour y instaurer une république. L’Irak et la Syrie furent des ennemis jurés, chaque pays  promouvant sa propre interprétation du socialisme baathiste. La Syrie et la Jordanie furent sur le point d’entrer en guerre au début des années 70. L’intervention syrienne au Liban eut au départ comme objectif d’y réduire l’influence irakienne et son ingérence musclée dans les affaires libanaises se perpétue encore aujourd’hui. Le Maroc et l’Algérie eurent un conflit frontalier qui dure encore au travers de la problématique du Sahara espagnol. La Libye s’est engagée dans de multiples alliances et s’est brouillée avec pratiquement tous les pays arabes. L’Iran chiite a un contentieux séculaire avec l’islam sunnite et essaie de brandir la lutte contre Israël pour étendre son influence au Moyen-Orient, cherchant par tous les moyens à déstabiliser la région en surarmant la Syrie, le Hezbollah au Liban et le Hamas à Gaza.

 

Et l’ONU dans tout cela? L’ONU est devenue une chambre de résonnance pour le matraquage de propagande anti-israélienne à laquelle les dirigeants arabes ne croient même pas. Ce faisant, ils imposent un langage péjoratif qui est repris dans les médias occidentaux lorsqu’ils veulent relater la réalité onusienne, quand bien même ce langage n’est qu’une distorsion grossière et sans nuance de la vérité.

 

Le printemps arabe a eu un caractère endogène et ce fut la première fois que les masses arabes n’accusèrent pas Israël de tous les maux de la terre. Il n’en demeure pas moins qu’il subsiste une inquiétude à l’effet que la nouvelle présence des partis islamistes au pouvoir ne les incite à opter pour les mêmes schèmes de propagande des dictateurs évincés. Le discours et le ton de la Turquie dirigée par un parti islamiste dit «modéré» sont un signe préoccupant, compte non tenu du fait que des dizaines de journalistes y sont emprisonnés. Si les pays arabes ne se défont pas de l’aride politique d’accusation d’Israël savamment entretenue depuis les années cinquante et des initiatives de boycottage économique et culturel, les conditions de confiance nécessaires pour faire des concessions réciproques en voie de l’obtention d’une paix durable ne se matérialiseront pas.

 

Pourtant, le temps est venu pour un printemps arabe des politiciens du Moyen-Orient. Se concrétisera-t-il?   

 

(L’auteur est professeur de sciences à l’Université du Québec)

LA MONTÉE DU HAMAS – «MORT AUX JUIFS!»
Khaled Abou Toameh
france-israel.org, 13 Janvier 2012
Adaptation Française: Elie Fitoussi

La frénésie islamiste qui balaie actuellement le monde arabe a vu le Hamas devenir un acteur légitime et reconnu dans l'arène palestinienne et internationale.

 

Le premier ministre du Hamas Ismaïl Haniyeh a commencé la semaine dernière une tournée dans un certain nombre de pays arabes et islamiques, où il a jusqu'ici été reçu comme un héros et où des slogans ont été scandés «Mort aux Juifs!» Dans les pays qu'il a visité à ce jour – le Soudan, la Turquie et la Tunisie – Haniyeh a été reçu comme le «Premier ministre palestinien.»

 

Les dirigeants de ces trois pays ont traité Haniyeh comme s'il était un guerrier légendaire musulman qui a déclaré le djihad [guerre sainte] aux infidèles. Le Premier ministre du Hamas, dont le mouvement a pris le contrôle de la bande de Gaza par un coup «d'état» violent en 2007, a également été invité à prononcer des sermons et des discours devant des milliers de partisans dans les trois pays.

 

C'était la première fois qu'Haniyeh quittait la bande de Gaza depuis 2007.
Le tour d'Haniyeh n'aurait pas été possible s'il n'y avait pas la montée en puissance des islamistes et leur victoire écrasante lors des récentes élections législatives. [Jusqu’au changement de régime…] en Égypte, en Tunisie [et] en Libye, des personnages comme Haniyeh étaient persona non grata.

 

Si quelque chose que le «printemps arabe» a jusqu'ici renforcé c'est le Hamas au détriment de l'autre camp palestinien moins radical. Naturellement, la visite de Haniyeh a rendu furieux les «modérés» de l'Autorité palestinienne en Judée-Samarie, dont les représentants commencent à réaliser que les changements dans le monde arabe ne sont pas en leur faveur.

 

C'est pourquoi le président palestinien Mahmoud Abbas s'est empressé de déposer une protestation à l'adresse des nouveaux dirigeants tunisiens sur l'accueil enthousiaste qu'ils ont réservé à Haniyeh. Abbas, n'a jamais reçu un accueil triomphal et ce dans n'importe quel pays arabe.

 

Jusqu'à récemment, la plupart des pays arabes boycottait le Hamas. Mais maintenant, de nombreux dirigeants arabes sont en compétition pour savoir qui embrassera le Hamas plus fort que l'autre. Reconnaissant la puissance grandissante du Hamas et de son influence, le Secrétaire de la Ligue arabe Nabil Elarabi a demandé l'aide du chef du Hamas Khaled Mashaal pour convaincre le dictateur syrien Bashar Assad d'arrêter le massacre de son peuple.

 

La demande en a fait sourciller plusieurs dans le monde arabe, où les commentateurs politiques se sont précipités pour dénoncer la Ligue arabe d'avoir considéré le Hamas comme possible médiateur auprès d'Assad. Comme l'a fait remarquer un analyste, «Meshaal est affilié avec les régimes syrien et iranien. Il adore le régime syrien à tel point que lors d'un voyage à Téhéran, il embrassa la main du chef spirituel de l'Iran pour le remercier de soutenir Assad.»

 

Copyright © Israël Flash – Reproduction autorisée avec la mention et un lien vers la source.

VOUS AVEZ DIT EXTRÊMISTES?

 

 

VIOLENCES DE BEIT SHEMESH:
QUI SONT CES ULTRA-ORTHODOXES?

Julien Bahloul

Guysen.com, 28 décembre 2011

Qui sont les ces ultra-orthodoxes responsables des violences de ces derniers jours? Les orthodoxes israéliens refusent d’être tous mis dans le même sac. Et pour cause. Le groupe à l’origine des récents évènements est affilié à la petite secte religieuse des Toldot Aharon.

 

Cette dernière est essentiellement basée à Londres, à New York, dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem et à Beit Shemesh, où se sont concentrés les récents évènements. Ils seraient une cinquantaine de familles dans cette ville.

 

Dirigée par le rabbin David Kohn, elle est née d’une scission avec le mouvement orthodoxe Shomer Emunim. Les deux groupes ont en commun un mode de vie très rigide (la mouvance Shomer Emunim proscrit par exemple le port de vêtements en laine) et la haine du sionisme. Ils estiment que l’État d’Israël dans sa forme actuelle est une aberration et une insulte à la promesse messianique d’un retour des Juifs en terre promise lorsque le Temple de Jérusalem sera rebâti.

 

A Jérusalem, les hommes mariés et non mariés revêtent la veste blanche et grise «Zebra» durant la semaine et la veste or bekishes durant le shabbat. Les membres du Toldot Aharon sont les seuls Juifs orthodoxes à avoir le même code vestimentaire pour les hommes mariés ou non mariés âgés de plus de 13 ans. La distinction entre un homme marié et un homme célibataire se fait sur la base des chaussures. Le premier revêt des souliers blancs tandis que le second en revêt des noires.

 

Les femmes mariées cachent leurs cheveux sous une perruque. La pudeur exigée est la plus sévère de tous les groupes orthodoxes juifs. Certaines femmes, pas toutes, vont jusqu’à se raser le crane. Cette tradition se retrouve essentiellement dans la communauté de Jérusalem. Par ailleurs, au sein de la capitale israélienne, les jeunes filles pas encore mariées séparent leurs cheveux en deux tresses alors que, la plupart du temps, les filles orthodoxes n’en ont qu’une en forme de queue de cheval.

 

Mais ce qui distingue surtout ces ultra-orthodoxes des orthodoxes «classiques» est leur rapport à l’État d’Israël. La majorité des orthodoxes israéliens ne sert pas dans l’armée car elle estime qu’être soldats l’empêcherait de consacrer tout son temps à Dieu et à l’étude de la Thora. En revanche, elle est respectueuse des lois de l’État d’Israël, participe à la vie politique du pays en étant représentée par divers partis. A la naissance de l’État, les dirigeants orthodoxes avaient assuré David Ben Gourion de leur soutien à son gouvernement et à la fondation du pays, en échange de la garantie qu’Israël respecterait un certain nombre de règles: pas de services publics durant le shabbat, nourriture casher dans les cantines du service public, monopole sur les questions familiales (naissance, mariage, divorce, décès) accordés aux tribunaux rabbiniques etc. Cet accord est connu sous le nom du «statu quo» entre religieux et laïcs qui permet à l’État d’exister et aux deux populations de coexister.

 

A l’inverse, les ultras ont toujours refusé la moindre entente avec les gouvernements israéliens dont ils ne reconnaissent ni la légitimité, ni l’autorité. Présents en terre d’Israël depuis des siècles, ils n’ont jamais accepté que les «sionistes» puissent leur donner des ordres. La moindre intervention policière dans l’un de leurs quartiers vire souvent à la violence. Le cas d’une décision de justice, il y à quelques années, de retirer la garde d’un enfant à une femme soupçonnée de maltraitance sur ce dernier avait provoqué des émeutes. Les ultras avaient même accusé l’hôpital d’avoir volontairement aggravé l’état de santé de l’enfant et les «sionistes» d’avoir créé un complot de toute pièce.

 

Ces ultra-orthodoxes ont une capacité à faire du bruit qui parait parfois impressionnante. Ils n’hésitent pas à croiser le fer avec la police ou avec l’armée.Ils représentent aujourd’hui un défi de crédibilité pour le gouvernement israélien qui devra assoir son autorité et rétablir le calme. Un défi d’autant plus grand que cette secte religieuse n’est qu’un groupuscule extrémiste et que les Israéliens ne comprennent pas qu’un nombre aussi peu élevé de personnes parvienne à faire autant de bruit.

PLUSIEURS MILLIERS DE PERSONNES RÉUNIES
POUR DIRE NON À L'INTÉGRISME RELIGIEUX

Mathias Ryan

Guysen.com, 28 décembre 2011

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi 27 décembre à Beit Shemesh pour dénoncer les juifs ultra-orthodoxes qui cherchent à imposer leurs codes religieux dans cette ville située à une trentaine de kilomètres de Jérusalem.

 

Des échauffourées ont éclaté lundi à Beit Shemesh, après le tollé provoqué par des images de télévision montrant une fillette de huit ans se plaignant d'avoir été insultée sur le chemin de l'école par des juifs ultra-orthodoxes.

 

Ces derniers, qui lui reprochaient une tenue «indécente», lui ont craché dessus, a-t-elle déclaré. Ces images ont alimenté la crainte d'une poussée de l'extrémisme religieux dans le pays. (…)

 

La dirigeante de l'opposition parlementaire, Tzipi Livni, qui voit dans ces évènement l'occasion de faire remonter sa côte de popularité, a participé mardi au rassemblement de Beit Shemesh et a dénoncé «les extrémistes qui veulent imposer leurs vues à tous». Des manifestants brandissaient des pancartes où on pouvait lire: «nous ne deviendrons pas un autre Téhéran», allusion aux règles strictes imposées aux Iraniens par les dirigeants de la République islamique.

 

Auparavant, le président israélien Shimon Peres avait appelé la population à se rassembler pour protester contre les pressions des juifs ultra-traditionalistes. «Nous combattons pour préserver l'âme de la nation et la nature de l'État», a-t-il déclaré dans une allocution retransmise à la télévision. «C'est une journée test. Toute la nation devra se mobiliser pour sauver la majorité des griffes d'une petite minorité, qui met à mal nos valeurs les plus sacrées», a dit Shimon Peres. «Personne n'a le droit de menacer une petite fille, une femme ou qui que ce soit, en aucune manière», a t-il ajouté. «Ils ne sont pas les seigneurs de cette terre.» (…)

 

Les autorités ont alimenté la colère des fondamentalistes hostiles à la mixité en enlevant une pancarte qui appelait les femmes à éviter certaines rues où résident les ultra-orthodoxes. Hommes et femmes sont d'ores et déjà séparés sur certaines lignes de bus de quartiers ultra-orthodoxes de Jérusalem.

LES OBSERVATIONS D’UN CANADIEN
SUR LES ISLAMISTES DE TUNISIE

Dépêche

Pointdebasculecanada.ca, 29 décembre 2011

Lors de la récente campagne électorale tunisienne, Rafaël Primeau-Ferraro a pris l’initiative d’aller en Tunisie pour alimenter un blogue qui rendait compte des activités ayant entouré l'élection de l'Assemblée Constituante qui a eu lieu le 23 octobre 2011.  Primeau-Ferraro mit fin à son blogue à la mi-novembre, deux semaines après la tenue des élections. Il consacra une partie de son dernier article à expliquer ce qui l’amena à changer d’opinion face au parti Ennahda durant les six semaines qu’il passa en Tunisie. Nous reproduisons cette portion de l’article intitulée Les islamistes.

 

En ce qui a trait aux islamistes, mon opinion a changé récemment. En débutant ce blogue, je tenais à rester objectif. C’est pourquoi j’ai pris la décision de mettre de côté les préjugés dont ils font l’objet et j’ai préféré, comme il sied en démocratie, leur donner le bénéfice du doute. Il m’apparaissait logique de laisser la chance au coureur. Après tout, le programme d’Ennahda semblait reposer sur une vision moderne et ouverte de l’Islam et leurs idées ne semblaient pas non plus restreindre les droits de quiconque.

 

À tout évènement, le parti islamiste était alors accusé – surtout par les médias français – de tenir un double discours. D’autres les ont carrément traité d’extrémistes et parfois même de criminels avec preuves à l’appui. C’est le cas de la Section du statut du Canada, tel que le révèle un jugement de la Cour d’appel fédérale canadienne en 2003, Zrig c. Ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration.

 

On y relève notamment que la Section du statut canadien a qualifié Ennahda de «branche armée qui utilise des méthodes terroristes» et qui aurait été impliqué dans «des assassinats et des attentats à la bombe».

 

À propos du chef Rached Ghannouchi, on y affirme qu’il «est considéré par certaines sources comme étant l'un des maîtres à penser du terrorisme» et également qu’il «a fait un appel à la violence contre les États-Unis et a menacé de détruire leurs intérêts dans le monde arabe. En outre, il a demandé la destruction de l'État d'Israël.» (…)

 

Faisant fi de tous ces éléments, je me suis concentré uniquement sur les actions et les paroles du parti islamiste, le qualifiant même de «modéré» dans certains de mes articles. Les gens d’Ennahda ont demandé fréquemment à leurs détracteurs «d’attendre de voir comment ils agiront avant de les critiquer».

 

C’est ce que j’ai fait et j’ai l’impression aujourd’hui d’avoir été roulé dans la farine. J’en suis malheureusement venu à la conclusion que le parti tient effectivement un double discours et que ses dirigeants cachent à la population plusieurs des idées auxquelles ils adhèrent.

 

Les récentes déclarations de Souad Abderrahim, la députée la plus en vue d’Ennahda dont on vante le «modernisme», jumelé au silence complice des dirigeants du parti m’ont laissé vraiment perplexe. Affirmer entre autres «que les mères célibataires n’ont pas le droit d’exister» et qu’il n’y a pas de place «pour une liberté totale et intégrale en Tunisie» ne correspond pas tout à fait, à mon avis, à une vision modérée. De plus, elle avait également déclaré quelques jours auparavant qu’Ennahda «ne compte pas fermer les boîtes de nuit, mais par contre ancrera les bonnes mœurs.»

 

Ce qui m’a le plus étonné n’est pas nécessairement les déclarations de Mme Abderrahim, mais plutôt l’absence d’indignation d’une grande partie de la population. À preuve, plusieurs journaux n’ont pas jugé la nouvelle suffisamment intéressante pour la publier et mis à part la réaction outrée des jeunes sur les réseaux sociaux, on ne sentait pas vraiment l’acrimonie que ces propos auraient normalement dû soulever.

 

Peut-être est-ce le signe que de nombreux Tunisiens partagent au fond d’eux-mêmes l’opinion de la députée? C’est ce que croit Lofti Achour, producteur de cinéma connu, dans un texte…fascinant qui vaut vraiment la peine d’être lu.

 

La théorie de ce dernier, à l’effet que plusieurs personnes appuient secrètement Ennahda mais n’oseraient pas l’avouer publiquement, pourraient fort bien expliquer les résultats du parti islamique aux dernières élections. (…)

LE RÉSEAU PRO-CHARIA DE
L’IMAM FOUDIL SELMOUNE DE BROSSARD

Dépêche

Pointdebasculecanada.ca, 28 décembre 2011

Le 22 novembre 2011, l’imam Foudil Selmoune expliquait à Radio-Canada que les lois de Dieu ordonnent l’amputation et la lapidation et qu’«on peut pas les changer». Face aux réactions négatives dans Le Devoir (5 décembre) et à l’Assemblée nationale du Québec (8 décembre), plusieurs leaders des Frères Musulmans ont joué les victimes. Ils se sont plaints que les propos de l’imam auraient été «manipulés» pour «cibler la communauté musulmane». Ils prétendent que Selmoune voulait simplement «définir» la charia sans la «préconiser». Des larmes de crocodiles.

 

Apparemment, les «lois de Dieu» que Selmoune a décrites comme immuables le 22 novembre seraient devenues modifiables et optionnelles en l’espace de quelques jours. Dans ce qui suit, Point de Bascule démontre la mauvaise foi des islamistes en rappelant l’association du Centre islamique de Brossard avec plusieurs organisations qui ne se limitent pas à «définir» la charia mais qui la «préconisent» bel et bien, ici et maintenant:

 

1. Conseil musulman de Montréal (Montreal Muslim Council): Son leader, Salam Elmenyawi, fut l’instigateur d’un projet de conseil de la charia au Québec en 2004;

 

2. IRFAN-Canada: L’organisation était un collecteur de fonds du Hamas au Canada au moins jusqu’à la révocation récente de son statut d’organisme de bienfaisance. De l’aveu des dirigeants du Hamas, l’organisation vise non seulement l’élimination d’Israël mais également l’islamisation (charia-isation) des sociétés occidentales;

 

3. Islamic Online University (IOU): Le Centre de Brossard prête ses locaux à cette organisation qui dispense des cours de charia via internet pour que les étudiants y passent leurs examens. Le fondateur d’IOU, Bilal Philips, s’est déclaré favorable à l’exécution des homosexuels, à la lapidation et aux autres peines barbares commandées par la charia;

 

4. Forum musulman canadien: Dans le passé, le FMC a représenté différentes organisations des Frères Musulmans, dont la Muslim Association of Canada (MAC). La MAC déclare appliquer l'islam tel qu'il a été compris par le fondateur des Frères Musulmans, Hassan al-Banna. De son propre aveu, al-Banna promouvait la modification des lois pour les rendre conformes à la charia.

 

Les différentes appellations du Centre islamique de Brossard

 

Le Centre islamique administré par l’imam Foudil Selmoune est identifié sous diverses appellations dans les médias et les documents officiels:

 

  • Islamic Community Centre(ICC);
  • Centre communautaire islamique de la Rive-Sud;
  • Centre L'Markaz-e-Islam de la rive sud / Markaz-e-Islam Center of the south shore; C’est l’appellation utilisée dans les documents de l’Agence de revenu du Canada (ARC). Le mot markaz signifie centre en arabe. Le centre islamique de Brossard bénéficie du statut d’organisme de bienfaisance auprès des autorités canadiennes;
  • Centre culturel musulman de Brossard(CCMB): cf. Le Courrier du Sud (24 septembre 2010). (…)

 

Conseil musulman de Montréal (CMM)

 

À son habitude, Salam Elmenyawi du CMM a joué la carte de la victime. Dans son communiqué du 19 décembre, il a déclaré que le reportage de Radio-Canada venait «cibler la communauté musulmane», qu’il constituait un «profilage» (?) anti-musulman, etc. Elmenyawi n’a évidemment aucune crédibilité pour nous rassurer sur l’absence d’intention des islamistes d’instaurer la charia au Canada puisqu’il fut lui-même, en 2004, l’instigateur d’un projet de tribunal islamique au Québec.

 

À l’époque, Elmenyawi avait indiqué au Devoir (11 décembre 2004) que le tribunal islamique qu’il cherchait à implanter porterait le nom de «Conseil de la charia». Toujours selon Le Devoir, une quarantaine de mosquées et d'organisations musulmanes appuyaient le projet. L’article identifia le cheik Abderrahman Ibrahim, un gradué de l’Université de Médine (Arabie saoudite), comme un autre des responsables du projet d’implantation de la charia au Québec.

 

Avant le vote unanime de l’Assemblée nationale du Québec contre l’introduction des tribunaux islamiques au Canada (26 mars 2005), la députée Fatima Houda-Pepin avait rappelé que la Ligue islamique mondiale d’Arabie saoudite (LIM – Muslim World League) était derrière le projet d’introduction de la charia en Amérique du Nord. Dès 1991, la LIM finança une rencontre d’imams des États-Unis et du Canada à Washington sous le thème Élaborer des stratégies pour introduire la charia au Canada et aux États-Unis. (cf. Journal des débats de l’Assemblée nationale)

 

Elmenyawi mentionna également au Devoir que Youssef Qaradawi (Al Kardaoui) faisait partie des experts de l’islam que son Conseil de la charia envisageait consulter dans le futur.

 

À titre indicatif, voici des avis récents rendus par Youssef Qaradawi sur des sujets divers:

 

  • Il endosse le meurtre des musulmans qui quittent l'islam (cf. Archives PdeB);
  • Il justifie les mutilations génitales féminines (cf. Archives PdeB);
  • Il justifie le meurtre des homosexuels (cf. Archives PdeB);
  • Il soutient que Hitler avait été envoyé par Allah pour punir les juifs (cf. Archives PdeB);
  • Il déclare légitime de recourir à la force «à toutes les fois que c'est possible» pour faire appliquer les principes de l'islam (cf. «changing wrong by force whenever possible» – Priorities of the Islamic Movement, chapitre 4);
  • Il encourage la formation de «ghettos musulmans» aux États-Unis, au Canada, en Australie et ailleurs en Occident (Priorities of the Islamic Movement, chapitre 4);
  • Il promeut la conquête de l’Occident par les musulmans (cf. MEMRI).

 

IRFAN-Canada, le collecteur de fonds du Hamas

 

IRFAN-Canadaavait le statut d’organisme de bienfaisance jusqu’à ce que l’Agence de revenu du Canada (ARC) ne le lui retire en 2011. L’ARC justifia sa décision en faisant valoir qu’IRFAN servait de collecteur de fonds du Hamas au Canada. Le Hamas est inscrit sur le registre des entités terroristes maintenu par le gouvernement canadien depuis 2002. Seulement pour la période allant de 2005 à la fin de 2009, IRFAN a transféré 14,6 millions $ au Hamas. (…)

 

Forum musulman canadien

 

Le Forum musulman canadien (FMC), qui signa la lettre de protestation en faveur de l’imam Selmoune de Brossard, agit comme un regroupement d’organisations associées aux Frères Musulmans au Canada. Dans un message de félicitation adressé à Gilles Duceppe en 2010, le FMC se présentait comme le porte-parole de neuf organisations, dont l’ICC (Brossard) et la Muslim Association of Canada (MAC). (…)

 

Un des membres actuels du conseil de direction du Forum musulman canadien se dénomme Bilal Hamideh. Il a été président de la Muslim Students’ Association (MSA) à l’Université Concordia de 2000 à 2005. La MSA fut l’une des toutes premières organisations mises sur pied par les Frères Musulmans en Amérique du Nord. (cf. Discover The Networks)

 

La MSA a été décrite dans un rapport de la police de New York de 2007 (cf. p. 68 – Archives PdeB) comme un «incubateur» de radicalisme. (…)

 

En dépit de l’appui qu’il accorde à Youssef Qaradawi, Salam Elmenyawi est accrédité par l’Université Concordia comme l’aumônier des étudiants musulmans. La MSA de Concordia l’invite fréquemment à présenter des conférences. Dans une invitation à venir écouter Elmenyawi en avril 2010, la MSA de Concordia le présenta comme un sheikh et non simplement comme un brother (frère), ce qui témoigne du prestige dont il jouit chez les Frères Musulmans.

 

Islamic Online University

 

Bilal Philips est né en Jamaïque et a grandi au Canada avant de se convertir à l’islam en 1972. Après avoir enseigné la charia au Moyen-Orient, il a mis sur pied un programme d’études islamiques via internet.

 

Au Canada, plusieurs centres dirigés par les Frères Musulmans facilitent la propagation des idées de Philips en accueillant ses étudiants au moment où ils doivent passer leurs examens. Le Centre de Foudil Selmoune à Brossard est l’un de ceux-là.

 

Le 3 juillet 2011, le Globe & Mail (archivé sur JihadWatch) rapporta que Bilal Philips avait été expulsé d’Allemagne après avoir ouvertement justifié le meurtre des homosexuels.

 

En 2007 le site australien 9News (archivé sur JihadWatch) rapporta que, selon le site personnel de Philips, les amputations des mains, les décapitations, les lapidations et les séances publiques de flagellation prévues par la charia devaient se dérouler exclusivement les vendredis. Philips encourage également le mariage des fillettes pré-pubères.

 

Le 15 février 2011, le National Post (archivé sur JihadWatch) rapporta que Philips, lui-même un ancien musicien, plaidait pour l’interdiction des instruments de musique à vent et à cordes. Selon lui, c’est parce que leur musique peut apporter un réconfort aux hommes et les éloigner d’Allah qu’ils doivent être interdits. Selon les principes de charia défendus par Philips, seul le tambour est permis dans certaines circonstances.

LA VICTOIRE DU DROIT À L’OBSCURANTISME
Jean-François Lisée

Lactualite.com, 21 décembre 2011

Parlons sérieusement. Lorsqu’un parent musulman demande à une maternelle le droit d’imposer à sa fillette un «écouteur anti-bruit» pour la protéger contre… la musique, il fait preuve d’obscurantisme. Mais lorsque la maternelle accepte, elle fait beaucoup plus. Elle reconnaît au parent le droit à l’obscurantisme et le droit de l’imposer à son enfant, dans une institution publique!

 

Comme ce sont les éducateurs de maternelle qui mettent et enlèvent l’écouteur à la fillette pendant les moments, nombreux, où la satanée musique est entendue, le service public devient, non seulement le spectateur inactif, non seulement le complice conscient, mais le servile exécutant de l’obscurantisme.

 

Le cas, certes, est exceptionnel. C’est la réponse de la société québécoise qui fait problème. Jusqu’à la ministre Line Beauchamp qui affirme que ce n’est «pas un compromis au programme québécois des études». Elle a raison. Ce n’est pas un compromis. C’est une reddition.

 

On nous explique que cet «accommodement» n’est appliqué que pour un an. Qu’il vise l’intégration de l’enfant. C’est faux. L’accommodement vise strictement à se plier aux volontés obscurantistes du parent. Et maintenant qu’il a eu gain de cause, et maintenant que même la ministre trouve cela acceptable, pourquoi ne pourra-t-il pas, demain, réclamer l’écouteur anti-bruit en première année, et en deuxième, et en troisième?

L’État québécois, du haut en bas, n’a établi autour de ce cas ahurissant aucun principe qui puisse indiquer aux obscurantistes que leurs demandes sont irrecevables.

 

Savoir où tracer la ligne

 

L’argument invoqué est toujours le même: notre objectif est le bien de la fillette. Puisque la maternelle cinq ans n’est pas obligatoire, le refus de l’accommodement pourrait conduire le parent à soustraire sa fille à l’école publique. Elle serait donc dans l’obscurantisme à temps plein. Ma réponse à moi est autre: presque 100% des enfants vont désormais à la maternelle cinq ans. Cette année de préparation fait désormais partie d’introduction aux savoirs de base. Il est temps de rendre cette année obligatoire.

 

Bien. Mais alors, nous dit-on, les obscurantistes enverront leurs enfants dans les écoles religieuses dont plusieurs, au Québec, sont subventionnées. Ma réponse à moi: programmer l’élimination graduelle des subventions publiques aux écoles religieuses. Pour les écoles religieuses non-subventionnées, n’accréditer que celles qui appliquent le programme d’études général, incluant évidemment sport et musique.

 

Le but de la société québécoise n’est pas d’aménager des lieux où les obscurantistes pourront à loisir endoctriner leurs enfants. Le but de la société québécoise doit être de permettre à chacun des enfants québécois de s’épanouir pleinement, au contact de la connaissance, de la science et de la culture. Si, devenus adultes consentants, ils souhaitent choisir l’obscurantisme, ce sera leur droit.

 

Société et obscurantisme

 

Je me répète mais j’estime que tous le débat récent sur l’intégration et les accommodements évacue une question essentielle: le fait qu’il est légitime, pour une société, d’indiquer son refus des comportements obscurantistes, du moins dans l’espace public.

 

Chacun a des droits, bien évidemment, y compris la liberté de conscience, même lorsque cette liberté signifie l’adhésion à une variante de la foi qu’on peut qualifier d’orthodoxe. Dans ces cas, il s’agit en quelque sorte du droit de vivre en marge des valeurs plus généralement acceptées – notamment l’égalité des sexes et la volonté de vivre ensemble.

 

La société doit, c’est certain, admettre et protéger ces choix religieux orthodoxes. Elle n’est cependant pas tenue de s’y montrer favorable ou d’agir pour qu’un mode de vie marginal puisse se déployer dans l’espace public sans entraîner nombre d’inconvénients à ses adhérents. C’est ma conviction que, règle générale, il appartient aux citoyens québécois qui choisissent des croyances ou un comportement marginal de s’accommoder des pratiques communes, plutôt que l’inverse.

 

J’estime de plus qu’il est tout à fait légitime que la société québécoise prenne consciemment la décision d’envoyer le signal que ces choix de vie ne sont pas ceux qu’elle valorise, notamment lorsqu’ils impliquent une vision inégale des sexes ou le refus de l’interaction avec les autres membres de la société, comme dans le cas de la fillette privée de musique.

 

Voilà ce à quoi servirait une Charte de la laïcité: à ce que la société québécoise dise clairement et lisiblement, à elle-même d’abord et à tous ceux qui veulent se joindre à elle ensuite, les principes qu’elle compte appliquer….

 

Charest: une responsabilité écrasante

 

Dans cette affaire, comme dans celle de la décision de fournir des hijabs aux musulmanes gardiennes de prison, la responsabilité du gouvernement Charest est écrasante. Le Rapport Bouchard-Taylor, à mon avis très décevant, proposait au moins d’interdire aux juges, policiers et gardiens de prison de porter des signes religieux ostentatoires. Le gouvernement n’a même pas légiféré sur ce point, consensuel entre tous, ce qui mène au précédent maintenant créé pour les geôlières. Pourquoi pas, demain, les policières ?

 

Sur ce point, comme sur la langue en général, Jean Charest aura fait perdre au moins huit ans au Québec. Espérons que cette question sera aussi posée, le jour où, enfin, l’électorat lui donnera son dernier bulletin de notes.

Que préférez-vous? «METTRE LES PIEDS DANS LE PLAT!» OU «FAIRE L’ÉLOGE D’UN EXÉGÈTE QUI SOUTIENT QUE LA TERRE EST PLATE»

   

 

INQUIÉTUDE FACE AU FLOU ET À L’AGITATION
QUI RÈGNENT EN IRAN

Naama Rehoboam
Guysen.com, 1 décembre 2011

Entre l’attaque de l’ambassade de Grande-Bretagne, les sanctions internationales et les mystérieuses explosions: le monde semble avoir pris la mesure du danger d’un Iran nucléaire.

 

Les choses semblent se compliquer pour l’Iran. Après l’attaque ce mardi 29 novembre de l’ambassade du Royaume-Uni à Téhéran, Londres a fait évacuer son personnel diplomatique d’Iran. Tout en fermant l’ambassade iranienne, à Londres. Mercredi 30 novembre, la France a décidé de «rappeler en consultation» son ambassadeur à Téhéran. L’Allemagne lui a emboîté le pas.

 

«Les attaques contre toute représentation diplomatique ne sont pas acceptables. Et il est du devoir d'un pays d’assurer la sécurité de toutes les représentations diplomatiques», a déclaré Guido Westerwele, le ministre allemand des Affaires étrangères. Ces tourments diplomatiques se conjuguent avec la nouvelle vague de sanctions décidées contre le régime des mollahs.

 

Même si Téhéran menace de faire de son pétrole une arme politique et de fermer le détroit d’Ormuz, par lequel une grande partie du pétrole mondial transite, cette fois les conséquences pourraient être sans précédent. Tandis que les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada, ciblent les secteurs énergétique, pétrochimique et financier iraniens, Paris propose, ni plus ni moins, d’interrompre les achats de brut iranien. Il y a là de quoi porter un coup dur à l’économie de la république islamique.

 

Autre inquiétude pour l’Iran: les mystérieux événements du mois dernier, toujours non élucidés. Samedi 12 novembre, l'ouest de Téhéran, est secoué par l'explosion d'un dépôt de munitions des «Pasdaran», les Gardiens de la révolution. Parmi les 17 victimes officielles, figurait un poids lourd du régime: le général Mokadam, responsable en chef et expert numéro 1 du programme balistique iranien. Pour les autorités, il s’agit d’un accident. Lundi 28 novembre à 14h 40, une autre explosion a ébranlé Ispahan, la 3ème ville du pays. Puis 4 heures plus tard, l’agence de presse Fars, annonce qu’un centre d’enrichissement d’uranium a explosé.

 

Depuis ces annonces retentissantes, on assiste à un cafouillage complet au niveau des sources d’information. Selon l’agence Mehr, rien ne permet d’affirmer que l’explosion s’est produite à proximité du centre nucléaire. A en croire le site internet du journal Farhang e-Ashti, elle a eu lieu près d’une académie militaire. Pour Isna, c’est une station essence, qui a explosé. Contradictoires, les informations transmises par le régime ne présentent aucune garantie de crédibilité. En Israël et en occident, on garde le silence.

 

Au cœur de ces événements, le dossier du nucléaire iranien ne fait en tous cas plus sourire. La communauté internationale semble avoir pris la mesure du danger depuis le récent rapport de l’AIEA.

RIEN NE VA PLUS ENTRE LONDRES ET TÉHÉRAN
Éditorial
laregledujeu.org, 1 décembre 2011

En guise de représailles contre les sanctions qui pèsent actuellement sur le régime iranien (l’Iran étant soupçonné par l’Agence internationale de l’énergie atomique de développer un arsenal nucléaire), des étudiants bassiidjis (une milice islamiste iranienne) s’en sont pris ce mardi 29 novembre à l’ambassade britannique à Téhéran (on fait état de saccages importants, jets de pierres et de cocktails Molotov). Au lendemain de cette attaque, David Cameron a décidé de prendre des mesures drastiques contre le régime iranien. Le 21 novembre dernier, la Grande-Bretagne avait rompu tous les liens dans le secteur financier avec l’Iran. Hier, William Hague, le ministère des affaires étrangères, exigeait la fermeture de la représentation iranienne à Londres et le départ de son personnel dans les 48 heures. A Téhéran, une partie du personnel diplomatique britannique était évacué en cours de journée vers Dubaï, aux Émirats arabes unis.

 

La mise à sac de l’ambassade britannique a bien évidemment choqué la communauté internationale: le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon s’est dit indigné; la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, a qualifié cet acte d’affront à toute la communauté internationale; la porte-parole du gouvernement français, Valérie Pécresse a “condamné fermement l’attaque scandaleuse de l’ambassade de la Grande-Bretagne”. Le ministre des affaires étrangères Alain Juppé s’est quant à lui prononcé pour des “sanctions qui soient vraiment de nature à paralyser le régime: gel des avoirs de la banque centrale (iranienne), embargo sur les exportations d’hydrocarbures”.

 

En Iran, le personnel politique semble divisé, d’une part le ministère des Affaires étrangères exprimant “ses regrets pour le comportement inacceptable d’un petit nombre de manifestants”, d’autre part, l’aile dure du régime justifiant l’action des bassiidjis arguant que “la colère des étudiants” était due “à plusieurs décennies de politique dominatrice de la Grande-Bretagne en Iran”.

 

Nul ne sait jusqu’où cette crise pourrait aller, le Royaume-Uni a néanmoins averti l’Iran que cette affaire aurait des “conséquences graves”.  

TARIQ RAMADAN, LE PROFESSEUR
QUI A FAIT ACHETER SA TITULARISATION

Dépêche

postedeveille.ca, 30 novembre 2011

Dans la New English Review, Hugh Fitzgerald parle des dessous de la nomination de Tariq Ramadan comme titulaire d'une chaire d'études islamiques à Oxford, une tribune à l'apparence prestigieuse qui n'est rien d'autre que de la poudre aux yeux.

 

Sa crédibilité étant proche de zéro en Europe continentale, Tariq est parti à la conquête de l'Amérique du nord. Il participera à une autre méga conférence des Frères musulmans à Toronto à Noël. Heureusement, contrairement aux années passées, la conférence ne s'arrêtera pas à Montréal.

 

J’ai récemment posté un article paru dans le Oxford Student sur Mehdi Hashemi Rafsanjani, l’élève du bourreau [l’ayatollah iranien Rafsanjani, son père], ou tout du moins son fils.

 

Et nous apprenions il y a quelque temps que la London School of Economics avait honoré d’un doctorat (Ph.D) ce grand connaisseur de la condition humaine, Seif al-Islam, le fils du défunt Mouammar Kadhafi, et que la thèse du doctorat en question avait été écrite par d’autres que lui (dans la veine du scandale, dans les universités de tout le monde occidental, de ces riches Arabes, Perses, ou Pakistanais qui font appel à des plumes pour écrire leurs papiers); cela nous porte à croire qu’aucun de ces diplômes ne peut être pris au sérieux, qu’aucun de ces supposés lettrés n’a travaillé par lui-même, et qu’on doit les en soupçonner tant qu’il n’auront pas apporté la preuve du contraire, la preuve qu’ils ont effectivement étudié, et la preuve, dans une moindre mesure, qu’ils ont été effectivement formés à quelque chose.

 

Mais le pire scandale, c’est avant tout la nomination d’un certain propagandiste comme titulaire d'une chaire créée et payée par un sombre roitelet arabe (Ce dandin d’émir du Qatar? Ce si photogénique sultan d’Oman, tout en folklore avec son faucon sur la main? J’ai oublié lequel…), chaire créée dans le but précis de lui offrir le bon ascendant grâce auquel il peut mener sa campagne douceâtre et sinistre de promotion de l’islam dans tout le monde occidental.

 

Cet homme, avec sa titularisation achetée clés en mains, c’est Tariq Ramadan. Il est le petit fils d’Hassan El Banna, le fondateur des Frères Musulmans. Chacune de ses sorties publiques est l’occasion d’une nouvelle démonstration de taqiya et de kitman, d’un empilement de mensonges et de demi-vérités débités à un tel rythme qu’on ne peut les réfuter tous, que ce sera difficile de rétorquer, même pour l’adversaire le mieux préparé. Il a pendant un temps enseigné à Genève. Mais avec la publication du livre de Caroline Fourest («Frère Tariq») et sa mise en pièces lors de deux émissions à fortes audiences (l’une avec un Nicolas Sarközy à son meilleur, l’autre avec Alain Finkielkraut), il a été temps pour Tariq Ramadan de quitter les contrées francophones où bien trop de gens le connaissaient, et de filer vers les territoires anglophones du Dar al-Harb, à savoir l’Angleterre, et au-delà, le jackpot, les États-Unis. Mais tout d’abord, il a tenté sa chance aux Pays Bas. Il a réussi, à force d’argent arabe, à se faire créer une chaire dans une université des Pays Bas. Mais il a vite compris que cela ne marcherait pas, qu’il allait devoir rejoindre l’Angleterre, et donc Oxford ou Cambridge (même si l’Université de Londres, par le SOAS [School of Oriental and African Studies], l’aurait volontiers accueilli).

 

Tariq Ramadan ne s’est jamais résolu à n’être qu’un humble chargé de conférence au St Antony’s College [d’Oxford], où le département du Moyen Orient (contrairement à ceux, légitimes depuis toujours, de l’Europe de l’Est et de la Russie) était tenu d’une main de fer par Albert Hourani, qui en avait fait un moulin à diplômes pour les Arabes (parmi lesquels Rachid Khalidi), et s’y prélassait du haut de ses responsabilités, y dispensant ses faveurs à la façon d’un abbé gras en son monastère. Et donc il s’est fait créer une chaire à Oxford, une chaire instituée pour lui, et après un «recrutement international», une chaire qu’il a investie comme professeur, lui, Tariq Ramadan. Et est-ce que les responsables d’Oxford, ceux des départements d’études arabes, du Moyen-Orient, ou des études islamiques, ceux qui dépendent tant des contributions financières de ces riches arabes qu’ils courtisent sans cesse, ceux-là, est ce qu’ils se sont élevés contre ce titre de professeur acheté rubis sur l’ongle ? Non. Soit ils n’ont rien dit, soit, bien pire, ils sont tombés en pâmoison devant la justesse et la valeur d’une telle nomination. Tout cela donne la nausée.

 

Et pendant un temps, Tariq Ramadan a continué sa campagne, celle où il disait «nous [les musulmans] sommes là» et «nous sommes là pour rester» et «il n’y a rien que vous puissiez y faire», pour mieux montrer ensuite le visage de l’extrême affabilité, jusqu’à ce que des gens comme Ibn Warraq ou Ayaan Hirsi Ali ne le mettent KO à l’occasion d’un débat. Il a bien meilleur jeu à débattre avec ceux, occidentaux, qui tremblent à l’idée de croire ce qu’ils apprennent de l’islam, qui se refusent à le croire vraiment, qui aimeraient tant ne pas y croire, se convaincre qu’il n’y a en fait aucun problème, ou que, s’il y en a un, il pourra être facilement résolu.

 

Mais voilà dix mois que Tariq Ramadan a été exceptionnellement – pour lui – silencieux. Pourquoi? Et bien, qu’a-t-il à dire sur les événements d’Égypte, son pays d’origine? – quand bien même se croit-il fondé à se considérer comme européen, car il se trouve qu’il est certes né et a été élevé en Europe mais comme le fils fanatique d’un père fanatique, qui était lui-même le fils d’un grand père encore plus fanatique. Et bien, qu’a donc à dire Tariq Ramadan sur l’Égypte? Peut-il prendre le parti de cette minuscule opposition laïque et libérale, qui a si peur des Frères Musulmans? Bien sûr que non. Peut-il se faire le porte-voix de la persécution, des attaques meurtrières envers les coptes? Non, il ne le peut pas. Il ne le fera pas. Donc, il fait profil bas pour le moment.

 

Le Oxford Student devrait examiner les sources de financement de Tariq Ramadan, examiner comment il a été nommé titulaire d'une chaire à Oxford, examiner ses soi-disantes «brillantes études». Cela exigerait un travail de journalisme d’investigation de haut niveau. Mais cela en amuserait certainement plus d’un. Cela serait utile à toute la sphère académique de voir exposées au grand jour la pourriture et la corruption dues à cet argent arabe, cet argent qui n’afflue pas seulement pour construire des centres d’études islamiques dans des endroits comme Durham et Exeter, mais aussi pour que seuls y prévalent ceux qui souhaitent défendre la foi de l’islam, et éviter de subir des critiques émanant d’Arabie Saoudite, du Koweït et des Émirats – c'est-à-dire émanant des donateurs qui surveillent minutieusement qui est nommé aux postes clés de ces centres, et qui s’assurent qu’aucune voix indépendante ou critique n’y soit entendue.

 

Oui, il faudrait publier le feuilleton du «Comment Tariq Ramadan a-t-il obtenu sa chaire universitaire?» – à commencer par sa décision de quitter le monde francophone, par son faux départ aux Pays Bas, par son poste de chargé de cours au St. Antony ‘s College, et enfin ce stratagème de lui acheter une chaire, stratagème qui a si bien marché pour lui, et a fait tant de tort à l’image d’Oxford, et au moral des professeurs qui y méritaient leur nomination, et au moral de ceux qui n’ont jamais obtenu de titre de professeur mais étaient parfaitement au courant du scandale sous-jacent à la nomination de Tariq Ramadan.

 

Le scandale de ceux qui ont été admis comme étudiants a été traité comme il se doit (intéressant de noter d’ailleurs cette coutume des musulmans riches et puissants de vouloir étudier, ou faire étudier leurs enfants, autant qu’ils le peuvent dans le monde occidental – et pourtant ils ne se demandent même pas pourquoi les élites musulmanes, dans leurs propres pays riches mais misérables, cherchent tant à mettre leurs enfants dans des écoles chrétiennes ou occidentales, ou à les envoyer dans le monde occidental pour leurs études). Ici le fils Rafsanjani, là le fils Kadhafi, et encore là des dizaines de princes et princesses d’opérette – c’est si facile!

 

Mais le scandale de la nomination de Tariq Ramadan à la tête d'une chaire universitaire est d’une toute autre importance. Et il en va de même pour toutes ces manières qu’ont musulmans et non-musulmans idolâtres de l’islam de s’entraider, de s’embaucher les uns les autres, de se promouvoir les uns les autres, dans tous les départements académiques d’études islamiques ou moyen-orientales au Royaume Uni et dans tout le monde occidental.

 

Cela a été complètement dévoilé – entre autres par Martin Kramer. Mais il ne faut jamais relâcher les efforts en la matière. Pourquoi donc ne pas lancer une série d’articles, dans un grand quotidien de Londres plutôt qu’un journal d’étudiants d’Oxford, sur Tariq Ramadan et sa résistible ascension?

RACHID GHANNOUCHI FAIT L’ÉLOGE D’UN EXÉGÈTE SAOUDIEN
QUI SOUTIENT QUE LA TERRE EST PLATE

Dépêche

pointdebasculecanada.ca, 1 décembre 2011

Selon ce que rapporte le site tunisien BusinessNews.tn.com, Rachid Ghannouchi a récemment écrit un article faisant l’éloge d’Adbulaziz Ibn Baz (Ibn Baaz) (1910-1999), un exégète saoudien qui soutient que la terre est plate. L’article a été publié par le magazine saoudien Koll al Watan le 14 novembre dernier. BusinessNews.tn.com mentionne également d’autres positions défendues par Ibn Baz dans le passé. C’est cette portion de l’article qui est reproduite par Point de Bascule:

 

«On dit qu’en exil, Rached Ghannouchi aurait révisé sa stratégie, mais qu’en est-il réellement? Depuis le retour de son (leader en Tunisie), le mouvement islamiste prétend adhérer aux valeurs des libertés démocratiques et tente de se débarrasser de l’image d’épouvantail «tissée de toutes pièces», par des années d’obscurantisme et de Black-Out médiatique des deux dictatures tunisiennes.»

«Ennahdha change de ton mais peine à convaincre, ne pouvant donner, pour l’instant, aucune garantie sur sa sincérité. Et les prêches politiques de certains de ses dirigeants stigmatisant certains acquis de la Tunisie moderne et n’atténuant, en rien, les suspicions qui pèsent lourdement sur le mouvement.»

«Force est de constater que les dirigeants d’Ennahdha ne cessent de cumuler bourde après bourde et de présenter des discours pour le moins troublants et équivoques. Des dérapages dont nous retiendrons les déclarations qui ont attisé les foules, de Souad Abderrahim, indignée de voir aborder le sujet de la légalisation du statut des mères célibataires. Le discours enflammé de Hamadi Jebali en faveur de l’instauration d’un sixième califat. Les propos de Sadok Chourou, en faveur de la «charia-isation» de la constituante.»

«Ou encore, les dernières déclarations en date de Rached Ghannouchi, dans son article publié dans le magazine saoudien «Koll al Watan», en date du 14 novembre, et dans lequel il glorifie le Cheikh wahhabite «Abdulaziz Ibn Baz», ancien mufti d’Arabie Saoudite, connu pour être un salafiste des plus rétrogrades. Rached Ghannouchi va même jusqu’à déclarer que chaque musulman tunisien « était redevable au Cheikh Abdulaziz Ibn Baz».»

«Rappelons que ce cheikh, pour ceux qui l’ignorent, est un salafiste wahhabite, connu par certains pour sa grande piété, mais par d’autres par des fatwas en faveur de l’interdiction de la photographie, de la proclamation de la «rondeur de la terre» comme acte de mécréance ou encore, attestant qu’aucune personne n’a jusqu’à présent foulé le sol lunaire.»

 

La fatwa d’Ibn Baz sur la terre plate a été citée par le New York Times en 1995 et plus tard par WikiIslam: New York Times (12 février 1995): Muslim Edicts Take on New Force (Les édits musulmans prennent une nouvelle force) et WikiIslam: Le Coran et la Terre plate.

ÉGYPTE: LA VICTOIRE DES FRÈRES MUSULMANS,
LA SURPRISE SALAFISTE

Sarah Benhaïda
Cyberpresse.ca, 1 décembre 2011

 La commission électorale en Égypte publie jeudi les résultats officiels de la première phase des législatives, marquées selon les premières indications par la victoire des Frères musulmans, mais aussi la poussée des fondamentalistes sunnites du parti Al-Nour.

 

Le parti salafiste était jeudi présenté par la presse comme la véritable «surprise» de ce scrutin qui doit doter le pays d'un Parlement chargé notamment de former la commission qui rédigera la future Constitution.

 

 Ces fondamentalistes musulmans faisaient la Une du quotidien indépendant Al-Chourouq qui titrait «Al-Nour, la surprise du moment».

 

 Al-Ahram, journal gouvernemental, affirmait de son côté que «les salafistes créent la surprise en dépassant le parti «Liberté et Justice» des Frères musulmans dans plusieurs circonscriptions».

 

 Les Frères musulmans, qui sont pour la première fois en lice sous l'étiquette d'un parti politique légal, ont déjà revendiqué plus de 40% des voix dans ce scrutin marqué par une mobilisation inédite dans le pays.

 

 Ils sont suivis, selon eux, par le parti salafiste al-Nour et par les libéraux du Bloc égyptien, au coude à coude.

 

 Selon les estimations avancées par la presse, Al-Nour, fondé à Alexandrie après le soulèvement populaire de janvier-février qui a renversé Hosni Moubarak, obtiendrait 20% des voix dans cette première étape de législatives prévues sur quatre mois.

 

 Avant les résultats officiels attendus vendredi, les Frères musulmans ont réclamé que la principale force du Parlement soit chargée de former le prochain gouvernement en Égypte, où l'armée est aux commandes depuis la chute de M. Moubarak. (…)

LES MODÉRÉS FRÈRES MUSULMANS
APPELLENT À LA DESTRUCTION DE
“L’ANTÉCHRIST ET DE SON ARMÉE DE JUIFS”

David Ouellette
davidouellette.wordpress.com, 26 novembre 2011

“La question de Jérusalem demeurera au coeur de l’Oumma (nation islamique) jusqu’à ce que Dieu élimine la puissance raciste d’occupation et que même le dernier de cette Oumma combatte l’Antéchrist et son armée de Juifs”, écrit Abdul Rahman al-Barr, membre du Conseil de direction des Frères musulmans d’Égypte, sur le site web officiel de langue arabe du mouvement islamiste Ikwanonline.com, avant de poursuivre avec une hadith (dire de Mahomet) que l’on retrouve aussi dans la charte génocidaire du Hamas: “Abdullah Ibn Umar a relaté que le messager d’Allah, que la paix soit avec lui, a dit: ‘Vous combattrez les juifs jusqu’à ce que l’un deux se cache derrière un rocher et que le rocher dise: ‘O esclave d’Allah, il y a un Juif derrière moi, tue-le.”.

 

Ne cherchez pas cette sincère profession de foi antijuive sur le site de langue anglaise des Frères, où la confrérie islamiste se présente comme d’authentiques et modérés démocrates pour le bénéfice de journalistes et autres “experts” naïfs. 

UN PRINTEMPS QUI FAIT FROID DANS LE DOS!

 

 

 

 

 

 

 

Le prédicateur égyptien Muhammad Abdu:
Nous "nettoierons" notre terre des Juifs
Dépêche
MEMRI.org, 1 novembre 2011

Ci-dessous des extraits d'une allocution du prédicateur égyptien Muhammad Abdu, diffusée sur Al-Hekma TV le 20 septembre 2011. Al-Hekma est une chaînée télévisée islamique basée en Egypte. Sa «mission stratégique», selon le site Internet de la chaîne, est d'éduquer les musulmans dans le monde et d'informer les non-musulmans de la Sunnah du prophète Mahomet. Al-Hekma a été lancée officiellement en 2006.

 

Muhammad Abdu: Israël, ce pays usurpateur, grossier, cruel, cette entité criminelle qui veut dévorer ce qui nous reste de terres – mais qui ne réussira pas en cette ère nouvelle – vu que les massacres ne peuvent avoir lieu qu'en silence. Or les peuples arabes aussi ont appris à parler, et ne se tairont plus jamais…

 

Sabra et Chatila vous hantent, fils de Sion, du Liban à la patrie palestinienne. Vous n'échapperez pas au châtiment d'Allah, notre Créateur, ni à celui de notre peuple béni et de nos gens. Demain, nous détruirons Israël et l'anéantirons, si les millions [que nous sommes] répondent à cet appel.

 

Ô fils d'une truite [en référence aux Juifs], vos mains sont souillées du sang de nos peuples, de la mosquée Al-Aqsa à la Chine. (…)

 

Demain, je ferai sauter [la centrale nucléaire israélienne de] Dimona et ceux qui ont tué ma famille, mon peuple, et m'ont privé de mes vergers.

 

Si Allah veut, nous les priverons de leurs vies. L'une après l'autre, les roquettes de la vérité les atteindront, jusqu'à nettoyer notre terre arabe de ces criminels assassins. (…)

 

Le président Mahmoud Abbas:
«Je ne reconnaîtrai jamais un Etat juif;
la capture du soldat israélien Guilad Shalit
a été une bonne chose»
Dépêche
MEMRI.org, 31 octobre 2011

Ci-dessous des extraits d'une interview du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, diffusée sur Dream 2 TV le 23 octobre 2011.

 

Mahmoud Abbas: Je l'ai déjà dit, et je le répète: je ne reconnaîtrai jamais la judéité de l'État, ni un «État juif».

 

MahmoudAbbas: Premièrement, permettez-moi de mettre les choses au clair en ce qui concerne «l'État juif»: ils ont commencé à me parler d' «État juif» il y a seulement deux ans, abordant le sujet à chaque occasion, à tous les forums où je me rendais – juif et non juif, me demandant: Que pensez-vous de «l'État Juif»? Je l'ai déjà dit, et je le répète: je ne reconnaîtrai jamais la judéité de l'État, ni un «État juif». (…)

Interviewer: Ne pensez-vous pas que c'est la résistance qui a réussi à libérer un millier de prisonniers? Les négociations doivent toujours s'accompagner d'une mesure de force. Il ne peut y avoir de négociations sans résistance. C'est ce que révèle l'expérience – en Irlande et partout ailleurs.

 

Mahmoud Abbas: C'est juste, mais notre situation est différente. Nous ne sommes pas capables de mener de résistance militaire. Le Hamas a kidnappé – ou plutôt capturé – un soldat, et a réussi à le garder pendant cinq ans, et c'est une bonne chose. Nous ne le nions pas. Au contraire, c'est une bonne chose que sur une petite bande de terre, de 40 x 7 km, ils ont été capables de le garder et de le cacher. (…)

 

UNESCO: les Palestiniens ne remplissent pas
les conditions requises
Grey Owol
Guysen.com, 2 novembre 2011

L’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture a décidé lundi 31 octobre de faire passer l’Autorité palestinienne du statut d’observateur à celui de membre à part entière. Pourtant, l’Autorité palestinienne ne remplit pas les conditions minimum requises par l’organisation en ce qui concerne le critère d’éducation.

 

L’UNESCO a en effet des pré-requis très précis que chaque État se doit de remplir avant d’espérer être accepté en tant que membre à part entière par l’organisation. On vérifie par exemple si les manuels scolaires du pays reconnaissent certaines nations ou religions, s’ils présentent un contenu antisémite ou raciste… Un critère auquel n’est pas conforme l’éducation prodiguée par l'Autorité palestinienne.

 

Une étude menée par l’Institut de surveillance pour la paix et la tolérance culturelle dans l’éducation scolaire (IMPACT-SE) s’est ainsi penchée sur les manuels scolaires palestiniens, et ceux-ci apparaissent loin de remplir de tels critères. Le rapport de l’enquête, qui a examiné 117 livres d’écoles palestiniens, a pourtant été remis à l’UNESCO avant que les Palestiniens ne déposent leur requête.

 

Le rapport souligne notamment que ces manuels, ainsi que leurs cartes, son vides de toute référence à l’État d’Israël, qu’elle soit géographique ou autre. IMPACT-SE a aussi découvert que beaucoup de manuels Palestiniens glorifient le jihad, la mort et les actes de violence, en particulier contre les Juifs.

 

«Présenter Israël comme le “mal ultime”, prêcher la violence et la guerre en omettant toute références aux collaborations pacifiques, n’est pas conforme aux principes de l’UNESC », a déclaré le docteur Eldad Pardo, de l’Université hébraïque, une des têtes du projet d’IMPACT-SE.

 

La présidente de l’institut, Shelley Shandor-Elkayam, a ajouté que l’Autorité Palestinienne prodiguait «une éducation à la violence par le terrorisme et le martyre», qui «touche toutes les classes d’âge dans les écoles palestiniennes.»

 

Canada: 35 % des musulmans refusent de répudier Al-Qaïda (sondage)
Dépêche
Postedeveille.ca, 1 novembre 2011

Il y a des bonnes et des mauvaises nouvelles dans l'étude publiée par l'Institut MacDonald-Laurier sous le titre:  What Do Muslim Canadians Want?

 

Au rayon des bonnes nouvelles: la majorité des musulmans sondés estiment que le Canada n'est pas un pays raciste, inhospitalier ou islamophobe. Avis en est donné à CAIR-CAN et autres membres du Club des Perpétuelles Victimes.

 

Dans les mauvaises nouvelles: plus de 35 pour cent des musulmans refusent de répudier Al-Qaïda, ce qui représente un risque important pour la sécurité nationale. Et le niveau d'appui aux Frères musulmans, au califat, à la charia, au Hamas, au Hezbollah et au régime iranien a de quoi inquiéter.

 

 

Les données du sondage laissent croire que les positions des musulmans canadiens sont le mieux représentées par le paradigme de la communauté divisée, tel qu’exprimé par Daniel Pipes du Middle East Forum.

 

On a demandé aux répondants ce qu’ils pensaient spécifiquement d’un retour du califat ou de l’introduction de la charia. Leurs réponses variées correspondent à la perspective d’une communauté musulmane diverse et divisée. S’ils avaient été largement opposés à l’instauration d’un califat ou fortement opposés à la charia, le portrait d’une communauté musulmane assimilée aurait été plus plausible. Mais les musulmans canadiens ne sont pas très opposés à un califat ni même modérément opposés à ce que la charia joue au moins un certain rôle.

 

Les répondants au sondage et les participants aux groupes témoins ont des positions divergentes concernant les terroristes, ce qui permet d’appuyer encore davantage l’idée d’une communauté divisée. D’une part, ils semblent en grande majorité opposés à Al-Qaïda. Le niveau d’appui ferme à Al-Qaïda (5-7 sur une échelle de 7 points) semble inférieur à celui observé au Moyen-Orient.

 

D’autre part, l’appui aux Frères musulmans, une organisation qui sert de paravent intellectuel et logistique à des groupes plus ouvertement violents, est plus fort que ce à quoi on aurait pu s’attendre et ne se limite pas aux musulmans qui ont immigré en provenance du Moyen-Orient. Ces indications d’un appui majoritaire aux Frères musulmans et d’un appui minoritaire pour d’autres organisations terroristes pourraient inciter certains Canadiens à y voir des implications pour la sécurité nationale du pays.

 

Les musulmans canadiens paraissent également divisés lorsqu’il est question d’Israël et en particulier des États-Unis. Ils rejettent les politiques étrangères des deux pays tout en ayant une opinion très favorable des États-Unis en tant que société non raciste. Certains admettent volontiers qu’Israël est un meilleur exemple de pays démocratique que ses voisins arabes.

 

Le fait que les musulmans au Canada reconnaissent aisément les avantages des États-Unis et d’Israël sur le plan de la gouvernance domestique contredit le paradigme de confrontation. Les données laissent entrevoie plusieurs différences d’opinion paradoxales sur la base de l’origine nationale. Par exemple, l’appui aux positions extrémistes n’est pas moindre chez les musulmans nés au Canada ou dans d’autres pays développés que chez ceux qui viennent de dictatures violentes. Cet appui pourrait même être plus élevé chez ceux qui sont nés au Canada, mais le sous-échantillon est trop petit pour qu’on puisse en être certain. Par ailleurs, l’opposition à toute forme d’extrémisme semble être la plus élevée chez les immigrants en provenance d’Iran, l’un des régimes les plus notoirement extrémistes, alors qu’elle est plus basse chez ceux qui viennent du Moyen-Orient.

 

L’appui aux positions extrémistes semble plus répandu que la moyenne parmi les participants aux groupes témoins. L’effet apparent de socialisation des groupes témoins et l’influence de l’origine nationale justifient des recherches plus approfondies. Les recherches sont particulièrement nécessaires dans la mesure où le portrait n’est pas entièrement clair.

 

Les résultats les plus susceptibles d’alimenter l’optimisme montrent une tendance générale à voir le Canada comme un endroit accueillant et pluraliste, et non raciste. Les musulmans admirent énormément le Canada, ses libertés et son statut de pays où règne la loi. Même lorsqu’ils considèrent que l’acceptation sociale, le traitement médiatique des musulmans ainsi que les pratiques d’embauche laissent à désirer, ils ne considèrent pas le Canada comme une société raciste et inhospitalière.

 

Ils ne trouvent certainement pas le Canada raciste et inhospitalier selon des standards internationaux, y compris ceux des pays musulmans. Ils ne considèrent pas le Canada comme un pays islamophobe. Les emplois et les opportunités de travail sont les principales préoccupations de cette minorité canadienne.

 

Ironiquement, l’aspect le plus troublant de cette entreprise de recherche est peut-être la découverte de la complexité du sujet. La complexité irréductible de l’opinion musulmane, y compris les variations apparentes selon l’origine nationale, justifie qu’on consacre des recherches plus élaborées sur ses caractéristiques, ses causes et son ampleur. Qu’une minorité réfléchie de musulmans viennent au Canada pour échapper à l’extrémisme et vivre dans le pluralisme est une raison de célébrer. Que plusieurs nouveaux arrivants musulmans à Ottawa et au Canada admirent autant les libertés et l’État de droit l’est également. Mais que seule une petite minorité de nouveaux arrivants musulmans s’opposent sans équivoque à des organisations terroristes comme le Hamas et le Hezbollah ou au régime iranien devrait nous porter à réfléchir.

 

Un candidat d’Ennahda aux élections tunisiennes vit au Canada depuis 20 ans
même si les autorités de l’immigration lui ont refusé le statut de réfugié
pour sa complicité avec des terroristes
Dépêche
Pointdebascule.ca, 27 octobre 2011

Point de Basculedésire souligner que Mohamed Zrig, candidat des Frères Musulmans aux récentes élections tunisiennes vit toujours au Canada même si les autorités canadiennes de l’immigration ont rejeté toutes ses demandes de statut de réfugié et de résidence permanente depuis 1992. Dans le passé, la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR) a invoqué l’association de Zrig avec une organisation terroriste pour motiver ses refus. La CISR a mentionné que l’organisation de Zrig s’est livrée à des attaques à l’acide contre des individus, à des attentats à la bombe, au trafic d’armes, etc. 

 

Le nombre de procédures entamées par Mohamed Zrig pour obtenir le statut de réfugié, puis la résidence permanente, est considérable. Voici les plus importantes d’entre elles :

 

–       À son arrivée en 1992, Mohamed Zrig demanda le statut de réfugié politique. En 1994, la CISR le lui refusa car il avait été complice de graves crimes de droit commun dans son pays et en Europe.

–         En 2000, la CISR rejeta la demande de Zrig pour une deuxième fois et pour les mêmes raisons qu’elle avait déjà mentionnées en 1994.

–         En 2001, une demande de contrôle judiciaire de la décision de 2000 faite par Mohamed Zrig a été rejetée. Zrig porta cette décision en appel.

–         En 2003, la Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel de Mohamed Zrig.

–         En 2004, les autorités de l’immigration canadienne ont refusé une demande de résidence permanente faite par Mohamed Zrig pour des motifs raisonnables de croire qu’il se livre, s’est livré ou se livrera au terrorisme.

–         En 2007, la demande de résidence permanente de Mohamed Zrig est rejetée une fois de plus. Zrig est considéré «interdit de territoire» pour grande criminalité.

–         En 2009, une demande de contrôle judiciaire de la décision de 2007 a été refusée.

 

Le 8 octobre 2011, Zrig a confirmé lors d’un débat électoral à Montréal que la question de ses déplacements n’était pas résolue. Il a alors déclaré posséder un passeport tunisien. Avant d’aboutir au Canada en 1992, Mohamed Zrig avait séjourné dans le Soudan de Hassan Tourabi au moment où ce pays était un centre de l’activité terroriste internationale.

 

Dans la cause de 2000, les commissaires de la CISR ont rappelé «qu’il n’y (a) aucune obligation pour le Canada d’être la “vache à lait” de tous les réfugiés à travers le monde».

Aujourd’hui, la vie de Mohamed Zrig ne fait l’objet d’aucune menace de la part des autorités tunisiennes. C’est confirmé par le fait que Zrig a tenté de se faire élire à l’Assemblée constituante de son pays. Les raisons humanitaires que le Canada aurait pu avoir de ne pas l’expulser vers la Tunisie ne tiennent plus. 

 

Vous pouvez consulter un document plus élaboré sur les antécédents de Mohamed Zrig sur le site Point de Bascule.ca. Point de Bascule.ca est un site indépendant et non partisan qui combat l’islam radical en décrivant les méthodes et les moyens qu’utilisent les islamistes pour appliquer leur programme au Canada.

 

Blasphème!
Mario Roy
La Presse, 3 novembre 2011

Selon toute apparence, on aura assisté dans la nuit de mardi à hier, en France, à la stricte application d'une loi tacite interdisant le blasphème. C'est sous cet angle qu'il faut voir l'attentat dirigé contre Charlie Hebdo. Rebaptisé pour l'occasion Charia Hebdo et affichant un Mahomet hilare, le périodique se proposait de dénoncer le danger d'un détournement islamiste du printemps arabe.

On l'aura puni.

L'affaire survient cinq ans après celle des caricatures danoises de Mahomet, alors que l'hebdo satirique français avait pris la défense de la liberté d'expression en publiant ces dessins. À ce moment-là aussi, il en avait payé le prix, non par l'incendiat [sic], mais par la persécution judiciaire.

Cette fois-ci, il devient par trop évident que l'importance du droit à la parole est, en certains lieux, fort mal évaluée.

Ne parlons même pas des fondamentalistes enclins à la violence. Voyons seulement une institution par définition modérée, le Conseil français du culte musulman, qui a pesamment rappelé, hier, que «le fait de caricaturer le prophète est considéré comme une offense pour les musulmans».

Un instant!

Il n'existe pas en Occident de droit à ne pas être offensé. La religion – aucune religion – ne commande de respect particulier; ni n'est à l'abri de la critique, de l'humour, de la satire, de la dérision. À ce point de vue, l'islam n'est pas différent des autres cultes, Mahomet pas différent des autres prophètes.

Et rien de cela ne peut changer.

On n'a peut-être pas toujours pensé ainsi. Mais peu de gens doutent, aujourd'hui, que Charlie Hebdo n'a fait que son travail et qu'il sera de son devoir de récidiver lorsque l'actualité le commandera.

Les événements se sont en effet précipités en Europe.

On y a vécu attentats, assassinats, appels au meurtre, menaces et désordres. Les dangers du prosélytisme islamiste, porté par la démographie, sont maintenant avérés. On a compris que la machine à intégrer fonctionne mal dans certaines communautés, autant en Grande-Bretagne qu'en Suède. Et on observe que, dans les anciennes colonies nord-africaines, une seconde vague de libération est menacée par le fondamentalisme.

Bref, il y a eu choc.

Si l'ordre de grandeur n'est pas le même, le Québec subit un choc de nature similaire avec le procès Shafia qui s'instruit actuellement à Kingston. S'ajoutant à d'autres faits troublants (dont l'arrestation, pour exportation d'armes vers Beyrouth, d'une des femmes voilées jadis envoyées en… mission de paix à Hérouxville?!), la mort des quatre Afghanes fait réfléchir et force à évoluer: peut-être l'«islamophobie» n'explique-t-elle pas tout, n'est-ce pas?

Chose sûre, chacun se rend maintenant compte que des enjeux fondamentaux, liberté et égalité, sont en cause dans tout l'Occident et ne peuvent souffrir aucun compromis.

 

Shabbat Shalom à tout nos lecteurs!