Tag: Iranian Nuclear Threat

IRAN’S NUCLEAR DRIVE AND “EXTERNAL ADVENTURISM” ENDANGER ISRAEL & THE WORLD

Bring Back Containment: Robert Joseph, Weekly Standard, Aug. 21, 2017 — The Trump administration is conducting a comprehensive review of U.S. policy toward Iran.

It’s Time to Take on the Iran-North Korea Nuke Alliance: Benny Avni, New York Post, Aug. 1, 2017— Iran or North Korea? Which threat should America confront first?

Amid New US Sanctions, How Much of Iran’s Nuclear Deal Relief Funds Terrorism?: Ariel Ben Solomon, JNS, Aug. 8, 2017— As the Trump administration ramps up sanctions against Iran, how much of Iran’s sanctions relief from the nuclear deal of 2015 is funding the Islamic Republic’s support for sectarian conflict and terrorism across the Middle East?

Iran Is Using Syria to Advance Toward the Mediterranean: Naftali Bennett, Wall Street Journal, Aug. 9, 2017 — Hezbollah announced last month that it had captured the Syrian-Lebanese border area of Juroud Arsal from ISIS forces.

 

On Topic Links

 

Top Israeli, American Experts Concerned About North Korean Nuclear Precedent for Iran: Ariel Ben Solomon, JNS, Aug. 14, 2017

The Military Options for North Korea: John R. Bolton, Wall Street Journal, Aug. 3, 2017

Danny Glaser: Iran and Hamas are United in Their Desire to Wreak Havoc in the Region: Joseph Braude, Huffington Post, Aug. 15, 2017

The Iranian Express: Emanuele Ottolenghi, Weekly Standard, July 31, 2017

 

 

 

BRING BACK CONTAINMENT

Robert Joseph

Weekly Standard, Aug. 21, 2017

 

The Trump administration is conducting a comprehensive review of U.S. policy toward Iran. There is no doubt top national security officials view the Islamic Republic as a major threat, both in terms of regional instability and proliferation. This recognition represents the principal difference from the previous administration and a welcome step forward. One likely outcome will be a stronger U.S.-led effort to counter Iran’s expanding presence, particularly in Syria and Iraq. The formation of an Arab alliance against Islamic terrorism, announced when Donald Trump visited Saudi Arabia, signaled a move toward a more effective regional stance.

 

But there is little to suggest that, beyond an attempt to roll back Tehran’s external adventurism, there will be a fundamental change in U.S. policy. Press reports indicate that the usual interagency battle lines are being drawn—between those who advocate regime change and those who would continue past policies.

 

The main indicator of the direction of Iran policy will be the president’s decision on the future of the 2015 Joint Comprehensive Plan of Action. Candidate Trump’s stance on the nuclear deal during the campaign was clear: The JCPOA was a calamity for American security interests. Trump called it the worst agreement ever negotiated and declared in the spring of 2016: “My number-one priority is to dismantle the disastrous deal with Iran.”

 

But much seems to have changed since he took office. His secretaries of state and defense have both reportedly urged him to stick with the deal—while admitting Iran remains the chief sponsor of international terrorism and the greatest threat to U.S. interests in the Middle East. Most telling are the administration’s two declarations to Congress that Iran is in compliance with the agreement. That might be true only in a very narrow, technical sense. Iran may now be complying with those terms of the agreement monitored by the International Atomic Energy Agency, but that does not mean Tehran has stopped work on nuclear weapons. Just recall that the potential military activities identified by the IAEA in November 2011 were swept under the rug and that the supreme leader has explicitly ruled out inspections of the facilities that were the suspected sites of many of those activities.

 

Iran continues aggressively to expand its offensive ballistic missile force, already the largest and most dangerous in the region. The revelations recently made public by National Council of Resistance of Iran make clear that the country’s weapons programs, both nuclear and missile, are alive and well and moving forward. Consistent with this conclusion, U.S. officials have assessed that Iran has an active intercontinental ballistic missile program, for which the only purpose is to deliver a nuclear warhead. A number of arguments for and against staying in the nuclear agreement are presumably being considered in the administration review. The two most often heard in favor of remaining are:

 

1: The agreement provides some transparency to Iran’s nuclear program and slows it at least temporarily. Better to have 5,000 centrifuges spinning than 12,000 or 19,000. Better to have quantitative and qualitative limits on low-enriched uranium and limits on heavy water and the Arak reactor than not. But the issue is how meaningful these limits are in the broader context of Iran’s nuclear ambitions and at what cost. 2: Leaving will lead to widespread criticism from the other parties to the deal. John Kerry often raised the specter of the United States being isolated if Washington did not go forward with the agreement.

 

As for arguments in favor of withdrawal, five stand out: 1: The JCPOA does not prevent Iran from acquiring nuclear weapons—ostensibly its intended purpose. Even defenders of the agreement acknowledge that it represents—at best—a mere pause in that pursuit and that Iran retains the capacity to sneak out or break out of the agreement and possess a nuclear weapon in a matter of months or even weeks. Iran’s new generation of advanced centrifuge designs will permit it an almost immediate breakout capacity even before the terms of the JCPOA expire. After that time, as President Obama acknowledged, the breakout period would be essentially “zero.”

 

2: The flawed verification provisions of the JCPOA mean that we cannot verify that Iran has stopped work on nuclear weapon design. If Tehran does not have a covert program today, it would be the first time in decades. 3: The premise of the deal is demonstratively false. Far from leading to a more moderate Iran, the agreement has resulted in increased funding of international terrorism and a further expansion of Iran’s external interventions. The irony is that the misguided policies of the Obama administration have only strengthened the regime in Tehran, providing it with the means to advance its proliferation programs, foment disorder in neighboring countries, and brutalize its own people—the first and foremost victims of the regime.

4: Staying in the agreement undermines the U.S. ability to contain the broader threat by providing legitimacy to an illegitimate regime and strengthening the Iranian economy and thereby the regime. This undercuts the regional coalition to roll back Iranian adventurism and military aggression. 5: The JCPOA—in the form of an executive agreement reinforced by a U.N. Security Council resolution—usurped the constitutional prerogative of the Senate, which, under Article II, Section 2, has the power and responsibility to advise and consent on all treaties. President Obama deliberately chose not to pursue a treaty because he knew the Senate would reject it.

 

President Trump will make the final decision on the nuclear agreement. If he takes the country out, it will almost certainly be against the advice of his cabinet members and the institutional national security complex in and out of government. But this would nevertheless be the right decision: It is not in the U.S. interest to remain in the JCPOA…

[To Read the Full Article Click the Following Link—Ed.]    

 

 

Contents

IT’S TIME TO TAKE ON THE IRAN-NORTH KOREA NUKE ALLIANCE

Benny Avni

New York Post, Aug. 1, 2017

 

Iran or North Korea? Which threat should America confront first? Here’s a thought: both. Save for the weather, North Korea would’ve tested an intercontinental ballistic missile last Thursday, at almost the same time as Iran did. It missed the date, coinciding with the anniversary of the 1953 armistice pact that ended the Korean War, likely thanks to a rain storm. Nerveless, it tested the next day, creating a Mideast-East Asian stereo boom heard around the world.

 

American experts no longer think it’ll take North Korea years to be able to hit the continental United States. Most watchers now expect it sometime next year. So President Trump has drawn the short straw. Three predecessors failed to stop the Kim regime’s nuclear and missile advances. If he wants to stop the Norks, Trump has no choice but to act — and all of his options are bad.

 

Meanwhile, much of President Barack Obama’s Iran deal is expected to unravel during Trump’s tenure as well. What can he do? Americans and others have long observed cooperation between these two rogue regimes. You don’t need to be a trained missile expert to notice the design similarities between North Korea’s home-built Rodong and its Iranian clone, the Shahab 3. Or the Rodong B and Shahab 4. Iranian nuclear scientists were present at Pyongyang’s first nuclear test. Iran-allied Syria modeled its nuclear plant (later eliminated by Israel) on a similar North Korean one. Rather than violating the Obama deal by experimenting at home, Iran can advance its nuclear program by observing North Korea’s and contributing to its progress.

 

The mullahs have what Kim Jong-un needs most: cash. Pyongyang’s only foreign-currency-worthy export is weapons and knowing how to build and use them, which Iran craves. It’s a match made in hell. So why are countries threatened by North Korea, like Japan, so eager to do business with Iran? After all, don’t the mullahs enable the North’s quest to develop the missiles that get fired near Japan? “There’s no proof” of such cooperation, Tokyo officials said when I asked them about it on a recent trip to Japan.

 

They’re right. For decades, America shied away from revealing what the intelligence community knew about the Tehran-Pyongyang love affair because we dreamed of diplomatic breakthroughs on both fronts (and feared revealing spy methods). After the Sunday ICBM test, such timidity is no longer an option. America’s UN Ambassador Nikki Haley tweeted Sunday that “China is aware they must act” and that Japan and South Korea must increase pressure. It’s “not only a US problem” but one that requires an international solution.

 

Yet, an international solution has eluded Haley since July 4, the last time North Korea launched a missile designed to reach the continental US. Russian diplomats have ridiculously argued there’s no proof this was an ICBM, therefore no need to increase sanctions. Such obfuscation will likely continue. Russia and China will block attempts to corner Kim and his henchmen — especially now that administration officials like CIA Director Mike Pompeo are starting to push the idea of toppling the Kim regime, which both Beijing and Moscow oppose.

 

So one action the United States can take would be to put forth a UN resolution naming and sanctioning persons and entities involved in the Iran-North Korea arms cooperation. Western diplomats tell me it likely won’t pass. Yet they’re intrigued by publicly airing, Adlai Stevenson-like, America’s intel on Iran-Nork cooperation. Iran’s missile program was, bizarrely, left out of Obama’s nuclear deal. Revealing the Tehran-Pyongyang nexus might convince allies wobbly about Tehran’s violations that the mullahs’ threat is global. It could also start the process of plugging a major cash source for the Kim regime. And then, there’s action beyond the United Nations: Obama rarely used the Proliferation Security Initiative, a treaty signed by 105 countries that allows search and seizure of ships carrying illicit arms. Expose the Iran-North Korea connection, then use PSI to disrupt it, with our allies’ help.

 

We’ve long thought of Iran and North Korea as separate problems. Time for a holistic approach that will give a jolt to the diplomatic stalemate. US flights over South Korean skies are helping. Talking publicly about adding Japan and South Korea to the global nuclear club may scare China into action. So will blacklisting companies that do business with Kim Jong-un. Regime change should be the ultimate target. But a change in diplomatic strategy is needed too, and fast. Time to expose what everyone knows, but no one ever says out loud: Kim and the mullahs are BFFs.

                                                                       

 

Contents

AMID NEW US SANCTIONS, HOW MUCH OF IRAN’S

NUCLEAR DEAL RELIEF FUNDS TERRORISM?

                                                 Ariel Ben Solomon    

                                                          JNS, Aug. 8, 2017

 

As the Trump administration ramps up sanctions against Iran, how much of Iran’s sanctions relief from the nuclear deal of 2015 is funding the Islamic Republic’s support for sectarian conflict and terrorism across the Middle East? President Donald Trump last week imposed new sanctions against Iran over its ballistic missile program and human rights violations. The sanctions come amid Iran’s reported fueling of the recent Temple Mount crisis and its agreement to bolster relations with the Hamas terror group.

 

While Iran and its terror proxy Hezbollah continue to back President Bashar al-Assad’s regime in the Syrian Civil War, Russia’s military support for Assad is far more important for Iran than the limited economic benefits the Iranians have gained from sanctions relief and trade deals since the nuclear agreement, said Meir Javedanfar, a lecturer on Iranian politics at Israel’s IDC Herzliya research college. “I think what has been crucial for the expansion of Iran’s role in Syria, more than anything, has been the air support [Assad] has received from Russian President Vladimir Putin,” Javedanfar told JNS.org.

 

Javedanfar estimated that Iran has received less than $20 billion of the $150 billion in sanctions relief it secured in the nuclear deal, which was brokered by the former Obama administration and other world powers. Even if all of the sanctions relief had been released immediately after the nuclear deal was reached, it “wouldn’t have been enough to save Syria,” said Javedanfar.

 

While the released funds have aided the Iranian regime, Javedanfar said President Hassan Rouhani’s government is plagued by around $100 billion in debt carried over from former President Mahmoud Ahmadinejad’s tenure. The new sanctions leveled by the Trump administration will hamper Rouhani’s ability to attract foreign investment, but hardline entities such as Iran’s Islamic Revolutionary Guard Corps (IRGC) militia “will be happy since less economic growth will give them more ammunition against the government,” he said. “The IRGC is responsible for these additional sanctions that were imposed after Iran fired a ballistic missile with a banner calling for Israel’s destruction,” said Javedanfar, who added, “The real intention of this launch, in practice, was to target Rouhani’s economic achievements.”

 

Behnam Ben Taleblu, a senior Iran analyst at the Foundation for Defense of Democracies in Washington, told JNS.org it remains unclear how much of Iran’s sanctions relief funds have been diverted to causes such as Palestinian terrorism. But he said that “sanctions relief coupled with the campaign to ‘normalize’ Iran has enabled its fighters, money and weapons to go largely unchecked throughout the region.” The Trump administration’s new sanctions are part of “a desperately needed strategy, since for over a decade Iran’s regional ambitions and military programs took a back seat to the nuclear issue,” said Taleblu.

 

Ronen A. Cohen, an Iran expert and the chair of the Department of Middle East Studies at Israel’s Ariel University, disputes that Iran is using funds from sanctions relief and increased business ties with the West to support terrorism. “Iran will promote terror with or without the sanctions,” Cohen asserted, adding that since 2015, the country has spent less on regional terrorism as part of Rouhani’s strategy to strengthen the Iranian economy through trade. “Iran has a pragmatic strategy in the Middle East and will invest money only where it gains something in return, irrespective of sanctions,” he said.

 

Israel Hayom last week quoted a Palestinian Authority security official as claiming that Iran invested “millions of shekels” to inflame the tensions surrounding the Temple Mount. According to the report, tens of thousands of Muslim protesters received prepackaged meals along with notes in each one citing a quote attributed to 1979 Iranian Revolution leader Ayatollah Ruhollah Khomeini: “With the help of Allah, Palestine will be liberated! Jerusalem is ours.”

 

Iranian Foreign Minister Mohammad Javad Zarif expressed his country’s support for the Palestinians amid the Temple Mount tensions, and more recently, Hamas said Aug. 7 that it has reached an agreement to improve relations with Iran. Taleblu said Iran’s Shi’a regime “uses the Palestinian issue to drive a wedge between the Arab world and Israel, as well as to mask its ethno-sectarian differences with its Sunni Arab neighbors and bolster its Islamist standing in the region.”

 

Iran has championed the Palestinian cause since its inception, and an Israeli-Palestinian peace deal “would rob Tehran of that card and render naked its regional aspirations,” said Taleblu. “Iran’s longstanding provision of money and weapons to Palestinian terror groups tells you one thing: Iran has more to gain from perpetual conflict in the Levant and eastern Mediterranean than peace,” he said.

 

IDC Herzliya’s Javedanfar said he has seen no real evidence that Iran was behind the recent tensions in Jerusalem. Rather, he said, Iran exaggerated its role in the Temple Mount crisis since “it feels isolated in the region because of its support for Syrian President Bashar Assad and his atrocities against Sunni Muslims.” Iran’s claims regarding the Temple Mount, Javedanfar said, show “how desperate the Iranian regime has become.”                                                        

 

Contents

                

IRAN IS USING SYRIA TO ADVANCE TOWARD THE MEDITERRANEAN                      

Naftali Bennett                                                                                 

Wall Street Journal, Aug. 9, 2017

 

Hezbollah announced last month that it had captured the Syrian-Lebanese border area of Juroud Arsal from ISIS forces. Far from being a minor development in a violent and unstable region, this marks another Iranian success in its quest for power and dominance across the Middle East.

 

Since its 1979 revolution, Iran has sought to become a dominant world power capable of imposing Islamic rule on as many people as possible. The Iranian regime finances and supports armed militias in other countries and is the world’s top exporter of terror. Hundreds if not thousands of Americans have died at the hands of Iran’s terrorist proxies. An essential part of Tehran’s grand strategy is to control a land corridor from Iran to the Mediterranean Sea. Under the cover of Syria’s bloody civil war, Hezbollah is helping to build such a highway. Hezbollah, trained and supported by Tehran, is classified as a terror group by the U.S., France and the Arab League, among others.

 

Its effort endangers the entire Western world. Controlling this corridor would directly connect Iran with its proxies in Syria and Lebanon, allowing it to transfer advanced weapons cheaply and quickly. The highway would let Iran build its military presence on the Mediterranean, bringing much of Europe into the range of its air force, navy and midrange missiles. Iran could even build arms factories outside its borders. Iranian apologists frame Hezbollah’s capture of the border area as a victory over ISIS, as if the U.S.-led coalition ought to be cheering. ISIS needs to be stopped, but Iran is a far greater problem in the long run. Tehran shouldn’t be mistaken for part of the solution.

 

As Syria disintegrated through civil war, Iran acted swiftly. It broke international law and forcefully expelled the Sunni population and replaced it with Shiites. This changed the local demography to support Tehran’s planned land corridor through Syria and Iraq. Iran also sent its generals to train Bashar Assad’s troops. Hezbollah has effectively morphed from a terror group into a division of the Iranian army, working for Tehran not only in Lebanon and Syria, but also in Yemen and Iraq.

 

In the game of chess that Syria has become, Western leaders are so focused on the knight attacking their pawns they cannot see the queen maneuvering to defeat them. Mistaking ISIS as the most serious threat has allowed Iran to move its pieces forward and gain better position. The nuclear deal Iran signed in 2015 demonstrates Tehran’s patience, as it temporarily slows the country’s preparations to acquire nuclear weapons without stopping them over the long term.

 

I and others are concerned by the cease-fire in southern Syria brokered by the U.S., Russia and Jordan last month. With American and allied forces present in the north, Iran has focused its efforts on the south. The hiatus from violence in that region only gives Tehran another piece of territory in its bid to build a highway to the coast. It will take time and patience to stop Iran. The international community needs to defeat Tehran wherever its forces advance: in cyberspace, on the battlefields of Yemen and Iraq, and in advanced-weapons laboratories. This effort will be both public and covert, economic and technological. If it results in direct military confrontation, Iran’s foes must be ready to win there too.

 

Iran must be made to pay a price every day its soldiers remain on Syrian soil helping the Assad regime kill its own people. Tehran’s leaders must know that every violation of the nuclear deal will trigger harsh sanctions. They cannot direct terror attacks in Europe, Asia and America and expect the world to ignore their actions.

 

There are many possible courses of action against Iran. Yet the free world—led by the U.S.—has yet to take the first and most important step: declaring that it cannot abide an Iranian empire from the Gulf to the Mediterranean Sea.

 

                                   

Contents

On Topic Links

 

Top Israeli, American Experts Concerned About North Korean Nuclear Precedent for Iran: Ariel Ben Solomon, JNS, Aug. 14, 2017—Several top Israeli and American experts on nuclear proliferation and Iran say the failure to successfully deal with North Korea sets a precedent for a similar result with the Islamic Republic.

The Military Options for North Korea: John R. Bolton, Wall Street Journal, Aug. 3, 2017—North Korea test-launched on Friday its first ballistic missile potentially capable of hitting America's East Coast. It thereby proved the failure of 25 years of U.S. nonproliferation policy. A single-minded rogue state can pocket diplomatic concessions and withstand sustained economic sanctions to build deliverable nuclear weapons. It is past time for Washington to bury this ineffective "carrots and sticks" approach.

Danny Glaser: Iran and Hamas are United in Their Desire to Wreak Havoc in the Region: Joseph Braude, Huffington Post, Aug. 15, 2017—Iran supports terrorist organizations throughout the Middle East and beyond. Iran has long had a foreign policy and a regional policy based on trying to upend the regional order.

The Iranian Express: Emanuele Ottolenghi, Weekly Standard, July 31, 2017—On November 30, 2016, Syria watcher Tobias Schneider tweeted out pictures of an Iraqi Shia militiaman boarding an Iranian commercial airliner en route to Damascus.

 

“PREEMPT OR RETALIATE FROM THE RUBBLE” TOUGH TIMES AHEAD FOR ISRAEL, & FOR IRAN

TIME IS SHORT FOR IRAN DIPLOMACY

Michael Oren

Wall Street Journal, Aug. 6, 2012

 

Nearly two decades ago, Israel started alerting the world about Iran’s nuclear program. But the world ignored our warnings, wasting 10 years until the secret nuclear enrichment plant at Natanz was exposed in 2002. Then eight more invaluable years were lost before much of the international community imposed serious sanctions on Iran.

 

Throughout that time, the ayatollahs systematically lied about their nuclear operations, installing more than 10,000 centrifuges, a significant number of them in a once-secret underground facility at Qom. Iran has blocked International Atomic Energy Agency (IAEA) inspectors from visiting its nuclear sites, refused to answer questions about the military aspects of its program, and rejected all confidence-building measures. Iran has tested long-range missiles capable of reaching any city in the Middle East and, in the future, beyond.

 

Iran is also the world’s leading state sponsor of terror. It has supplied more than 70,000 rockets to terrorist organizations deployed on Israel’s borders and has tried to murder civilians across five continents and 25 countries, including in the United States. In July, Iranian-backed Hezbollah terrorists killed five Israeli tourists, among them a pregnant woman, in Bulgaria. Iran’s forces have attacked American troops in Afghanistan and Iraq. Its agents are operating in Yemen, Africa and South America. By providing fighters and funds, Iran is enabling Syrian dictator Bashar al-Assad to massacre his own people.

 

Iran has done all this without nuclear weapons. With them, it can commit incalculable atrocities anywhere in the world, beginning with Israel. As the chief of staff of the Iranian military recently stated, “the Iranian nation stands for the full annihilation of Israel.” Last week, Iranian President Mahmoud Ahmadinejad said “the annihilation of the Zionist regime is the key for solving the world problems.”

 

Accordingly, Israel believes that Iran is far from forfeiting its nuclear ambitions. Our conviction is based on Iran’s record of subterfuge and terror together with its genocidal rhetoric. It also reflects the inability of the permanent members of the U.N. Security Council and Germany (the “P5+1”) to negotiate a compromise with Iran.

 

In their first round of talks with Iranian officials, late in 2009, the P5+1 demanded the suspension of all enrichment activities in Iran and the transfer of its stockpiles, then enriched to 3.5%, abroad. Iran rejected those conditions and escalated its enrichment process to 20%, which can be enhanced to weapons-grade in a matter of weeks.

 

Iran now has amassed roughly 225 pounds of 20% uranium and 11,000 pounds of 3.5%, sufficient for almost five nuclear bombs. Rather than stand by its initial demands, however, the P5+1 is now seeking merely the cessation of Iran’s 20% enrichment, the removal of its 20% stockpile, and the closure of the facility at Qom. Arguably, this would be the first stage in the phasing out of Iran’s nuclear program. But Iran has rejected even this preliminary gesture.

 

Iran will continue to drag out the negotiations while installing more centrifuges. These, according to the IAEA, are spinning even faster. The sanctions, which have dealt a blow to Iran’s economy, have not affected the nuclear program. Meanwhile, more of Iran’s expanding stockpile will be hidden in fortified bunkers beyond Israel’s reach.

 

No country has a greater stake than Israel in using negotiations and economic pressure to dissuade Iran from developing nuclear weapons. We appreciate the determination of President Obama and the U.S. Congress to advance the sanctions and their pledge to keep all options on the table.

 

At the same time, the president has affirmed Israel’s right “to defend itself, by itself, against any threat,” and “to make its own decision about what is required to meet its security needs.” Historically, Israel has exercised that right only after exhausting all reasonable diplomatic means. But as the repeated attempts to negotiate with Iran have demonstrated, neither diplomacy nor sanctions has removed the threat.… (Mr. Oren is Israel’s ambassador to the United States.)

 

TOUGH TIMES AHEAD FOR ISRAEL

Elise Cooper

American Thinker, August 5, 2012

 

It appears that Israel might be facing the toughest struggle yet in its history. There is Syria, a country possibly becoming a tribal state; Iraq, with a growing influence from al-Qaeda; Egypt, quite likely to become an Islamist regime; and the terrorist organizations Hamas and Hezb’allah at Israel’s borders. Then there is Iran, a dangerous and murderous country which could soon possess a nuclear weapon. American Thinker interviewed some experts, asking them their opinion on the Israel-Iran crisis.

 

New York Times bestselling author Daniel Silva, in his latest novel, The Fallen Angel, wrote, “There are some leaders who assure me that Israel can live with an Iran armed with a nuclear weapon. … But to someone who lived through the madness of the Second World War, they sound too much like those who said the Jews had nothing to fear from a Germany led by Hitler and the Nazis. … We ask only that you [Israel] proceed with the utmost caution, for your decisions will affect the entire world[.]”

 

Michael Hayden, the former CIA director, believes that Israel has a right to be concerned, since crunch time for Iran having a nuclear weapon will come in late 2013 or early 2014. He does not see the sanctions working and views all the options as bad. The problem with Iran today is that “[i]t is less stable and less predictable, which makes a lot of people concerned. 

 

People are less comfortable now than during the Cold War, since with the Soviet case, there seemed to be more traditional curves and breaks in behavior, whereas with North Korea, Pakistan, and Iran, the internal pathology of the states create behaviors that appear far less predictable and less susceptible to be influenced by other governments. Unfortunately, at the end of the day, the Iranians will be able to get a nuclear weapon if they have the will.”

 

A nuclear Iran means a lose-lose situation for the world. Elliott Abrams, a former Middle East advisor to President George W. Bush, believes that a nuclear Iran will be a constant day-to-day threat, having a psychological impact on Israel. “If an Iranian official today makes frequent speeches about Israel being wiped off the map, it’s disgusting, yet we all know currently [that] they don’t have the ability to do it. How does an Iran that does have nuclear weapons behave? [It’s] something I hope to never find out.”

 

Hayden sees other consequences as well — namely, a more hostile, bold, and brazen Iran, since the Iranians will have as a defence a nuclear umbrella. He also feels that Iran’s nuclear capacity will show other second-rate powers that they can “stare down the international community with regard to nuclear weapons.” What will then transpire is a regional nuclear arms race, causing a destabilized world. The Saudis have already discussed a nuclear guarantee with Pakistan. In addition, Turkey and Egypt will also desire a nuclear weapon.

 

Obviously, Israel has to weigh the risks of acting or not acting. It faces a very tough target that is dispersed, distant, and numerous. Israel must consider the physical effects of any action compared to the political and diplomatic price. A former intelligence operative who worked in the region told American Thinker, “There is no doubt in my mind that Iran is going to complete its enrichment program. When it has the capacity to do so, the Iranians have made it very clear they will wipe Israel off the face of the earth. I don’t see that as rhetoric. Iran will have the missile capability to take out Israel.

 

The problem is that Iran has nuclear bunkers so deep in the soil [that] there is a good possibility of having to do a land invasion as well. Then there is the worry that other Arab countries in the Middle East will attack Israel. This regional conflict can then turn into a global conflict. As we look at history, typically big wars start with smaller actions.”

 

Abrams is not as pessimistic. He believes that the people of Iran hate their current leaders and are not anti-American or anti-Israeli. He wonders if there “is a tendency to underestimate the damage done with a strike on the Iranian nuclear program. Israel may be able to set it back by a number of years. I think defeat never helps a regime. A strike may lead to the demise of this Islamic Republic. The Iranian leaders will have to defend the position that they devoted untold billions of dollars, defied the world, and became a pariah — for what?”

 

All interviewed agree that the world, and the U.S. in particular, needs to make sure that Iran believes that military action is a definite consideration. Congressman Mike Rogers (R-MI), chairman of the House Intelligence Committee, noted that the Obama administration has to show in very concrete ways that the U.S. is serious regarding military engagement. He suggests aggressive joint exercises with Israel, as well as the movement of equipment to the region in a very public way.…

 

During the June Global Terrorism Conference, sponsored by the U.S., the Obama administration did not take a tough stand. According to Rabbi Marvin Hier, Israel was deliberately excluded, yet countries with a history of sponsoring radical Islamic ideology were invited. What is this telling Iran, the world’s largest state supporter of terrorism?

Congresswoman Ileana Ros-Lehtinen (R-FL), chairperson of the House Committee on Foreign Affairs, cannot understand the snub, since “Israel, if any state, knows something about counter-terrorism. Yet that is the country that is not invited to participate in the conference.…This administration has not shown friends we are their allies and enemies that we are their adversaries.”

 

Abrams is disappointed but not surprised. His explanation for this rebuff is that the Obama administration caved to pressure and made a terrible mistake, “setting a precedent. What the U.S. should have done is take the position that the problem is with those hostile to Israel. They should be saying ‘we will never have these conferences if Israel is excluded, so get used to it, and let’s move forward.’…

 

The recent terrorist attack in Bulgaria by Iran has shown how the Iranians will act without nuclear weapons. This is a sad reminder of the nature of this regime. The Iranian leadership are willing to accept any amount of damage to their country to achieve the goal of obtaining nuclear weapons. Congressman Rogers summarized it best: “Israel’s challenge is now. They have to make a decision on what is best for their existence.

As one Israeli official recently told me, ‘we started this nation to say never again so we would not be put in a position that we were during the Holocaust. Maybe we have put all the Jews in one place to be easily annihilated with a nuclear weapon. We must not let that happen.’“

 

WHY ISRAEL COULD STRIKE IRAN BEFORE NOVEMBER
        Giulio Meotti

Front Page Mag, Aug 7th, 2012

           

If the Obama administration still vehemently opposes an Israeli strike on Iran’s nuclear facilities for fear of hampering his chances for reelection, the latest Debka report reveals that Tehran is closer than ever to an atomic bomb. “The months of negotiations with the six world powers were happily used by Iran for great strides toward bringing its nuclear weapon program to fruition,” explains Debka, a publication close to Israeli intelligence agencies.

 

We knew that Tehran produced low-enriched uranium for four nuclear warheads in the fortified bunker in Fordo. We knew that the centrifuges are enriching uranium to a fissile concentration of 20 percent. But according to Debka, uranium enrichment levels have crept past 20 percent in expanded quantities.

 

“The six powers are understandably reluctant to admit that in the time bought by negotiations, Iran was able to refine uranium up to 30-percent grade or even a higher and go into advanced preparations for 65 percent grade enrichment. Now the Iranians are well on the way to an 80-90 percent weapons grade.” This is the weaponization of the nuclear cycle.

 

That’s why Israel could launch a preemptive operation against Iran before the US presidential election in November. Or as the former Israeli Mossad director, Ephraim Halevi, just commented to the New York Times, “if I were an Iranian I would be very worried in the next 12 weeks.” “The period before the US elections is the best for an Israeli strike on Iran’s nuclear facilities,” Israel’s leading analyst Efraim Inbar, head of the Begin-Sadat Center for Strategic Studies and one of the informal advisors of Prime Minister Benjamin Netanyahu, told me this week. “

 

The diplomatic talks failed, the sanctions are not working, only a military operation can stop Iran’s atomic program. We already stopped Iraq and Syria’s nuclear programs. We will take in consideration only our security and Jewish survival, because a nuclearized Iran would be an immense threat for the Jewish State.”

 

Inbar attacks the “bizzarre red line” of the Obama’s administration on Iran, which is an order by Iranian leadership to build a bomb. “If you wait so long the Iranian program would become immune to an attack,” says Inbar. He also criticizes Europe, which used the talks to stop an Israeli strike on Iran’s atomic program. “It’s even worse than Munich’s 1938, then Europe was willing to use the force, while today nobody wants to fight anymore.”

 

In Israel, Inbar explains, “nobody believes in the sanctions, while there are those, like the former Mossad’s head Meir Dagan, [who] believed that covert operations would have been better to abort the Iranian program. The Americans are now trying to be our babysitter, but the last decision will be taken in Jerusalem by Ehud Barak and Benjamin Netanyahu.”

 

The two Israeli leaders must now determine whether Israel can trust the recent US promise to thwart Iran’s atomic ambitions in case sanctions prove to be insufficient – or launch a unilateral Israeli attack on the Islamic Republic. In the first case, everything would be postponed to the next spring.

 

Otherwise, the sirens will wake up the Israelis one day in the next three months, [canned foods] will quickly disappear from the supermarkets, they will seal doors and windows and the Home Front Command will instruct them to enter into shelters. The rest will be history.

 

And if Iran gets the bomb? Norman Podhoretz, founding father of neo-conservatism and the ideological architect who inspired George W. Bush’s foreign policy, recently told me: “If Iran gets the bomb, the Israelis would have to decide whether to preempt or to retaliate from the rubble.”

« RÉFUGIÉS » EN PALESTINE, LE SOUTIEN D’OBAMA POUR LES FRÈRES MUSULMANS ET LA NAÎVETÉ OCCIDENTALE QUI AIDE L’IRAN

Compter les réfugiés de Palestine?

Daniel Pipes

National Review Online, 29 mai 2012

Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Le cœur fétide et sombre de la guerre des Arabes contre Israël, ai-je longuement argumenté, ne réside pas dans les litiges sur Jérusalem, les points de contrôle, ou les "colonies". Il concerne plutôt les soi-disant réfugiés de Palestine.

Ainsi appelés [«soi-disant»] parce que de presque 5 millions de réfugiés officiels dont s'occupe l'UNRWA (l'abréviation pour «Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient »), seulement environ 1% sont de vrais réfugiés qui correspondent à la définition de l'office « les personnes dont le lieu de résidence habituel était la Palestine entre juin 1946 et mai 1948, qui ont perdu à la fois leur maison et leur gagne-pain à la suite du conflit israélo-arabe de 1948 ». Les autres 99 % sont des descendants de ces réfugiés, ou ce que j'appelle les faux réfugiés

Pire: ceux qui étaient en vie en 1948 sont en train de mourir et dans une cinquantaine d'années pas un seul vrai réfugié sera encore en vie, alors que (extrapolant à partir d'une estimation faisant autorité dans Refugee Survey Quarterly par Mike Dumper) les faux descendants de réfugiés seront au nombre de 20 millions. Sans contrôle, la population va grandir très rapidement sans jamais s'arrêter jusqu'à la fin des temps. [L’origine de l'expression employée par Daniel Pipes « grandir comme Topsy » c'est la petite esclave Topsy dans la case de l'oncle Tom (NDLT)]

Cela est important parce que le statut de réfugié a des effets néfastes: Il gâche la vie de ces millions de non réfugiés en les privant de leurs droits tout en leur imposant un vilain, irrédentiste et irréaliste rêve. Pire, le statut de réfugié les garde comme un poignard permanent visant le cœur d’Israël, menaçant l'État juif et perturbant le Moyen-Orient. Résoudre le conflit israélo-arabe – si on le dit en peu de mots – exige de mettre fin à la mascarade absurde et nuisible de la prolifération des faux réfugiés de Palestine et de leur installation à vie [dans ce statut]. 1948 c'est passé ; il est temps de devenir réaliste.

Je suis fier d'annoncer que, se fondant en partie sur les travaux effectués par Steven J. Rosen et moi-même au forum du Moyen Orient, au cours de l'année passée, la commission du crédit budgétaire du Sénat américain, le 24 mai a voté à l'unanimité un amendement limité mais potentiellement important aux 52,1 milliards du projet de loi de l'exercice fiscal 2013 pour les crédits budgétaires du ministère des affaires étrangères. L'amendement, proposé par Mark Kirk (républicain de l'Illinois) exige que le ministère des Affaires étrangères informe le Congrès à propos de l'utilisation annuelle de 240 millions de dollars provenant de fonds directs des contribuables américains donnés aux réfugiés de Palestine via l'UNRWA. Combien de bénéficiaires, demande Kirk, répondent à la définition de l'UNRWA citée ci-dessus, pour être considérés comme de vrais réfugiés? Et combien ne le sont pas, mais sont les descendants de ces réfugiés?

L'amendement Kirk n'appelle pas à éliminer ou même à réduire les prestations aux faux réfugiés. Malgré son caractère limité, Kirk appelle l'obligation d'information légale "un tournant" En effet, cela a inspiré ce qu' un haut conseiller du sénat appartenant à ce vieux grand parti républicain [GOP « Grand Old Party » désigne le parti républicain(NDLT)] a appelé «une opposition énorme» du gouvernement jordanien et de l'UNRWA elle-même, causant ce que Josh Rogin du magazine Foreign Policy appelle une bataille qui fait rage.

Pourquoi cette rage? Parce que, si le ministère des affaires étrangères est contraint de faire la différence entre véritables réfugiés de Palestine et les faux réfugiés, le gouvernement des États-Unis et d'autres gouvernements occidentaux (qui, ensemble, recouvrent plus de 80 pour cent du budget de l'UNRWA) pourraient finalement décider de supprimer les faux [réfugiés]et par ce moyen porter atteinte à leur revendication d'un "droit au retour" en Israël.

Malheureusement, l'administration Obama a bâclé cette question. Une lettre du ministre adjoint des Affaires étrangères, Thomas R.Nides s'oppose à la version antérieure de l'amendement Kirk démontrant une incohérence complète. D'une part, Nides déclare que Kirk voudrait, en forçant le gouvernement américain à « rendre un jugement public sur le nombre et le statut des réfugiés palestiniens … préjuger et déterminer l'issue de cette question sensible. » D'autre part, Nides lui-même se réfère à « environ cinq millions de réfugiés [de Palestine], » ce qui amalgame les réfugiés vrais et faux – et juge d'avance précisément la question qu'il désire fortement laisser ouverte. Cette déclaration de 5 millions de réfugiés n'était pas un coup de chance ; quand interrogé à ce sujet, le porte-parole du ministre des Affaires étrangères Patrick Ventrell a confirmé que « le gouvernement américain soutient » le principe directeur consistant à «reconnaître les descendants des réfugiés comme réfugiés. »

En outre, en prédisant une « très forte réaction négative [à l'amendement] de la part des Palestiniens et de nos alliés dans la région, en particulier la Jordanie, » Nides a invité les Arabes à faire pression sur le Sénat des États-Unis, une sale manœuvre indigne du ministère des Affaires étrangères.

À travers l'ensemble des 64 ans d'existence d'Israël, tous les présidents américains, l'un après l'autre, ont décidé de résoudre le conflit israélo-arabe, mais chacun d'eux a ignoré le plus laid des aspects de ce conflit – l'exploitation délibérée de la question des réfugiés pour contester l'existence même de l'État juif. Bravo au sénateur Kirk et à son équipe pour avoir eu la sagesse et le courage de commencer l'effort pour aborder les réalités désagréables, initiant un changement qui va finalement parvenir au cœur du conflit.

Massacres en Syrie : la doctrine Obama en action

Guy Millière

dreuz.info, 30 mai 2012

Il n’est pas de bon ton de critiquer Barack Obama en France où il a toujours le statut d’un demi dieu, ou peu s’en faut. Il serait carrément sacrilège de le traiter de criminel de guerre. Cette expression pouvant paraître excessive, j’en choisirai une autre, et je dirai que c’est un irresponsable dont l’irresponsabilité fait des morts par centaines, si ce n’est par milliers. A son tableau de chasse, il y a l’arrivée des islamistes au pouvoir au Maroc et en Tunisie, le chaos qui règne en Egypte et en Libye, le pillage des arsenaux du régime Kadhafi et la dissémination de leur contenu vers l’Afrique subsaharienne, où vient de naître la République islamique de l’Azawad dans le Nord du Mali. On peut ajouter l’abandon de l’Irak à l’Iran et le retour, programmé, des talibans en Afghanistan, la mainmise accentuée du Hezbollah sur le Liban et le glissement progressif de la Turquie vers l’islam radical sans que celle-ci quitte l’Otan.

On pourrait ajouter aussi l’avancée de l’Iran vers l’arme nucléaire sans que des sanctions efficaces aient été prises (Obama a toujours refusé des sanctions efficaces, celles touchant la Banque centrale d’Iran par exemple), et l’abandon des modérés en Syrie au profit d’une cohorte menée par les Frères musulmans, eux-mêmes soutenus par le Qatar et l’Arabie Saoudite. Face à l’Iran, la plus grande crainte d’Obama était qu’Israël décide d’agir. Et il s’est employé à ce qu’Israël n’agisse pas, en contribuant à faire divulguer les projets d’action israéliens. Il est parvenu à obtenir du gouvernement israélien une promesse de non intervention pour une durée de six mois, qui conduira après les élections présidentielles de novembre, ce aux fins, a-t-il dit, d’obtenir un « accord » de Khamenei par l’entremise de la Russie.

Face à la Syrie, ce qu’Obama ne voulait pas était trancher. Et il s’est employé à ne pas avoir à trancher et à laisser le bain de sang se poursuivre. Il a, sur ce plan, l’intention de parvenir à un accord avec la Russie, qui soutient le régime Assad et entend garder sa base militaire à Tartous et avec l’Iran, sans offusquer le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie, ce qui ne sera pas simple (se courber devant tout ce monde à la fois n’est effectivement pas simple). Obama espère parvenir à l’accord dans la période de six mois susdite.

Les effets concrets de cette politique sont que l’Iran sait disposer de six mois de tranquillité pour vaquer à ses occupations et, fort du soutien de la Russie, peut envoyer des combattants en Syrie soutenir Assad. Ils sont qu’Assad sait ne pas risquer une intervention directe et pouvoir garder les mains libres. Les Casques bleus en Syrie font ce qu’ils font partout ailleurs, ils regardent passer les balles et ils comptent les cadavres. Les envoyés de l’ONU font ce qu’ils savent faire : ils parlent pour ne rien dire. Les tueurs font eux aussi ce qu’ils savent faire : ils tuent. Que va-t-il se passer ?

L’Iran va sans aucun doute accélérer ses travaux nucléaires, et il n’y aura pour les retarder que des virus informatiques, fort heureusement très performants. Obama et ses amis russes ne parviendront à aucun accord avec Khamenei avant l’élection présidentielle américaine : des réunions comme celle qui vient de se tenir à Bagdad se tiendront encore, avec Catherine Ashton et un Chinois pour jouer les figurants. Les communiqués finaux diront : « dialogue constructif, pas d’avancé significative ». Si Obama est réélu, il proposera sans doute un échange de l’abandon de son programme nucléaire par l’Iran contre une dénucléarisation générale du Proche-Orient qui visera au premier chef Israël. Israël devra, alors, agir, ou se soumettre, en sachant que les promesses de l’Iran ne vaudront que pour ceux qui croient aux promesses de l’Iran. Si Obama est battu, il sera urgent de changer d’orientation, vraiment urgent.

Que va-t-il se passer, disais-je. Le régime Assad va sans doute faire son possible pour massacrer le plus grand nombre d’opposants dans le minimum de temps. Puis, il pourra y avoir une continuation du régime Assad sans Assad, avec quelques compensations pour les Frères musulmans. Il n’est pas certain que les Frères musulmans acceptent le marché, d’autant plus que du côté sunnite, interviennent des gens d’al Qaida en nombre croissant. Si Obama est réélu, un régime Assad sans Assad allié à l’Iran sera en place dans un contexte où la guerre civile pourrait fort bien continuer. Si Obama est battu, il faudra là aussi changer d’orientation. Et ce sera très difficile. 

Bilan global pour l’heure? Les Frères musulmans sont les grands gagnants de l’hiver islamique qui a déferlé sur le monde arabe. Il n’est pas certain qu’ils seront gagnants aussi en Syrie. Le soutien qu’Obama leur a apporté jusque là se heurte, là, à la complaisance d’Obama vis-à-vis de l’Iran et de la Russie. Israël est isolé régionalement et se trouve contraint de tolérer la politique d’apaisement d’Obama vis-à-vis de l’Iran et de la Russie, jusqu’à novembre.

Les Etats-Unis sous Obama en sont réduits à être les alliés des Frères musulmans et à se soumettre, pour l’essentiel, aux exigences russes et iraniennes. Les Etats-Unis n’ont jamais été dans un tel abaissement depuis les années Carter. Et même Carter ne s’est pas aussi mal conduit qu’Obama vis-à-vis d’Israël, c’est dire. Il faudra un jour compter les morts provoqués par la politique Obama sur la planète. Mais il restera sacrilège de le traiter de criminel de guerre, bien sûr.

 La naïveté de l’Occident face au nucléaire iranien

Centre des Affaires Publiques et de l'État, Jérusalem, 31 mai 2012

Ces jours-ci nous entendons dans les capitales occidentales un son de cloche qui laisse à penser que les Iraniens sont cette fois-ci assez sérieux dans la volonté de discuter de leur programme nucléaire. Des diplomates soulignent que l’Iran s’est présenté aux pourparlers devant les représentants du Forum 5 + 1 (les cinq pays permanents du Conseil de Sécurité + l’Allemagne) sans conditions préalables. Yukiya Amano, directeur de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA) a même déclaré qu’un accord entre les deux parties pourrait être signé prochainement. Catherine Ashton, la représentante de la Communauté européenne, a estimé que ces discussions « s’achemineront vers le début de la fin du programme nucléaire de l’Iran ».

Ces estimations optimistes, en particulier celles d’Ashton, sont incompatibles avec les amères expériences que l’Occident avait subies lors des précédents pourparlers. Déjà en 2002, suite à la première divulgation de l’infrastructure iranienne pour l’enrichissement d’uranium, une commission composée de la Grande-Bretagne, de la France, et de l’Allemagne (UE-3) avait négocié avec l’Iran pour qu’il cesse ses travaux. Le 21 octobre 2003, à Téhéran, le Forum UE-3 avait conclu avec les Iraniens « de suspendre toute activité d’enrichissement de l’uranium » ainsi que de cesser les efforts de production du plutonium. La suite est bien connue et illustre parfaitement les intentions de l’Iran. Ce pays n’est pas capable de respecter ses engagements et ses promesses.

Après la signature de cet accord, les diplomates iraniens ont trouvé toutes sortes de prétexte et ont affirmé que cet accord n’était valable que sur l’introduction du gaz uranium dans les centrifugeuses de l’usine de Nataz et qu’il ne se référait pas à toutes les autres étapes préliminaires nécessaires au processus. Les Iraniens ont réitéré leur droit de poursuive la construction de centrifugeuses. L’étape de pré-enrichissement est surnommée « conversion » et elle comprend l’utilisation de l’uranium intitulé « gâteau jaune ». C’est par ce processus que le gaz produit est introduit dans les centrifugeuses. En 2003, l’Iran n’avait pas encore de site de conversion. En 2005, juste après les négociations avec les Occidentaux, les Iraniens avaient déjà réussi à compléter l’installation à Ispahan et l’avaient mis en marche, et ce en proclamant la fin de la suspension du programme d’enrichissement.

Dans un discours tenu secret, Hassan Rouhani, chef de la délégation iranienne aux négociations, s’était vanté d’affirmer que les Iraniens ont profité de ces négociations pour pouvoir installer leur site à Ispahan. La manière dont l’Iran a utilisé les négociations est l’une des pierres angulaires de sa diplomatie essentiellement basée sur la diversion et l’abus de confiance. Dans son ouvrage, « régime islamique », publié avant la révolution de 1979, Ayatollah Khomeiny, explique à ses fidèles que « dans chaque discussion nous devons garder le principe de la « Takya », nous devons présenter un certain souhait tout en cachant nos véritables intentions. » Ainsi fonctionne la diplomatie iranienne au sujet du programme nucléaire. L’ancien ambassadeur britannique à Téhéran, Sir Denis Wright, expliqua le phénomène en disant un jour: « les Iraniens disent le contraire de ce qu’ils pensent et font le contraire de ce qu’ils disent ».

Ces remarques ne sont pas des propos racistes mais reflètent bien la manière dont est appliquée la tradition religieuse -chiite dans les débats diplomatiques disputés aujourd’hui entre l’Iran et l’occident. Dans toute négociation avec l’Iran le principe de transparence demeure essentiel. Le contrôle des installations secrètes a été à plusieurs reprises retardé en violation flagrante des engagements. Les Iraniens avaient profité du laps de temps pour enterrer les preuves incriminantes.

Pour exemple, les Iraniens ont retiré le carrelage des murs dans le site électrique de Kalia, pour empêcher les inspecteurs de l’AIEA à vérifier les restes des produits radioactifs issus des essais effectués dans les nouvelles centrifugeuses.  Dans l’institut de recherche de Levisane, destiné au recyclage à des fins militaires, les Iraniens ont simplement détruit six bâtiments et ont même retiré de profondes couches de terre afin qu’on ne puisse prélever des échantillons radioactifs. En janvier 2005, au cours d’une inspection à Parchine, les Iraniens ont également limité le mouvement des inspecteurs à certains bâtiments précis. Nous devrions comprendre que chez les ayatollahs, la différence existe bien entre un accord de principe et entre ce que l’on pourra faire sur le terrain.

Toutefois, afin de répondre à la question si l’Iran respecterait les accords conclus avec l’Occident, il est important de ne pas s’attarder uniquement sur les détails techniques. Déjà en juillet 1991, le guide suprême iranien, ayatollah Ali Khamenei expliquait que la stratégie de la sécurité nationale de l’Iran est surtout expansionniste. Le général Kassem Suleiman, commandant des forces d’al Qouds au sein des Gardiens de la révolution, a affirmé récemment : « l’Irak et le sud Liban sont sous contrôle de Téhéran. » Autrement dit, l’Occident ne négocie pas avec un des pays possédant une infrastructure nucléaire, tel que le Japon ou la Suède mais avec un Etat aux ambitions hégémoniques qui ignore éperdument l’optimisme qui s’est emparé actuellement chez les diplomates occidentaux!

QUAND LE MYTHE DEVIENT RÉALITÉ : NAQBA, L’IRAN NUCLÉAIRE ET LA DÉLÉGITIMATION D’ISRAËL

NAQBA : LA CATASTROPHE « PALESTINIENNE »

Guy Millière

dreuz.info, 24 mai 2012

Le 15 mai dernier, les « Palestiniens » célébraient le jour de la naqba, la catastrophe qu’est censée avoir été la création de l’État d’Israël. Nombre d’Arabes israéliens l’ont eux-mêmes célébré, montrant ainsi qu’ils sont infectés par le même venin que les Arabes de Judée-Samarie et de Gaza. Des Juifs israéliens, ce qui est beaucoup plus grave, et montre que le venin peut susciter dans certains esprits dérangés une haine de soi, ont eux aussi participé aux célébrations. Bien sûr, des journalistes européens ont parlé de la naqba, en reprenant à leur compte la narration « palestinienne ».

Ce qui doit être dit à tous ces gens est qu’ils contribuent à une imposture. Le mot naqba a été utilisé au Proche-Orient pendant une longue période pour désigner le redécoupage régional effectué lors du démantèlement de l’empire ottoman, et qui a séparé la Syrie, placée sous Mandat français, de la Syrie du Sud placée sous Mandat britannique sous le nom de Mandat palestinien.

Ce fait a été rappelé récemment par Steven Plaut dans un article appelé Happy Nakba Day, et Steven Plaut cite le livre qui décrit la naqba : c’est le livre fondateur du nationalisme arabe, The Arab Awakening de George Antonius. Cette conception de la naqba est spécieuse, mais à l’époque, Israël n’existait pas, et le « peuple palestinien » n’avait pas encore été inventé.

Ce qui doit être dit à tous ces gens qui parlent de naqba aujourd’hui est qu’ils sont, de surcroît les acteurs et les participants d’une falsification de l’histoire. Non seulement il n’y a jamais eu d’État palestinien dans la région, aussi loin qu’on remonte dans le temps, tout comme il n’y a jamais eu de « peuple palestinien » avant que ce « peuple » ne soit inventé au milieu des années 1960, mais les choses ne se sont pas passés comme elles sont décrites par les adeptes de la « cause palestinienne ».

En 1920, quand le Mandat palestinien a été institué pour (re)créer un foyer national juif au Proche-Orient, les terres du Mandat palestinien étaient peu peuplées. Un État arabe a été très vite créé (dès 1921), sur plus des trois quarts des terres du Mandat, État confié à l’un des héritiers de la dynastie chérifienne chassée de La Mecque, mais peuplé de la plus grand part des Arabes de la Syrie du Sud. Cet État est l’État arabe palestinien : qu’il soit gouverné par une dynastie monarchique venue de la péninsule arabique, bien que sa population ne soit pas venue de la péninsule arabique en même temps que lui est un problème qui ne concerne pas Israël.

Sur le territoire restant, les Britanniques ont favorisé l’immigration arabe, freiné l’immigration juive, y compris pendant la période où le Troisième Reich exterminait les Juifs en Europe, et confié le pouvoir spirituel à un fanatique antisémite qui travaillera ensuite pour Hitler, Amin Al Husseini. Cela a fait des Britanniques des complices de la Shoah et du nazisme, même s’ils l’ont combattu par ailleurs, et cela a fait d’eux les créateurs d’une situation perverse.

En 1948, quand le plan de partition du territoire restant a été voté, puis quand, les dirigeants juifs acceptant le plan de partition, Israël a vu le jour, nul dirigeant juif n’a chassé le moindre habitant arabe. Il y a eu une guerre d’extermination menée par les pays arabes de la région contre les Juifs et contre Israël. Cette guerre a échoué, comme les guerres ultérieures lancées contre Israël. On doit le souligner : Israël n’est pour rien dans ces guerres et en a été la victime.

Quand la guerre d’extermination a été enclenchée lors de la (re)naissance d’Israël, ce sont les dirigeants arabes (dont Amin Al Husseini, revenu dans la région) qui ont demandé aux Arabes vivant en Israël de partir, le temps que les Juifs soient tous tués. Les juifs n’ont pas été tous tués. Les Arabes qui sont partis l’ont fait parce que les dirigeants arabes le leur ont demandé, ou à cause de la guerre. Leur situation est de la responsabilité des dirigeants arabes et pas de celle d’Israël, qui considère, à juste titre, que partir pour ne pas être éclaboussé par le sang juif que des armées doivent venir verser, est se faire complice des armées concernées.

On doit le dire : Israël n’étant pour rien dans les guerres dont Israël a été la victime, Israël n’est pour rien dans les conséquences de la guerre déclenchée contre Israël, et donc dans le départ de milliers d’Arabes vivant sur le sol israélien en 1948-49. Le problème des « réfugiés » est un problème arabe que le monde arabe aurait dû résoudre depuis longtemps comme d’autres problèmes du même genre ont été résolus ailleurs sur terre.

C’est aussi un problème entretenu par les instances internationales : sans l’existence de l’UNWRA, il n’y aurait pas des « réfugiés » depuis plus de trois générations, il n’y aurait pas de « réfugiés » dont le nombre s’est multiplié par dix en soixante ans, et il n’y aurait pas de « réfugiés » n’ayant eu à prouver que deux années de résidence en Israël pour devenir « réfugiés ».

Le problème des « réfugiés » n’est pas une seule seconde de la responsabilité d’Israël. On peut rappeler qu’Israël a dû gérer un problème de réfugiés qui n’intéresse personne hors d’Israël : celui des réfugiés juifs chassés du monde arabe. L’invention du « peuple palestinien » et celle de la « cause palestinienne », plutôt que de contribuer à la paix et à la prospérité, a transformé les « réfugiés » arabes et les Arabes de Judée-Samarie et de Gaza en otages de la volonté du monde arabe de détruire Israël et d’exterminer les Juifs. Les otages sont devenus instruments : on leur lave le cerveau et on en fait des auteurs d’attentats et d’autres formes d’assassinat.

On doit le préciser : la prise d’otage et la transformation des otages en instruments ne sont pas la faute d’Israël, mais celle du monde arabe, celle des instances internationales qui ont créé l’UNWRA, celle des pays occidentaux qui financent le tout. Si on voulait parler en termes de catastrophes, on pourrait dire qu’il y a eu une succession de catastrophes dans la région : les décisions britanniques, l’imprégnation du monde arabe par des idées haineuses qui l’ont conduit vers l’impasse, la volonté répétée de détruire Israël et d’exterminer les Juifs, la création des « réfugiés » arabes et la perpétuation de ce statut de « réfugié », l’accroissement du nombre des « réfugiés » en question de génération en génération, l’invention du « peuple palestinien » et de la « cause palestinienne ».

Le seul fait historique qui n’ait pas été une catastrophe dans la région, strictement le seul, a été la (re)naissance d’Israël. Que les « Palestiniens » protestent contre le seul fait historique qui n’ait pas été une catastrophe dans la région et continuent à être utilisés comme des instruments de haine génocidaire est répugnant et consternant. Que nombre d’Arabes israéliens protestent eux aussi montre que l’abcès de fixation créé par l’invention du « peuple palestinien » et de la « cause palestinienne » devra se trouver vidé de sa substance.

Qui dira que la « cause palestinienne » est une imposture, et qui rappellera haut et fort comment et pourquoi le peuple palestinien a été inventé ? Que des Juifs israéliens protestent contre l’existence de leur propre pays donne la nausée. Que des journalistes européens reprennent à leur compte la narration « palestinienne » montre que nous vivons dans une époque sordide où les leçons de l’histoire ne sont plus enseignées, et où le pire peut aisément recommencer.

AVEC L’IRAN, GARDONS UN ŒIL SUR LA BOMBE

Laura Kam

fr.ejpress.org, 24 mai 2012

Le temps et l’ampleur accordés au sujet d’une éventuelle attaque militaire israélienne contre l’Iran par les médias, les équipes d’analystes, la blogosphère et les gouvernements du monde entier (sans oublier les analyses aussi abstraites que dépourvues d’intérêt sur qui parmi les ministres israéliens ou les anciens hommes politiques est pour ou contre une frappe militaire) ont détourné l’attention de la seule question vraiment importante que la communauté internationale et le public en général devraient se poser au sujet de l’Iran : que deviendrait le monde si l’Iran réussi son pari de fabriquer une arme nucléaire ?

Au vu des six résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies exhortant l’Iran à mettre fin à son programme d’enrichissement nucléaire, il est clair que les puissances du monde partagent une vision unanime : la quête iranienne de l’arme nucléaire ne contribue point à la paix et à la sécurité mondiale, et ferait du monde un endroit considérablement moins sûr. Pour eux, il est évident que pendant des années, l’Iran a menti de façon délibérée à leur agence de surveillance nucléaire, l’AIEA, et que leur prétendu programme nucléaire civil est tout sauf « pacifique ».

La nature théologique de l’État islamiste, son soutien au terrorisme, sa violation des droits de l’homme, et son refus depuis une décennie de négocier une solution à la question nucléaire ne font qu’aggraver l’immense malaise mondial que nous ressentons tous au moment où les sanctions internationales contre l’Iran se durcissent. Quelles seraient les conséquences d’un Iran nucléaire au niveau international ?

L’existence d’une arme nucléaire en Iran aurait très certainement des effets immédiats sur des pays tels que l’Egypte, la Turquie et l’Arabie saoudite, car elle les inciterait à développer leur propre arme nucléaire, et déclencherait une course à l’armement nucléaire dans une région du monde qui deviendrait de plus en plus instable et qui revêt une importance capitale pour les intérêts des puissances économiques de la planète. 

Les efforts régionaux et internationaux constants de l’Iran pour élargir son influence (notamment ses incursions diplomatiques et économiques en Amérique latine et en Afrique) continuent d’être un facteur de déstabilisation. Partout dans la région, de l’Afghanistan à Gaza, les Iraniens sont en train d’armer et de former des groupes radicaux et fondamentalistes dont l’objectif est d’établir des régimes forts qui imposeraient l’Islam comme impératif national, sans laisser place au libre choix. Gaza et le sud du Liban sont des exemples “réussis” du développement de ce genre de régimes. 

Dans d’autres pays du monde, l’Iran soutient des organisations terroristes telles que les cellules du Hezbollah (de l’Amérique latine au Moyen-Orient en passant par l’Asie de l’Est), le Djihad islamiste palestinien (au moins jusqu’à récemment), le Hamas, ainsi que des groupes militants en Irak, tels que le Kata'ib Hzezbollah, la Brigade du jour promis et Asa'ib Ahl al-Haq. L'anée dernière en Afghanistan, le Pentagone a remonté la piste d’un achat de rockets par les Talibans jusqu’à l’Iran. Ces roquettes augmentent la force de frappe de ces combattants contre des cibles de l’OTAN et des États-Unis. L’année dernière également, les États-Unis ont confirmé l’existence d’un lien entre l'Iran et Al-Qaida, et ont accusé Téhéran de faciliter les opérations d’Al-Qaida visant à faire passer clandestinement de l’argent et des personnes depuis son territoire jusqu’aux sièges des leaders de ce groupe terroriste en Afghanistan et au Pakistan.

Ces groupes ont fait des victimes américaines, britanniques, australiennes appartenant aux forces multinationales. Parallèlement au programme nucléaire, le programme, divers et ambitieux, de développement de missiles balistiques de l’Iran continue d’avancer, selon des experts internationaux et des représentants des gouvernements d’Occident. En effet, on s’accorde à dire que l’Iran possède maintenant des missiles capables d’atteindre certaines parties de l’Europe et de la Russie. 

Selon les experts, ce n’est qu’une question de temps avant que toute l’Europe soit à la portée des missiles iraniens. Déjà en 2010, le secrétaire de la défense de l’époque, M. Robert Gates, affirmait que l'Iran est capable de lancer une attaque contre l'Europe, au moyen de "dizaines ou même de centaines" de missiles en une seule frappe. Un programme de missiles dont la portée est constamment augmentée, associé à l’existence d’une arme nucléaire, représente un scénario stratégique cauchemardesque pour l’Occident. Et, comme si ce n’était pas déjà assez, à maintes reprises et de façon ferme, le régime iranien a menacé de détruire Israël en le qualifiant de “cancer” qui doit être “extirpé”.

Téhéran a souvent utilisé les dialogues du P5 +1 (les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne) pour gagner du temps et réussir à développer son programme nucléaire. De nombreux experts et hommes politiques craignent que l’Iran, une fois de plus, ne fasse la même chose cette fois-ci. Les leaders du P5+1 et leurs négociateurs ne devraient pas oublier cette inquiétante habitude iranienne lorsqu’ils entament les négociations tant attendues avec les Iraniens à Bagdad, et lorsqu’ils en évalueront les résultats. Ils ne devront accepter aucune tactique iranienne visant à gagner du temps.

Nous espérons et prions tous pour l’adoption d’une solution négociée qui satisfera toutes les parties concernées. Mais compte tenu des expériences du passé avec l’Iran, le monde ne peut pas se permettre d’être naïf. La pression diplomatique et économique forte et toujours croissante sur le régime islamique est tout à fait justifiée, et c’est sur cette justification que le monde devrait rester concentrer.

DÉLÉGITIMATION ET BOYCOTT D’ISRAËL

Victor Perez

juif.org, 21 mai 2012

« L’Afrique du Sud envisage d’imposer la mention «Palestine» ou «Territoires occupés» sur les produits provenant des colonies israéliennes ». Telle est la décision (1) du Ministre du Commerce Rob Davies de « permettre aux Sud-Africains qui ne soutiennent pas Israël, mais soutiennent les Palestiniens, d’identifier ces produits». En fait, complète Macdonald Netshitenzhe, directeur pour la politique et la législation commerciale au ministère sud-africain du Commerce, « la loi sur la protection du consommateur impose de ne pas induire en erreur sur la provenance exacte du produit. Si par exemple c’est un vin de Bordeaux, il ne peut pas venir de Bretagne ».

Si nul ne contestera ici les droits du consommateur, cependant il est étonnant de voir que le seul pays à subir cette discrimination est encore une fois l’état juif. Nul ne réclamera par exemple la suppression Made in China sur les produits fabriqués au Tibet. Ni sur ceux manufacturés au Kurdistan turc et définis comme produits par la Turquie. Deux exemples parmi tant d’autres qui ne préoccupent point l’Afrique du Sud, pays ayant vécu dans sa chaire la ségrégation ethnique, ni sa défense des droits des consommateurs si chère à son ministère.

 Une préoccupation exclusive donc en faveur des « Palestiniens, occupés, violentés, pillés ». Tout le mantra nécessaire à une condamnation systématique et automatique du peuple israélien. Une propagande assurant que la « Palestine » est un très vieux pays, Jérusalem une ville sainte musulmane, et les autochtones de la Judée, de la Samarie et de la bande de Gaza les « Palestiniens » d’origine.  Un ‘’peuple’’ et un ‘’pays’’ qui n’ont pourtant comme passé que l’histoire construite par la propagande depuis 1967. Une intoxication intellectuelle reprise en chœur par les pays occidentaux pour de basses raisons mercantiles et qui se rachètent en réclamant, au nom des droits de l’homme, la sécurité pour Israël.

Quant à reconnaître que ce pays est celui du peuple juif, cela est une toute autre affaire ! Affaire qui arrange bien les affaires du Hamas. Mahmoud Zahar, l’un des dirigeants de ce groupe de criminels, a donné une interview (2) à Euronews. Dans celle-ci il pose une série de questions au bloc occidental.« La première est la suivante : notre terre, avant 1948, était-elle un territoire juif ? S’agissait-il de la terre d’Israël ? Ou était-elle plutôt la terre des musulmans arabes palestiniens ? ». « Deuxième question : un retour des Juifs, trois mille ans plus tard, pour établir un état sous prétexte que leurs ancêtres vivaient ici, est-ce que c’est cela que l’Occident appelle le droit au retour ? Acceptez-vous le droit de la politique au retour ? Dans ce cas, retournons donc en Espagne puisque nous l’avons quittée en 1492 ».

Le Fatah de Mahmoud Abbas se contente pour une paix juste et durable, en version anglaise uniquement, des « frontières de 1967, d’Al-Qods comme capitale et d’une solution juste pour les réfugiés » au sein de « l’entité sioniste » évidemment. Le Hamas, lui, n’a pas ces pudeurs. Que fera alors l’Occident si ce groupe prend les commandes de l’Autorité palestinienne et diffuse, matraque SA propagande en l’accompagnant de menaces implicites mais suffisamment précises à son égard ? A savoir, celle de Juifs « colonisateurs de terre arabes » y compris celles attribuées par l’ONU en 1947.

Après combien d’années, pour le bien de l’humanité, sera-t-il alors conseillé puis exigé de l’Etat d’Israël de se transformer en un état binational et, en conséquence, au peuple juif de retrouver sa condition d’apatride ? Après combien d’années, suite à son refus de cette ‘’solution peine de bon sens’’ agrée par la communauté internationale, seront prises des mesures de rétorsions à l’encontre de cet état évidemment « colonisateur, génocidaire et pilleur » ?

Si l’on en juge par les gains ‘’palestiniens’’ obtenus par la propagande actuelle depuis une quarantaine d’années auprès du bloc occidental et au vu de la lâcheté de celui-ci, guère plus longtemps qu’il n’a fallu pour reconnaître internationalement la « Palestine » et les « Palestiniens ». La ‘’justice’’ n’est pas un vain mot en cette contrée !

CETTE SEMAINE, UN PEU DE GEMATRIA POUR VOUS DIVERTIR…

 

CETTE SEMAINE, UN PEU DE GEMATRIA POUR VOUS DIVERTIR…

 

EN HEBREU, CHAQUE LETTRE A UNE VALEUR NUMERIQUE, A=1, B=2, ETC. EN TENANT COMPTE DES LETTRES, CHAQUE MOT CORRESPOND A UN NOMBRE.
CE NOMBRE PEUT, A SON TOUR, CORRESPONDRE A DES MOTS DIFFERENTS.

 

«KHAMENEI (KHAF/MEM/NOUN/YOD) CONNOTE L’EMBUSCADE EN HEBREU.

 SA VALEUR NUMERIQUE 120 DONNE UN EQUIVALENT «KESSIL», OU CINGLÉ…»



 

 



PANETTA PRÉDIT UNE FRAPPE ISRAÉLIENNE SUR L'IRAN
Daniel Pipes

fr.danielpipes.org, 4 février 2012
Version originale anglaise: Panetta Predicts an Israeli Strike on Iran
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Ce n'est pas tous les jours que quelqu'un comme le secrétaire américain à la Défense fait des prévisions sur les manœuvres d'un allié, mais c'est ce qui précisément s'est passé quand Leon Panetta a déclaré qu'à son avis, reprenant ce que dit un journaliste du Washington Post, «il y a une forte probabilité qu'Israël frappera l'Iran en avril, mai ou juin.» Quelques réflexions sur cette déclaration exceptionnelle:

 

C'est une paraphrase: Pour les déclarations délicates, les hauts fonctionnaires préfèrent le discours indirect et mis par écrit. Cela offre plus de marge de manœuvre et évite les tensions. Appelé à dire s'il était ou non d'accord sur le reportage du Post, Panetta, impénétrable, a déclaré: «Non, je n'ai tout simplement pas à commenter. Ce que je pense et comment je vois les choses, je considère cela comme un domaine qui n'appartient qu'à moi»…

 

Cela pourrait être de la désinformation: Dans le petit monde de la diplomatie nucléaire, nous trouvant à l'extérieur nous n'avons presque aucun moyen de séparer le bon grain de l'ivraie. Panetta pourrait être en train d'envoyer un signal à Téhéran racontant tout à fait le contraire de la vérité. La même chose s'applique à d'autres nouvelles, qu'il s'agisse de l'assassinat de scientifiques nucléaires iraniens ou de la vente de munitions à Israël. Attendons une dizaine d'années pour savoir ce qui se passe vraiment maintenant.

 

Téhéran est déterminé: le guide suprême de l'Iran, Ali Khamene'i , a réitéré que rien ni personne n'empêchera son régime d'acquérir des armes nucléaires, annonçant que «des sanctions n'auront aucun impact sur notre détermination à continuer à progresser dans notre course aux armes nucléaires.» Je crois qu'il dit la vérité. Tout comme la famine de la masse de la population n'a pas empêché le régime nord coréen de poursuivre l'achat d'armes nucléaires, les Iraniens sont eux aussi prêts à payer pour cela n'importe quel prix.

 

Israël est également déterminé: Les dirigeants israéliens reviennent sur le passé de l'Holocauste et sentent tout le poids de responsabilité que ce passé fait peser sur leurs décisions. Parlant des militaires de haut rang qui sont en désaccord avec lui et le Premier ministre Benjamin Netanyahou sur la menace nucléaire de l'Iran, le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak a déclaré que «C'est bien d'avoir une diversité d'opinions et que les gens puissent avoir la liberté d'expression. Mais en fin de compte, lorsque le commandement militaire lève les yeux, c'est nous qu'il voit – le ministre de la Défense et le Premier ministre. Lorsque nous nous levons les yeux, nous ne voyons rien sauf le ciel au dessus de nous».

 

Les élections présidentielles américaines: si les Israéliens attaquaient l'Iran, la réaction d'Obama pourrait avoir d'importantes implications électorales. S'il approuve ou (surtout) s'il prend part à l'attaque, il fera pencher les élections de son côté. Si au contraire il condamne les Israéliens, il est probable qu'il sera amené à en payer le prix.

BARACK OBAMA AUX CÔTÉS D’ISRAËL POUR STOPPER L'IRAN
Margot Pelen

Guysen.com, Lundi 6 février 2012

Barack Obama a réaffirmé dimanche sa volonté de faire plier l’Iran sur son programme nucléaire, lors d’une interview diffusée sur la chaîne télévisée NBC. Le Président américain a expliqué vouloir régler cette affaire de façon diplomatique, en étroite collaboration avec Israël, qui laisse encore planer le doute sur une possible attaque de l’Iran.

 

«Nous ferons tout notre possible pour éviter que l’Iran ne se dote de l’arme nucléaire et crée une course à l’armement dans cette région instable», a expliqué dimanche le chef d’État américain.

 

Bien que les États-Unis et Israël n’excluent pas l’option d’une frappe militaire, Obama a insisté sur la nécessité de régler cette affaire par la voie diplomatique.

Les activités militaires dans le Golf perturberaient la région et pourrait avoir des conséquences sur les États-Unis, a expliqué en substance le chef d’État. «Nous avons encore des troupes en Afghanistan, pays frontalier de l’Iran. Nous préférons trouver une solution diplomatique» a-t-il poursuivi.

 

A l’approche de l’élection présidentielle de Novembre, où Obama est candidat à sa réélection, le président doit ménager l’opinion publique, mécontente des interventions coûteuses en Irak et en Afghanistan. Samedi 4 février, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le pays pour faire part de leur refus d’une possible intervention des États-Unis en Iran.

 

Barack Obama a expliqué travailler en très étroite collaboration avec Israël sur la question. «Avec Israël, nous avons les plus proches consultations militaires et stratégiques que nous n’ayons jamais eu» a-t-il affirmé sur NBC.

 

Israël n’a pas encore affirmé ses intentions militaires. Ce dernier craint que l’Iran n’atteigne un stade de développement de son programme nucléaire après lequel une attaque ne serait plus suffisante pour le stopper. Les médias israéliens ont affirmé aujourd’hui que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait ordonné le silence à ses ministres et aux responsables militaires, pour ne pas envenimer la situation. «Je ne pense pas qu’Israël ait pris sa décision» a affirmé Obama lors de l’interview. Les leaders restent attentifs à la position israélienne et à une éventuelle attaque qui pourrait enclencher une guerre dans cette région et déstabiliser l’économie mondiale.

 

L’Occident accuse l’Iran de développer une bombe nucléaire, ce que Téhéran réfute. L’État iranien affirme que son programme nucléaire est destiné à produire de l’énergie, et non des armes, mais refuse toujours de discuter avec ses homologues occidentaux.

 

En cas de frappe militaire, Téhéran a promis des représailles. Obama a affirmé dimanche qu’«il n’y avait pour l’instant aucune preuve que l’Iran ait l’intention et les capacités» de les mettre en œuvre.

BRANLE BAS DE COMBAT AU MOYEN ORIENT
Albert Soued

Terredisrael.com, 7 février 2012

Khamenei (khaf/mem/noun/yod) connote l’embuscade en hébreu. Sa valeur numérique 120 donne un équivalent «kessil», ou cinglé.

 

Le «cinglé embusqué» dans son programme nucléaire (1) vient de déclarer que «les menaces des États-Unis les desservaient, car toute guerre serait 10 fois supérieure à leurs intérêts…», ajoutant sans désemparer qu’ «il soutiendrait et aiderait tout groupe ou nation qui confrontera et combattra le régime sioniste, un cancer dans la région».

 

Devant la pression des sanctions, le Guide Suprême menace de fermer le détroit d’Ormouz, par où passe 20% du pétrole mondial, puis cherche à rameuter ses alliés, la Syrie, le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique… Allié majeur de l’Iran, la Syrie, en pleine guerre civile, serait sans doute soulagée par l’élargissement du conflit local en conflit régional, ce qui lui permettrait de se débarrasser de ses opposants avec des moyens encore plus expéditifs et sanglants, en dépit des protestations.

 

Aux préparatifs de grande envergure des Américains dans le Golfe, et après un exercice militaire de 10 jours, l’Iran déclenche un exercice de 3 semaines, en situation réelle de guerre, qui ne serait qu’une couverture pour un approvisionnement massif en armes (2). Par ailleurs, l’Iran vient de lancer un 3ème satellite d’observation à 260/350 km d’altitude.

 

Trois groupes d’influence luttent pour le pouvoir, – notamment pour l’élection des députés à l’Assemblée (majlis) de mars prochain – Les chefs de ces groupes sont le Guide Suprême Ali Khamenei, le président Ahmedinejad et l’ayatollah Rafsandjani. Ils sont tous d’accord sur deux objectifs, la suprématie régionale, par le biais d’une bombe de destruction massive et l’élimination d’Israël en tant que puissance régionale.

 

Profitant de la rébellion d’un religieux modéré, Mohamed Khatami, le peuple perse et citadin, épris de liberté et pro-américain a tenté «une révolution verte» sans succès en août 2009. Devant une menace étrangère, le peuple ne peut que se rallier au nationalisme d’état. Par conséquent un renversement du pouvoir religieux est exclu en cas de conflit.

 

Par les annonces successives de préparatifs guerriers et d’exercices dans le Golfe depuis quelques mois, les États-Unis cherchent à accompagner les sanctions économiques par un verbe menaçant, pour faire plier la clique des ayatollahs.

 

Mais la politique américaine au Moyen Orient a été un échec patent surtout depuis l’arrivée au pouvoir de Obama, considéré au mieux comme un apostat par les Musulmans, et il n’est pas pris au sérieux par leurs dirigeants.

 

Après avoir reporté d’année en année, depuis 5 ans, toute action pour dissuader l’Iran de poursuivre son programme nucléaire offensif, après s’être opposé à toute intervention unilatérale d’Israël – «le jeu n’en valant pas la chandelle» et que cela ne ferait que retarder le programme iranien pour quelque temps, avec le risque de ruiner l’économie mondiale –, aujourd’hui le secrétaire à la Défense, Léon Panetta annonce que les États-Unis ne permettront pas à l’Iran de devenir une puissance nucléaire, qu’une ligne rouge était tracée et que l’option militaire était sur la table.

 

De son côté, le général Aviv Kokhavi, chef des Renseignements militaires d’Israël annonce que 200 000 missiles et roquettes sont pointées sur Israël, précisant qu’aucun pays au monde n’est autant menacé. Sans que l’on sache pour quelle raison, un exercice commun israélo-américain d’envergure «Austere Challenge 12» qui devait avoir lieu le 5/1/12 a été annulé et vaguement reporté en octobre prochain. Par ailleurs les consultations s’intensifient, sans que l’on soit sûr que les intérêts des 2 pays convergent (3).

 

Dans cette «partie à 3» de jeu d’échecs où les Perses sont passés maîtres, il faut savoir aussi que la doctrine religieuse adoptée par ce pays est la «shiah», basée sur un messianisme apocalyptique. Le mahdi rédempteur sortira du «puits» où il est cloîtré, lorsque le monde pervers sera anéanti. Par conséquent, ce ne sera pas forcément la raison et la logique qui présideront aux décisions. Khamenei est prêt à sacrifier une partie de sa population dans une apocalypse, pourvu qu’Israël disparaisse. Il faut le prendre au sérieux et aller à l’essentiel, il y a un pays minuscule luttant pour sa survie face à «un cinglé embusqué».

 

Notes:

 

(1) Les nouvelles centrifugeuses plus rapides IR2 et IR4 seront transférées dans l’usine souterraine de Fordo, près de Qom. Là elles pourront enrichir l’uranium de 20% à 60%, dernière étape avant l’assemblage d’une arme nucléaire. Les quantités accumulées sont suffisantes pour construire 4 ou 5 bombes. Selon le directeur de l’Information, le général Aviv Kochavi, l’assemblage de la 1ère bombe peut prendre un an, et deux ans pour 4 autres bombes. Selon le «think tank» américain «The Enterprise Institute», une 1ère bombe de 15 kilotonnes sera prête en août 2012. Ces estimations ne tiennent pas compte de retards dus à d’éventuels sabotages. Toujours est-il qu’à partir du mois de juin, l’Iran aura enfoui sous terre assez de matière fissile pour que toute intervention soit devenue inutile. Il semble que cela soit le point de non retour.

 

Les cibles nucléaires officielles ou secrètes ont été disséminées sur tout le territoire, afin de dissuader tout attaquant. Le réacteur de Natanz est au cœur du programme, de même que celui de Fordo taillé dans la montagne, et celui d’Ispahan où se cuit le fameux «gâteau jaune», puis la centrale de Bouchehr récemment mise en service. Autres cibles potentielles: le réacteur de Téhéran censé contribuer à la recherche médicale, la centrale d’Arak où, d’ici à 2013, 2 bombes atomiques pourront être fabriquées chaque année; Gachin qui recèle des mines d’uranium de Bandar Abbas et les mines de Saghand dans la province de Yazd ainsi que d’autres sites qui ne sont pas spécifiée à Khorassan, à Sistan au Baluchestan et à Hormozgan.

 

(2) La Russie a fourni à l’Iran des équipements sophistiqués sur camion «Avtobaza», capables de brouiller les radars d’avion et les instruments de guidage électronique. La Russie prétend ne pas violer l’embargo décrété par les Nations Unies, arguant que le matériel est défensif. Israël soupçonne une volonté russe de fournir à l’Iran l’ensemble du système de renseignement «Elint» qui permettra à l’Iran d’identifier tout missile ou aéronef entrant dans la Caspienne et dans le Golfe Persique et de réagir.

 

Grâce à l’aide nord-coréenne, l’Iran est en mesure de produire l’équivalent du système de défense anti-missile russe, le fameux S-300, que la Russie refuse de lui livrer. Selon le commandant de la base aérienne de défense Khatamal al Anbiya, le brigadier général Farzad Ismaili, le Bavar 373 est même supérieur au S-300, car il détecte 100 missiles entrant simultanément et en détruit 12.

 

(3) Le chef du Mossad, Tamir Pardo, s’est rendu cette semaine à Langley au siège de la CIA où il a rencontré son homologue David Petraeus. Il a également eu des entretiens avec la présidente démocrate de la Commission du Renseignement du Sénat, Dianne Feinstein. Cette visite intervient après de nombreux autres allers retours de responsables israéliens et américains depuis le mois de septembre 2010.

Que préférez-vous? «METTRE LES PIEDS DANS LE PLAT!» OU «FAIRE L’ÉLOGE D’UN EXÉGÈTE QUI SOUTIENT QUE LA TERRE EST PLATE»

   

 

INQUIÉTUDE FACE AU FLOU ET À L’AGITATION
QUI RÈGNENT EN IRAN

Naama Rehoboam
Guysen.com, 1 décembre 2011

Entre l’attaque de l’ambassade de Grande-Bretagne, les sanctions internationales et les mystérieuses explosions: le monde semble avoir pris la mesure du danger d’un Iran nucléaire.

 

Les choses semblent se compliquer pour l’Iran. Après l’attaque ce mardi 29 novembre de l’ambassade du Royaume-Uni à Téhéran, Londres a fait évacuer son personnel diplomatique d’Iran. Tout en fermant l’ambassade iranienne, à Londres. Mercredi 30 novembre, la France a décidé de «rappeler en consultation» son ambassadeur à Téhéran. L’Allemagne lui a emboîté le pas.

 

«Les attaques contre toute représentation diplomatique ne sont pas acceptables. Et il est du devoir d'un pays d’assurer la sécurité de toutes les représentations diplomatiques», a déclaré Guido Westerwele, le ministre allemand des Affaires étrangères. Ces tourments diplomatiques se conjuguent avec la nouvelle vague de sanctions décidées contre le régime des mollahs.

 

Même si Téhéran menace de faire de son pétrole une arme politique et de fermer le détroit d’Ormuz, par lequel une grande partie du pétrole mondial transite, cette fois les conséquences pourraient être sans précédent. Tandis que les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada, ciblent les secteurs énergétique, pétrochimique et financier iraniens, Paris propose, ni plus ni moins, d’interrompre les achats de brut iranien. Il y a là de quoi porter un coup dur à l’économie de la république islamique.

 

Autre inquiétude pour l’Iran: les mystérieux événements du mois dernier, toujours non élucidés. Samedi 12 novembre, l'ouest de Téhéran, est secoué par l'explosion d'un dépôt de munitions des «Pasdaran», les Gardiens de la révolution. Parmi les 17 victimes officielles, figurait un poids lourd du régime: le général Mokadam, responsable en chef et expert numéro 1 du programme balistique iranien. Pour les autorités, il s’agit d’un accident. Lundi 28 novembre à 14h 40, une autre explosion a ébranlé Ispahan, la 3ème ville du pays. Puis 4 heures plus tard, l’agence de presse Fars, annonce qu’un centre d’enrichissement d’uranium a explosé.

 

Depuis ces annonces retentissantes, on assiste à un cafouillage complet au niveau des sources d’information. Selon l’agence Mehr, rien ne permet d’affirmer que l’explosion s’est produite à proximité du centre nucléaire. A en croire le site internet du journal Farhang e-Ashti, elle a eu lieu près d’une académie militaire. Pour Isna, c’est une station essence, qui a explosé. Contradictoires, les informations transmises par le régime ne présentent aucune garantie de crédibilité. En Israël et en occident, on garde le silence.

 

Au cœur de ces événements, le dossier du nucléaire iranien ne fait en tous cas plus sourire. La communauté internationale semble avoir pris la mesure du danger depuis le récent rapport de l’AIEA.

RIEN NE VA PLUS ENTRE LONDRES ET TÉHÉRAN
Éditorial
laregledujeu.org, 1 décembre 2011

En guise de représailles contre les sanctions qui pèsent actuellement sur le régime iranien (l’Iran étant soupçonné par l’Agence internationale de l’énergie atomique de développer un arsenal nucléaire), des étudiants bassiidjis (une milice islamiste iranienne) s’en sont pris ce mardi 29 novembre à l’ambassade britannique à Téhéran (on fait état de saccages importants, jets de pierres et de cocktails Molotov). Au lendemain de cette attaque, David Cameron a décidé de prendre des mesures drastiques contre le régime iranien. Le 21 novembre dernier, la Grande-Bretagne avait rompu tous les liens dans le secteur financier avec l’Iran. Hier, William Hague, le ministère des affaires étrangères, exigeait la fermeture de la représentation iranienne à Londres et le départ de son personnel dans les 48 heures. A Téhéran, une partie du personnel diplomatique britannique était évacué en cours de journée vers Dubaï, aux Émirats arabes unis.

 

La mise à sac de l’ambassade britannique a bien évidemment choqué la communauté internationale: le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon s’est dit indigné; la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, a qualifié cet acte d’affront à toute la communauté internationale; la porte-parole du gouvernement français, Valérie Pécresse a “condamné fermement l’attaque scandaleuse de l’ambassade de la Grande-Bretagne”. Le ministre des affaires étrangères Alain Juppé s’est quant à lui prononcé pour des “sanctions qui soient vraiment de nature à paralyser le régime: gel des avoirs de la banque centrale (iranienne), embargo sur les exportations d’hydrocarbures”.

 

En Iran, le personnel politique semble divisé, d’une part le ministère des Affaires étrangères exprimant “ses regrets pour le comportement inacceptable d’un petit nombre de manifestants”, d’autre part, l’aile dure du régime justifiant l’action des bassiidjis arguant que “la colère des étudiants” était due “à plusieurs décennies de politique dominatrice de la Grande-Bretagne en Iran”.

 

Nul ne sait jusqu’où cette crise pourrait aller, le Royaume-Uni a néanmoins averti l’Iran que cette affaire aurait des “conséquences graves”.  

TARIQ RAMADAN, LE PROFESSEUR
QUI A FAIT ACHETER SA TITULARISATION

Dépêche

postedeveille.ca, 30 novembre 2011

Dans la New English Review, Hugh Fitzgerald parle des dessous de la nomination de Tariq Ramadan comme titulaire d'une chaire d'études islamiques à Oxford, une tribune à l'apparence prestigieuse qui n'est rien d'autre que de la poudre aux yeux.

 

Sa crédibilité étant proche de zéro en Europe continentale, Tariq est parti à la conquête de l'Amérique du nord. Il participera à une autre méga conférence des Frères musulmans à Toronto à Noël. Heureusement, contrairement aux années passées, la conférence ne s'arrêtera pas à Montréal.

 

J’ai récemment posté un article paru dans le Oxford Student sur Mehdi Hashemi Rafsanjani, l’élève du bourreau [l’ayatollah iranien Rafsanjani, son père], ou tout du moins son fils.

 

Et nous apprenions il y a quelque temps que la London School of Economics avait honoré d’un doctorat (Ph.D) ce grand connaisseur de la condition humaine, Seif al-Islam, le fils du défunt Mouammar Kadhafi, et que la thèse du doctorat en question avait été écrite par d’autres que lui (dans la veine du scandale, dans les universités de tout le monde occidental, de ces riches Arabes, Perses, ou Pakistanais qui font appel à des plumes pour écrire leurs papiers); cela nous porte à croire qu’aucun de ces diplômes ne peut être pris au sérieux, qu’aucun de ces supposés lettrés n’a travaillé par lui-même, et qu’on doit les en soupçonner tant qu’il n’auront pas apporté la preuve du contraire, la preuve qu’ils ont effectivement étudié, et la preuve, dans une moindre mesure, qu’ils ont été effectivement formés à quelque chose.

 

Mais le pire scandale, c’est avant tout la nomination d’un certain propagandiste comme titulaire d'une chaire créée et payée par un sombre roitelet arabe (Ce dandin d’émir du Qatar? Ce si photogénique sultan d’Oman, tout en folklore avec son faucon sur la main? J’ai oublié lequel…), chaire créée dans le but précis de lui offrir le bon ascendant grâce auquel il peut mener sa campagne douceâtre et sinistre de promotion de l’islam dans tout le monde occidental.

 

Cet homme, avec sa titularisation achetée clés en mains, c’est Tariq Ramadan. Il est le petit fils d’Hassan El Banna, le fondateur des Frères Musulmans. Chacune de ses sorties publiques est l’occasion d’une nouvelle démonstration de taqiya et de kitman, d’un empilement de mensonges et de demi-vérités débités à un tel rythme qu’on ne peut les réfuter tous, que ce sera difficile de rétorquer, même pour l’adversaire le mieux préparé. Il a pendant un temps enseigné à Genève. Mais avec la publication du livre de Caroline Fourest («Frère Tariq») et sa mise en pièces lors de deux émissions à fortes audiences (l’une avec un Nicolas Sarközy à son meilleur, l’autre avec Alain Finkielkraut), il a été temps pour Tariq Ramadan de quitter les contrées francophones où bien trop de gens le connaissaient, et de filer vers les territoires anglophones du Dar al-Harb, à savoir l’Angleterre, et au-delà, le jackpot, les États-Unis. Mais tout d’abord, il a tenté sa chance aux Pays Bas. Il a réussi, à force d’argent arabe, à se faire créer une chaire dans une université des Pays Bas. Mais il a vite compris que cela ne marcherait pas, qu’il allait devoir rejoindre l’Angleterre, et donc Oxford ou Cambridge (même si l’Université de Londres, par le SOAS [School of Oriental and African Studies], l’aurait volontiers accueilli).

 

Tariq Ramadan ne s’est jamais résolu à n’être qu’un humble chargé de conférence au St Antony’s College [d’Oxford], où le département du Moyen Orient (contrairement à ceux, légitimes depuis toujours, de l’Europe de l’Est et de la Russie) était tenu d’une main de fer par Albert Hourani, qui en avait fait un moulin à diplômes pour les Arabes (parmi lesquels Rachid Khalidi), et s’y prélassait du haut de ses responsabilités, y dispensant ses faveurs à la façon d’un abbé gras en son monastère. Et donc il s’est fait créer une chaire à Oxford, une chaire instituée pour lui, et après un «recrutement international», une chaire qu’il a investie comme professeur, lui, Tariq Ramadan. Et est-ce que les responsables d’Oxford, ceux des départements d’études arabes, du Moyen-Orient, ou des études islamiques, ceux qui dépendent tant des contributions financières de ces riches arabes qu’ils courtisent sans cesse, ceux-là, est ce qu’ils se sont élevés contre ce titre de professeur acheté rubis sur l’ongle ? Non. Soit ils n’ont rien dit, soit, bien pire, ils sont tombés en pâmoison devant la justesse et la valeur d’une telle nomination. Tout cela donne la nausée.

 

Et pendant un temps, Tariq Ramadan a continué sa campagne, celle où il disait «nous [les musulmans] sommes là» et «nous sommes là pour rester» et «il n’y a rien que vous puissiez y faire», pour mieux montrer ensuite le visage de l’extrême affabilité, jusqu’à ce que des gens comme Ibn Warraq ou Ayaan Hirsi Ali ne le mettent KO à l’occasion d’un débat. Il a bien meilleur jeu à débattre avec ceux, occidentaux, qui tremblent à l’idée de croire ce qu’ils apprennent de l’islam, qui se refusent à le croire vraiment, qui aimeraient tant ne pas y croire, se convaincre qu’il n’y a en fait aucun problème, ou que, s’il y en a un, il pourra être facilement résolu.

 

Mais voilà dix mois que Tariq Ramadan a été exceptionnellement – pour lui – silencieux. Pourquoi? Et bien, qu’a-t-il à dire sur les événements d’Égypte, son pays d’origine? – quand bien même se croit-il fondé à se considérer comme européen, car il se trouve qu’il est certes né et a été élevé en Europe mais comme le fils fanatique d’un père fanatique, qui était lui-même le fils d’un grand père encore plus fanatique. Et bien, qu’a donc à dire Tariq Ramadan sur l’Égypte? Peut-il prendre le parti de cette minuscule opposition laïque et libérale, qui a si peur des Frères Musulmans? Bien sûr que non. Peut-il se faire le porte-voix de la persécution, des attaques meurtrières envers les coptes? Non, il ne le peut pas. Il ne le fera pas. Donc, il fait profil bas pour le moment.

 

Le Oxford Student devrait examiner les sources de financement de Tariq Ramadan, examiner comment il a été nommé titulaire d'une chaire à Oxford, examiner ses soi-disantes «brillantes études». Cela exigerait un travail de journalisme d’investigation de haut niveau. Mais cela en amuserait certainement plus d’un. Cela serait utile à toute la sphère académique de voir exposées au grand jour la pourriture et la corruption dues à cet argent arabe, cet argent qui n’afflue pas seulement pour construire des centres d’études islamiques dans des endroits comme Durham et Exeter, mais aussi pour que seuls y prévalent ceux qui souhaitent défendre la foi de l’islam, et éviter de subir des critiques émanant d’Arabie Saoudite, du Koweït et des Émirats – c'est-à-dire émanant des donateurs qui surveillent minutieusement qui est nommé aux postes clés de ces centres, et qui s’assurent qu’aucune voix indépendante ou critique n’y soit entendue.

 

Oui, il faudrait publier le feuilleton du «Comment Tariq Ramadan a-t-il obtenu sa chaire universitaire?» – à commencer par sa décision de quitter le monde francophone, par son faux départ aux Pays Bas, par son poste de chargé de cours au St. Antony ‘s College, et enfin ce stratagème de lui acheter une chaire, stratagème qui a si bien marché pour lui, et a fait tant de tort à l’image d’Oxford, et au moral des professeurs qui y méritaient leur nomination, et au moral de ceux qui n’ont jamais obtenu de titre de professeur mais étaient parfaitement au courant du scandale sous-jacent à la nomination de Tariq Ramadan.

 

Le scandale de ceux qui ont été admis comme étudiants a été traité comme il se doit (intéressant de noter d’ailleurs cette coutume des musulmans riches et puissants de vouloir étudier, ou faire étudier leurs enfants, autant qu’ils le peuvent dans le monde occidental – et pourtant ils ne se demandent même pas pourquoi les élites musulmanes, dans leurs propres pays riches mais misérables, cherchent tant à mettre leurs enfants dans des écoles chrétiennes ou occidentales, ou à les envoyer dans le monde occidental pour leurs études). Ici le fils Rafsanjani, là le fils Kadhafi, et encore là des dizaines de princes et princesses d’opérette – c’est si facile!

 

Mais le scandale de la nomination de Tariq Ramadan à la tête d'une chaire universitaire est d’une toute autre importance. Et il en va de même pour toutes ces manières qu’ont musulmans et non-musulmans idolâtres de l’islam de s’entraider, de s’embaucher les uns les autres, de se promouvoir les uns les autres, dans tous les départements académiques d’études islamiques ou moyen-orientales au Royaume Uni et dans tout le monde occidental.

 

Cela a été complètement dévoilé – entre autres par Martin Kramer. Mais il ne faut jamais relâcher les efforts en la matière. Pourquoi donc ne pas lancer une série d’articles, dans un grand quotidien de Londres plutôt qu’un journal d’étudiants d’Oxford, sur Tariq Ramadan et sa résistible ascension?

RACHID GHANNOUCHI FAIT L’ÉLOGE D’UN EXÉGÈTE SAOUDIEN
QUI SOUTIENT QUE LA TERRE EST PLATE

Dépêche

pointdebasculecanada.ca, 1 décembre 2011

Selon ce que rapporte le site tunisien BusinessNews.tn.com, Rachid Ghannouchi a récemment écrit un article faisant l’éloge d’Adbulaziz Ibn Baz (Ibn Baaz) (1910-1999), un exégète saoudien qui soutient que la terre est plate. L’article a été publié par le magazine saoudien Koll al Watan le 14 novembre dernier. BusinessNews.tn.com mentionne également d’autres positions défendues par Ibn Baz dans le passé. C’est cette portion de l’article qui est reproduite par Point de Bascule:

 

«On dit qu’en exil, Rached Ghannouchi aurait révisé sa stratégie, mais qu’en est-il réellement? Depuis le retour de son (leader en Tunisie), le mouvement islamiste prétend adhérer aux valeurs des libertés démocratiques et tente de se débarrasser de l’image d’épouvantail «tissée de toutes pièces», par des années d’obscurantisme et de Black-Out médiatique des deux dictatures tunisiennes.»

«Ennahdha change de ton mais peine à convaincre, ne pouvant donner, pour l’instant, aucune garantie sur sa sincérité. Et les prêches politiques de certains de ses dirigeants stigmatisant certains acquis de la Tunisie moderne et n’atténuant, en rien, les suspicions qui pèsent lourdement sur le mouvement.»

«Force est de constater que les dirigeants d’Ennahdha ne cessent de cumuler bourde après bourde et de présenter des discours pour le moins troublants et équivoques. Des dérapages dont nous retiendrons les déclarations qui ont attisé les foules, de Souad Abderrahim, indignée de voir aborder le sujet de la légalisation du statut des mères célibataires. Le discours enflammé de Hamadi Jebali en faveur de l’instauration d’un sixième califat. Les propos de Sadok Chourou, en faveur de la «charia-isation» de la constituante.»

«Ou encore, les dernières déclarations en date de Rached Ghannouchi, dans son article publié dans le magazine saoudien «Koll al Watan», en date du 14 novembre, et dans lequel il glorifie le Cheikh wahhabite «Abdulaziz Ibn Baz», ancien mufti d’Arabie Saoudite, connu pour être un salafiste des plus rétrogrades. Rached Ghannouchi va même jusqu’à déclarer que chaque musulman tunisien « était redevable au Cheikh Abdulaziz Ibn Baz».»

«Rappelons que ce cheikh, pour ceux qui l’ignorent, est un salafiste wahhabite, connu par certains pour sa grande piété, mais par d’autres par des fatwas en faveur de l’interdiction de la photographie, de la proclamation de la «rondeur de la terre» comme acte de mécréance ou encore, attestant qu’aucune personne n’a jusqu’à présent foulé le sol lunaire.»

 

La fatwa d’Ibn Baz sur la terre plate a été citée par le New York Times en 1995 et plus tard par WikiIslam: New York Times (12 février 1995): Muslim Edicts Take on New Force (Les édits musulmans prennent une nouvelle force) et WikiIslam: Le Coran et la Terre plate.

ÉGYPTE: LA VICTOIRE DES FRÈRES MUSULMANS,
LA SURPRISE SALAFISTE

Sarah Benhaïda
Cyberpresse.ca, 1 décembre 2011

 La commission électorale en Égypte publie jeudi les résultats officiels de la première phase des législatives, marquées selon les premières indications par la victoire des Frères musulmans, mais aussi la poussée des fondamentalistes sunnites du parti Al-Nour.

 

Le parti salafiste était jeudi présenté par la presse comme la véritable «surprise» de ce scrutin qui doit doter le pays d'un Parlement chargé notamment de former la commission qui rédigera la future Constitution.

 

 Ces fondamentalistes musulmans faisaient la Une du quotidien indépendant Al-Chourouq qui titrait «Al-Nour, la surprise du moment».

 

 Al-Ahram, journal gouvernemental, affirmait de son côté que «les salafistes créent la surprise en dépassant le parti «Liberté et Justice» des Frères musulmans dans plusieurs circonscriptions».

 

 Les Frères musulmans, qui sont pour la première fois en lice sous l'étiquette d'un parti politique légal, ont déjà revendiqué plus de 40% des voix dans ce scrutin marqué par une mobilisation inédite dans le pays.

 

 Ils sont suivis, selon eux, par le parti salafiste al-Nour et par les libéraux du Bloc égyptien, au coude à coude.

 

 Selon les estimations avancées par la presse, Al-Nour, fondé à Alexandrie après le soulèvement populaire de janvier-février qui a renversé Hosni Moubarak, obtiendrait 20% des voix dans cette première étape de législatives prévues sur quatre mois.

 

 Avant les résultats officiels attendus vendredi, les Frères musulmans ont réclamé que la principale force du Parlement soit chargée de former le prochain gouvernement en Égypte, où l'armée est aux commandes depuis la chute de M. Moubarak. (…)

LES MODÉRÉS FRÈRES MUSULMANS
APPELLENT À LA DESTRUCTION DE
“L’ANTÉCHRIST ET DE SON ARMÉE DE JUIFS”

David Ouellette
davidouellette.wordpress.com, 26 novembre 2011

“La question de Jérusalem demeurera au coeur de l’Oumma (nation islamique) jusqu’à ce que Dieu élimine la puissance raciste d’occupation et que même le dernier de cette Oumma combatte l’Antéchrist et son armée de Juifs”, écrit Abdul Rahman al-Barr, membre du Conseil de direction des Frères musulmans d’Égypte, sur le site web officiel de langue arabe du mouvement islamiste Ikwanonline.com, avant de poursuivre avec une hadith (dire de Mahomet) que l’on retrouve aussi dans la charte génocidaire du Hamas: “Abdullah Ibn Umar a relaté que le messager d’Allah, que la paix soit avec lui, a dit: ‘Vous combattrez les juifs jusqu’à ce que l’un deux se cache derrière un rocher et que le rocher dise: ‘O esclave d’Allah, il y a un Juif derrière moi, tue-le.”.

 

Ne cherchez pas cette sincère profession de foi antijuive sur le site de langue anglaise des Frères, où la confrérie islamiste se présente comme d’authentiques et modérés démocrates pour le bénéfice de journalistes et autres “experts” naïfs. 

IRAN’S BOMB NO LONGER HYPOTHETICAL: FOR ISRAEL, THERE’S NO MARGIN OF ERROR

IRAN’S ATOMIC COUNTDOWN

Peter Brookes
NY Post, September 14, 2011

Can anyone give me some good news on how the Obama administration’s doing (after 2 1/2 years) on preventing the Islamic Republic of Iran from developing nuclear weapons and the ballistic missiles that’ll carry them?

Didn’t think so.

The latest news suggests that, despite all the bloviating, finger-wagging and sloppy United Nations sanctions, there doesn’t seem to be much—if anything—holding back the ayatollahs’ atomic aspirations.

The always-cautious-and-slow-to-accuse International Atomic Energy Agency has come out with some startling info about Iran’s nuclear know-how recently: Iran is installing a new generation of centrifuges at its facility at Natanz, equipment that reportedly will allow Tehran to enrich uranium three times faster. Plus, Iran is outfitting its newnuclear facility at Qom with newcentrifuges—which experts believe will permit it to furtherincrease uranium-enrichment levels far beyond what’s needed for peaceful nuclear-reactor fuel.

The “fissile fortress” at Qom—located on a Revolutionary Guard base and securely tucked into the side of a mountain—is pretty clearly meant to produce the highly enriched uranium needed for the making of Iran’s first bombs.

It’s been estimated Iran already has enough low-enriched uranium on hand to produce enough highly enriched uranium for two to three bombs in relatively short order. And the IAEA…has “increasing concern” that Iran’s peaceful nuclear program has a military angle. That is, the IAEA fears Tehran is working on a nuke warhead to put that uranium in.

Courtesy of Russia, Iran’s first nuclear plant is also online now.… Tehran claims the Bushehr reactor is for power only, but many see a second use for the facility. At some point, the 1,000-megawatt nuclear plant—perhaps the first of many—could help Iran build a plutonium-based bomb, quickly pumping up the muscle of a nuclear arsenal.

Meanwhile, Tehran’s burgeoning ballistic-missile program is building the capacity to deliver those nuclear payloads. A number of countries, including [the US], claim Iran is violating a ban on its missile activities. UN Security Council Resolution 1929 bars Tehran from “any activity related to ballistic missiles capable of delivering nuclear weapons, including launches using ballistic missile technology.” Iran has been as busy as a beaver with its satellite program, which allows it to develop—under cover of a seemingly-innocent civilian space program—the same missile technology needed for long-range military missiles.

From all accounts, the various pieces for a nuclear Iran are rapidly falling into place, should the regime decide to cross the atomic threshold: sufficient fissile material, a warhead to put it in and a vehicle to deliver it to a target. And all of this atop other recent troubling tales, such as word that Tehran is facilitating al Qaeda operations, including the movement of operatives, money and (probably) arms into Pakistan and Afghanistan. Not to mention its…political and social repression at home; meddling in Egypt and Bahrain; supporting Syria’s bloody crackdown—and its arming of the Taliban and anti-US militias in Iraq.

Bottom line, there’s nogood news regarding Iran. The situation is getting worse on a number of fronts, especially concerning the mullahs’ drive to build an arsenal of nuclear missiles. It should be plain to even the most casual observer that what we’re doing isn’t moving us in a direction of increased security, but the exact opposite. We need a new game plan for Iran now, Mr. President—before it’s too late.

(Peter Brookes is a Heritage Foundation senior fellow
and a former deputy assistant secretary of defense.)

NO MORE HYPOTHETICALS:
IRAN ALREADY IS A NUCLEAR STATE

Greg Jones

New Republic, September 9, 2011

The question of Tehran’s status as nuclear power is a genuine matter of concern for international policymakers, but they have become far too accustomed to treating it as a perpetual hypothetical. The assumption has always been that Iran would never get a nuclear weapon, because the West would have enough advance warning to prevent that from happening, whether by means of diplomacy or force.

Unfortunately, the time for hypotheticals has passed. Given the latest advances in Iran’s enrichment program, and the weaknesses of the international community’s existing monitoring, we must reckon with the fact that we likely won’t have time to preempt Tehran’s efforts to build a nuclear bomb. The international community has no choice but to already treat the Islamic Republic as a de facto nuclear state.…

Indeed, it’s indisputable that Iran already has sufficient infrastructure in place to make highly enriched uranium (HEU). Iran would not even need to expand the centrifuge enrichment facilities it has used to make low and medium enriched uranium. It could simply continue the process and produce HEU using its existing centrifuges by a method known as “batch recycling”.

Given Iran’s current enrichment capacity and its current stockpile of low and medium enriched uranium—information acquired through inspections by the International Atomic Energy Agency (IAEA)—I estimate that Iran can produce enough HEU for a nuclear weapon in about eight weeks from the time it decided to do so. That timeframe will shrink to only about four weeks by the end of next year, as Iran’s enriched uranium stockpiles and enrichment capacity continue to increase.…

It’s important to note that we can not reliably depend on the IAEA to warn us of Iran’s progress toward a nuclear weapon. As much as the IAEA claims that its safeguards are intended to provide “timely detection of the diversion” of nuclear material sufficient to produce a nuclear weapon, they are not designed with nearly enough immediacy given the current state of nuclear enrichment science. HEU can now easily be converted into a nuclear weapon within a week’s time—a period that renders IAEA safeguards entirely toothless, as it’s hardly enough for “timely” warning to be delivered and effective measures to be developed to prevent a bomb’s manufacture.…

That’s not to say that…Iran [will] divert nuclear material from IAEA safeguards anytime soon. After all, why should it? It can continue to move ever closer to the HEU required for a nuclear weapon with the blessing of the IAEA. Iran would only need to divert nuclear material from safeguards when it would want to test or use a nuclear weapon. Recall that the U.S. was unable to certify that Pakistan did not have nuclear weapons in 1990, but it was only in 1998 that it actually tested a bomb.…

We should accept that Iran already represents a…nonproliferation policy failure.… Sanctions on Iran and sternly worded U.N. Security Council resolutions have not slowed, let alone stopped Iran’s enrichment effort. Nor does there appear to be any realistic military options to stop Iran.…

As a nonproliferation failure, it is not, of course, the first of its kind, resembling as it does the failures that allowed Pakistan and North Korea to ascend to the status of nuclear powers. But the fact that it is not unprecedented does not diminish the risks involved. As the United States’ policies towards Pakistan and North Korea illustrate, now that Iran is a de facto nuclear weapon state, there is little that can be done except to hope that these countries can maintain control over their nuclear weapons. The costs we face if something goes wrong—a nuclear detonation in cities such as Tel Aviv or New York—are horrific, even unimaginable. But one thing that’s already clear is that naive optimism doesn’t do us any good.

(Greg Jones is a defense analyst and a senior researcher
at
The Nonproliferation Policy Education Center in Arlington, VA.)

ISRAEL HAS NO MARGIN FOR ERROR WHEN IT COMES TO IRAN

National Post, September 3, 2011

The following is excerpted from Hirsh Goodman’s
The Anatomy Of Israel’s Survival

Of all the existential threats Israel faces…common wisdom has it that Iran is at the top of the list. Iran is maniacally dedicated to Israel’s destruction, and says so on every occasion, in every language, and at every opportunity. By now even the parrots in the Tehran zoo can repeat the mantras of hatred calling for Israel to be wiped off the map, its people sent back to Poland, Palestine liberated, for the cancer to be removed from Arabia, and the West’s agent of evil, Israel, crushed and expelled.

Not since Hitler have the Jewish people theoretically faced such a threat. Half of the world’s Jewish population currently lives in Israel. Now, like then, the Jews actually have very little to do with the problem, but provide a convenient whipping boy for the Iranian regime and its aspirations of regional hegemony and control of the Gulf. Israel has no unavoidable disputes with Iran once you get past its right to exist—no common borders or contested resources. The two countries’ armies have never clashed. Yet it is ostensibly because of Israel that Iran is rushing to attain nuclear weapons and expending considerable amounts on missile and satellite programs, among the other weapons it is amassing for its day in the field with the Jewish state. Or so Tehran says.

A nuclear Iran, it is now recognized, is not Israel’s problem alone. It possesses missiles that bring the Gulf states, Egypt, Turkey, Europe and Russia all within reach. A nuclear Iran would be transformative, a country not easily gone to war against, and one that will have considerably more power on the regional stage. And if Iran goes nuclear, it is almost certain that Turkey and Egypt will accelerate their own programs and Saudi Arabia would buy an off-the-shelf bomb from Pakistan. Libya agreed to dismantle its nuclear program in December 2003. The international crisis that broke out with Colonel Gaddafi’s regime in March 2011 would have looked very different had Gaddafi had the bomb.

A nuclear Middle East is in no one’s interest; therefore, opposition to the prospect is wide. The United States, China and Russia have imposed sanctions on Iran in the hope of impeding the bomb. Israel and Saudi Arabia find themselves on the same side of the fence.

But Iran is Israel’s problem most of all. No other country is existentially threatened by Iran, in a position to suffer irreparable damage if attacked with nuclear weapons. Those imposing sanctions and locked in diplomacy to try to resolve the problem are involved in global power play, not a life-and-death situation. Iran is not calling for the destruction of Turkey or Saudi Arabia, and if America, China or Russia loses the game, as they indeed might, it is not their heads that will be on the chopping block.

For Israel, there is no margin for error. Over 70% of Israel’s population, one-third of all the Jews in the world, and its ports, airports, refining capacities and industry are located along the coastal plain, 161 miles long from north to south and some 10 miles deep, about the size of an average game park in Africa. I took a helicopter ride recently, taking off from the Herzliah airfield just north of Tel Aviv. Hardly 600 feet in the air and you see it all in the palm of your hand, from Ashkelon shimmering in the south to the Haifa bay and Acre in the north, the cities of Holon, Rehovot, Nes Tsiona, Petah Tikva, Netanya, Ramat Gan, Kfar Saba, all packed together like eggs in one basket. Along the coast are the chimneys of power stations and desalination plants, ports and tourist areas. The highways to either side are packed with afternoon traffic and the new office and residential towers that have sprouted up between Tel Aviv and Ramat Gan, glowing in the sunset. In one glance you can see five of the country’s major universities, all of its ports, its major international airport, highways, railways, and the centre of its business life. I remember the pictures from Hiroshima and Nagasaki and think of what happened there. Imagine the devastation of a bomb five, 10, 100 times more powerful in an area as dense as this one…would be, to use a phrase attributed to Moshe Dayan, “the destruction of the Third Temple.” Everything would be lost. There would be no second chance.

The Iranians know this; hence the temptation, the dream, that it could be done, even knowing that Iran would suffer terribly as a result. But with a population 10 times that of Israel and a country 75 times as large, Iran reckons that no matter how harsh the punishment meted out in return for attacking Israel, it would be mauled, not killed. In this context, none of the symmetry and deterrence that kept the Cold War cold applies.… Iran’s regime is based on brute power; its calculations cannot be put into a rational context. From Israel’s point of view, they must be taken at their word. To do otherwise would be to invite catastrophe.…

COLUMBIA STUDENTS VS. AHMADINEJAD

Arnold Ahlert
FrontPage, September 23, 2011

On September 10th, an article was published in the Columbia Spectator, Columbia University’s student newspaper, announcing that 15 members of the Columbia International Relations Council and Association (CIRCA) would be attending a private dinner with Mahmoud Ahmadinejad. It was supposed to take place on September 21st, while the Iranian despot was in New York to deliver a speech before the United Nations General Assembly. CIRCA vice president of academics, Tim Chan…noted that the prospect was well received by group members. “Everyone was really enthusiastic,” Chan said. “They’re thrilled to have this opportunity.” Other Columbia students, notably Jacob Snider, David Fine, Eric Shapiro, and Sam Schube, were far less enthusiastic. They mobilized against the event, and after Iran’s mission to the United Nations rescinded the invitation to CIRCA due to the adverse publicity, the group held a rally protesting the Iranian tyrant anyway.

“A group of like-minded friends and I decided to initially protest a private off-the-record dinner between [CIRCA students] and Ahmadinejad,” explained rally organizer Jacob Snider.… After reading the news of the dinner in the Spectator, [Snider] was compelled to act: “I sat with [the news] for a couple of hours.… I was walking on campus and looking around, and I saw people having normal conversations, and it just wasn’t sitting well with me.…”

Snider then contacted his friend David Fine.… “I called and asked him if he’d heard about the dinner. He said yes and thought it was ridiculous, but he didn’t know what was going on or what to do about it. I said ‘consider me your ally and let’s do something together.…’ We used the power we had at our disposal and did something.” That something turned into a rally in which the original name, “Just Say No To Ahma(dinner)jad” gave way to “Just Say No to Ahmadinejad.…”

Fox Newsoriginally reported that Columbia president Lee Bollinger would attend the dinner and that the university itself had sponsored it. This apparently was not the case, but the news prompted the Shurat HaDin-Israel Law Center in Tel Aviv to send a letter to Bollinger condemning the invitation and threatening legal action. “Hosting Ahmadinejad at a banquet is not merely morally repulsive: it is illegal and likely to render Columbia University and its officers both criminally and civilly liable,” said the letter from the center.…

In 2007, Bollinger had in fact invited the Iranian president to speak at the university, despite much controversy. “It should never be thought that merely to listen to ideas we deplore in any way implies our endorsement of those ideas, or the weakness of our resolve to resist those ideas, or our naiveté about the very real dangers inherent in such ideas,” Bollinger said at the time. “It is a critical premise of freedom of speech that we do not honor the dishonorable when we open the public forum to their voices. To hold otherwise would make vigorous debate impossible.”

And while Bollinger was critical of Ahmadinejad in his opening remarks, calling him a “reprehensible and dangerous figure who presides over a repressive regime,” there were times during the speech when Columbia students applauded the Holocaust-denying Iranian president. Reflecting on the 2007 event, Snider conceded that there was a “distinct difference between an open forum, or a public sighting or speaking, versus a private dinner.… You have dinner with family and friends. You don’t have dinner with hated world leaders and people who commit crimes against their own citizens.”

When the CIRCA invitation was revoked, the group of protesters decided that this was not the time to abandon the campaign. “Once we realized the dinner had been canceled, we moved to continue the rally under the premise of a more general protest of the human rights violations that take place every day in Iran—perpetrated by Ahmadinejad,” said Snider.…

Those attending the rally heard from former Iranian political prisoner Shirin Nariman, who addressed the crowd that had gathered in front of East Campus. “When I was 17, I had a 13-year-old friend who was arrested and killed,” she said. “This is the oppressive Iranian regime, and we need to reject such a regime and their representatives, which is Ahmadinejad.” She then honed in her opposition on the dinner and the focal point of the rally. “It’s morally wrong. It shouldn’t be done,” Nariman said. “Many people were killed for a dictator to come to power. Is this what Columbia wants to associate with?…”

Jacob Snider was proud of what he and his fellow organizers accomplished.… Noting the reality of student apathy, Snider was moved by the recognition and the knowledge that other students had been reached by the group’s message. He concluded: “I think it’s good for the spirit of saying what you believe.… We wanted to put our beliefs into action, not just go back to class and “say yeah, well.…”

Indeed. The success of this counter-campaign demonstrates that a few courageous voices, who make the effort to be heard, can become a powerful tool for truth.