Tag: Islamisation

JORDAN-SYRIA TENSION — ASSAD’S ADVANCE THREATENS AMMAN’S STABILITY: ISRAEL, WATCHFUL, WAITS


Contents:                          
Download a pdf version of today's Daily Briefing.

 

Jordan Jittery as Assad Troops Advance: Osama Al Sharif, Al-Monitor, June 9, 2013—Reports of a major military breakthrough by the Syrian army in Qusair, a strategic town close to the Syrian-Lebanese border, and surrounding areas last week [June 4-7] have given Jordan — which has felt the grave impact of more than two years of instability in its northern neighbor — the jitters.

 

Jordan is Reforming Without a Revolution: Hamada Faraenah, Al-Ayyam (P.A.)., June 9, 2013—Jordan is not safe from having major demonstrations by partisan and union bodies that oppose the government’s economic and social policies. Jordan has the factors that caused the Arab Spring wave, which started in Tunisia before moving to Egypt, Libya and Syria.

 

Ex-Jordanian Spy: Abdullah is Anti-Israel: Rachel Avraham, Jewish Press, May 19, 2013—Ouni Abed Botrous Hadaddeen is a former senior level Jordanian agent who is Christian. He defected from Jordan because he objected to the Jordanian monarchy’s practice of assassinating Jordanian citizens who have protested against the current regime.

 

Jordan, a Fake Country: Batya Medad, Jewish Press, June 10, 2013—Jordan’s land was supposed to be part of the Jewish State.  When the League of Nations assigned Great Britain the responsibility to prepare former Turkish land aka Mandated Palestine to be the Jewish State, it included both sides of the Jordan.

 

On Topic Links

 

Canadian Military in Jordan for Exercise: Lee Berthiaume, National Post, June 10, 2013

Jordan’s Secular Opposition: Plan B for Jordan: Mudar Zahran, Jewish Press, June 10, 2013

Jordan Threatens to Expel Syrian Envoy: Jerusalem Post, June 7, 2013

The Agreement on Jerusalem btw the P. A. and Jordan: Lt. Col. (ret.) Jonathan D. Halevi, JCPA, Apr. 4, 2013

Jordan’s Syria Problem: Nicolas Pelham, New York Review of Books, Jan. 10, 2013

 

 

JORDAN JITTERY AS ASSAD TROOPS ADVANCE 

Osama Al Sharif

Al-Monitor, June 9, 2013

 

Reports of a major military breakthrough by the Syrian army in Qusair, a strategic town close to the Syrian-Lebanese border, and surrounding areas last week [June 4-7] have given Jordan — which has felt the grave impact of more than two years of instability in its northern neighbor — the jitters. Commentators have tried to analyze the effect of this victory by Syrian President Bashar al-Assad's regime over rebel forces, who had to flee the town after a siege by the regular army and Hezbollah forces that lasted more than two weeks. The pressing question on everyone’s mind was this: Can Assad survive and win?

 

The answer to this question may determine the future stability of the Hashemite Kingdom of Jordan. For months, since the eruption of the Syrian uprising in March 2011, Jordan has embraced a calculated position, calling for a political solution to the conflict and rejecting foreign intervention. But it also backed efforts to depose Assad and allow for a transitional phase so that the Syrian people could choose a new leadership. It was a tough line to follow.

 

Meanwhile, Jordan has opened its borders to hundreds of thousands of Syrian refugees whose presence exacerbated the country’s economic problems. It has also received defecting officers and senior officials, including a sitting prime minister. The Damascus regime did not appreciate Jordan’s position, especially after allegations that Amman had allowed Jihadists and shipments of weapons to cross into Syria. At one point, Assad threatened that the fire in Syria would not spare Jordan.

 

Jordanians remain divided, though not equally, in their perception of the Syrian debacle. The majority supported the uprising, but die-hard Arab nationalists and Baathists stood by the Damascus regime. Under pressure from the United States and Gulf countries, Jordan slowly abandoned its calculated policy on Syria and joined the anti-Assad camp. In May, Amman hosted a meeting of the so-called Friends of Syria core group and signed onto a statement that called for Assad to leave power. The thin red line had been crossed, and Jordan found itself on the opposite side.

 

Still, Jordan did not evict the Syrian ambassador in Amman, Bahjat Suleiman, or hand over the embassy to the opposition. It thought that it could still manage its relations with Damascus and stay within the enemies of Assad's group. Suleiman, an ardent critic of Jordan, launched a scathing attack on the government for hosting the Friends of Syria group and later for announcing that it will deploy a Patriot anti-missile system along its northern borders. The batteries will arrive in Jordan, along with F-16 jet fighters, as part of multinational military exercises that will be held here, under the name of Eager Lion, later in June.

 

After Suleiman’s attack on Jordan, which he posted on Facebook, Jordan’s Foreign Minister Nasser Judeh warned the envoy that he risks being expelled if he does not stop criticizing his host. “This is a final warning,” Judeh told the Associated Press. “Failing to commit, Suleiman risks becoming persona non grata,” he said.

It was another indication that the tension between Amman and Damascus has reached a boiling point. Jordan’s parliament is also pressuring the government to expel the Syrian ambassador. Suleiman had said that the answer to the Patriot system was the Iskandar missiles — a variation of Scuds that could reach northern Jordan.

 

The possibility of Assad surviving the civil war has raised questions about the future stability of Jordan. Pundits in Amman are worried that a vindictive Assad could retaliate by destabilizing Jordan. In a major foreign policy speech last week, Arizona Republican Sen. John McCain warned that Assad will not end the two-year-old civil war that has killed more than 80,000 Syrians as long as he is winning on the battlefield, and anyone who thinks otherwise is “delusional.” Speaking at the Brookings Institution in Washington, McCain said, “Jordan cannot last under this present scenario as we’ve seen; fighting has started in Lebanon and this thing could spread and engulf the entire Middle East in a civil war.”

 

McCain called on the Obama administration to renew US leadership in the Middle East and develop a credible Syria strategy. While the battle for Qusair will not decide the fate of Syria, many Jordanians believe that recent victories against the rebels in the Damascus countryside and along the Damascus-Amman highway will pave the way for attempts to take over Aleppo, Deraa and Homs from the rebels.

 

Amman still supports a political deal, in the form of the Geneva II peace conference, but there are signs that the meeting faces many logistical difficulties. Jordan stands to lose the most from a major shift in the military situation in Syria. While few are talking about Assad’s political survival, Amman is worried that divisions within the Syrian National Coalition and the retreat of the Free Syrian Army could strengthen Assad’s position and might have dire effects on Jordan’s stability.

 

Even if that does not happen for now, Jordan is already facing grave challenges in hosting half a million Syrian refugees. This week, a senior UN official said that the number of refugees in Jordan could swell to one million by the end of the year. The UN is launching a historic appeal to collect more than $5 billion to help host countries deal with the Syrian refugee problem. Jordan was forced to abandon its calculated policy on Syria. Now it appears as one of the biggest regional losers if the Assad regime survives or if the war drags on for a few more years. Either way, Jordan is feeling the heat.

 

Osama Al Sharif is a veteran journalist and political commentator based in Amman, Jordan, who specializes in Middle East issues.

Contents

 

 

JORDAN IS REFORMING WITHOUT A REVOLUTION

Hamada Faraenah

Al-Ayyam (P.A.)., June 9, 2013

 

Jordan is not safe from having major demonstrations by partisan and union bodies that oppose the government’s economic and social policies. Jordan has the factors that caused the Arab Spring wave, which started in Tunisia before moving to Egypt, Libya and Syria. The Arab Spring may keep moving to other countries, both monarchies and republics, because the same conditions exist in those countries. The people reject regimes built around a single person, family, party or ethnicity. The factors that lead to the Arab Spring are:

 

    The lack of independence and sovereignty standards. The placing of foreign interests above national interests. Foreign armies and unfair foreign agreements control the Arab order. Arab countries have a high debt burden. Some regimes receive military protection from the West. All that is helping maintain the occupation of Palestine, Syria, Iraq and southern Lebanon. There are foreign military bases in the Arabian Gulf. Binding agreements have been imposed on Jordan, Egypt, Yemen, Djibouti and others.

 

    The lack of democracy, pluralism and peaceful transfer of power through the ballot box.

 

    The lack of social justice and the poor state of health services, housing and transportation. The unfair distribution of wealth. The high poverty rates and the widening gap between rich and poor, which causes conflict.

 

The above conditions do apply to Jordan. But the country has so far not experienced a popular revolution like other Arab countries. Rather, Jordan achieved positive, reasonable and balanced results for many reasons:

 

    The Jordanian opposition is weak and fragmented. It took contradictory positions, such as its position on the National Dialogue Committee or on whether to participate in the parliamentary elections. The opposition is composed of the Muslim Brotherhood as well as nationalist and leftist parties. There are also the youth who mistakenly think that they are a substitute for the two traditional camps. As a result, Jordanian demonstrators have been divided and did not attract the general population. Therefore, the impact of Jordanian demonstrators was limited.

 

    Most Jordanians fear the devastating effects of the Arab Spring, as happened in Libya, Syria and Iraq. Jordanians want reform and change, but most of them don’t want to see violence, like what happened in Maan for example. Jordanians are reluctant to join the protest movement, even though they do wish to see reform and gradual democratic change.

 

    That the Arab Spring allowed the Muslim Brotherhood to reach power in the Gaza Strip, Egypt and Tunisia has made the Jordanians wary of making moves that would replicate the same result in their country.

 

    The Jordanian leadership has been responsive to change. It did not clash with the protesters but tried to accommodate them. The king accurately read the changes sweeping the Arab world. He spoke about a constitutional monarchy, parliament and political parties — terms that used to be forbidden. He amended the constitution. As much as one-third of the constitution was changed. He issued a new electoral law. The new law allows for national electoral lists, created an independent supervisory body and redresses electoral transgressions through the courts.

 

Despite that, the king said that more changes will be made and that there will be further constitutional amendments. He described the election law as “not ideal.” Improving the electoral law is on the current parliament’s agenda.

 

Jordan is still at the heart of the change process. It has averted violence so far. Most Jordanians — including the king, the nationalists and the leftists — believe in gradual change toward a constitutional monarchy having an elected parliament, despite the forces pushing in the opposite direction. Those regressive forces include the conservatives, which are backward and reactionary, and the Muslim Brotherhood, which does not believe in religious, ethnic, ideological or partisan pluralism.

 

Contents

 

 

EX-JORDANIAN SPY: ABDULLAH IS ANTI-ISRAEL

Rachel Avraham

Jewish Press, May 19th, 2013

 

Ouni Abed Botrous Hadaddeen is a former senior level Jordanian agent who is Christian. He defected from Jordan because he objected to the Jordanian monarchy’s practice of assassinating Jordanian citizens who have protested against the current regime. Ouni was born to the tribe of Hadadeen, which is supportive of the Hashemite dynasty that has traditionally filled significant positions within the Jordanian government and armed services.

 

While he worked as a senior level Jordanian intelligence “collaborator” (spy), Ouni was ordered by the Jordanian government to confront anti-government protests and to lead counter protests in support of the Jordanian monarchy. In addition, he was told to write articles within the Arab media in support of the Jordanian government to prevent Jordan’s power base from collapsing, as was the case in Egypt during the “Arab Spring.” Hadaddeen claims that supporting the current Jordanian regime is not in the best interest of Israel and has accused Jordan’s King Abdullah of manipulating the Jordanian people to have negative views and even hatred of Israel.

 

Hadaddeen is presently a political refugee in Norway, while his family remains within Jordan. He claims that the Jordanian government has constantly threatened to rape and murder his wife and three young daughters. When asked if the threats were credible, Ouni said that rape is a systematic tool used by the Jordanian intelligence and the fact that he is Christian, rather than from a Muslim tribe, makes the regime less concerned about repercussions. Despite the threats, Hadaddeen continues to be an outspoken advocate against the Jordanian monarchy, out of the belief that at this point only public exposure will help his family.

 

There is evidence to back up Ouni’s claim that the Jordanian regime is fomenting hatred for Israel among the Jordanian people. The Jordanian educational system, instead of teaching the country’s youth to peacefully co-exist with Israel, educates youngsters that Palestine was stolen by the Jews. A report published by Anti-Semitism and Xenophobia Today, states that in Jordanian school textbooks, “references to Zionists as agents of imperialism and proponents of expansionists’ schemes […] occur.” Many of the anti-Israel textbooks that are presently used within Palestinian schools were originally Jordanian textbooks.

 

However, according to Hadaddeen, it seems that the Jordanian regime doesn’t merely publish anti-Israel textbooks. “One of the main foundations of King Abdullah’s regime is establishing hatred for Israel under the table,” Hadaddeen reports. He says that:

 

During the protests, [Abdullah] would tell Jordanian intelligence operatives, with me only being one of them, to sneak into protests and chant anti-Israeli slogans, both to distract the attention of people from the king and to give the impression that if he falls, Israel will be next.

 

Furthermore, a year and a half ago, the Jordanian intelligence establishment organized a massive march to the Israeli border, where Jordanians were told to “cross the border into Palestine.” But when Jordanians began to attempt to cross the borders, Jordanian intelligence officials attacked the protesters. Hadaddeen said this was a ploy in order to convince the Israelis that it was in their best interest to keep the Jordanian king in power.

 

Hadaddeen said that after the Israeli diplomatic mission was evacuated, as a result of this march, Jordanian intelligence officers went into the streets and proclaimed, “Haha, the Israeli chickens have left.” Hadaddeen compares the Jordanian king to Yasser Arafat, claiming that they are both double-faced. Just as Arafat told westerners he was dedicated to peace yet called for shahids among his own people, the Jordanian king portrays himself as the lone front against the Islamists, while getting his intelligence people to organize Islamist, anti-Israel and pro-regime protests, as the secular opposition, opposed to terror, is persecuted.

 

Unlike the situation in Egypt during the Arab Spring, the Muslim Brotherhood in Jordan was and is on the same side as the regime. As Zaki Bani Rushied –leader of the Islamic Action Front Party—the Brotherhood’s political arm—informed the media, “The people of Jordan have chosen to reform the regime; people can choose to topple the regime or reform it, and here in Jordan we have chosen to reform the regime.”

 

Indeed, Hadaddeen asserts that in Jordan the Muslim Brotherhood is a “tool used by the king himself.” He said that the Jordanian king is “using the Muslim Brotherhood to terrorize Israel. He would meet them, and this is documented by media, and one day after they would start massive protests against Israel. It is not even a secret.”

 

Hadaddeen made the claim that in Jordan not a single Muslim Brotherhood member is in jail, and their members drive brand new German cars, in a country where such things are considered an extreme luxury. Hadaddeen described the cooperation between the Jordanian monarchy and members of the Jordanian Muslim Brotherhood, claiming that the Jordanian monarchy has supported the Muslim Brotherhood for decades.

 

Hadaddeen decided to abandon the Jordanian monarchy mainly because of the killings that have taken place “under the radar,” that have gone unreported in mainstream media. He claims that “they have been doing a lot of killing.” A Jordanian named Khairi Jameel, who was mildly injured while protesting against the Jordanian government, apparently was murdered by Jordanian intelligence upon boarding an ambulance.

 

Hadaddeen is certain that the regime attempted to make an example out of him. “I was there that day leading the pro-monarch counter-protests, and we were told by our intelligence officer someone was going to get killed that day. I saw Khary Jameel boarding the ambulance alive with a minor injury, pronounced dead hours later.” Hadaddeen believes that since that he is a Christian, he has dispelled the Jordanian government’s “facade to the western media” that all opposition members are Islamists.

 

Contents

 

 

JORDAN, A FAKE COUNTRY

Batya Medad

Jewish Press, June 10, 2013

 

Jordan’s land was supposed to be part of the Jewish State.  When the League of Nations assigned Great Britain the responsibility to prepare former Turkish land aka Mandated Palestine to be the Jewish State, it included both sides of the Jordan. But it didn’t take long for Britain to give Transjordan aka the East Bank of the Jordan to the Hashemites, from Saudi Arabia. They financially and diplomatically supported their new/fake/pet country for decades.

 

The inevitable is starting to happen.  There are serious cracks in the Hashemite Kingdom.  There’s a limit how long foreigners can rule.

 

For the last two years, Jordan has been witnessing regular protests calling for reform, with some demanding the king give up his powers. On November 15, 2012, massive protests broke out in Jordan after the Jordanian government, in compliance with the requirements of the International Monetary Fund, raised fuel prices. Protests, as The Independent noted, swept the country, “with most chanting for toppling the regime” despite the fact that protesters had previously “rarely targeted the king himself.”

 

For the first time, the Palestinians engaged fully in the protests; As Al-Jazeera reported, Palestinians, including those from refugee camps, have been fully involved, calling for toppling the regime in most of their major residential areas, including the Al-Baqqa refugee camp, the Al-Hussein refugee camp, close to downtown Amman, Douar Firas, Jabal Al-Nuzha, and the Hitteen refugee camp. [Mudar Zahran, Jewish Press, June 10, 2013]

 

And there’s also a limit how long a country without any real history, common culture etc can stay united and peaceful.  The land was pretty empty when Britain invented Jordan.  It was easy to give it to the Hashemites, because there had never been more than nomads, villages and towns.  There was no regional culture.  There had never been an independent country based only in that part of the work.  It had been part of the Biblical Jewish Kingdoms, from the time of Joshua, which even predates the kings.  Two and a half Jewish tribes lived there, their capital being Shiloh and later Jerusalem.

 

Anarchy on the other side of the Jordan, visible from my home in Shiloh, will probably last quite a while.  Actually, Israel is usually safer when Arabs fight each other.  The only thing that unites them is their aim to destroy the State of Israel and murder/terrorize Jews. Let them continue to fight each other.

 

Contents

 

Canadian Military in Jordan for Exercise Amid Reports Assad’s Forces in Syria on Verge of  Breakthrough:Lee Berthiaume, Postmedia News June 10, 2013—Canada is one of 19 countries participating in a major military exercise in Jordan that is taking place amid reports government forces in neighbouring Syria are on the verge of a breakthrough against rebel forces.

 

Jordan’s Secular Opposition: Plan B for Jordan: Mudar Zahran, Jewish Press, June 10, 2013—For the last two years, Jordan has been witnessing regular protests calling for reform, with some demanding the king give up his powers.  On November 15, 2012, massive protests broke out in Jordan after the Jordanian government, in compliance with the requirements of the International Monetary Fund, raised fuel prices.

 

Jordan Threatens to Expel Syrian Envoy: Jerusalem Post, June 7, 2013—US ally Jordan threatened on Thursday to expel Syria's ambassador, after he warned the kingdom Syrian missiles could be used against Patriot batteries due to be deployed soon along their border.

 

The Agreement on Jerusalem between the Palestinian Authority and Jordan: Lt. Col. (ret.) Jonathan D. Halevi, JCPA, Apr. 4, 2013—On March 31, Mahmoud Abbas (Abu Mazen), in his role as leader of the PLO, president of the state of Palestine, and chairman of the Palestinian Authority, signed an agreement on the safeguarding of Al-Quds (Jerusalem) and its holy places with Jordan’s King Abdullah II.

 

Jordan’s Syria Problem: Nicolas Pelham, New York Review of Books, Jan. 10, 2013—While Jordan’s own secular monarchy contends with hundreds of thousands of newly arrived Syrian refugees, it is fearful that the conflict is also creating a powerful cause for its own restless Islamists.

Top of Page

 

 

Visit CIJR’s Bi-Weekly Webzine: Israzine.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing is available by e-mail.
Please urge colleagues, friends, and family to visit our website for more information on our ISRANET series.
To join our distribution list, or to unsubscribe, visit us at http://www.isranet.org/.

The ISRANET Daily Briefing is a service of CIJR. We hope that you find it useful and that you will support it and our pro-Israel educational work by forwarding a minimum $90.00 tax-deductible contribution [please send a cheque or VISA/MasterCard information to CIJR (see cover page for address)]. All donations include a membership-subscription to our respected quarterly ISRAFAX print magazine, which will be mailed to your home.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing attempts to convey a wide variety of opinions on Israel, the Middle East and the Jewish world for its readers’ educational and research purposes. Reprinted articles and documents express the opinions of their authors, and do not necessarily reflect the viewpoint of the Canadian Institute for Jewish Research.

 

 

Ber Lazarus, Publications Chairman, Canadian Institute for Jewish ResearchL'institut Canadien de recherches sur le Judaïsme, www.isranet.org

Tel: (514) 486-5544 – Fax:(514) 486-8284 ; ber@isranet.org

QUÉBEC, QATAR, TOULOUSE, IRAN…

 

 

 

QUÉBEC: L'IMAM SAÏD JAZIRI, UN MANIPULATEUR
Dépêche

Postedeveille.ca, 2 avril 2012

L'imam islamiste Saïd Jaziri, un Tunisien, a été expulsé du Canada en octobre 2007 pour avoir menti aux autorités lors de sa demande d'asile politique. Il avait omis de déclarer qu'il avait fait usage de faux passeports et qu’il avait un casier judiciaire en France et en Tunisie. Il accuse maintenant le Canada de l'avoir «envoyé directement à la torture». Voir l'article de Taïeb Moalla dans le Journal de Québec, au titre trompeur: Le Canada a envoyé Saïd Jaziri à la torture. Pour un portrait de cette fripouille, lire l'article de Me Ftouh Souhail, avocat à Tunis, datant de 2009. Jaziri, qui se présente comme un «modéré», s'était prononcé en faveur de l'instauration de tribunaux de la charia et avait organisé une manifestation violente pour protester contre les caricatures danoises de Mahomet.

 

En 2011, Jaziri a tenté de revenir au Québec en passant par les USA. Ce grand voyageur qui semble disposer d'un budget illimité pour s'offrir les services des meilleurs avocats, a été arrêté aux USA après avoir franchi illégalement la frontière mexicaine dans le coffre d'une voiture. Il a demandé l'asile aux USA, ce qui ne semble pas avoir fonctionné puisqu'il est de retour en Tunisie. Le Canada l'aurait envoyé à la torture? Vraiment? En 2009, le journaliste Marc Thibodeau de La Presse l'avait joint par téléphone à Tunis pour faire un suivi. Jaziri avait alors indiqué qu'il n'avait «pas de problème» avec le gouvernement local. «La Tunisie a été beaucoup plus humaine avec moi que le Canada», a-t-il souligné.

 

Jaziri semble vouloir soutirer de l'argent aux contribuables canadiens. Il a d'ailleurs confié ses intentions à l'AFP : «Le Canada a sous-traité ma torture en Tunisie. C'est aussi simple que ça. … Je veux juste que les personnes responsables de mon expulsion (ndlr: du Canada) soient jugées et que je puisse revenir à Montréal pour m'occuper de ma famille».

 

Jaziri a eu un fils avec la québécoise convertie Nancy Adams alors qu'il était déjà sous le coup d'une ordonnance d'expulsion. Aujourd'hui, le Journal de Québec joue sur le registre de la culpabilisation éhontée en publiant un article illustré par une photo du petit Mohamed pleurant l'absence de son papa. Or cet enfant est victime des mauvaises décisions de ses parents, qui tentent d'en reporter les conséquences sur l'ensemble de la société québécoise. Quelle manipulation!

QUÉBEC: L'ISLAMISATION DE L'UNIVERSITÉ MCGILL
Dépêche

Postedeveille.ca, 1 avril 2012

Les universités occidentales sont à vendre au plus offrant, en l’occurrence les bédouins incultes des pétromonarchies, et ce financement a un impact sur l’enseignement et la recherche.

 

L’Université McGill de Montréal vient d’annoncer un important don du Qatar:

 

L’Université McGill et son Institut d’études islamiques ont reçu un généreux don de 1,25 million de dollars de l’État du Qatar. Annoncé aujourd’hui lors d’une visite à McGill de Son Excellence Salem Al-Shafi, premier ambassadeur du Qatar au Canada, ce don coïncide avec le 60e anniversaire de l’Institut et servira à financer une série de conférences qui seront présentées l’année prochaine:

 

«Nous croyons que cette contribution permettra à l’Institut de poursuivre l’importante mission qu’il s’est donnée lors de sa création, en 1952, qui est de favoriser l’avancement de la recherche sur l’Islam, ainsi que sur l’histoire et la civilisation du monde islamique, affirme Son Excellence Al-Shafi. Nous croyons également que l’Institut partage notre vision selon laquelle le savoir et l’éducation sont essentiels pour faire face aux défis d’un monde en perpétuelle évolution, qu’ils nous fournissent les outils nécessaires pour mieux comprendre les liens sans cesse changeants qui existent entre la religion et l’humanité, et qu’ils contribuent à notre bien-être et à la coexistence entre les peuples.»

 

Point de bascule [pointdebasculecanada.ca] publie un dossier sur cet évènement, où il rappelle que le Qatar possède un Centre international pour la propagation de la charia «éthique» établi en collaboration avec le prédicateur Qaradawi ainsi que Tariq Ramadan. Point de bascule note que l’annonce du don intervient peu après que la France a interdit des prédicateurs extrémistes de son territoire, y compris Qaradawi. Le ministre de l'Intérieur a également regretté la venue prochaine de Tariq Ramadan «dont les positions et les propos sont contraires à l'esprit républicain». Rappelons que Ramadan doit sa nomination comme titulaire d'une chaire d'études islamiques à Oxford à la générosité d'un roitelet arabe.

 

L’année dernière, Barbara Kay signait un article fouillé dans Campus Watch sur les dons aux universités du Canada et des États-Unis par des groupes liés à l'islam radical. Elle y souligne le manque stupéfiant d'examen diligent du dossier des donateurs. Elle déplore que des groupes radicaux colonisent les universités, devenues des lieux de propagande et d'apologie plutôt que de haut savoir, et blanchissent leur réputation en associant leur nom à des institutions prestigieuses. Elle prévient que la liberté académique est menacée.

 

En Grande-Bretagne, des études sur les dons des pays arabes aux universités ont révélé que sous des apparences philanthropiques, ces dons sont faits avec l’intention réelle de changer le climat intellectuel du pays. Selon l’étude du professeur Anthony Glees, ces dons ont pour véritable objectif de promouvoir une idéologie extrémiste et d’agir comme véhicule de propagande du courant wahhabite de l'islam au sein des universités. Ce financement encourage, conclut-il, «le mauvais type d'éducation, par le mauvais type de personnes, avec des fonds provenant du mauvais type de bienfaiteurs». Une autre étude révèle que le contenu de l’enseignement dans les centres financés par ces dons présente aux étudiants locaux et étrangers une vision du monde presque exclusivement anti-occidentale.

JUSQU’OÙ VA-T-ON LAISSER
L’INFLUENCE DU QATAR SE DÉVELOPPER?

Roger Cukierman
UPJF.org, 3 avril 2012

On voit apparaître en France depuis quelques années un émirat musulman particulièrement dynamique: le Qatar. Il envahit notre économie. C’est une invasion par le haut. Le Qatar est le 3ième exportateur mondial de gaz. Ce qui lui permet de détenir le record du plus haut revenu par tête au monde, et d’investir notamment en France, mais aussi en Grande Bretagne et en Allemagne [ainsi qu’au Canada, voir article ci-haut]. Le Qatar est un pays minuscule, grand comme la Corse. Il est dirigé par le Cheikh Hamad Al Thani. Il abrite 1,8 million d’habitants dont 10 % seulement sont des Qataris de souche, musulmans sunnites. Le reste est composé de travailleurs immigrés dont quelques jeunes Français de nos banlieues.

 

Les Qataris sont depuis peu les premiers actionnaires de Lagardère, avec 26% du capital. Or, cette société est gros actionnaire de Hachette, Europe 1, Canal +, et EADS, société mère d’Airbus. Il n’y a pas plus stratégique que la communication et l’aéronautique! Le Qatar a aussi des participations dans Total, LVMH, Vinci, Veolia, et possède plusieurs palaces hôteliers à Paris et à Cannes. S’ajoute à ces investissements une résidence somptueuse dans l’ile Saint-Louis, l’Hôtel Lambert qui appartenait autrefois à Guy de Rothschild

 

Mais c’est un investissement relativement modeste 40 Millions d’euros, qui a fait le plus de bruit en France: l’achat du PSG. L’émir désire avec l’aide du français Richard Attias, spécialiste des grands événements, faire du Qatar une capitale du sport, avec tournois de tennis, courses automobiles ou cyclistes. Le Qatar a même remporté l’organisation de la Coupe du Monde de football en 2022 et Al Jazeera a obtenu les droits télé du championnat de football de Ligue 1 et de la coupe d’Europe.

 

Cet intérêt du Qatar pour le sport lui donne une image positive auprès de l’opinion publique française. Les relations chaleureuses entre l’émir du Qatar et les Autorités françaises se sont manifestées par une convention fiscale qui exonère le Qatar d’impôts. Il est paradoxal d’accueillir à bras ouverts les capitaux étrangers au moment où l’excès d’impôts incite nombre de capitalistes français à envisager l’exil fiscal. Mais les Qataris savent être généreux, par exemple pour le sauvetage des infirmières bulgares, ou pour la création d’un fonds de 50 millions d’euros destiné à la création d’entreprises par les jeunes des banlieues.

 

Et c’est là que le bât blesse! Que veut réellement ce pays dirigé par un islamiste convaincu en étant aussi présent en France, particulièrement auprès des 10% ou plus de la population française de confession musulmane? En réalité la position du Qatar est très ambigüe. La réputation du Qatar doit beaucoup à la chaîne de télévision Al Jazeera, concurrent redouté de CNN ou BBC. Al Jazeera diffusait avec empressement les messages de Ben Laden. Elle donne la parole au prêcheur islamiste Qaradawi qui exprime sa haine des Juifs, recommande la lapidation des femmes adultères, et la mort des homosexuels et des apostats. Au point que notre gouvernement vient de lui refuser l’entrée sur le territoire français. Quant au gouvernement qatari il soutient en Égypte les salafistes, plus extrémistes encore que les frères musulmans, et maintient des rapports étroits avec le Hezbollah, le Hamas, et les talibans.

 

À l’inverse, le Qatar entretient les meilleures relations avec les Occidentaux, a eu des contacts avec Israël jusqu’en 2009, et s’est rangé aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne lors du conflit contre Khadafi. En résumé, l’argent provenant du gaz a été intelligemment utilisé pour permettre à cet émirat de jouer un double jeu auprès de tous les acteurs, les gentils comme les méchants, de la scène internationale. Mais jusqu’où va-t-on laisser l’argent qatari pénétrer notre économie, et influencer nos dirigeants comme nos concitoyens?

QUAND UNE CERTAINE GAUCHE INTERDIT DE METTRE EN GARDE
CONTRE CETTE HAINE ISLAMISTE DE L'OCCIDENT

Gilles William Goldnadel
Atlantico.fr, 2 avril 2012

Au lendemain des deux drames montalbanais et toulousain, sans doute pour très peu de temps, les évidences indicibles peuvent être dites et montrées. Il existe encore, et si l’on ose dire, une fenêtre de tir, étroite, que l’idéologie en majesté va s’employer à refermer, comme elle en a la magie. Entre-temps, les Français auront pu apprendre ce qu’on leur cachait comme à des enfants immatures ou des adultes incapables. Ainsi, si l’identité du tueur ne leur avait pas été révélée aussi prestement, nul doute que les prestigieux invités au congrès annuel de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) qui se tiendra de ce vendredi à lundi au Bourget, auraient été reçus sans encombre et dans le silence des médias.

 

Nul n’aurait su, par exemple, que M. Abdallah Asfar avait légitimé le fait de battre son épouse si elle n’obéissait pas à son mari. Ou que les proches du Hamas, Messieurs Akrima Sabri et Al Huazi avaient respectivement déclaré : «Je vous annonce qu’il y a des centaines de femmes qui sont prêtes à se sacrifier pour libérer la terre de Palestine, et à sacrifier ce qu’elles ont de plus cher, leurs propres enfants» et encore: «Oui, je suis antisémite. Si ce ne sont pas les dirigeants arabes, nous devrons dévorer les juifs avec nos dents». Pour ne pas être en reste, le quatrième hôte empêché de l’UOIF, M. Al Qarni a qualifié les juifs de «frères des singes et des porcs» (le Figaro du 30 mars).

 

De même, jusqu’à présent, tous mes efforts à populariser les prêches sur Al-Jazira du cheikh Qaradawi, qui ne viendra pas non plus au Bourget à la suite de l’intervention de Nicolas Sarkozy auprès de l’émir du Qatar, qui a bien voulu se montrer compréhensif, étaient demeurés vains. Les Français auraient continué d’ignorer la qualité de la prose de celui qui, dans son ouvrage «le licite et l’illicite» recommande l’extermination physique des homosexuels.

 

Sur Qatar TV, en février 2006, cet ami du Hamas, déclara que «les opérations martyrs sont autorisées, même s’il se trouve des civils parmi les victimes». Pour ce qui est des occidentales violées, il ajoutait que celles-ci l’avaient été par ce que «une provocatrice non habillée décemment devait être punie (…) pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite». Mme Gisèle Halimi et ses amies féministes ne semblent pas avoir été très émues jusqu’alors de semblables propos.

 

Ou encore, cette sortie le 28 janvier 2009, toujours sur Al-Jazira, dont bien peu d’antiracistes autoproclamés, hier encore, faisaient grand cas: «Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux juifs les personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler – et bien que les juifs aient exagéré les faits – il a réussi à les remettre à leur place. C’est est un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois ce sera par la main des musulmans». Pour se consoler, le public de l’UOIF pourra toujours applaudir Tariq Ramadan qui vient de considérer que Mohamed Merah «renvoyait la France à son miroir» et que celui-ci avait «fini jihadiste sans réelle conviction après avoir été un citoyen sans réelle dignité». […]

 

(Gilles William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il est l'auteur de «Réflexions sur la question blanche» et de «Le vieil homme m'indigne!: Les postures et impostures de Stéphane Hessel» parus chez Jean-Claude Gawsewitch.)

PAS D'EXCUSES POUR MERAH!
Giulio Meotti
Courrierinternational.com, 30 mars 2012

«Mohammed Merah n’est pas un loup solitaire, il avait de nombreux complices et tous n’étaient pas musulmans. La réaction de l’Occident relève du déni». Caroline Glick, rédactrice en chef du quotidien israëlien Jerusalem Post, livre ainsi son interprétation du massacre de Toulouse. Une véritable opération de dissimulation est en cours, fondée sur une immense méprise. Un musulman français a fauché trois parachutistes à coups de mitraillette, avant d’abattre un enseignant juif, ses deux enfants et une autre fillette. Dans les heures qui ont précédé l’assaut final des forces spéciales et son issue fatale, jeudi dernier, Mohammed Merah a révélé avoir préféré refuser une mission suicide d’Al-Qaida pour «rester en vie» et multiplier les attaques.

Merah n'a pas voulu se faire exploser pour semer la mort, il a tenu à regarder ses victimes dans les yeux, il les a achevées d’une balle en pleine tête, il les a même filmées, il les a exterminées au seul motif qu’il s'agissait de soldats ou de Juifs. Symboliquement, la dépouille de Merah devait être enterrée en Algérie, terre islamique où vit son père [après le refus des autorités algériennes, Mohammed Merah a finalement été enterré en banlieue toulousaine], alors que ses victimes juives avaient déjà été inhumées en Israël, un pays que les islamistes de son acabit aimeraient voir rayé de la carte.

 

Sur les sites Internet islamistes, les hommages au «martyre du frère Mohammed Merah», «la terreur de la France» confirment que Merah n’était pas une exception. L’administrateur du forum Al Shumukh lui a dédié une prière: «Ô Allah, accueille-le aux plus hauts niveaux du paradis parmi les prophètes, les hommes pieux et les martyrs». Une partie de la presse européenne, de ses intellectuels assermentés et de sa classe dirigeante s’obstine pourtant à faire de Merah un cas psychiatrique. Il avait divorcé deux jours avant le massacre des juifs de Toulouse, souligne-t-on. Il était chômeur. Il «délirait» et, comme n’importe quel serial killer, «il éprouvait du plaisir à tuer».

 

Tariq Ramadan l’a érigé en symbole de l’aliénation sociale qui gangrène les banlieues françaises. Les journaux français ont concocté une dichotomie réconfortante: «L’ignoble criminel et la France raciste». Merah a beau être coupable, la France est raciste et l’a bien cherché. La méprise se nourrit de la paranoïa. On en arrivera bientôt à plaider l’innocence de l’auteur des attentats, accablé d’une «situation familiale problématique» ou d’une «situation sociale peu enviable». […]

 

La minimisation de l’attentat est une aubaine pour tous ceux qui, dans le silllage de Le Pen, ne s’embarassent d’aucune nuance et veulent déclarer la guerre à l’immigration toute entière. Douglas Murray, collaborateur du Wall Street Journal et du Daily Telegraph, auteur d’essais sur l’Europe, fait partie des intellectuels qui ont inspiré le revirement du Premier ministre anglais David Cameron en matière de multiculturalisme [en février, Cameron a affirmé l'échec du multiculturalisme]. Il déchiffre pour Il Foglio l’opération culturelle en cours sur le massacre de Toulouse: «On a d'abord pensé que le meurtrier était néonazi, alors les médias se sont empressés de construire de toutes pièces le profil d’un coupable idéal en allant rechercher des photos de fascistes tatoués. Quand il est apparu que l’assassin était djihadiste, un grand silence a recouvert toute l’affaire. L’opération "déni" a démarré. La presse a alors inventé la figure du loup solitaire.»

Selon Douglas Murray, le phénomène est à la fois idéologique et culturel. «C’est la maladie de l’Occident, une cécité répétitive devant ce qui nous attend. Elle trahit un manque total de volonté d’appréhender le problème du multiculturalisme et de l’extrémisme islamique, qui se répand dans notre société. Il existe une hostilité et un dénigrement ultra-libéral qui fait l’amalgame entre dénonciation de l’islamisme en Europe et islamophobie. A Toulouse, le choix des mots s’est révélé décisif pour édulcorer l’identité du meurtrier. On s’est efforcé de trouver des excuses au terrorisme islamique.»

Selon Murray, la tragédie de Toulouse nous confronte à l’échec des modèles communautaristes d’intégration: «Le multiculturalisme d’Etat a ravalé les nations européennes au rang d’auberges. Le credo politique a poussé les Etats à traiter et à juger les personnes en fonction des critères de leur "communauté" d’origine. Les attentats et les complots terroristes en Grande-Bretagne et en Europe, menés par des extrémistes élevés sur le territoire national, ont conduit à un point de rupture que nul ne peut plus ignorer.»

POUR UN RÉALIGNEMENT DES FORCES AU MOYEN-ORIENT
DEVANT LA MENACE D’UN IRAN NUCLÉAIRE

David Bensoussan

Isranet.org, 5 avril 2012

Efforts diplomatiques, activités subversives, et sanctions économiques ont jusqu’à présent échoué et l’option d’une opération militaire qui ferait cesser les efforts iraniens visant à développer la technologie nucléaire à des fins militaires devient de moins en moins hypothétique. Les conséquences sur le plan mondial seraient considérables: hausse vertigineuse du prix du pétrole, conflit généralisé au Proche-Orient et augmentation des activités terroristes dans le monde entier. Est-ce-là un scénario inévitable?

 

Efforts diplomatiques, activités secrètes et sanctions économiques

 

Les puissances occidentales et Israël ont exprimé leur inquiétude devant la possibilité que l’Iran ne se dote d’une arme atomique. Au fil des années, les négociations avec l’Iran et les efforts diplomatiques visant à enrayer le projet iranien ont échoué et n’ont fait que faire gagner du temps aux Iraniens. Des activités clandestines dont il est difficile d’attribuer l’initiative, ont résulté en des pannes d’ordinateur au moyen de l’insertion d’un virus informatique ou peut-être même à l’élimination de savants iraniens. Cela n’a guère arrêté le gouvernement iranien, mais a quand même retardé leur projet. Les sanctions économiques ont eu plus de vigueur après que l’Agence internationale de l’énergie atomique ait conclu dans son rapport en 2011 que l’Iran œuvre en vue de fabriquer une arme atomique et soit en passe d’y parvenir. Tout récemment, en février 2012, le président Obama a ordonné le gel des avoirs iraniens dont ceux de la banque centrale d’Iran. De son côté, l’Union européenne a décrété un embargo sur les nouveaux contrats d’importation de pétrole; les anciens contrats ne seront plus en vigueur à partir de juillet 2012. Les USA ont augmenté leurs forces terrestres et navales dans le Golfe persique (le Golfe arabique) en vue de protéger le passage du pétrole dans le détroit d’Ormuz si l’Iran s’aventurait à le bloquer. Les États-Unis et les pays européens ont demandé au Conseil de sécurité d’appliquer des sanctions contre l’Iran, mais la Russie et la Chine s’y sont opposées. L’Iran est un acheteur d’armement russe important et la Chine a besoin du pétrole iranien.

 

Devant l’entêtement du gouvernement iranien, la probabilité d’une option militaire va croissant, que ce soit par Israël, ou encore par les États-Unis et les puissances européennes.

 

L’option militaire 

 

Une attaque israélienne rencontrerait beaucoup plus de difficultés que dans le cas du bombardement du réacteur irakien Tammouz. Les centrales nucléaires iraniennes sont dispersées et enfouies sous terre, parfois dans des zones peuplées. Israël peut agir en ayant recours à son aviation ou au moyen de missiles. Toutefois, les missiles iraniens Shaab 3 ont un rayon d’action qui peut atteindre Israël et, selon toute probabilité, la Syrie et le Hezbollah tireront des milliers de missiles contre Israël. Selon le Premier ministre israélien Netanyahou, une telle attaque est à prévoir même si les États-Unis se lancent dans une attaque contre l’Iran et que, par conséquent, l’attaque avec de missiles conventionnels serait préférable à une attaque nucléaire. Toutefois, bien des politiciens et des journalistes trouvent que cette attaque est irresponsable. Le Pentagone et le ministre des Affaires étrangères français ont exprimé leur inquiétude face à cette option. Quant à la Russie, elle prédit que cette dernière serait catastrophique.

 

Une attaque américaine aurait une puissance et un impact bien plus considérables. L’Occident n’est guère intéressé par un Iran atomique, car il constitue un danger pour l’ensemble du monde et bien des pays arabes  sont du même avis, le conflit entre Arabes en majorité sunnites et Iraniens en majorité chiites étant par ailleurs millénaire. Aussi, il n’est pas à exclure qu’une nouvelle guerre se tiendra,  similaire à celle de la Guerre du Golfe qui a permis aux États-Unis, à l’Europe ainsi qu’à un bon nombre de pays arabes d’être unis. Or, l’Amérique est fatiguée des guerres suite à son intervention en Afghanistan et en Irak. L’économie américaine s’essouffle et une guerre ne ferait qu’empirer la situation.

 

Israël n’arrête pas de réitérer que plus d’une alarme a été sonnée depuis une dizaine d’années et que la situation actuelle n’est pas sans rappeler celle des années 30 durant la montée du nazisme. Or, en 1940, il était déjà trop tard. Tout porte à croire qu’Obama ordonnera une attaque, mais que celle-ci ne se fera qu’in extremis et pas avant les élections américaines qui se tiendront en novembre 2012. De plus en plus, le Premier ministre israélien Netanyahou exprime sa conviction à l’effet qu’il serait dangereux de compter sur le reste du monde et qu’Israël ne doit compter que sur elle-même.

 

Pour un réalignement des forces au Moyen-Orient

 

La conception qui a prévalu jusqu’à ce jour veut que la possession de l’arme atomique soit en soi un équilibre de la terreur attendu que son usage impliquera l’annihilation réciproque. Cela s’applique-t-il dans le cas de l’Iran? Pensons au leader Rafsandjani qui, lors des élections iraniennes précédentes, fut considéré comme étant un modéré par les médias occidentaux durant les élections précédentes a déclaré lors d’un sermon fait à l’université de Téhéran en 2001: «l’emploi d’une seule arme nucléaire contre Israël détruirait tout, mais, contre le monde islamique, ne causerait que des dommages limités.» En outre, il existe une lecture islamique voulant qu’un pays conquis par l’islam doive rester entre les mains des Musulmans. Étrangement, cette lecture ne s’applique pas à l’Espagne ou aux Balkans, mais uniquement à Israël. Elle s’exprime d’une façon radicale: «L’entité sioniste est une forme de tumeur maligne du cancer qu’il faut extirper.» ou encore «l’extermination d’Israël est un devoir religieux.» Qui plus est, il est difficile de chasser de l’esprit l’idéal de martyrologie chiite et sa vision d’une apocalypse rédemptrice qui précéderait la venue du mahdi, le messie chiite.

 

Les discours haineux et l’enseignement de la haine précèdent généralement des actes irréfléchis. Or, les médias du Moyen-Orient sont sursaturés par la tenue de tels discours depuis plusieurs décennies: la cause palestinienne a servi de prétexte pour subjuguer les masses arabo-musulmanes. Aujourd’hui encore et pour augmenter leur influence dans le monde arabe, la Turquie et l’Iran se font la compétition pour montrer aux masses arabes lequel des deux est le plus anti-israélien. Ces deux pays continuent donc de déstabiliser la région, durcissant les positions des principaux concernés: les Israéliens et les Palestiniens. Or, s’il fallait prendre au sérieux la menace iranienne, en cas de conflit atomique, il ne resterait ni les uns ni les autres.

 

Plus que jamais, le temps est venu pour les Israéliens et les Palestiniens de cesser d’être les pions des aspirations hégémoniques des puissances du Moyen-Orient et de bâtir des relations de confiance afin de faire les compromis indispensables à une paix durable.  

 

(L’auteur est professeur de sciences à l’Université du Québec)

QUÉBEC, QATAR, TOULOUSE, IRAN…

 

 

 

QUÉBEC: L'IMAM SAÏD JAZIRI, UN MANIPULATEUR
Dépêche

Postedeveille.ca, 2 avril 2012

L'imam islamiste Saïd Jaziri, un Tunisien, a été expulsé du Canada en octobre 2007 pour avoir menti aux autorités lors de sa demande d'asile politique. Il avait omis de déclarer qu'il avait fait usage de faux passeports et qu’il avait un casier judiciaire en France et en Tunisie. Il accuse maintenant le Canada de l'avoir «envoyé directement à la torture». Voir l'article de Taïeb Moalla dans le Journal de Québec, au titre trompeur: Le Canada a envoyé Saïd Jaziri à la torture. Pour un portrait de cette fripouille, lire l'article de Me Ftouh Souhail, avocat à Tunis, datant de 2009. Jaziri, qui se présente comme un «modéré», s'était prononcé en faveur de l'instauration de tribunaux de la charia et avait organisé une manifestation violente pour protester contre les caricatures danoises de Mahomet.

 

En 2011, Jaziri a tenté de revenir au Québec en passant par les USA. Ce grand voyageur qui semble disposer d'un budget illimité pour s'offrir les services des meilleurs avocats, a été arrêté aux USA après avoir franchi illégalement la frontière mexicaine dans le coffre d'une voiture. Il a demandé l'asile aux USA, ce qui ne semble pas avoir fonctionné puisqu'il est de retour en Tunisie. Le Canada l'aurait envoyé à la torture? Vraiment? En 2009, le journaliste Marc Thibodeau de La Presse l'avait joint par téléphone à Tunis pour faire un suivi. Jaziri avait alors indiqué qu'il n'avait «pas de problème» avec le gouvernement local. «La Tunisie a été beaucoup plus humaine avec moi que le Canada», a-t-il souligné.

 

Jaziri semble vouloir soutirer de l'argent aux contribuables canadiens. Il a d'ailleurs confié ses intentions à l'AFP : «Le Canada a sous-traité ma torture en Tunisie. C'est aussi simple que ça. … Je veux juste que les personnes responsables de mon expulsion (ndlr: du Canada) soient jugées et que je puisse revenir à Montréal pour m'occuper de ma famille».

 

Jaziri a eu un fils avec la québécoise convertie Nancy Adams alors qu'il était déjà sous le coup d'une ordonnance d'expulsion. Aujourd'hui, le Journal de Québec joue sur le registre de la culpabilisation éhontée en publiant un article illustré par une photo du petit Mohamed pleurant l'absence de son papa. Or cet enfant est victime des mauvaises décisions de ses parents, qui tentent d'en reporter les conséquences sur l'ensemble de la société québécoise. Quelle manipulation!

QUÉBEC: L'ISLAMISATION DE L'UNIVERSITÉ MCGILL
Dépêche

Postedeveille.ca, 1 avril 2012

Les universités occidentales sont à vendre au plus offrant, en l’occurrence les bédouins incultes des pétromonarchies, et ce financement a un impact sur l’enseignement et la recherche.

 

L’Université McGill de Montréal vient d’annoncer un important don du Qatar:

 

L’Université McGill et son Institut d’études islamiques ont reçu un généreux don de 1,25 million de dollars de l’État du Qatar. Annoncé aujourd’hui lors d’une visite à McGill de Son Excellence Salem Al-Shafi, premier ambassadeur du Qatar au Canada, ce don coïncide avec le 60e anniversaire de l’Institut et servira à financer une série de conférences qui seront présentées l’année prochaine:

 

«Nous croyons que cette contribution permettra à l’Institut de poursuivre l’importante mission qu’il s’est donnée lors de sa création, en 1952, qui est de favoriser l’avancement de la recherche sur l’Islam, ainsi que sur l’histoire et la civilisation du monde islamique, affirme Son Excellence Al-Shafi. Nous croyons également que l’Institut partage notre vision selon laquelle le savoir et l’éducation sont essentiels pour faire face aux défis d’un monde en perpétuelle évolution, qu’ils nous fournissent les outils nécessaires pour mieux comprendre les liens sans cesse changeants qui existent entre la religion et l’humanité, et qu’ils contribuent à notre bien-être et à la coexistence entre les peuples.»

 

Point de bascule [pointdebasculecanada.ca] publie un dossier sur cet évènement, où il rappelle que le Qatar possède un Centre international pour la propagation de la charia «éthique» établi en collaboration avec le prédicateur Qaradawi ainsi que Tariq Ramadan. Point de bascule note que l’annonce du don intervient peu après que la France a interdit des prédicateurs extrémistes de son territoire, y compris Qaradawi. Le ministre de l'Intérieur a également regretté la venue prochaine de Tariq Ramadan «dont les positions et les propos sont contraires à l'esprit républicain». Rappelons que Ramadan doit sa nomination comme titulaire d'une chaire d'études islamiques à Oxford à la générosité d'un roitelet arabe.

 

L’année dernière, Barbara Kay signait un article fouillé dans Campus Watch sur les dons aux universités du Canada et des États-Unis par des groupes liés à l'islam radical. Elle y souligne le manque stupéfiant d'examen diligent du dossier des donateurs. Elle déplore que des groupes radicaux colonisent les universités, devenues des lieux de propagande et d'apologie plutôt que de haut savoir, et blanchissent leur réputation en associant leur nom à des institutions prestigieuses. Elle prévient que la liberté académique est menacée.

 

En Grande-Bretagne, des études sur les dons des pays arabes aux universités ont révélé que sous des apparences philanthropiques, ces dons sont faits avec l’intention réelle de changer le climat intellectuel du pays. Selon l’étude du professeur Anthony Glees, ces dons ont pour véritable objectif de promouvoir une idéologie extrémiste et d’agir comme véhicule de propagande du courant wahhabite de l'islam au sein des universités. Ce financement encourage, conclut-il, «le mauvais type d'éducation, par le mauvais type de personnes, avec des fonds provenant du mauvais type de bienfaiteurs». Une autre étude révèle que le contenu de l’enseignement dans les centres financés par ces dons présente aux étudiants locaux et étrangers une vision du monde presque exclusivement anti-occidentale.

JUSQU’OÙ VA-T-ON LAISSER
L’INFLUENCE DU QATAR SE DÉVELOPPER?

Roger Cukierman
UPJF.org, 3 avril 2012

On voit apparaître en France depuis quelques années un émirat musulman particulièrement dynamique: le Qatar. Il envahit notre économie. C’est une invasion par le haut. Le Qatar est le 3ième exportateur mondial de gaz. Ce qui lui permet de détenir le record du plus haut revenu par tête au monde, et d’investir notamment en France, mais aussi en Grande Bretagne et en Allemagne [ainsi qu’au Canada, voir article ci-haut]. Le Qatar est un pays minuscule, grand comme la Corse. Il est dirigé par le Cheikh Hamad Al Thani. Il abrite 1,8 million d’habitants dont 10 % seulement sont des Qataris de souche, musulmans sunnites. Le reste est composé de travailleurs immigrés dont quelques jeunes Français de nos banlieues.

 

Les Qataris sont depuis peu les premiers actionnaires de Lagardère, avec 26% du capital. Or, cette société est gros actionnaire de Hachette, Europe 1, Canal +, et EADS, société mère d’Airbus. Il n’y a pas plus stratégique que la communication et l’aéronautique! Le Qatar a aussi des participations dans Total, LVMH, Vinci, Veolia, et possède plusieurs palaces hôteliers à Paris et à Cannes. S’ajoute à ces investissements une résidence somptueuse dans l’ile Saint-Louis, l’Hôtel Lambert qui appartenait autrefois à Guy de Rothschild

 

Mais c’est un investissement relativement modeste 40 Millions d’euros, qui a fait le plus de bruit en France: l’achat du PSG. L’émir désire avec l’aide du français Richard Attias, spécialiste des grands événements, faire du Qatar une capitale du sport, avec tournois de tennis, courses automobiles ou cyclistes. Le Qatar a même remporté l’organisation de la Coupe du Monde de football en 2022 et Al Jazeera a obtenu les droits télé du championnat de football de Ligue 1 et de la coupe d’Europe.

 

Cet intérêt du Qatar pour le sport lui donne une image positive auprès de l’opinion publique française. Les relations chaleureuses entre l’émir du Qatar et les Autorités françaises se sont manifestées par une convention fiscale qui exonère le Qatar d’impôts. Il est paradoxal d’accueillir à bras ouverts les capitaux étrangers au moment où l’excès d’impôts incite nombre de capitalistes français à envisager l’exil fiscal. Mais les Qataris savent être généreux, par exemple pour le sauvetage des infirmières bulgares, ou pour la création d’un fonds de 50 millions d’euros destiné à la création d’entreprises par les jeunes des banlieues.

 

Et c’est là que le bât blesse! Que veut réellement ce pays dirigé par un islamiste convaincu en étant aussi présent en France, particulièrement auprès des 10% ou plus de la population française de confession musulmane? En réalité la position du Qatar est très ambigüe. La réputation du Qatar doit beaucoup à la chaîne de télévision Al Jazeera, concurrent redouté de CNN ou BBC. Al Jazeera diffusait avec empressement les messages de Ben Laden. Elle donne la parole au prêcheur islamiste Qaradawi qui exprime sa haine des Juifs, recommande la lapidation des femmes adultères, et la mort des homosexuels et des apostats. Au point que notre gouvernement vient de lui refuser l’entrée sur le territoire français. Quant au gouvernement qatari il soutient en Égypte les salafistes, plus extrémistes encore que les frères musulmans, et maintient des rapports étroits avec le Hezbollah, le Hamas, et les talibans.

 

À l’inverse, le Qatar entretient les meilleures relations avec les Occidentaux, a eu des contacts avec Israël jusqu’en 2009, et s’est rangé aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne lors du conflit contre Khadafi. En résumé, l’argent provenant du gaz a été intelligemment utilisé pour permettre à cet émirat de jouer un double jeu auprès de tous les acteurs, les gentils comme les méchants, de la scène internationale. Mais jusqu’où va-t-on laisser l’argent qatari pénétrer notre économie, et influencer nos dirigeants comme nos concitoyens?

QUAND UNE CERTAINE GAUCHE INTERDIT DE METTRE EN GARDE
CONTRE CETTE HAINE ISLAMISTE DE L'OCCIDENT

Gilles William Goldnadel
Atlantico.fr, 2 avril 2012

Au lendemain des deux drames montalbanais et toulousain, sans doute pour très peu de temps, les évidences indicibles peuvent être dites et montrées. Il existe encore, et si l’on ose dire, une fenêtre de tir, étroite, que l’idéologie en majesté va s’employer à refermer, comme elle en a la magie. Entre-temps, les Français auront pu apprendre ce qu’on leur cachait comme à des enfants immatures ou des adultes incapables. Ainsi, si l’identité du tueur ne leur avait pas été révélée aussi prestement, nul doute que les prestigieux invités au congrès annuel de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) qui se tiendra de ce vendredi à lundi au Bourget, auraient été reçus sans encombre et dans le silence des médias.

 

Nul n’aurait su, par exemple, que M. Abdallah Asfar avait légitimé le fait de battre son épouse si elle n’obéissait pas à son mari. Ou que les proches du Hamas, Messieurs Akrima Sabri et Al Huazi avaient respectivement déclaré : «Je vous annonce qu’il y a des centaines de femmes qui sont prêtes à se sacrifier pour libérer la terre de Palestine, et à sacrifier ce qu’elles ont de plus cher, leurs propres enfants» et encore: «Oui, je suis antisémite. Si ce ne sont pas les dirigeants arabes, nous devrons dévorer les juifs avec nos dents». Pour ne pas être en reste, le quatrième hôte empêché de l’UOIF, M. Al Qarni a qualifié les juifs de «frères des singes et des porcs» (le Figaro du 30 mars).

 

De même, jusqu’à présent, tous mes efforts à populariser les prêches sur Al-Jazira du cheikh Qaradawi, qui ne viendra pas non plus au Bourget à la suite de l’intervention de Nicolas Sarkozy auprès de l’émir du Qatar, qui a bien voulu se montrer compréhensif, étaient demeurés vains. Les Français auraient continué d’ignorer la qualité de la prose de celui qui, dans son ouvrage «le licite et l’illicite» recommande l’extermination physique des homosexuels.

 

Sur Qatar TV, en février 2006, cet ami du Hamas, déclara que «les opérations martyrs sont autorisées, même s’il se trouve des civils parmi les victimes». Pour ce qui est des occidentales violées, il ajoutait que celles-ci l’avaient été par ce que «une provocatrice non habillée décemment devait être punie (…) pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite». Mme Gisèle Halimi et ses amies féministes ne semblent pas avoir été très émues jusqu’alors de semblables propos.

 

Ou encore, cette sortie le 28 janvier 2009, toujours sur Al-Jazira, dont bien peu d’antiracistes autoproclamés, hier encore, faisaient grand cas: «Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux juifs les personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler – et bien que les juifs aient exagéré les faits – il a réussi à les remettre à leur place. C’est est un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois ce sera par la main des musulmans». Pour se consoler, le public de l’UOIF pourra toujours applaudir Tariq Ramadan qui vient de considérer que Mohamed Merah «renvoyait la France à son miroir» et que celui-ci avait «fini jihadiste sans réelle conviction après avoir été un citoyen sans réelle dignité». […]

 

(Gilles William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il est l'auteur de «Réflexions sur la question blanche» et de «Le vieil homme m'indigne!: Les postures et impostures de Stéphane Hessel» parus chez Jean-Claude Gawsewitch.)

PAS D'EXCUSES POUR MERAH!
Giulio Meotti
Courrierinternational.com, 30 mars 2012

«Mohammed Merah n’est pas un loup solitaire, il avait de nombreux complices et tous n’étaient pas musulmans. La réaction de l’Occident relève du déni». Caroline Glick, rédactrice en chef du quotidien israëlien Jerusalem Post, livre ainsi son interprétation du massacre de Toulouse. Une véritable opération de dissimulation est en cours, fondée sur une immense méprise. Un musulman français a fauché trois parachutistes à coups de mitraillette, avant d’abattre un enseignant juif, ses deux enfants et une autre fillette. Dans les heures qui ont précédé l’assaut final des forces spéciales et son issue fatale, jeudi dernier, Mohammed Merah a révélé avoir préféré refuser une mission suicide d’Al-Qaida pour «rester en vie» et multiplier les attaques.

Merah n'a pas voulu se faire exploser pour semer la mort, il a tenu à regarder ses victimes dans les yeux, il les a achevées d’une balle en pleine tête, il les a même filmées, il les a exterminées au seul motif qu’il s'agissait de soldats ou de Juifs. Symboliquement, la dépouille de Merah devait être enterrée en Algérie, terre islamique où vit son père [après le refus des autorités algériennes, Mohammed Merah a finalement été enterré en banlieue toulousaine], alors que ses victimes juives avaient déjà été inhumées en Israël, un pays que les islamistes de son acabit aimeraient voir rayé de la carte.

 

Sur les sites Internet islamistes, les hommages au «martyre du frère Mohammed Merah», «la terreur de la France» confirment que Merah n’était pas une exception. L’administrateur du forum Al Shumukh lui a dédié une prière: «Ô Allah, accueille-le aux plus hauts niveaux du paradis parmi les prophètes, les hommes pieux et les martyrs». Une partie de la presse européenne, de ses intellectuels assermentés et de sa classe dirigeante s’obstine pourtant à faire de Merah un cas psychiatrique. Il avait divorcé deux jours avant le massacre des juifs de Toulouse, souligne-t-on. Il était chômeur. Il «délirait» et, comme n’importe quel serial killer, «il éprouvait du plaisir à tuer».

 

Tariq Ramadan l’a érigé en symbole de l’aliénation sociale qui gangrène les banlieues françaises. Les journaux français ont concocté une dichotomie réconfortante: «L’ignoble criminel et la France raciste». Merah a beau être coupable, la France est raciste et l’a bien cherché. La méprise se nourrit de la paranoïa. On en arrivera bientôt à plaider l’innocence de l’auteur des attentats, accablé d’une «situation familiale problématique» ou d’une «situation sociale peu enviable». […]

 

La minimisation de l’attentat est une aubaine pour tous ceux qui, dans le silllage de Le Pen, ne s’embarassent d’aucune nuance et veulent déclarer la guerre à l’immigration toute entière. Douglas Murray, collaborateur du Wall Street Journal et du Daily Telegraph, auteur d’essais sur l’Europe, fait partie des intellectuels qui ont inspiré le revirement du Premier ministre anglais David Cameron en matière de multiculturalisme [en février, Cameron a affirmé l'échec du multiculturalisme]. Il déchiffre pour Il Foglio l’opération culturelle en cours sur le massacre de Toulouse: «On a d'abord pensé que le meurtrier était néonazi, alors les médias se sont empressés de construire de toutes pièces le profil d’un coupable idéal en allant rechercher des photos de fascistes tatoués. Quand il est apparu que l’assassin était djihadiste, un grand silence a recouvert toute l’affaire. L’opération "déni" a démarré. La presse a alors inventé la figure du loup solitaire.»

Selon Douglas Murray, le phénomène est à la fois idéologique et culturel. «C’est la maladie de l’Occident, une cécité répétitive devant ce qui nous attend. Elle trahit un manque total de volonté d’appréhender le problème du multiculturalisme et de l’extrémisme islamique, qui se répand dans notre société. Il existe une hostilité et un dénigrement ultra-libéral qui fait l’amalgame entre dénonciation de l’islamisme en Europe et islamophobie. A Toulouse, le choix des mots s’est révélé décisif pour édulcorer l’identité du meurtrier. On s’est efforcé de trouver des excuses au terrorisme islamique.»

Selon Murray, la tragédie de Toulouse nous confronte à l’échec des modèles communautaristes d’intégration: «Le multiculturalisme d’Etat a ravalé les nations européennes au rang d’auberges. Le credo politique a poussé les Etats à traiter et à juger les personnes en fonction des critères de leur "communauté" d’origine. Les attentats et les complots terroristes en Grande-Bretagne et en Europe, menés par des extrémistes élevés sur le territoire national, ont conduit à un point de rupture que nul ne peut plus ignorer.»

POUR UN RÉALIGNEMENT DES FORCES AU MOYEN-ORIENT
DEVANT LA MENACE D’UN IRAN NUCLÉAIRE

David Bensoussan

Isranet.org, 5 avril 2012

Efforts diplomatiques, activités subversives, et sanctions économiques ont jusqu’à présent échoué et l’option d’une opération militaire qui ferait cesser les efforts iraniens visant à développer la technologie nucléaire à des fins militaires devient de moins en moins hypothétique. Les conséquences sur le plan mondial seraient considérables: hausse vertigineuse du prix du pétrole, conflit généralisé au Proche-Orient et augmentation des activités terroristes dans le monde entier. Est-ce-là un scénario inévitable?

 

Efforts diplomatiques, activités secrètes et sanctions économiques

 

Les puissances occidentales et Israël ont exprimé leur inquiétude devant la possibilité que l’Iran ne se dote d’une arme atomique. Au fil des années, les négociations avec l’Iran et les efforts diplomatiques visant à enrayer le projet iranien ont échoué et n’ont fait que faire gagner du temps aux Iraniens. Des activités clandestines dont il est difficile d’attribuer l’initiative, ont résulté en des pannes d’ordinateur au moyen de l’insertion d’un virus informatique ou peut-être même à l’élimination de savants iraniens. Cela n’a guère arrêté le gouvernement iranien, mais a quand même retardé leur projet. Les sanctions économiques ont eu plus de vigueur après que l’Agence internationale de l’énergie atomique ait conclu dans son rapport en 2011 que l’Iran œuvre en vue de fabriquer une arme atomique et soit en passe d’y parvenir. Tout récemment, en février 2012, le président Obama a ordonné le gel des avoirs iraniens dont ceux de la banque centrale d’Iran. De son côté, l’Union européenne a décrété un embargo sur les nouveaux contrats d’importation de pétrole; les anciens contrats ne seront plus en vigueur à partir de juillet 2012. Les USA ont augmenté leurs forces terrestres et navales dans le Golfe persique (le Golfe arabique) en vue de protéger le passage du pétrole dans le détroit d’Ormuz si l’Iran s’aventurait à le bloquer. Les États-Unis et les pays européens ont demandé au Conseil de sécurité d’appliquer des sanctions contre l’Iran, mais la Russie et la Chine s’y sont opposées. L’Iran est un acheteur d’armement russe important et la Chine a besoin du pétrole iranien.

 

Devant l’entêtement du gouvernement iranien, la probabilité d’une option militaire va croissant, que ce soit par Israël, ou encore par les États-Unis et les puissances européennes.

 

L’option militaire 

 

Une attaque israélienne rencontrerait beaucoup plus de difficultés que dans le cas du bombardement du réacteur irakien Tammouz. Les centrales nucléaires iraniennes sont dispersées et enfouies sous terre, parfois dans des zones peuplées. Israël peut agir en ayant recours à son aviation ou au moyen de missiles. Toutefois, les missiles iraniens Shaab 3 ont un rayon d’action qui peut atteindre Israël et, selon toute probabilité, la Syrie et le Hezbollah tireront des milliers de missiles contre Israël. Selon le Premier ministre israélien Netanyahou, une telle attaque est à prévoir même si les États-Unis se lancent dans une attaque contre l’Iran et que, par conséquent, l’attaque avec de missiles conventionnels serait préférable à une attaque nucléaire. Toutefois, bien des politiciens et des journalistes trouvent que cette attaque est irresponsable. Le Pentagone et le ministre des Affaires étrangères français ont exprimé leur inquiétude face à cette option. Quant à la Russie, elle prédit que cette dernière serait catastrophique.

 

Une attaque américaine aurait une puissance et un impact bien plus considérables. L’Occident n’est guère intéressé par un Iran atomique, car il constitue un danger pour l’ensemble du monde et bien des pays arabes  sont du même avis, le conflit entre Arabes en majorité sunnites et Iraniens en majorité chiites étant par ailleurs millénaire. Aussi, il n’est pas à exclure qu’une nouvelle guerre se tiendra,  similaire à celle de la Guerre du Golfe qui a permis aux États-Unis, à l’Europe ainsi qu’à un bon nombre de pays arabes d’être unis. Or, l’Amérique est fatiguée des guerres suite à son intervention en Afghanistan et en Irak. L’économie américaine s’essouffle et une guerre ne ferait qu’empirer la situation.

 

Israël n’arrête pas de réitérer que plus d’une alarme a été sonnée depuis une dizaine d’années et que la situation actuelle n’est pas sans rappeler celle des années 30 durant la montée du nazisme. Or, en 1940, il était déjà trop tard. Tout porte à croire qu’Obama ordonnera une attaque, mais que celle-ci ne se fera qu’in extremis et pas avant les élections américaines qui se tiendront en novembre 2012. De plus en plus, le Premier ministre israélien Netanyahou exprime sa conviction à l’effet qu’il serait dangereux de compter sur le reste du monde et qu’Israël ne doit compter que sur elle-même.

 

Pour un réalignement des forces au Moyen-Orient

 

La conception qui a prévalu jusqu’à ce jour veut que la possession de l’arme atomique soit en soi un équilibre de la terreur attendu que son usage impliquera l’annihilation réciproque. Cela s’applique-t-il dans le cas de l’Iran? Pensons au leader Rafsandjani qui, lors des élections iraniennes précédentes, fut considéré comme étant un modéré par les médias occidentaux durant les élections précédentes a déclaré lors d’un sermon fait à l’université de Téhéran en 2001: «l’emploi d’une seule arme nucléaire contre Israël détruirait tout, mais, contre le monde islamique, ne causerait que des dommages limités.» En outre, il existe une lecture islamique voulant qu’un pays conquis par l’islam doive rester entre les mains des Musulmans. Étrangement, cette lecture ne s’applique pas à l’Espagne ou aux Balkans, mais uniquement à Israël. Elle s’exprime d’une façon radicale: «L’entité sioniste est une forme de tumeur maligne du cancer qu’il faut extirper.» ou encore «l’extermination d’Israël est un devoir religieux.» Qui plus est, il est difficile de chasser de l’esprit l’idéal de martyrologie chiite et sa vision d’une apocalypse rédemptrice qui précéderait la venue du mahdi, le messie chiite.

 

Les discours haineux et l’enseignement de la haine précèdent généralement des actes irréfléchis. Or, les médias du Moyen-Orient sont sursaturés par la tenue de tels discours depuis plusieurs décennies: la cause palestinienne a servi de prétexte pour subjuguer les masses arabo-musulmanes. Aujourd’hui encore et pour augmenter leur influence dans le monde arabe, la Turquie et l’Iran se font la compétition pour montrer aux masses arabes lequel des deux est le plus anti-israélien. Ces deux pays continuent donc de déstabiliser la région, durcissant les positions des principaux concernés: les Israéliens et les Palestiniens. Or, s’il fallait prendre au sérieux la menace iranienne, en cas de conflit atomique, il ne resterait ni les uns ni les autres.

 

Plus que jamais, le temps est venu pour les Israéliens et les Palestiniens de cesser d’être les pions des aspirations hégémoniques des puissances du Moyen-Orient et de bâtir des relations de confiance afin de faire les compromis indispensables à une paix durable.  

 

(L’auteur est professeur de sciences à l’Université du Québec)

OBAMA’S “TRUST AND CONFIDENCE” IN ERDOGAN’S “TURKISH MODEL”: NEITHER MODERATE, NOR DEMOCRATIC

THE DIASPORA IDF
Israel Kasnett

Jerusalem Post, February 17, 2012

This week is the eighth annual Israeli Apartheid Week—the start of an annual campaign that seeks to delegitimize Israel and, according to the official website, “educate people about the nature of Israel as an apartheid system and to build Boycott, Divestment, and Sanctions (BDS) campaigns as part of a growing global BDS movement.…”

The events will take place from February 20 to March 10 in Europe, February 26 to March 3 in the US, March 5-11 in Arab countries and South Africa, [and March 5-9 in Canada]. The website encourages activists to “Join us in making this a year of struggle against apartheid and for justice, equality, and peace.”

To be clear, these activists are not pro-Palestinian as they claim, but rather are anti-Israel. In their blind vigor to delegitimize Israel, they fail to understand that a Palestinian society that kills its own young girls in “honor killings” is not just. A society that treats its own women as second-class citizens is not interested in equality. A society that glorifies suicide bombers is not interested in peace.

And there is no logical reason these activists should take any more interest in the Palestinians than they do in the causes of others. There are millions of people around the globe suffering from far worse, but these so-called activists have decided to launch a BDS campaign on the one democracy in the Middle East solely because it is Jewish. These are people who are not concerned that the Palestinians do not have a state of their own. Rather, they are concerned with the fact that the Jewish people do.

Anti-Israel events such as Israel Apartheid Week are damaging since they reinforce, for those who are easily swayed, the false notion that Israel is an apartheid state and deserves to be sanctioned by the international community.… Thankfully, numerous pro-Israel groups today…have managed to stem the influence that anti-Israel groups have on unsuspecting students.… Will pro-Israel activists change the minds of those who are bent on defending Palestinians unconditionally? The answer is no. But activists can steer the argument in the right direction.…

Sir Winston Churchill once said, “If you have an important point to make, don’t try to be subtle or clever. Use a pile driver. Hit the point once. Then come back and hit it again. Then hit it a third time—a tremendous whack.…” Good luck to all of you on campus who fight for Israel daily. Don’t ever give up. You are the Diaspora IDF.

TELL ME WHO YOUR FRIENDS ARE…
David M. Weinberg

Israel Hayom, January 22, 2012

“Tell me who your friends are, and I’ll tell you who you are,” goes the old adage. If that’s the case, Israel, America and the Western world are in big trouble. U.S. President Barack Obama has just named the semi-dictator of Turkey, Recep Tayyip Erdogan, as one of the five world leaders with whom he has a “friendship and bond of trust.” Woe be to us.

Obama told TIME Magazine that his diplomatic endeavors had been more effective because he shared “trust and confidence” with German Chancellor Angela Merkel, Indian Prime Minister Manmohan Singh, South Korean President Lee Myung-bak, Erdogan, and British Prime Minister David Cameron, in that order.…

Israeli media, of course, played up the fact that Obama did not list Prime Minister Benjamin Netanyahu.… But that, unfortunately, is not surprising, and it misses the point. The point—and the shocker—is that Obama does feel a kinship to Erdogan, one of the most anti-Western, anti-Israel, pro-Islamist and nasty leaders on the globe.

Erdogan has led a major reorientation in Turkish foreign policy away from the West and towards the West’s worst enemies, including Iran, the Muslim Brotherhood in Egypt, Hamas in Gaza, and Hezbollah in Lebanon. Everyone knows that he has crashed Turkish-Israel relations, which are seen as a burden within the framework of the new Turkish foreign policy. Erdogan hardly lets a week pass without disparaging or criticizing Israel or the Jews. This undoubtedly fits well with the anti-Israel and anti-Semitic sentiments prevalent in the Muslim world. But Erdogan is Obama’s friend, with whom Obama shares a “friendship and bond of trust.”

Erdogan has curtailed freedom of the press, the freedoms of academia and the independence of the judiciary in his own country, as he attempts to build a centralized, authoritarian presidential system to suit his ambitions. Human rights in Turkey have gone from bad to worse.…

Turkey has become a very unreliable member of NATO. Led by the AKP (Erdogan’s political party), the Turkish Parliament denied permission to U.S. troops to use Turkish territory to open a northern front against Iraq in 2003. During the Georgian crisis in the summer of 2008, Ankara was slow in responding to American requests to send ships into the Black Sea via the Bosporus Strait. An even more flagrant deviation from NATO values has been the nascent military relationship and “strategic partnership” (Erdogan’s words) between Turkey and China, including the unprecedented inclusion of Chinese warplanes in a 2010 Turkish military exercise, called Anatolian Eagle, that had previously included the U.S. and Israel.…

Turkey further deviated from the Western consensus by hosting Sudanese Islamist President Omar Hassan al-Bashir twice in 2008. Bashir was charged with war crimes and genocide in Darfur. Since then, Erdogan has hosted Hezbollah leader Hassan Nasrallah in Ankara and backed Hamas.

Erdogan has visited Iran numerous times since 2009 and has sided with Iran on the nuclear issue, declaring Turkish support for Tehran’s “peaceful nuclear program” and voting repeatedly against American-initiated sanctions against Iran.… Erdogan has agreed to establish a $2 billion crude oil-refinery in northern Iran in defiance of the U.S., and voted against every attempt to censure Iran for building secret uranium enrichment facilities. Turkish banks openly cooperate with Iranian banks to circumvent Western sanctions.…

Erdogan is so unhinged when it comes to Israel that in 2009 he preposterously accused Foreign Minister Avigdor Lieberman of threatening to attack the Gaza Strip with a nuclear weapon. More recently, he has threatened Israel with war over gas fields in the Mediterranean.

Turkey is an important country whose foreign policy reorientation changes the balance of power in the Middle East in favor of the radical Islamist forces. It is negatively affecting the pro-Western orientation of the Central Asian republics. It is considerably weakening the Western strategic alliance, and working assiduously to undermine Israel’s safety and security. Erdogan is directly responsible for this. But of all the world’s leaders, one of the five Obama feels closest to is Erdogan.… Unbelievable.

PERRY WAS RIGHT ON TURKEY AND ISLAMIC TERROR
Nitsana Darshan-Leitner

Jerusalem Post, January 23, 2012

In the wake of Gov. Rick Perry’s withdrawal from the Republican presidential race, pundits argue[d] over the reasons for his rise and fall. But one thing is for certain: Perry was the only candidate who told the truth about Turkey’s support for anti-Israel Islamic terrorists.

Perry was roundly criticized after he remarked, in the January 17 candidates’ debate, that Turkey “is being ruled by what many would perceive to be Islamic terrorists.” In response, The US State Department called Turkey “a stalwart ally” of the United States that “plays a very positive and constructive role in the region.” The New York Times…asserted flat-out that Perry’s statement was “inaccurate” and characterized Turkey’s governing party as “moderate.” Huffington Post columnist Dorian de Wind mocked Perry as an “uninformed Texas cowboy.”

But within hours, Gov. Perry’s critics were left with more than a little egg on their faces as the foreign minister of Iran, the world’s leading terrorist state, arrived in Turkey for a visit aimed at further strengthening the already-friendly relations between the two countries. Iranian Foreign Minister Ali-Akbar Salehi announced in Ankara that trade between his terrorist regime and Turkey, which had been just $5 billion annually in the past, hit $15 b. in 2010 and will reach $30 b. by 2015. Salehi, by the way, has met his Turkish counterpart, Foreign Minister Ahmet Davutoglu, no less than 11 times in the past 12 months. How is that “positive and constructive”?

The truth about Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan and his government is that they have become experts at playing both sides of the fence—making “moderate” noises when Western ears are listening, while collaborating with Islamic terrorists and terrorist regimes whenever they can get away with it.

Thus while the United States has been struggling to find ways to stop Iran’s nuclear development, Erdogan has been defending the Iranians. During his visit to Tehran…in October 2009, he denounced Western sanctions against Iran as “arrogant.…” Iranian president Mahmoud Ahmedinejad reciprocated by praising Erdogan for his “clear stance against” Israel.

In December 2010, Erdogan traveled to Libya—Muammar Gaddafi’s Libya—to receive the “Al-Gaddafi International Prize for Human Rights.” Erdogan was not the least bit embarrassed to accept such an award from one of the world’s worst human rights abusers.… He told reporters that relations between Turkey and Libya were “growing,” and that there was “much Turkish investment” in Gadaffi’s Libya. Three months later, the US was leading the NATO assault on Turkey’s Libyan friends.

Turkey’s support for the Hamas terrorists has been consistent, passionate and unequivocal. The Turkish government sponsored the May 2010 flotilla that was intercepted while attempting to bring prohibited materials to the Hamas regime in Gaza. Erdogan’s claim that the flotilla participants were peaceful civil rights activists crumbled as the whole world watched the chilling YouTube video of the Islamic extremists on board trying to beat an Israeli soldier to death with baseball bats. Other Israeli soldiers were stabbed and nearly drowned. Erdogan said it was the Israeli soldiers who were “terrorizing” the Muslim baseball players.…

[Erdogan also] told PBS’s Charlie Rose last May: “I don’t see Hamas as a terror organization. Hamas is a political party. And it is an organization. It is a resistance movement.…” According to media reports last month, Turkey intends to give Hamas $300 million in aid. And [in January], Hamas leader Ismail Haniyeh received the red carpet treatment on an official state visit to Turkey.…

Those who befriend Iran and finance Hamas have made it clear that they are with the terrorists. Just like Rick Perry said.

THE ‘TURKISH MODEL’ OF DEMOCRACY:
NEITHER MODERATE NOR DEMOCRATIC
Yesim Erez

Pajamas Media, February 1, 2012

Both U.S. policy and Middle Eastern Islamists have repeatedly held up the “Turkish model” as an ideal.… During the last year, Western governments and mass media have urged new, post-revolutionary Arab governments to follow the ‘Turkish model” as a way of achieving a moderate democracy. The problem with this approach is that the Turkish model is not so moderate, democratic, or admirable.

Since achieving power almost a decade ago, the AKP has built, step-by-step, a Putin-style permanent regime by knocking over institution after institution, changing laws to give itself more power, and intimidating opponents.

Now, the last two surviving institutions, [the military and the judiciary], have received this treatment. Top military officers have been forced to resign, and scores have been arrested and imprisoned on flimsy charges. In 2010 the AKP pushed through a series of constitutional amendments that included increasing the number of members in Turkey’s Constitutional Court—its equivalent of a supreme court—from eleven to seventeen, allowing the AKP to achieve a majority of its own supporters. The size of the Supreme Board of Prosecutors and Judges (HSYK), the body that approves judges and prosecutors, was increased from seven to twenty-two appointees. AKP filled the positions with partisans, ensuring itself absolute power over the judiciary branch of government in Turkey.

Under the AKP, Turkey has become a world leader in imprisoning journalists, students, and politicians of opposing viewpoints exercising their rights to free speech. According to the International Center for Prison Studies, the number of people in Turkey’s prisons doubled between 2006 and 2010. Close to half of them are being held without trial.

According to the World Economic Forum’s 2011 “Global Gender Gap Report” measuring the gap between men and women in economic participation, educational attainment, health, and political empowerment, Turkey bottomed at 122 out of 135—down from 106 in 2006, and heading in the direction of Saudi Arabia.…

Since Western governments and media don’t criticize [Erdogan’s] regime, it can claim that it has increased Turkey’s prestige and power in the world. But central to this strategy is the conquest of all national institutions, like the mass media. In 2009, for example, the Dogan Media Group—one of the largest media enterprises to be accused of being “anti-government”—was slapped with a tax fine of about $3 billion, an amount that exceeded its market value. The fine is held over its head as a way of achieving a more positive stance toward the government.…

If the current Turkish regime is the model for the entire Middle East or Muslim world, this is a rather questionable model.…

OPPOSITION BEING SILENCED IN TURKEY
Kemal Kılıçdaroglu

Washington Post, February 5, 2012

Many in Washington have been debating whether Turkey’s governing Justice and Development Party (AKP) could be a model for the Arab Spring.… But the reality in Turkey makes clear that the AKP model does not hold.

On Nov. 9 I visited the Silivri prison where hundreds of journalists, publishers, military officers, academics and politicians are being held. Trials were opened in 2007 on charges that an ultranationalist underground organization had plotted for years to overthrow the government. Many of those indicted have been detained for years without trial. There has not been a single conviction to date. Justice is at stake—and, so far, has been flagrantly denied. At work is an insidious attack on the rule of law by Turkey’s governing party. These trials could have been an occasion for Turkey to achieve a much-needed catharsis for correcting past wrongs, but they have been turned into instruments to silence the opposition and suppress freedoms.

Among those being held are eight opposition members of parliament. Turkey’s high election board declared that these people were qualified to stand for elections, and all won seats in parliament. That they are incarcerated violates their rights under Turkish law as elected representatives of the people.

A universal norm of the rule of law is that one is innocent until proven guilty. Another is that evidence leads to the arrest of a suspect. In today’s Turkey, however, people are treated as guilty until proven innocent. One gets arrested; then authorities gather evidence to establish an infraction. Presumed guilt is the norm. Sadly, all opponents of the government are viewed as potential terrorists or plotters against the state.

The AKP is systematic and ruthless in its persecution of any opposition to its policies. Authoritarian pressure methods such as heavy tax fines and illegal videotaping and phone tapping are widely used to silence opponents. Even more disturbing is the AKP’s claim that such things are being done in the name of democratic progress. The latest government target is the primary vestige of our democracy, the Republican People’s Party (CHP), which I lead.

While at the Silivri center in November, I likened the conditions to those of a concentration camp and said that prosecutors and judges were not meting out justice and did not deserve to be called upholders of justice. This month, I learned that the prosecutor’s office had opened an inquiry into my comments, contending that I was “seeking to influence a fair trial” and “insulting public officials.…” Clearly, an effort to single out the leader of the main opposition party ratchets up the pressures on freedom of expression.…

It all boils down to this: In today’s Turkey, when one criticizes the justice system, one is prosecuted. When one appeals to the courts, one is penalized. But here is why I stand behind my words: I have the right and duty to be critical of all that is wrong in my country. It is my inalienable right to point to injustices and to ask for justice. If the courts are not performing their duty, one can, and should, stand up and say so.…

Turkey today is a country where people live in fear and are divided politically, economically and socially. Our democracy is regressing in terms of the separation of powers, basic human rights and freedoms and social development and justice. Citizens worry deeply about their future. These points are, sadly, reflected in most major international indexes…which rank Turkey quite low in terms of human rights, democracy, freedoms and equality.…

A nation plagued by multiple forms of division and polarization is doomed to failure. Tactics such as oppression, preying on fear and restricting freedoms can help sustain a government’s rule for only so long. Never in history has a government succeeded in ruling permanently through authoritarian measures. Oppression does not endure; righteousness does. Turkey will be no exception.

(Kemal Kılıçdaroğlu is chairman of the Republican People’s Party (CHP),
the main opposition party in Turkey.
)

«JAMAIS LA HAINE NE CESSE PAR LA HAINE; C’EST LA BIENVEILLANCE QUI RECONCILIE.» – SIDDHARTHA GAUTAMA

 

 

L’HISTORIEN ANDRÉ CHAMPAGNE COMMENTE
SUR LE DANGER REPRÉSENTÉ PAR LES FRÈRES MUSULMANS

Dépêche
Pointdebasculecanada.ca, 27 Janvier 2012

Dans un échange avec l’animatrice Catherine Perrin, l’historien André Champagne discuta récemment du danger que représentent les Frères Musulmans dans l’Égypte contemporaine. La diffusion par Radio-Canada d’un commentaire critique à l’égard des Frères Musulmans est un fait inusité qui méritait d’être souligné. L’extrait de l’émission Médium large du 19 janvier 2012 est disponible sur le site de Radio-Canada.

 

Dans sa présentation, André Champagne fait ressortir les points suivants:

 

– Les Frères Musulmans constituent l’organisation islamiste la plus ancienne et la mieux structurée d’Égypte. Ils ont noyauté les organisations professionnelles du pays et l’ensemble de la société.

 

– Dans son Manifeste en 50 points, Hassan al-Banna (1906-1949), le fondateur des Frères Musulmans, préconisait notamment la fermeture des salles de danse qu’il considérait moralement indésirables et la censure du théâtre, du cinéma et des chansons.

 

À l’animatrice Catherine Perrin qui insiste pour rappeler que ces propositions datent des années ’30, Champagne rétorque (avec raison) que c’est toujours le programme qui guide les Frères Musulmans aujourd’hui. Il rappelle que le slogan des Frères continue d’être L’islam c’est la solution.

 

Selon Champagne, c’est le programme des Frères Musulmans concernant les femmes qui demeure le signe le plus clair de leur nature réactionnaire. Il rappelle qu’à son retour d’un séjour de deux ans aux États-Unis dans les années ’40 où il était allé étudier le système scolaire, Sayyid Qutb (1906-1966), l’important intellectuel des Frères Musulmans, avait condamné la place que la femme y occupe. Il s’était insurgé contre l’idée que la femme puisse être l’égale de l’homme.

 

Vers la fin de sa présentation, André Champagne fit lire par l’animatrice cet extrait d’un livre (non identifié) qu’il avait apporté avec lui en studio: «En ce qui concerne le statut des femmes, l’auteur d’À l’ombre du Coran (Sayyid Qutb) juge que leur place naturelle est à la maison. Les sorties doivent être exceptionnelles. Quant à travailler, il ne saurait en être question pour la paix des ménages. Au besoin, le mari peut battre sa femme si elle cherche à séduire d’autres hommes.»

 

Champagne termina en rappelant qu’il sera quasi-impossible de trouver du travail aux millions de jeunes Égyptiens et aux jeunes Arabes des pays avoisinants qui arriveront sur le marché du travail d’ici 2020. Réaliste, il s’attend à ce que les Frères Musulmans fassent tout en leur pouvoir pour exacerber la situation et enrôler la jeunesse au cri de L’islam c’est la solution.

 

La tâche des défenseurs de la liberté en Occident, c’est de partir de conclusions générales telles celles qu’énonce M. Champagne pour en arriver à décrire de façon spécifique comment les Frères Musulmans et autres islamistes opèrent non pas au Caire mais à New-York, à Bruxelles, à Melbourne et à Montréal, en conformité avec les conditions spécifiques qui y prévalent. Étudier l’évolution des sociétés où le processus d’islamisation est plus avancé pour tenter de stopper sa progression en Occident. Passer du général au spécifique. Appliquer les leçons de l’histoire au présent. Voilà notre défi.

EGYPTE: AGRESSIONS SEXUELLES SUR PLACE TAHRIR
Dépêche
postedeveille.ca, 29 Janvier 2012
Source: Woman tells of having pants ripped off, assaulted and prodded in Egypt’s Tahrir Square, Bikyamasr, 26 janvier 2012.
Adaptation Française: Poste de Veille

Cette étrangère à la chevelure blonde a été sauvagement agressée pendant 10 minutes sur place Tahrir le 25 janvier lors d'une manifestation marquant le 1er anniversaire de la chute du régime Moubarak. Elle a quitté les lieux dans une ambulance. Quelques heures plus tôt, trois autres femmes avaient été agressées de la même manière…

 

Elle s’est retrouvée dans son appartement du Caire sans son pantalon, qui lui avait été arraché au centre-ville. Elle et ses deux colocataires ont été attaquées par la foule mercredi sur la place emblématique pendant une manifestation contre la junte militaire. Heather, qui habite dans la capitale égyptienne, a relaté qu’elle s’était rendue sur la place Tahrir avec ses colocataires suédoise et espagnole alors que des milliers de personnes s’y trouvaient pour marquer le premier anniversaire de l’éviction de l'ancien président Hosni Moubarak. «Ils ont commencé à se battre pour savoir qui ferait quoi», a-t-elle dit à Bikyamasr.com dans une interview exclusive. Elle s’est exprimée après avoir vu le reportage sur une étrangère qui avait été déshabillée et agressée à peine quelques heures après elle. «Moi et mes colocataires sommes tombées par terre quand ils nous ont attaquées. Les gens ont arraché mon pantalon pendant que je hurlais et me débattais», a-t-elle poursuivi. L'incident est survenu vers 19 h 30 heure locale, à la tombée de la nuit, «au centre de Tahrir». Elle a dit qu’après lui avoir enlevé son pantalon, les hommes ont continué de tripoter les femmes. «C’est dégoûtant. Ils ont mis leurs doigts dans mon cul», a-t-elle révélé. Heureusement, elles ont été secourues par un homme et une femme et emmenées dans un endroit sûr. Elle a dit qu'elle ne se rappelle pas exactement comment elle a été sauvée de l'attaque violente. «Je tremblais et je pleurais et l’homme et la femme m’ont agrippée et ils nous ont sorties de Tahrir».

 

Plus tard dans la soirée, la question de la violence sexuelle envers les femmes a refait surface après qu’un témoin a rapporté sur Twitter qu’une femme étrangère avait été déshabillée, tripotée et agressée par une foule d’hommes sur place Tahrir. La femme, dont l'identité n'a pas été révélée, a été emmenée dans une ambulance après avoir été agressée pendant 10 minutes. Son mari a été témoin de l’incident et aurait été incapable d’intervenir. «J'ai vu la femme, puis des dizaines d'hommes l'ont entourée et se sont emparés d’elle, et quand elle a appelé à l’aide des gens sont venus mais ils ont été frappés au visage», a écrit le témoin. Ce qui s’est ensuite passé est «épouvantable», a relaté le témoin digne de confiance, qui a demandé à garder l’anonymat: «Les hommes ont commencé à déchirer ses vêtements et à la toucher partout. Quand elle résistait, ils la poussaient. C'était le chaos». Des rapports non confirmés affirment que des hommes l’ont «violée» avec leurs mains. On ne connaît pas pour l’instant la nationalité de cette femme. […]

LES ASSASSINS D'ITAMAR
COUVERTS D'ÉLOGE À LA TV PALESTINIENNE

Laure Onno
Guysen.com, 30 Janvier 2012

Hakim et Amjad Awad, les responsables du massacre d’Itamar ont reçu publiquement les salutations de leur famille lors d’une émission télévisée palestinienne.

 

Invitée la semaine dernière dans «For You», une émission de la télévision officielle de l’Autorité Palestinienne qui adresse des messages aux Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, la famille d’Hakim Awad n’a pas mâché ses mots. Dans le cadre de la «journée du prisonnier», les responsables du massacre d’Itamar, ayant assassiné en mars dernier cinq membres de la famille Fogel en Judée-Samarie, ont ainsi pu recevoir des messages de sympathie, d’encouragements et de félicitations.

 

La mère et la tante d’ Hakim Awad, iront jusqu’à le décrire comme un «héros» ou encore «une légende». Il va sans dire que l’émission fait scandale, d’autant que la présentatrice profite du moment pour adresser aux meurtriers des salutations générales. La voici rapportée par ‘’Palestinian Media Watch’’, une organisation de surveillance des médias basée en Israël:

 

La présentatrice: «Nous avons un appel de la famille du prisonnier Hakim Awad.
-Bonsoir.»

La mère d’Hakim Awad: «-Bonjour. Merci de me mettre en relation avec mon fils, parce que, pour des raisons de sécurité, moi et ma famille avons reçu l’interdiction de lui rendre visite.»

La présentatrice: «-Vas-y ma sœur, nous pouvons transmettre ta parole.»

La mère d’Hakim Awad: «- Mes salutations au cher Hakim d'Awarta, la prunelle de mes yeux, qui à 17 ans a effectué l'opération à Itamar (tuant 5 membres de la famille Fogel), et a été condamné à 5 condamnations à perpétuité et 5 ans de prison.»

La tante d’Hakim Awad: «-Bonsoir. Je suis la sœur du prisonnier Hassan Awad et de Salah Awad. Je suis Umb Habib d’Awarta. Mes chaleureuses salutations à tous les grands prisonniers héroïques, à mon frère Hassan Awad, chef du conseil du village, à mon frère Salah Awad, l’héroïque journaliste fait prisonnier, au héros, lui aussi prisonnier, le lion, mon neveu Yazid Awad, et à mon neveu Hakim Awad, le héros, la légende, je vous salue.»

La présentatrice: «- Nous leur exprimons également nos salutations.»

La tante d’Hakim Awad: «- A Hassan Awad, Yazid Awad, Hakim Awad et Salah Awad, qui sont tous en prison, je leur dédis cette chanson: Mon frère, en isolement cellulaire, ta voix m’appelle. Ne jette pas le fusil, c'est ce que la patrie demande. Dans tes yeux, nous sommes tous des combattants sacrifiés. Mes salutations au son des balles d'Ahmad Saadat et Hakim Awad.»

La présentatrice: «- Merci d’être avec nous, la famille des prisonniers Hassan et Salah Awad, d’Awarta.»

 

En août 2011, un tribunal israélien a fermement condamné les deux auteurs du massacre d’Itamar. Hakim Awad et son cousin Amjad, ont chacun été condamnés à cinq peines à perpétuité et à sept autres années pour avoir brutalement poignardé à mort Udi et Ruth Fogel et trois de leurs enfants: Yoav (11 ans) Elad (4 ans) et Hadas (4 mois), en mars 2011. Le Rav d’Itamar, Rav Nathan Haï, s’est dit «écœuré par une telle attitude qui encense l’assassinat d’enfants» et a appelé «à une réaction immédiate des autorités israéliennes» ainsi «qu’à l’arrestation de la mère et la tante de l’assassin… Quiconque félicite les meurtriers d’innocents encourage de nouveaux actes barbares» conclut le Rav Haï.

LES MENSONGES DE LA MÈRE
DU MEURTRIER PALESTINIEN DE LA FAMILLE FOGEL

Dépêche
philosemitismeblog.blogspot.com, 1 Février 2012
Source: Elder of Ziyon (Fogel massacre postscript: The lying mother of a murderer)

Le bloguer américain Elder of Ziyon avait rapporté (comme beaucoup de blogs) que la mère et la tante de Hakim Awad, l'un des assassins de la famille Fogel d'Itamar, avaient fait son éloge. Elder rappele que lors de l'arrestation de son fils elle avait clamé haut et fort son innocence, preuves médicales à l'appui… Comme quoi la vérité palestinienne est d'une élasticité remarquable. […] Cependant lors de son arrestation, cette même femme et mère affirmait catégoriquement qu'il était innocent! L'agence Ma'an a alors rapporté que la mère disposait d'une série de alibis: «Nouf Awwad a déclaré à Ma'an le dimanche […] que Hakim était toujours en convalescence suite à une opération chirurgicale récente, et qu'il était incapable de parcourir de longues distances à pied et devait à aller aux toilettes toutes les heures. Elle ajoutait la famille que sa santé restait fragile et que la famille avait son dossier médical et recueillait des documents qui seraient utilisés comme preuve dans la défense de Hakim. Elle précisa que Hakim avait été opéré aux testicules à l'hôpital Rafidiya à Naplouse. Il était à la maison [la nuit des meurtres] et est allé se coucher à 21h30», affirma-t-elle.

 

Hakim fut arrêté début avril par les forces israéliennes, était détenu depuis ce moment et n'avait eu aucun contact avec sa famille. Et sa mère Nouf Awwad prétendait qu'elle «ne pouvait pas exclure» que son fils avait été torturé et fait des aveux sous la contrainte. C'est cette même mère qui a confié à un autre journal que l'un des soldats israéliens lui avait dit qu'ils voulaient conclure l'enquête sur le crime, même s'ils devaient fabriquer des charges contre n'importe quelle personne du village. Les militants anti-israéliens militants ont saisi les déclarations de la mère comme «preuve» que Hakim avait été torturé et faussement incriminé par Israël. Quand les meurtriers ont avoué en plein tribunal qu'ils étaient fiers de leur acte ces mêmes critiques se sont, comme d'habitude, tu sur leurs accusations antérieures. Et ils sont très heureux de continuer à croire aux gros mensonges que les Arabes palestiniens racontent sur Israël sans le moindre esprit critique.