Tag: Islamisme France

WEDNESDAY’S “NEWS IN REVIEW” ROUND-UP

 

Media-ocrity of the Week
 

   "Firearms! Can it be considered normal that people turn firearms on police? It's unacceptable … law and order must be restored," France's Interior Minister Manuel Valls told a news conference, upon a visit to Amiens in northern France, adding that a minority of people were terrorizing the local community.  Youths jeered and jostled Valls on Tuesday…when he promised to restore law and order at the scene of overnight riots in which 17 police officers were hurt after being fired at with buckshot and pelted with a hail of objects thrown by youths who set fire to an elementary school and a sports centre and destroyed a police station in the city's northern districts. 
   President Francois Hollande said the state would "mobilize all its resources to combat this violence", which has shaken depressed quarters of major French cities at regular intervals over the past decade and which Valls referred to as urban guerilla behaviour. [Emphasis added – Ed.]
    Police and emergency officials in Amiens were on high alert on Tuesday evening and some, speaking on condition of anonymity, said they feared a further flareup of violence. Unrest is often blamed on a combination of poor job prospects, racial discrimination, a widespread sense of alienation from mainstream society and perceived hostile policing.
   A crowd of about 100 “young men” met Interior Minister Manuel Valls when he arrived in Amiens to discuss two nights of violence apparently sparked by tension over spot police checks on residents.
"Calm down! Calm down!" Valls yelled as the crowd jostled him while he entered the town hall surrounded by bodyguards. (The Daily Telegraph, Aug. 15, 2012) [emphasis added; that the “youths” and “young men” and “urban guerillas” referred to in these articles are Muslims is made clear only by a reference, at the end of the Daily Telegraph piece, to a French study of “Islamic Institutions and Practices” in the French suburbs. – Ed.)
 
_________________________________________________________________________
 
Weekly Quotes  

“This [Iranian] nuclear weapon is intended to create a balance of terror with Israel, to finish off the Zionist enterprise, and to end all Israeli aggression against the Arab nation,” – Hezbollah MP and retired general Walid Sakariya to Hezbollah’s al-Manar TV  “The entire equation in the Middle East will change,” he asserted. ( Times of Israel, Aug. 9, 2012)
 
“Israel's reasons for a future strike on Iran's nuclear facilities are logical and clear: Iran armed with nuclear weapons threatens Israel's existence; the weapons can fall into the hands of terrorists; and it will undoubtedly ignite an arms race in the Middle East that could end in nuclear war. In light of these threats an Israeli government that chooses to sit by and do nothing will have betrayed its public.”—Prof. Benny Morris. (Israel Hayom, August 10, 2012)
 
"I don't believe they've made a decision as to whether or not they will go in and attack Iran at this time,”—US Defense Secretary Leon Panetta to reporters at the Pentagon on Tuesday.  "With regards to the issue of where we're at from a diplomatic point of view, the reality is that we still think there is room to continue to negotiate." he said.  As to Israel’s military capacity, Chairman of the Joint Chiefs of Staff Gen. Martin Dempsey, who also attended the press conference, said “What I’m telling you is based on what I know of their capabilities. And I may not know about all their capabilities. But I think that it’s fair characterization to say that they could delay but not destroy Iran’s nuclear capabilities.” (Reuter’s, Aug. 14, 2012)
 
“The prevalent culture, created by the previous regime (is it truly previous?) is built on fear of Israel. This fear has bred hatred which the prior and current regimes have played on for their own daily purposes. Thus, Israel the country has disappeared and has been replaced by an entity ruled by villains. Villains, as we know, lie, so why should we believe their warnings?”—Egyptian playwright and A-Sharq Al-Awsat columnist Ali Salem—one of the few Egyptians to openly support normalization with Israel…“I clearly believe that the two sacked men [the governor of northern Sinai and chief of general intelligence] genuinely expressed the level of public awareness and level of education in Egypt,”—which led the country’s security forces to disregard Israeli warnings of a looming terrorist attack [in Sinai], claiming they “could not believe” that Muslims would kill Muslims on the eve of Ramadan. (Times of Israel, Aug. 12, 2012)
 
"Are we looking at a president determined to dismantle the machine of tyranny … or one who is retooling the machine of tyranny to serve his interests, removing the military's hold on the state so he can lay the foundations for the authority of the Brotherhood?"–Alaa al-Aswani a prominent Egyptian rights activist and best-selling novelist. "He must correct these mistakes and assure us through actions that he is a president of all Egyptians," wrote the secular al-Aswani before warning that Egyptians will never allow Morsi to turn Egypt into a "Brotherhood state." (Associated Press, Aug. 14, 2012)
 
“I have wracked my brain trying to understand why Israel gets such a disproportionate measure of our moral criticism…I keep coming back to a very difficult conclusion, and that is that there remains an undercurrent of antisemitism in our church, and that disturbs me”  United Church minister Andrew Love, the spiritual leader of Grace Saint Andrew’s United Church in Arnprior [Ontario], who has been trying to counter the calls for a boycott of ‘settlement’ goods by the United Church of Canada’s (UCC) Working Group on Israel/Palestine Policy. “I’m speaking of the United Church but this same debate has infected the United Methodist Church, the Presbyterian Church and the Anglican communion, where Israel has received a disproportionate amount of attention.” (Jewish Tribune, Aug. 7, 2012)
 
"Reading the articles of this [CEDAW] agreement, dear brothers, sends shivers down your spine, and makes your hair stand on end, due to its hideous nature. One of the articles in this agreement, dear brothers, [calls for] complete equality between men and women. Any distinction between men and women is eliminated.One of the articles states that when a girl reaches the age of 18, nobody has guardianship over hernot her father, her husband, her brothers, or anyone for that matter. She can act with complete freedom.” —Saudi Cleric Sa'd Al-Qa'ub commenting on the UN Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women.  […]"They say that a girl younger than 18 has the right to decide when she will become sexually active. It means that she can decide when to exercise her right to commit consensual fornication. On the other hand, she does not have the right to marry before the age of 18.” (Middle East Media Research Institute, July 10, 2012)
 
"When shall I see that day, when we, the Muslims, march on Palestine and liberate Palestine for all the people in the world … and under Islamic law, they will live as equals,"—Zafar Bangash, an Islamic journalist and commentator from Toronto who is shown, in a video from last year’s International Al-Quds [Jerusalem] Day march in Queen’s Park, Toronto available on the website Shia TV, bellowing into a microphone.  Bangash yelled, "The Zionists … claim that Muslims hate Jews … I challenge any Zionist … to come and prove to us that any Jewish people have been oppressed anywhere in the Muslim world." Jewish groups are calling out Ontario Liberals for permitting an "anti-Semitic hate rally" to be held  Aug. 18 at Queen's Park [Toronto].…(Sun News Network, Aug. 9, 2012)
 
“I tell you out of my experience and the position I occupied that the regime is collapsing, morally, materially and economically. Militarily it is crumbling as it no longer occupies more than 30% of Syrian territory,”—former Syrian prime minister Riyad Hijab, in his first public appearance at a news conference in Jordan since defecting to the opposition. “Syria is full of honourable officials and military leaders who are waiting for the chance to join the revolution. I urge the army to follow the example of Egypt and Tunisia’s armies – take the side of the people.” he added. (National Post, Aug. 15, 2012)
 
“The bottom line is that Palestinian incitement is going on all the time….The phenomenon is worrying and disturbing.”—Israel’s Strategic Affairs Ministry director-general Yossi Kuperwasser. He said that “at an institutional level the Palestinian Authority was continuously driving three messages home: that the Palestinians would eventually be the sole sovereign on all the land from the Jordan River to the Mediterranean Sea; that Jews, especially those who live in Israel, were not really human beings but rather “the scum of mankind”; and that all tools were legitimate in the struggle against Israel and the Jews, though the specific tool used at one time or another depended on a cost-benefit analysis.” (Jerusalem Post, Aug. 13, 2012)
(Top)
_________________________________________________________________________
 

Short Takes

 
MORSI FORCES OUT MILITARY CHIEFS—(Cairo)President Mohamed Morsi of Egypt forced the retirement on Sunday of his powerful defense minister General Hussein Tantawi and the Egyptian Army's' Chief of Staff General Sami EnanMorsi has also cancelled the constitutional protections that the Egyptian military has enjoyed and overturned their edicts circumscribing his control over foreign and military policy.  On Sunday, he replaced it with his own declaration, one that gave him broad legislative and executive powers and, potentially, a decisive role in the drafting of Egypt’s still unfinished new constitution.

The maneuvers by Morsi, a former leader of the Muslim Brotherhood, cemented a major shift in power that began with his election in the face of intense opposition from the military. As Caroline Glick has noted in Front page magazine, and the Muslim Brotherhood in Egypt has declared, today Mors completed the Egyptian revolution. Egypt is now an Islamic state. Its leaders drink from the same well as al Qaida, Hamas and all the rest. Egypt, with its US armed military has reemerged after 30 years as the greatest military threat that Israel has ever faced. (New York Times, Front Page Magazine., Aug. 13, 2012)
 
A FAILING STATE? IN SINAI, THE PEOPLE PROTECT THE ARMY —(Rafah, Egypt) Those living in Rafah have military forces responsible for securing the border at their doorsteps. While this should be extra protection for the locals, on Sunday, it was the locals who struggled to save the soldiers undergoing a brutal attack. While local media and politicians alike are dramatically mourning the deceased soldiers, slamming the terrorist playground that Sinai has reportedly become, there is little attention to the incumbent state failure in the peninsula, as manifest in this incident, locals say. (Egypt Independent, Aug. 7, 2012)
 
EGYPT CLOSING UP SMUGGLING TUNNELS, HAMAS ANGRY—(Egypt) Sinai residents have reported to Ahram Online that heavy machinery of the state-owned Arab Contractors company is being used to destroy tunnels linking Egypt and the besieged Gaza Strip. The destruction of the tunnels is happening under the supervision of Egyptian military forces.  Hamas leader Mahmoud El-Zahar confirmed that the Egyptian military was closing the tunnels and would abort any attempt to build new ones. Hamas denies that any Gazans were involved in the attack and is calling Egypt's moves "collective punishment." (Ahram Online Aug 09 2012)
 
RABBIS PROTEST AGAINST 'PROTOCOLS' MOBILE APP(Berlin)A European rabbinical group said Tuesday it is protesting a mobile app of the notorious anti-Semitic text "The Protocols of the Elders of Zion."  Rabbi Pinchas Goldschmidt, president of the Brussels-based Conference of European Rabbis, said in a statement that he would contact Apple to urge that the company remove the app (which is a mobile phone program).  The app, which was released earlier this year, is available only in Arabic and is attributed to the software developer Ahmed Elserety.  The app notes a 1921 investigation by the Times of London and a series of French articles describing how the fraud was perpetrated. Still, Goldschmidt said, it is unacceptable to have such an app on the market. “Although the Protocols of the Elders of Zion can and should be available for academics to study in its proper context, to disseminate such hateful invective as a mobile app is dangerous and inexcusable,he said, warning that it could be "used by anti-Semitic conspiracy theorists and their fellow travelers to pursue their racist agenda."(JTA, Aug. 15, 2012)

LEFT-WING JOURNALIST REGRETS GOLAN STANCE(Jerusalem)“No one likes to admit they were wrong. I don't, either. But sometimes you have no choice.”Ari Shavit, journalist for Ha’aretz. “Since reaching adulthood I believed in peace with Syria. The premises for my belief seemed rational and solid. Peace with Syria would prevent a terrible war and dismantle the array of northern forces that threatened the State of Israel… And now, everything has been upended. It's all been reversed…. I have to admit that if the worldview I had championed had been applied, battalions of global jihadis would be camping near Ein Gev and there would be Al-Qaida bases on the shores of Lake Kinneret. Northern Israel and the country's water sources would be bordering this summer on an armed, extremist Islamic entity that could not be controlled. So, does one conclude that we dare not try peace? No, we must try to obtain a realistic peace. But carefully, friends. Modestly. And always while listening seriously to the serious warnings of those opposed, and with a sober eye on the real world in which we live.” (Ha’aretz, Aug. 9, 2012)

HAMAS LEADER’S FAMILY TREATED IN ISRAELI HOSPITAL (Petach Tikva)Suhila Abd el-Salam, the sister of Hamas Prime Minister in Gaza, Ismail Haniyeh, accompanied her husband for treatment in an Israeli hospital four months ago. According to Israel’s Ynet News, the sister’s husband was admitted to Beilinson Hospital in Petach Tikva, for immediate medical treatment following a serious heart condition.  The couple could have gone to a more advanced medical center in Egypt but opted to come to Israel for medical treatment instead. Israel’s Civil Administration released a report in March stating that 115,000 Palestinians were treated in Israel in 2011, a 13% increase in comparison to the previous year. Meanwhile, Haniyeh refuses to recognize Israel and calls for Palestinian violence against the Jewish state. (Tazpit News Agency, August 7, 2012)
 
SYRIAN MUSLIM BROTHERHOOD FORMS FIGHTING BATTALIONS—(Syria)The Muslim Brotherhood in Syria has formed three armed battalions “for self-defence and to defend the oppressed,” the group’s spokesman Mulham Al-Droubi told Saudi owned daily A-Sharq Al-Awsat that the battalions were created three months ago and are deployed across Syria, but “especially in areas with intense fighting.” He said they operated under the umbrella of the Free Syrian Army, which functions as a regular army but is composed of semi-independent units. Meanwhile, Brotherhood spokesman Droubi was named by the Free Syrian Army last week as a possible candidate for transitional prime minister following the ouster of Bashar Assad, Arab media reported. (Times of Israel, Aug. 5, 2012)
 
PALESTINIAN “PRESIDENT” NEARS RECORD(Israel) “Next week, Mahmoud Abbas will enter the 92nd month of his 48-month term, and now has Yasser Arafat’s record in sight. Arafat was elected president of the Palestinian Authority in 1996, running essentially unopposed (his opponent was a 72-year old woman with no political party). In 2004, in the ninth year of his four-year term, he left office on account of death. His second-in-command was elected president less than two months later, running essentially unopposed (Hamas boycotted the election). Abbas is now midway through the eighth year of his own four-year term, almost certain to break Arafat’s record if he can just stay healthy." (Commentary, Aug. 8, 2012) (Top)

 


ON TOPIC

LA VICTOIRE DE HOLLANDE : INDICATIF D’UN CHANGEMENT CIVILISATIONNEL EN OCCIDENT?

HOLLANDE SERA-T-IL L'OBLIGÉ DE SON ÉLECTORAT MUSULMAN?

Ivan Rioufol
upjif.org, 9  Mai 2012

François Hollande a été notamment élu grâce aux voix des musulmans. Il aurait obtenu 93% des suffrages des votants, selon un sondage OpinionWay publié mardi par Le Figaro. Un sondage TNS Sofres évalue ce pourcentage à 85%. Toujours selon OpinionWay, les catholiques se seraient, eux, portés sur Nicolas Sarkozy à 73% pour les pratiquants réguliers et à 51% pour les non pratiquants. Musulmans et catholiques partageant un même conservatisme lié aux mœurs, à la famille, à la filiation, ce ne sont donc pas les perspectives d’un mariage homosexuel ni d’une euthanasie légalisée qui expliquent cette spectaculaire adhésion au président nouvellement élu. La clé de ce vote doit être recherchée ailleurs, dans les signaux envoyés par le PS en direction d’une communauté attachée à son particularisme culturel. Reste à savoir si cette politique d’accommodements et de connivences, qui n’est pas clairement assumée par un président qui dit vouloir lutter contre le communautarisme, ne risque pas de consolider le multiculturalisme et ses repliements, ces freins à l’intégration. Personnellement, je le redoute.

Les résultats obtenus par Hollande répondent aux vœux du groupe de réflexion socialiste Terra Nova. Ce think tank a publié, le 9 mars 2011, une étude intitulée : "Débat sur l’islam : pour une citoyenneté musulmane". Ce document a l’honnêteté de reconnaître "la mutation profonde et rapide de l’identité de la France" du fait de l’immigration musulmane. Mais de ce constat, Terra Nova estime que "l’intérêt général du pays" est d’accompagner cette mutation en faisant émerger une "puissante citoyenneté musulmane" afin que les musulmans deviennent "acteurs du changement", notamment grâce à l’encouragement au vote. Dans un texte ultérieur intitulé : "Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ?", Terra Nova a même proposé aux socialistes d’abandonner la classe ouvrière et populaire, jugée désormais acquise à la droite, au profit de la "France de demain" constituée par les femmes, les jeunes et les minorités des cités, soit un potentiel évalué entre 10 à 15 millions d’électeurs. C’est cette stratégie, pourtant dénoncée officiellement par le PS, qui a produit ses effets attendus. Hollande tiendrait-il un double discours ?

 En tout cas, ces nouveaux soutiens n’ont pas tardé à se rappeler au bon souvenir du nouveau président de la République. Dès mardi, le collectif AC le Feu, qui s’est fortement impliqué pour inciter les habitants des cités  à se rendre aux urnes, a réclamé immédiatement une "bouffée d‘oxygène". "Le nouveau chef de l’État devra envoyer des signes forts en direction des quartiers populaires de l’ensemble des territoires de France, notamment en ce qui concerne la représentativité qui devra transparaître dès la mise en place de son gouvernement provisoire", écrit le collectif basé en Seine-Saint-Denis : un département où Hollande a fait mieux (65,32%) que dans son fief de Corrèze. Le même jour, le président algérien Abdelaziz  Bouteflika  a estimé que "seule une lecture objective de l’histoire" permettra à la France  et à l’Algérie "de transcender les séquelles du passé douloureux", ouvrant la voie à une énième repentance unilatérale. Hollande saura-t-il ne pas être l’obligé de cet important électorat ?

 RÉFLEXION SUR LE REGARD DE LA FRANCE PORTÉ SUR ISRAËL

Victor Perez

juif.org, 9 Mai 2012

Les ténors du Parti Socialiste ont tous nié, avant le second tour des présidentielles, que les imams de centaines de mosquées, ou encore le théologien Tarik Ramadan aient appelé à voter François Hollande. Au soir de sa victoire les drapeaux de l'Algérie, de Tunisie, du Maroc, d'Égypte, du Liban, ou encore de la « Palestine » ont flotté sur la place de la Bastille. Le drapeau français était, quant à lui, quasi absent. Intrigués, les journalistes de Khouspa Tv ont filmé ce qu'en pensent quelques jeunes militants sur place. Ils obtinrent quatre minutes de stupidités sur le conflit proche-oriental, d'accusations mensongères et de haine pure. Un anti-israélisme primaire partagé à n'en pas douter par un très grand nombre de français. Ce qui impose à tout quidam curieux un certain questionnement.
Comment en 2012, en France la Patrie des droits de l'homme, de telles idées nauséeuses peuvent êtres aussi répandues ?…

Le principal associé du PS, le Front de Gauche, préconise déjà des pressions commerciales, une suspension de l'accord d'association UE-Israël, et l'établissement de listes noires des entreprises israéliennes, françaises et européennes qui auraient un quelconque intérêt économique dans la « colonisation ». Listes établies dans l'objectif de les boycotter et les sanctionner.

Dialoguer ou tenir compte des besoins spécifiques d'Israël ? Quelle idée ! L'os de cette politique écœurante est que le deuxième belligérant est quant à lui systématiquement excusé si ce n'est pardonné. L'assassinat de civils Juifs, l'éducation à l'antisémitisme dans les écoles ou le refus de reconnaître le droit d'existence de l'État d'Israélien tant qu'état du peuple juif ne dérangent nullement les ??bonnes'? consciences françaises quelles soient, intellectuelles, politiques ou médiatiques. Position partisane qui autorise la pensée manichéenne et la mise à l'index de l'état juif par la collectivité.

Faut-il, après cela, s'étonner que la jeunesse soit inculte et haineuse ? Qu'elle descende manifester bruyamment dès que l'occasion se présente en scandant des slogans délégitimant et déshonorant l'état juif ? Que les politiques récupèrent ce mécontentement à leurs seuls profits en poursuivant et amplifiant leur condamnation systématique de « l'entité sioniste » ? Ou encore que les médias tenus par leur idéologie et la fidélité à leur clientèle éduquée à l'anti-israélisme reproduisent aussitôt en les développant les blâmes portés.

Bien sûr que non ! Ainsi la boucle est bouclée et l'espoir d'une marche arrière réduit à rien. Constat qui confirme un avenir sombre pour la France ainsi que pour la communauté juive qui y habite toujours.

FRANÇOIS HOLLANDE, INCH ALLAH
Guy Millière
dreuz.info, 9mai 2012

On parle et on parlera beaucoup encore dans les jours qui viennent des mutations politiques en cours. Un Président de la république s’en va et un autre le remplace. Des élections législatives auront lieu eu juin. On parle et on parlera beaucoup de politique politicienne : qui va s’allier avec qui, et qui peut gagner, ou perdre.
    On parlera de la situation économique du pays et de celle de l’Europe, mais en évitant de trop insister sur les sujets qui fâchent, tels l’endettement catastrophique du pays et les situations de banqueroute qui devraient s’ajouter les unes aux autres, dans un effondrement qui ressemblera, dans quelques mois, à celui d’un château de cartes. 
    On ne parlera pas de sujets pourtant tout aussi essentiels, voire davantage. La France, comme d’autres pays d’Europe, est en train de changer de civilisation. Le changement s’est trouvé enclenché bien plus tôt. Il se poursuit et s’accentue, et avec l’élection de François Hollande, et l’élection vraisemblable d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale dans les semaines à venir, ce changement va connaître une accélération difficilement réversible. 
    Ce changement a reposé depuis longtemps sur une destruction patiente des rouages économiques. La captation par le gouvernement de la richesse produite a augmenté au fil des années. Un nombre croissant d’entreprises ont été placées sous tutelle et en situation de dépendance par le biais de l’économie administrée jusqu’à ce que l’idée de liberté d’entreprendre soit asphyxiée. Un nombre croissant de gens ont été placés eux-mêmes en situation de dépendance par rapport au gouvernement : l’augmentation du nombre des fonctionnaires est allé de pair avec l’augmentation du nombre des chômeurs et des pauvres et avec la démultiplication des allocations versées aux chômeurs et aux pauvres. Comme les engrenages mis en place ont coûté de plus en plus cher et ont fini par coûter si cher qu’il n’a plus semblé possible de taxer beaucoup plus les strates encore actives et dynamiques, et comme les membres des strates encore actives et dynamiques ont commencé à prendre le chemin de l’exil, il a été décidé de recourir à l’endettement qui, lui-même est en train d’atteindre ses limites.
    Ce changement a reposé sur une destruction patiente de la logique et sur une délégitimation graduelle de ce qui a fait la fécondité du monde occidental. Les institutions d’enseignement ont diffusé au fil des ans des discours relativistes suggérant que tout vaut tout, qu’il n’y a plus ni bien ni mal, ni fécondité ni stérilité, que le capitalisme et le libre marché sont délétères, que le développement est destructeur, que l’être humain est une créature polluante, que l’État est bienveillant et doit disséminer une « justice sociale », que les droits fondamentaux sont des droits créances signifiant que chacun a le droit de tendre la main aux fins que le gouvernement distribue. La culture subventionnée a prolongé la destruction et la délégitimation venue des institutions d’enseignement. Les grands médias ont fait le reste.
    Ce changement a reposé sur une dissémination d’éléments de détestation vis-à-vis de la civilisation occidentale elle-même ou, tout au moins, vis-à-vis de ce qui dans la civilisation occidentale était porteur de fécondité. L’Occident a été accusé pour la colonisation, et seul l’Occident semble s’être rendu coupable de quelque chose: les empires non occidentaux ont été totalement exonérés. L’Occident a été accusé pour l’esclavage (ne parlez surtout pas d’esclavage africain ou d’esclavage musulman !), pour le « pillage » des richesses de la terre, pour « l’impérialisme » qu’il est censé avoir pratiqué, pour le racisme qui est censé avoir été son apanage, pour l’exploitation de l’homme par l’homme et l’exploitation de la nature par l’homme, et que sais-je encore.
     L’Occident a été accusé pour le nazisme et le fascisme, dont on a oublié au passage qu’ils ont été des excroissances monstrueuses du socialisme. Des pays occidentaux ont été les heureux bénéficiaires de doses de haine nettement plus intenses : les États-Unis, qui sont un pays abominable, sauf lorsqu’ils portent à la présidence un métis anti-américain d’extrême gauche. Israël, qui est aussi un pays abominable, sauf quand des Israéliens expliquent eux-mêmes qu’ils détestent Israël ou disent qu’ils voient dans des terroristes antisémites des gens désespérés en raison des crimes commis par Israël. 
    Ce changement, au nom de la lutte contre la xénophobie, est passé par la nébulisation dans l’atmosphère d’une xénophilie effrénée qui fait que tout discours sur l’identité nationale tenu par un occidental est décrété abominable, mais que tout discours sur l’identité nationale tenu par un non occidental est décrété admirable, ou que les critiques les plus viles du christianisme sont considérés comme courageuses et nécessaires alors que les critiques vis-à-vis de l’islam sont considérées comme infâmes et racistes vis-à-vis des membres de la race musulmane, inventée pour l’occasion.
    Nous sommes face au résultat. La victoire de François Hollande est celle d’un assemblage de gens qui ne comprennent plus comment la richesse se crée, ce que c’est que le droit, que la richesse n’est pas une substance qu’on peut prélever indéfiniment pour la donner à d’autres. Elle est celle d’un assemblage de gens qui n’ont plus de repères moraux et civilisationnels, et qui ne comprendront vraisemblablement rien quand l’effondrement généralisé de l’Europe viendra.
    Elle est celle des dogmes hétéroclites, simplistes et suicidaires de la gauche. Elle est celle aussi de ce qui a été le grand absent des débats entre les deux tours de l’élection présidentielle et qui restera sans doute le grand absent des débats qui précéderont les élections législatives : l’islam. Oui.
   Les dogmes de la gauche se sont faits les compagnons de route de l’islam en France. Au nom de la tolérance et de l’anti-racisme, ils entendent interdire qu’on évoque le totalitarisme islamique en train d’incendier tout le monde musulman, de l’Afghanistan à la Syrie, de la Turquie au Maroc, en passant par l’Égypte. Ils entendent imposer le silence face à l’extermination des Chrétiens en terres musulmanes et à l’antisémitisme virulent qui monte partout où règne la parole coranique.
    Au nom de la tolérance et de l’anti-racisme, ils entendent tout faire pour que ne soient pas évoquées les banlieues de l’islam, et l’existence en France et ailleurs en Europe d’un islam radical, intolérant, antisémite, anti-occidental.
   Au nom de la liberté de parole et des valeurs de la société ouverte, je dis qu’il faut évoquer le totalitarisme islamique qui monte à nos portes et qui a déjà, souvent, franchi la porte. Je dis qu’il faut parler de l’extermination des chrétiens en terre d’islam, de l’antisémitisme musulman, des banlieues de l’islam, de l’antisémitisme musulman et de l’existence de l’islam radical en France et ailleurs en Europe.
   C’est pour évoquer ces sujets que j’ai écrit, avec Daniel Pipes, un livre bref, et, je pense, indispensable en ces temps troublés. Il s’appelle Face à l’islam radical*. Il a été écrit pour poser les questions qui s’imposent, et pour proposer des réponses. La France, comme d’autres pays d’Europe, est en train de changer de civilisation, disais-je. Il est extrêmement tard pour aller contre le courant. Je veux de toutes mes forces penser qu’il n’est pas trop tard.
   Le soir du 6 mai, place de la Bastille, les drapeaux de tous les pays du dar el islam flottaient, triomphalement, accompagnés de drapeaux rouges ornés de la faucille et du marteau. Les drapeaux français étaient encore tolérés. Quelques drapeaux du mouvement gay étaient visibles : le mouvement gay est toléré, provisoirement, en ce qu’il détruit de l’intérieur la civilisation exécrée par l’islam. Je n’imagine pas que des drapeaux israéliens ou américains auraient eu leur place, sinon pour être brûlés ou piétinés.
   Dans les jours qui ont précédé le 6 mai, une vidéo a été mise en circulation sur le net, appelée 24 H avec FH. On y entend plusieurs fois : François Hollande Inch Allah. Ce n’est pas un hasard. Le vote du 6 mai n’a pas été seulement cela, mais il a été aussi cela : un vote François Hollande Inch Allah. La musique d’accompagnement n’est pas très Inch Allah : elle fait partie aussi de ce qui détruit de l’intérieur la civilisation exécrée par l’islam. C’est un rap de Kanye West, artiste noir gauchiste américain. Il y est question de « putes », d’alcool, de drogue et de « mother fuckers ». François Hollande Mother Fucker aurait été moins porteur sans doute que François Hollande Inch Allah.
   Daniel Pipes pense, comme moi, que rien n’est inéluctable. Nous expliquons dans Face à l’islam radical que rien n’est inéluctable, non, et nous expliquons ce qui se joue. Nous disons aussi qu’il est très tard pour réagir. Vraiment très tard.

 LES PERDANTS DE L’ACCORD LIKOUD-KADIMA

Gilles Finzi
guysen.com, 9  Mai 2012

Le coup d’éclat politique de Benyamin Netanyahou ce mardi 9 mai, aura eu le mérite d’apaiser les inquiétudes au sein de plusieurs partis. En formant la plus large coalition de l’Histoire de l’Etat d’Israël, en unissant Likoud et Kadima, le Premier ministre israélien a évité une périlleuse redistribution des cartes lors d’élections anticipées qui s’annonçaient pour début septembre.

Si c’est Kadima, qui semble avoir été sauvé d’un naufrage certain, qui sort avec le Likoud grand gagnant de la manœuvre, d’autres partis n’ont pas eu d'autre choix que de se résoudre à l’accord qui maintient l’actuelle Knesset, a priori, jusque fin 2013.
Tous les regards se tournent bien sûr vers deux partis, qui jusqu’ici pouvaient se targuer de faire la pluie et le beau temps au sein du gouvernement : Shass, et Israël Beitenou.
Avec le poids nouveau des 28 députés de Kadima, ils ne pourront plus menacer de faire tomber la coalition. Benyamin Netanyahou réduit ainsi sa dépendance à l’égard de partenaires certes conciliants mais exigeants.

Désormais hors de position de faire pression, ces deux partis de droite s’estiment du coup heureux de conserver des postes ministériels, alors que les sondages leur prédisaient, à eux aussi, la perte de plusieurs sièges à la Knesset. Même constat pour Yahadout HaTorah, sans parler d’un Ehoud Barak, dont le poids de son micro-parti Atsmaouth, est insignifiant.

Pour Benyamin Netanyahou en revanche, il s’agit d’une démonstration de force. Au plus haut dans les sondages, et plébiscité pour son action et son aura par les Israéliens, le Chef du gouvernement voit son influence on ne peut plus renforcée. Il contrôle plus que jamais la coalition, et ne craint pas l’éventualité d’élections anticipées si le nouveau Gouvernement s’avérait instable.

La stabilité, c’est d’ailleurs le mot d’ordre, de Benyamin Netanyahou. Il affirme avoir mis sur pied cette nouvelle équipe, pour doter Israël d’une assise ferme, face aux défis en tous genres qui l’attendent.

Shaoul Mofaz, de son côté, assure la survie politique au moins provisoire de Kadima, un parti dont il vient de prendre le leadership à Tsipi Livni, et obtient une place au sein du très stratégique cabinet restreint de sécurité. De quoi faire dire à certains que l’arrivée de cet ancien Chef d’État-Major de Tsahal renforce le sentiment d’imminence d’une importante opération, comme par exemple une intervention en Iran.

Autres grands perdants du deal, les travaillistes, qui espéraient gagner des sièges à la Knesset, en cas d’élections anticipées et qui se retrouvent de facto à la tête d’une mini-opposition en lambeaux. Mais aussi le tout nouveau mouvement de Yaïr Lapid, contraint d’attendre 1 an et demi dans l’opposition, sans le moindre député, de quoi diluer nettement l’effet « nouveauté » lors du prochain scrutin.

Une chose est sûre : c’est une leçon de réalisme politique que vient d’infliger Benyamin Netanyahou à tous ses adversaires.

SOCIÉTÉ ALLEMANDE:

"VOUS ÊTES UNE VRAIE JUIVE, MENTEUSE ET TRICHEUSE"

Philosémistisme, 7  Mai 2012

Une société allemande a présenté des excuses à une cliente en Israël pour l'envoi d'un email antisémite suite à un différend commercial. (Jerusalem Post)

Lars Adler, co-propriétaire de Hoff-Interieur, un fabricant basé à Nuremberg, s'est excusé pour un email envoyé à partir du compte de son entreprise à Eti Doron, qui tient un magasin de jouets à Tel Aviv.  L'email disait que les Juifs sont une maladie et faisait l'éloge de l'écrivain Günter Grass qui a accusé Israël d'être une menace pour la paix mondiale.

Lars Adler a déclaré que le message injurieux a été envoyé, à son insu lorsqu'il était à l'étranger, par son père, M. Walter Adler, le fondateur à la retraite de l'entreprise.

"Veuillez noter que nous regrettons sincèrement l'affront fait à Mme Doron, à sa religion et à votre peuple.  Nous sommes des personnes libérales, cosmopolites, ouvertes et commerçons avec le monde entier depuis de nombreuses années", a-t-il écrit au Jérusalem Post.

M. Adler a déclaré que son père, âgé de 75 ans, n'était plus impliqué dans la gestion de l'entreprise car les médecins avaient diagnostiqué il y a cinq ans qu'il souffrait d'une maladie mentale.

La semaine dernière Eti Doron a montré au JPost le message haineux que lui avait adressé Hoff-Interieur suite à l'annulation d'une transaction d'une valeur de 600 euros.

"Nous voyons que vous avez décidé d'être une vraie Juive, non seulement une menteuse mais aussi une tricheuse.  Votre comportement abominable nous a causé une grosse perte. Nous devons nous rappeler ce qui fut un aphorisme pendant des centaines d'années en Europe, que certaines personnes de votre origine sont la pestilence-la peste pour l'être humain. Nous n'avons jamais cru que c'était vrai, mais vous avez confirmé que c'est bien vrai."