Tag: Quebec

WESTERN LEADERS & PROGRESSIVES DENY ISLAM-TERROR CONNECTION AND SUPPORT NIQAB

Surprise! Study Shows Islamic Terrorism is Islamic: Judith Bergman, Gatestone Institute, Oct. 31, 2017— Western leaders insist that Islamic terrorism has nothing to do with Islam.

The Jewish Blindspot to the Horrors of the Niqab: Barbara Kay, National Post, Oct. 31, 2017— Sir Salman Rushdie spoke at Montreal’s Jewish Public Library last week. We were two of an estimated 700-strong (mostly Jewish) audience.

Burkas, Niqabs Pose Public Safety Risk: Tarek Fatah, Toronto Sun, Oct. 24, 2017— The slur of "racism" has been hurled at Muslims who support Quebec's Bill 62 — the new law banning face coverings, for example the burka and niqab, when giving or receiving government services.

Islamic State Threat is Alive at Israel’s Doorstep Despite Terror Group’s Losses Elsewhere: Yaakov Lappin, JNS, Oct. 26, 2017— During the last several months, Islamic State has seen its self-declared caliphate in Iraq and Syria erode at the hands of a U.S.-backed coalition.

 

On Topic Links

 

Via Rail Plotters Weren’t Sick or Addicted — They Were Evil, FBI Undercover Agent Says: Tom Blackwell, National Post, Oct. 24, 2017

Rohingya Refugee Crisis: The Role of Islamist Terrorists: Lawrence A. Franklin, Gatestone Institute, Oct. 25, 2017

Saudi Women Behind the Wheel: Prince Mohammed’s Litmus Test: Dr. James M. Dorsey, BESA, Oct. 4, 2017

New Study: Most UK Jihadists Tied to Non-Violent Islamism: IPT News, Oct 2, 2017

 

           

SURPRISE! STUDY SHOWS ISLAMIC TERRORISM IS ISLAMIC                                                                      

Judith Bergman

Gatestone Institute, Oct. 31, 2017

 

Western leaders insist that Islamic terrorism has nothing to do with Islam. Evidence to the contrary appeared again this week from Mohamad Jamal Khweis, an ISIS recruit from the United States who said in a 2016 interview with Kurdistan24, "Our daily life was basically prayer, eating and learning about the religion for about eight hours." Khweis was sentenced to 20 years in prison on October 27 for providing material support to ISIS, according to CBS News. As early as 2001, immediately after 9/11, then-President George W. Bush gave a speech in which he claimed that in the United States, the terrorist acts in which over 3,000 people were killed "violate the fundamental tenets of the Islamic faith" and that "Islam is peace".

 

Twelve years and many spectacular terrorist attacks later, in 2013, when two jihadists murdered Lee Rigby in broad daylight in London, the prime minister at the time, David Cameron, declared that the attack was "a betrayal of Islam… there is nothing in Islam that justifies this truly dreadful act". In January 2015, jihadists in Paris shouting "Allahu Akbar" attacked Charlie Hebdo and a kosher supermarket, murdering 15 people. French President François Hollande said that the jihadists had "nothing to do with the Muslim faith". Two years later, when a jihadist targeted the very heart of European democratic civilization, the Houses of Parliament and Westminster Bridge, British PM Theresa May said: "It is wrong to describe this as Islamic terrorism. It is Islamist terrorism and the perversion of a great faith".

 

In the face of hundreds of Muslim terrorists yelling "Allahu Akbar" while bombing, shooting, stabbing, and car-ramming thousands of innocent civilians to death and wounding thousands of others, it would be reasonable to assume that elected representatives might feel obliged to put their denial of reality on hold long enough to read at least bits of the Quran. They might start by reading the commands in "Fight and kill the disbelievers wherever you find them…" (9:5), or, "So fight them until there is no more fitna [strife] and all submit to the religion of Allah" (8:39).

 

If that is asking too much, perhaps they might be willing to consider a recent study by Islamic theologian and professor of Islamic religious education at the University of Vienna, Ednan Aslan, which was commissioned by the Austrian ministry of Foreign Affairs. The purpose of the 310-page study, which was conducted over 18 months and involved interviews with 29 Muslims who were all jailed or in juvenile detention (over half for having committed terrorist offenses) was reportedly to investigate the role that Islam plays in the radicalization of young Muslims in Austria. The study showed that jihadists are not, as Western leaders claim, ignorant of Islam and therefore "perverting" it. On the contrary, the jihadists apparently have a deep understanding of Islamic theology. Aslan explicitly warns against reducing the issue of Islamic terrorism to questions of "frustrated individuals, who have no perspective, are illiterate and have misunderstood Islam".

 

The study found that three factors were particularly relevant to the radicalization process of the interviewees. The first factor was Islam itself: The interviewees had actively participated in their own radicalization, by engaging with the content, norms and standards of Islamic doctrine, and had apparently found this engagement to be a positive turning point in their lives. The study describes the approach to Islam of these men as "Salafism", which it defines as the view that Islam comprises all aspects of life, religious, personal and societal. Moreover, the majority of the men evidently came from religious Muslim homes and were therefore already familiar with the foundations of Islam. The study explicitly states that the prevailing assumption that the majority of radicalized Muslims know very little about Islam could not be confirmed by the interviewers' findings.

 

The second factor was the environment: the specific mosques and imams to which the men went and on which they relied. Although the internet evidently did play a role in the radicalization process, the study showed that face-to-face encounters were more important, and that dawa, proselytizing Islam, played a central role in this process, as the men themselves became missionaries for Islam. Notably, the study showed that the level of theological knowledge determined the individual's role in the hierarchy — the more knowledge they had of Islam, the more authority they had. The third factor was the establishment of a "them and us" distinction between the radicalized men and the rest of the world, especially the belief that the West is an enemy of the Muslim world. The distinction also involved a rejection of democracy and a commitment to the establishment of a caliphate governed by sharia law, which the men want to bring about either through dawa (proselytizing) or violence (jihad)…

[To Read the Full Article Click the Following Link—Ed.]

                                                                       

Contents

THE JEWISH BLINDSPOT TO THE HORRORS OF THE NIQAB                                                  

Barbara Kay

National Post, Oct. 31, 2017

 

Sir Salman Rushdie spoke at Montreal’s Jewish Public Library last week. We were two of an estimated 700-strong (mostly Jewish) audience. Rushdie’s insightful and entertaining address on “literature and politics in the modern world” was excellent, but the evening’s most noteworthy moment arrived with the Q&A, when, inevitably, his response was solicited regarding Quebec’s new Bill 62, which bans face coverings in the realm of public services. Rushdie gracefully sidestepped any comment on the law itself, but did express a robust opinion on the niqab.

 

His own family, Rushdie said, ranged from atheism to full Islamic practice, but “Not even the religious members would accept wearing a veil. They would say it is an instrument of oppression.” My husband and I applauded loudly, but few others did. Rushdie added, “Muslim women in the West who see it as an expression of identity are guilty of what Karl Marx called ‘false consciousness.’ A lot of women are forced to wear the veil. To choose to wear it, in my view, assists in the oppression of their sisters in those parts of the world.”

 

At this point I clapped even more enthusiastically and (alone) bellowed, “Bravo!” But most of the audience continued to sit on their hands. To say I was disappointed in my fellow Jews is an understatement. Here, after all, is a man who knows Islamic fundamentalism and oppression first hand, having endured 20 years of tense vigilance following fatwas against his life for the alleged crime of insulting Islam.

 

The tepid reaction to Rushdie’s statements thus struck me as a rebuke both to Rushdie’s personal ordeal and to the wisdom he brings to the face-covering debate as a critical insider. It’s also proof that even someone of Rushdie’s moral authority is powerless to shift liberal Jews’ reflexive instinct to identify with a perceived underdog, whatever the actual stakes at issue. I even had the sneaking suspicion that if a niqab’d woman in the audience had risen to shake her fist at Rushdie, she would have sparked an approving ovation.

 

I understand why young people are loath to criticize any cultural practice by the Other. They’ve long been steeped in cultural Marxism, which encourages white guilt and forbids criticism of official victim groups, including Muslims (but not Jews). But how did so many of my pre-Marxist, classically liberal Jewish contemporaries, who were, age-wise, disproportionately represented in the audience — especially the women, feminists one and all — fall for what public intellectual Phyllis Chesler calls a “faux feminism” that is “Islamically correct”?

 

I had assumed that my opinion on Bill 62 — that it is a fair law that privileges socially-level communications over a misogynist tribal custom — had solid, if minority, support in my community. The Rushdie evening disabused me of that illusion. Yet, I remain bewildered that Rushdie’s words don’t ring as true to my peers as they do to me. And not just Rushdie. Many Muslims are as “triggered” by the niqab as I am, and for better reason: they came to Canada to escape what it represents in those Islamic countries where it is customary (or obligatory) to wear it. They’re eager to speak up, but most media are too busy romancing the niqab-wearers to hear them.

 

Here’s a thought experiment I’d put to my progressive Jewish friends: How do you feel about the “frumqa”? “Frum” means religious in Yiddish. A frumqa is the Jewish burqa, worn by a few hundred Haredi women in Jerusalem who are sometimes called the “Taliban women.” The frumqa’s creator, Bruria Keren says she wears it “to save men from themselves. A man who sees a woman’s body parts is sexually aroused … Even if he doesn’t sin physically, his impure thoughts are sin in themselves.”

 

I’m glad the frumqa exists for one reason: I can say I find it disturbing in itself and abusive to girls without being called Islamophobic. I can freely say that Haredi fundamentalism and the obsessive gender extremism it incubates is a blot on the Jewish halachic and cultural landscape. Please don’t speak to me of a Jewish woman’s “right” to wear such a travesty of “tzniut” (modesty in dress and behaviour). Indoctrinated women, like inebriated women, are not competent to give informed consent to practices that reduce them to sexual and reproductive “things.”

 

I’d wager there isn’t a single Jewish woman in that Rushdie audience who wouldn’t privately express her visceral disgust with the frumqa, and who furthermore wouldn’t turn a hair if it were banned in Israel (it can’t be: the Haredim hold too much political power there). But over the Other’s burqas they draw a politically correct veil. Forgive me if I conclude it isn’t just Muslim women in the West who are guilty of false consciousness.

 

Contents

BURKAS, NIQABS POSE PUBLIC SAFETY RISK

Tarek Fatah

Toronto Sun, Oct. 24, 2017

 

The slur of "racism" has been hurled at Muslims who support Quebec's Bill 62 — the new law banning face coverings, for example the burka and niqab, when giving or receiving government services. From Ontario Liberal Premier Kathleen Wynne to Ontario Progressive Conservative Leader Patrick Brown, many white politicians and liberal media commentators have been quick to label any support of Bill 62 racist.

 

Since I, a Muslim, support Bill 62, I guess that makes me a racist. Indeed, it's not uncommon to hear whispers suggesting Muslims like me who support the burka and niqab ban are "sell-outs" within the Muslim community. And that white politicians who oppose Bill 62 are trying to salvage the reputation of our community, despite our supposed betrayal.

 

Ontario Liberal Premier Kathleen Wynne and Ontario Progressive Conservative Leader Patrick Brown are fierce political rivals, but both have been quick to label any support of Bill 62 racist. After all, what do these politicians have to lose? The political race to the bottom to curry favour with the so-called "Muslim vote bank" in Canada, as they see it, has worked well for both Conservatives and Liberals, charmed as they are by many second-generation radical Muslims who were born in Canada, some of whom hate Western civilization more than their parents do.

 

But none of the attacks on Quebec's burka/niqab ban were more disingenuous than one told by a well-coiffed hijabi on Canadian television recently, dismissing the public safety aspect of people wearing facemasks. This young Muslim woman claimed there has not been a single incident where someone wearing a burka committed a crime. To set the record straight, here are just a few examples of criminal activities committed by men and women wearing burkas and other face coverings in Canada:

 

Two months ago, on Aug. 17, 2017, an armed robbery took place at a Scotia Bank branch in Milton, Ontario. Police said one of the two suspects was wearing a balaclava; On Sept. 9, 2015, two burka-wearing male teens charged into a Toronto bank in the Yonge Street and Highway 401 area. Both were later arrested in Ajax; On Oct. 14, 2014, two men wearing burkas robbed a Toronto jewelery store in the York Mills and Leslie Street area, and walked away with $500,000 worth of gold and precious stones; On Aug. 18, 2010 an armed robbery by two masked men took place at a Scotiabank branch in Vaughan, north of Toronto; Ottawa police have in the past cited a handful of robberies in that city involving male suspects using Muslim women's religious garments as disguises.

 

Some of us will never forget how a young Toronto Muslim woman, Bano Shahdady, threw off her burka as she was divorcing her husband, only to be stalked by him disguised in a burka. He entered her apartment building and killed her in July 2011. It was a story few media were willing to delve into, but because I knew the family, one journalist did report about this burka-related murder that almost went unreported.

 

Around the world, numerous criminals have fled arrest wearing burkas, everywhere from London's Heathrow airport to the infamous Lal Masjid armed revolt by jihadis in Islamabad. My plea to vote-grabbing Canadian politicians of all political stripes in English-speaking Canada is, for once, be honest. Put the racist card aside and recognize burkas and niqabs pose a serious public safety risk.

 

 

Contents

ISLAMIC STATE THREAT IS ALIVE AT ISRAEL’S DOORSTEP

DESPITE TERROR GROUP’S LOSSES ELSEWHERE

Yaakov Lappin

JNS, Oct. 26, 2017

 

During the last several months, Islamic State has seen its self-declared caliphate in Iraq and Syria erode at the hands of a U.S.-backed coalition. With the recent liberation of Islamic State’s de-facto capital in Raqqa, Syria, by coalition forces, many experts see the jihadist group attempting to bounce back by shifting from “state-building” to bolstering its terror network, including by exploiting lawless areas of the Middle East.

In Egypt’s Sinai Peninsula, despite ongoing efforts by the Egyptian military, an Islamic State-affiliated terror group continues to deliver a succession of painful, deadly attacks on the Arab country’s security forces. With Islamic State’s losses in Syria and Iraq piling up, the Sinai remains an area where the terrorist organization is active and on the attack.  Occasionally, Islamic State’s Sinai affiliate, known as Sinai Province, fires rockets into southern Israel—including an attack in mid-October, sending residents of the Eshkol region fleeing for cover.

 

Yoram Schweitzer, head of the Program on Terrorism and Low Intensity Conflict at the Institute for National Security Studies in Tel Aviv, pointed out that Egyptian authorities do not operate in the Sinai like they do in the Egyptian heartland. Egypt’s counter-terrorist campaign “has some achievements, but not enough to solve the problem and to significantly lower ISIS’s activities.”

 

Egypt has struggled to integrate its security forces effectively, or deploy sufficient special forces, but has been able to cause real damage to Sinai Province during the past year and a half, Schweitzer said. “I don’t think Sinai Province is getting stronger. To a certain extent, it is weaker, but not enough to be repressed,” he told JNS.org. Egypt’s efforts are now receiving support from Bedouin tribes in the Sinai—like the Tarabin tribe—who have grown resentful of Islamic State’s presence, said Schweitzer, a former head of the Counter International Terror Section in the IDF. “The effort is better, but we see that terrorism isn’t breaking,” he said.

 

“They are still able to strike and kill soldiers in high numbers. The Egyptians can’t solve this problem,” Schweitzer added. One possible reason for this, he said, is the fact that Egypt “still doesn’t see Sinai as central enough. So long as there are not massive attacks in the Egyptian heartland, hitting senior government officials or tourist sites, this view will not change.”

 

An Israeli security source closely familiar with the Sinai sector offered rare confirmation of what she described as “tactical cooperation” between Israeli and Egyptian security forces on the border. “We have the same interests,” the source told JNS.org. “We both want to defend the border. We both understand that we are targets for terrorism. Hence we coordinate. It is clear to everyone who the enemy is, and that it is not us or them.” As evidence, the source pointed out that for the past year and a half, Egypt’s border police forces have constructed posts so that their openings face the Israeli side. “They did this out of an understanding that we have a common interest,” she said. “They understand that Israel is the safe side.”

 

The Israeli security source said that once in a while, Islamic State’s Sinai affiliate finds “ways to signal to us that we are in their crosshairs.” Israel does not confirm or deny reports that it launches air strikes on Islamic State in the Sinai, though the terror organization has accused the Jewish state of doing so repeatedly. It is difficult to estimate the size of Sinai Province, but assessments range from between hundreds and a few thousand members, the Israeli source stated. “Its weapons capabilities are varied. It has explosives that are both industrial and homemade, and a rocket stockpile that is not large,” she said. 

 

Asked about the scope of the threat to Israel, the source said, “As of now, our understanding is that Sinai Province’s leadership has issued a directive to focus efforts against the Egyptian security forces. We see that this directive is being followed.” The source was quick to point out that “this does not mean they like us. We are taking into account the fact that a decision, and having the ability, is what separates us from an attack against us.”

 

The IDF is building up its ability to deal with a variety of potential attacks from terrorists in the Sinai—including attempts to infiltrate into Israel and conduct a major attack. “Anything that approaches this sector comes under intense surveillance,” the source said. The Israeli military’s surveillance goes far beyond the Israel-Egypt border fence; any unusual movements are “checked thoroughly,” the source said. Various Israeli intelligence forces have joined forces to keep the area “clean from terrorism,” she added.

 

The source does not believe that Islamic State is getting stronger in the Sinai, but rather, that the terror group has succeeded in maintaining its power there, while it grows weaker in the rest of the Middle East. “They created an ability to continue attacking, keeping up their ‘output,’ and it turns out they can continue to recruit successfully,” she said. “This has not happened in other ISIS zones.” One reason for Islamic State’s continued presence in the Sinai, said the source, is that “for many years…Sinai has been the backyard of Egypt. There was no orderly Egyptian political sovereignty there. This created fertile ground for terrorism to grow uninterrupted.”

 

 

Contents

 

On Topic Links

 

Via Rail Plotters Weren’t Sick or Addicted — They Were Evil, FBI Undercover Agent Says: Tom Blackwell, National Post, Oct. 24, 2017—By the time he was sentenced to life in prison for plotting to wreck a Via Rail train and other terrorist acts, Chiheb Esseghaier had been diagnosed as psychotic, having gone on incoherent rants, spit at a witness and fallen asleep during his trial.

Rohingya Refugee Crisis: The Role of Islamist Terrorists: Lawrence A. Franklin, Gatestone Institute, Oct. 25, 2017—Although the media has extensively covered the Burmese Army's expulsion of Muslim Rohingya people from Rakhine Province in Myanmar — and although no one is recommending the horrors of murder or mass expulsions — little attention has been paid to Rohingya ties to international Islamic terrorism.

Saudi Women Behind the Wheel: Prince Mohammed’s Litmus Test: Dr. James M. Dorsey, BESA, Oct. 4, 2017—If last week’s national day celebrations, during which women were for the first time allowed to enter a stadium, is anything to go by, opposition to the lifting of Saudi Arabia’s ban on women’s driving is likely to be limited to protests on social media.

New Study: Most UK Jihadists Tied to Non-Violent Islamism: IPT News, Oct 2, 2017—Ties to non-violent Islamism are strongly associated with an eventual embrace of jihadism, according to a new study that explores the trajectories of British jihadists.

 

 

 

Doris Strub Epstein: QUEBEC BILL WOULD CURTAIL FREE SPEECH, APPEASE ISLAMISTS

 

 

Quebec's new Bill 59, now in progress toward passage into law, has been called by the National Post, the gravest threat to freedom of expression in Canada today.  It would give new powers to the Quebec Human Rights Commission (QHRC) to combat hate speech, in particular, speech considered Islamophobic, by censoring words that allegedly promote "fear of the other" on the Internet. The bill would allow the QHRC to go after websites that they believe criticize aspects of Islam or Islamism that might be deemed offensive to any individual.

For example, pointdebascule.ca, which exposes, individuals and groups who support terrorism financially or morally, and whose work aids CSIS, could be shut down under this law and its director fined.  A journalist who wrote about the culture of honour and shame which causes violence against girls and women, could be sued. Even if what was written was "true" and "in the public interest", which normally protects writers from defamation lawsuits, there would be no defense with Bill 59.

The announcement of this bill has been under the radar for visibility in the media.  Even Pen International, the association mandated to support freedom of expression for writers, and recently held its 81st annual Congress in Quebec City, didn't mention it, nor on Pen's Quebec website. 

The criminal code already has prohibitions against hate speech and unlike the HRC, a civic body, provides procedural guarantees for those accused – like presumption of innocence.  "The law is redundant and open to abuse", said jurist Julius Grey at the public hearing. The Bill would police the blurry line between hate speech and free speech. 

Bill 59 is being promoted by Jacques Fremont, president of the QHRC and president elect of the University of Ottawa.  He plans to use the new powers to sue "people who would write against…the Islamic religion… on a website or on a Facebook page."  There is a striking similarity here with US President Obama's pronouncement in 2012 that "the future must not belong to those who slander the prophet of Islam."

Terror attacks by Islamists are not the only threat; they plan to infiltrate our institutions.  Barbara Kay writes, "That can't happen so long as we exercise our freedom of speech to denounce Islamism …. which is why Islamists invented the myth of Islamophobia in Western countries."

Jewish representatives at the public hearing were against the legislation, believing the best remedy for hate speech is more freedom of expression, not less.
 

WITH A LIKELY PQ MAJORITY LOOMING, AND THE CONSTANT THREAT OF THE DRACONIAN “CHARTER,” WILL JEWS CONTINUE EXODUS FROM QUEBEC?

We welcome your comments to this and any other CIJR publication. Please address your response to:  Rob Coles, Publications Chairman, Canadian Institute for Jewish Research, PO Box 175, Station  H, Montreal QC H3G 2K7 – Tel: (514) 486-5544 – Fax:(514) 486-8284; E-mail: rob@isranet.org



                                           

Who Will Speak Up For Minority Rights in Quebec?: Andrew Coyne, National Post, Jan. 24, 2014— Discussion of the Parti Québécois’ “Charter of Quebec Values” has until now been conducted rather on the same lines as discussion of a third referendum: as a theoretical possibility, but not an immediate likelihood.

Values Charter Could ‘Devastate’ Community: David Lazarus, Canadian Jewish News, Jan. 26, 2014 — Young Jews will seriously consider leaving Quebec if the Parti Québecois (PQ) forms a majority in the next provincial election and the proposed charter of values becomes law, predicts one of the country’s best-known demographers.

Quebec Charter Can’t Turn Back Demographic Clock 100 Years: Jason Moscovitz, Ottawa Jewish Bulletin, Feb. 14, 2014— I have this sick feeling. Not because the Parti Québécois (PQ) will soon call a Quebec provincial election in which it can win a majority; I feel sick about how the PQ is going to go about it. The Charter of Quebec Values is blossoming as a positive election issue for the PQ.

The PQ’s War Against Faith: Barbara Kay, National Post, Jan. 22, 2014 — It’s not often that we Canadians get to see a show trial in progress. But we’re watching one now — namely, the public hearings on the Quebec government’s proposed Bill 60, popularly known as the Charter of Quebec Values, which would ban religious symbols in the public service to ensure visible neutrality with regard to religious convictions and visible conformity to (Quebec-style) gender equality.

 

On Topic Links

 

Video Shows 'Positive' Criticism of Quebec Charter: Aaron Derfel, Montreal Gazette, Jan. 21, 2014

The PQ Charter and the Jewish Community: Don Macpherson, Montreal Gazette, Jan. 16, 2014

Quebec’s Values Charter Debate Fuels Stereotyping, Tension: Poll: National Post, Jan. 13, 2014

Quebec Business Leaders Sound Warning on PQ Values Charter: Allan Woods, Toronto Star, Feb. 2, 2014

 

 

 

WHO WILL SPEAK UP FOR MINORITY RIGHTS IN QUEBEC?

Andrew Coyne                                                        

National Post, Jan. 24, 2014

 

Discussion of the Parti Québécois’ “Charter of Quebec Values” has until now been conducted rather on the same lines as discussion of a third referendum: as a theoretical possibility, but not an immediate likelihood. The thing was so outlandish, so crude, so ugly in its implications and so obvious in its motives — to this day we have yet to be given a shred of evidence of its necessity — that the consensus was that it was unlikely ever to be put into effect. Quebecers would not stand for this, we told ourselves. It was a throwback to an earlier time, catering to old insecurities, unrepresentative of the Quebec of today. Oh, perhaps it might fly in a few rural backwaters, but never in cosmopolitan Montreal.

 

At any rate, the opposition parties would block it in the legislature. Some watered-down version might pass, an affirmation of the secular character of the Quebec state blah blah blah, but the core of it, the ban on religious garments in the public service — effectively, a ban on religious minorities in the public service — could not possibly become law. Indeed, as more and more hospitals, school boards and municipalities spoke out against Bill 60 (as the legislation is called), as demonstrators marched against it and lawyers denounced it as unconstitutional, and as divisions began to emerge even among Péquistes as to its merits, it seemed increasingly evident the PQ’s desperate gambit — for surely that is what it was — had backfired. Evident, that is, to everyone but the PQ leadership, whose response to this firestorm of opposition was … to tighten the bill further.

 

Well, now, here we are months later, and every one of these wishful myths has been destroyed. The PQ, far from dwindling to a reactionary rump, can now see a majority government within reach: A Léger poll, taken several days after hearings on the bill had begun, put them ahead of the Liberals, 36% to 33% overall, but 43-25 among the francophone population, where elections are won or lost. That wasn’t a tribute to the leadership of Pauline Marois. Neither was there any great surge in support for sovereignty. Rather, it seems clearly to be based on popular support — enthusiasm would perhaps be more apt — for the charter.

 

While nearly half of all Quebecers — 48% — support the bill, according to Léger, that’s almost entirely due to the support it enjoys among francophones, at 57%, compared with just 18% support among the province’s linguistic minorities. The ban on religious garb, in particular, attracts even more support: 60% overall, 69% among francophones — up 11 points since September. And while support is particularly strong outside the metropolitan areas, it is very nearly as strong in Montreal and Quebec City as well.

 

But you don’t need to consult the polls to see how this is playing out. You need only look at how the political parties are reacting. Neither opposition party has come out foursquare against the bill, or even the ban on religious clothing. The Coalition Avenir Québec would restrict its application to persons in positions of authority, such as police officers or judges (as suggested earlier by the Bouchard-Taylor commission on “reasonable accommodation”). Marvellous: so only the minority police officers and judges would be fired.

 

And the Liberals — ah, the Liberals. After dithering for months, while various figures within the party freelanced a range of positions on the issue, the party leader, Philippe Couillard, emerged with a stance of such infinite nuance that it ended up contradicting itself more than the bill. The party would allow public servants to wear the kippa and the hijab, but not the burka and the niqab. OK: the latter two cover the face, which suggests at least some sort of principled underpinning. But then why ban the chador, which does not? Such exquisite parsing has earned the party the ridicule of all sides. With the opposition in disarray, there is growing talk of a spring election, with Bill 60 as its central issue. What once was a theoretical possibility has become a real, and disturbing, probability.

 

By this point, Quebecers can be under no illusion what the bill portends: the expulsion from the public service of thousands of observant Jews, Sikhs, Muslims and even the odd Christian (among the bill’s other anomalies, crucifixes would be permitted, so long as they are not too large), unless they submit to stripping themselves of any outward manifestation of their faith. And the majority seem quite content with this. Rationalize it all we like — a distinctly French approach to secularism, the legacy of Quebec’s Catholic past etc. etc. — but if the polls hold the province is about to elect a separatist majority government, on an explicit appeal to ethnocultural chauvinism. The moral implications of this are profound, and not limited to the province, or its government. They involve us all. Put simply: Is this a state of affairs we can live with in this country? Will our consciences allow it? What, in particular, will be the reaction of the federal government? Will it defend the rights of local minorities, in the role originally envisaged for it, as it has pledged to do? Or will it do as federal governments have done since Laurier, faced with a determined local majority: shrug and abandon them to their fate?

                                                                         

                                                                                   

Contents
                                        

VALUES CHARTER COULD ‘DEVASTATE’ COMMUNITY                      

David Lazarus    

Canadian Jewish News, Jan. 26, 2014

 

Young Jews will seriously consider leaving Quebec if the Parti Québecois (PQ) forms a majority in the next provincial election and the proposed charter of values becomes law, predicts one of the country’s best-known demographers. “It would be naive to think it’s not a serious risk,” said Jack Jedwab, 55, director of the Association for Canadian Studies. Jedwab, who served as director of the Quebec branch of the now-defunct Canadian Jewish Congress from 1988 to 1998, told The CJN that while the province’s Jewish community remains vital and influential, it’s “in a state of serious, serious flux.” But “if this charter thing passes, it could be devastating.”

 

Some 30,000 Jews are believed to have left the province since the PQ formed its first provincial government in 1976. The community’s population now numbers about 90,000. Jedwab said a PQ majority government combined with the passage of Bill 60 would be “a worst-case scenario.” For the Jewish community, the proposed secular charter “is affecting the sense of who we are in society, that we are not equal to our de vieille souche [old stock] co-citizens,” said Jedwab, who is regularly asked to comment on minority issues by French- and English-language news outlets. “It’s coming across as an attack on our identity.”

 

Jedwab said he’s been impressed with the stance taken by the publicly funded Jewish General Hospital, which pledged that it would not enforce a charter rule barring workers from wearing religious symbols on the job. But, like many others, he had no idea how the provincial government would react to the hospital’s civil disobedience. “It’s a major question,” he said…

 

The government is so intent on achieving a majority and getting the charter passed into law by pandering to the province’s most base and xenophobic elements, he said, that it’s “ready to sacrifice its relationship with the Jewish community,” which almost never supports the PQ anyway. It’s clear from the current legislative hearings on Bill 60 that the party is cynically striving to exploit those xenophobic elements and distract from real issues such as the economy, Jedwab said.

 

One of the most troubling aspects of the charter debate for Jedwab is that religious rights are no longer being seen as fundamental or immutable, but as subject to legal manipulation. “It is one of the most worrisome dimensions,” he said. Jedwab is quite familiar with these issues. He was at Congress during the 1995 referendum on sovereignty, when the “No” side barely won and then-PQ premier Jacques Parizeau uttered his infamous comments blaming the “money and ethnic” vote for the razor-thin result. He was also at CJC when the late Quebecor tabloid publisher Pierre Péladeau referred to Quebec’s Jewish community as taking up “too much space,” and when Mordecai Richler suggested that anti-Semitism continued to play a role in Quebec national life. But Jedwab seems more concerned now than previously, saying that the charter is “one of the ugliest initiatives I’ve seen. I’m very, very saddened by the turn of events.”

                                                                                                 

Contents
                                  

QUEBEC CHARTER CAN’T TURN BACK

DEMOGRAPHIC CLOCK 100 YEARS                                              

Jason Moscovitz                                                              

Ottawa Jewish Bulletin, Feb. 14, 2014

 

I have this sick feeling. Not because the Parti Québécois (PQ) will soon call a Quebec provincial election in which it can win a majority; I feel sick about how the PQ is going to go about it. The Charter of Quebec Values is blossoming as a positive election issue for the PQ. Recent polls demonstrate how a growing majority of French Quebecers see the charter as a positive force to bolster their collective rights, emboldening them to almost scream out loud, “They are Quebecers and this is French Quebec.”

 

A few weeks ago, a young woman boarded a plane from New York City to Montreal. She overheard a Québécois couple in conversation about Jewish religious people on the same plane. In French, and not thinking they were being understood, one of them muttered, “I thought we were flying to Montreal not to Israel.” That is the mindset behind the charter.

 

The charter was not as popular when it was first presented six months ago. Even two former Quebec PQ premiers opposed it, as did some nationalist interest groups. They believed proposed legislation eliminating “conspicuous” or overly noticeable religious symbols worn by people in the public sector in Quebec was uncalled for and not worthy of Quebecers. They thought it silly to debate how people serving the public can wear a small crucifix or a small Star of David but not a big one around their neck. They opposed the whole notion of burkas, hijabs, turbans and kippahs being made matters of public policy. What they also knew, but probably wouldn’t say, is how the number of people who actually serve the public with any form of religious garb is so minuscule you would have to ask why any Quebec government would run the risk of having the majority look like heavy-handed bullies.

 

The reason reflects Quebec’s French majority being a minority in North America. Insecurity within that context has always made Quebecers keenly aware of the difference between collective and individual rights. To protect themselves from what they see as a never-ending threat to their language and culture, they believe laws need to be passed sometimes at the expense of individual rights of others. The Charter of Quebec Values follows the template of the Charter of the French Language. The rationale behind both is to protect Quebecers, by protecting their language, their culture and their very existence and growth in Quebec.

 

Perhaps you can better see why that Québécois couple on the Montreal bound plane would ask themselves if they were flying to Montreal or Israel when they saw religious Jews on the plane. You could say they are small-minded xenophobes or you could try to explain it by adding they feel what they feel because the Quebec of their ancestors is, in their minds, threatened. The Charter of Quebec Values may make some Quebecers feel better, but it is not going to change anything concretely. No charter of values can turn the demographic clock back a hundred years. But feeling better is important. Politicians learned a long time ago that the better you make people feel, the more votes you get.

 

The Charter of Quebec Values is not just the product of instant electoral gratification, although it sure looks that way. To be fair, the thinking behind the charter goes back several years to Quebec’s hearings on religious and cultural accommodation. The thinking of that arduous process was accommodation was always possible and desirable in Quebec, as long as limits were set. And that brings us to the beginnings of the legislative word “conspicuous.”

 

Some years back, a rabbi put up a big, “conspicuous” mezuzah in a Montreal condo where few Jews lived. For the record, the other two mezuzahs in the building were small and discreet. Within a month, the condo owner, yours truly, got a call from the administrator of the building. It was a polite and respectful conversation in which I was asked if it were possible to replace the big mezuzah with a small mezuzah. He talked about accommodation. My conclusion, long before the Charter of Quebec Values, was that, if you want a mezuzah in a shared building, make it small so Quebecers can hardly see it, or, perhaps more politely, remember they have a collective right, which enables them to tell you how big they think it should be.

 

                                                                                                 

Contents
                                  

THE PQ’S WAR AGAINST FAITH                                                        

Barbara Kay                                             

National Post, Jan. 22, 2014

 

It’s not often that we Canadians get to see a show trial in progress. But we’re watching one now — namely, the public hearings on the Quebec government’s proposed Bill 60, popularly known as the Charter of Quebec Values, which would ban religious symbols in the public service to ensure visible neutrality with regard to religious convictions and visible conformity to (Quebec-style) gender equality.

 

The outcome of the hearings already is known: Bill 60 will remain unchanged. The show trial’s purpose is to keep Quebec’s francophone populace continuously distracted and tribally pumped until an election is called. Since they cannot win on the usual grounds of good economic management and governance, the Parti Québécois are gambling on fear and ethnic pride as their ticket to power. It could pay off. A new Leger Marketing survey for QMI Agency suggests the PQ is, for the first time, “mathematically in position to win a majority government since their [minority] election [win] in 2012.” Nearly half the respondents reported themselves pleased with the Charter, with support much higher among francophones than other groups.

 

With hostility to the bill largely centralized in multicultural Montreal; with the anti-PQ vote split between two parties (the Liberals and Coalition Avenir Québec, both emanating equivocal, somewhat panicky vibes on the Charter); and with voting power weighted to Quebec’s homogeneously francophone regions: The reality is that Quebec may, through an impeccably democratic process, become a province where self-identifying members of faith communities are second-class citizens when giving and receiving public services.

 

The rationale for the Charter is similar to the thinking behind draconian language laws such as Bill 101. Quebec is a distinct, but vulnerable society, René Lévesque believed, with French the vehicle for Quebec’s unique culture; therefore the “face” of society must be French, with English minimized, to preserve the culture. Following the same logic, overtly expressed religious faith now is perceived as threatening to the secular character of Quebec culture. Bill 60 would neutralize the “face” of Quebec with regard to religious belief, especially belief in traditional gender roles.

 

This is poor reasoning. People may love one language, yet speak many, according to their situation. Language is a means to personal, cultural and transactional ends. But settled convictions are ends in themselves and never interchangeable. So unless a faith symbol actively harms the civic environment, there can be no democratic reason to ban it. (I will concede, however, that the actual covering of one’s face — as opposed to merely one’s hair — is psychologically threatening, and does impede social reciprocity. If the Liberals’ fully justifiable Bill 94, banning face-covering in public services, had been passed, the PQ’s Bill 60’s appeal would have been sharply diminished.) Bans on jewellery and head cover not only change the relationship of individuals to the state; they also transform relations between citizens, creating a hierarchy of civic worthiness in the minds of all, according to which participation in Quebec culture is predicated on the trivialization of faith.

 

Because Quebec’s elites are so hostile to their own Catholic cultural roots (even though cynical politicians have no problem exploiting their former faith’s religious symbols as protected “heritage” symbols in exploiting residual nostalgia amongst older voters), they have lost the capacity to understand faith’s character and its collective resilience when under threat. Politicians should realize that promoting secular conformity through voluntary submission to moral authoritativeness would be a far better path, in the end, than demanding sullen compliance through political authoritarianism.

 

Judaism, Islam and Christianity are the three main religions targeted by the Charter. Adherents of all three who wear faith symbols are precisely those representatives of their religions who are most likely to find meaning in sacred traditions and conventions deriving their authority from the pre-state past, and for whom sexual restraint and the family are the pillars of civilization.

 

How likely are these groups to accept humiliation from political masters whose own “culture” is based in rejection of the religion that created it? How likely are they to respect a “gender equality” ideal that is accompanied by indifference to marriage, widespread family breakdown and high abortion rates? Indeed, to any person of real faith, Quebec’s aggressive secularism seems more a source of cultural malaise than a strength.

 

It’s clear that Bill 60 is a transparently coarse, fear-mongering appeal to the least rational, most xenophobic elements of Quebec’s population. It may come to pass (even if it involves over-riding constitutional barriers with the Charter of Rights’ notwithstanding clause). But if that happens, the PQ may be surprised at the depth of the backlash.

 

Contents

                                                                          

Video Shows 'Positive' Criticism of Quebec Charter: Aaron Derfel, Montreal Gazette, Jan. 21, 2014 —It’s a video that some staunch supporters of the Charter of Quebec Values don’t want you to see. Produced with the full co-operation of the Jewish General Hospital, the video shows moving, compassionate images of health-care workers treating patients — all the while wearing the hijab, kippa and turban.                                                       

The PQ Charter and the Jewish Community: Don Macpherson, Montreal Gazette, Jan. 16, 2014—The Parti Québécois “values” charter would have a “devastating” effect on Quebec’s Jewish community. It could “damage” its “continuity,” and “compromise (its) acquired rights and its future.” And it risks creating “social conflicts.”                                           

Quebec’s Values Charter Debate Fuels Stereotyping, Tension: Poll: National Post, Jan. 13, 2014—As hearings begin Tuesday on the proposed Quebec Charter of Values, a new public opinion poll suggests even some Quebecers who support restrictions on religious symbols in public institutions think the move is already fuelling stereotyping and tension among the province’s communities and is likely to foster civil disobedience.                     

Quebec Business Leaders Sound Warning on PQ Values Charter: Allan Woods, Toronto Star, Feb. 2, 2014 —You know an issue has touched a nerve in Quebec when the business community turns to the microphones and television cameras. The province’s captains of enterprise did it in advance of French-language laws introduced in the 1970s.

 

 

 

 Contents:         

Visit CIJR’s Bi-Weekly Webzine: Israzine.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing is available by e-mail.
Please urge colleagues, friends, and family to visit our website for more information on our ISRANET series.
To join our distribution list, or to unsubscribe, visit us at http://www.isranet.org/.

The ISRANET Daily Briefing is a service of CIJR. We hope that you find it useful and that you will support it and our pro-Israel educational work by forwarding a minimum $90.00 tax-deductible contribution [please send a cheque or VISA/MasterCard information to CIJR (see cover page for address)]. All donations include a membership-subscription to our respected quarterly ISRAFAX print magazine, which will be mailed to your home.

CIJR’s ISRANET Daily Briefing attempts to convey a wide variety of opinions on Israel, the Middle East and the Jewish world for its readers’ educational and research purposes. Reprinted articles and documents express the opinions of their authors, and do not necessarily reflect the viewpoint of the Canadian Institute for Jewish Research.

 

 

Rob Coles, Publications Chairman, Canadian Institute for Jewish ResearchL'institut Canadien de recherches sur le Judaïsme, www.isranet.org

Tel: (514) 486-5544 – Fax:(514) 486-8284 ; ber@isranet.org

Prof. Ira Robinson: The “Charter of Values” and Freedom of Religion in Quebec

The "Charter of Values" (Bill 60) is being presented to the public by the present Quebec Government as a “social project “, essentially like that of the Charter of the French Language (Bill 101) . Therefore we must consider it in this light. In the case of the predominance of the French language in Quebec, we can see that, in the past decades, there has developed in Quebec a large consensus; though even today there is still debate on some details (e.g. whether eligibility for education in English schools in Quebec should be more inclusive or more restricted).

Now the question we must ask is this:  Has the “Charter of Values” achieved a similar broad consensus in our society? The answer to this question is decidedly negative. The opposition to Bill 60 among Quebecers certainly includes the minority religious and cultural communities directly involved. But, according to all public opinion surveys, opposition to this proposed legislation is much greater than the percentage of "cultural communities" in Quebec society.
Why is this so? I would say that the reasons the provisions of the bill are not being accepted by a large consensus in Quebec is because there is an appearance of a lack of equality in the project. In order to establish a system of religious "neutrality", the Quebec government is prepared to play around with another fundamental principle of Quebec, Canadian, and, indeed,  all advanced western societies : freedom of conscience and religious practice.  It is in this light that the legislation envisages amending the Quebec Charter of Human Rights.

In Quebec society, as it has evolved in recent decades, it is deemed possible to deny the rights of the individual in the interests of the perceived needs of society at large, e.g.  Bill 101 on the protection of the French language. But the law for the protection of the French language was established on the basis of a clear societal consensus and for a clear reason, and even those who oppose the details of this law agree that the law in principle is attempting to prevent the “disappearance” of a majority francophone society in North America, a situation that just might take place without special protection for the French language.

Now we need to ask another question: is the "danger" that is deemed by the authors of Bill 60 to threaten our society because of those who wear conspicuous religious symbols similar to the other existential danger– a francophone society disappeared—for which individual rights have been sacrificed? Even those who support Bill 60 recognize that in the current Quebec government and public service, those who wear overt religious signs are almost nonexistent. Thus, in order to establish the principle of the "neutrality" of the state, the people who have proposed this legislation are ready to amend the Quebec human rights charter.  They thus are attempting to protect Quebec society from a danger that exists now almost wholly in theory.
If, indeed, a problem with the public service of Quebec does not exist currently, why are the proponents of this legislation so willing to deny the rights of the individual to freedom of religious expression?   It is largely because they are afraid of the negative societal influence of religion in general. Primarily, this is expressed as a fear of religious communities relatively recently arrived in Quebec (especially Muslims). However we can discern in the debates and in the reportage on the bill a much more generalized fear of religion and its influence on our society. There is a great desire to emancipate Quebec from any and all religious influence. This desire harks back to a collective memory of “la grande noirceur”, the "great darkness", an almost mythical epoch today, in which the Catholic Church in Quebec controlled a vast network of educational establishments, health institutions, and social services. Even Christians, who do not generally wear conspicuous religious clothing, are now accused in the media of a negative influence on Quebec society, especially with respect to equality between women and men. For those who support this bill, the possibility of a return of the influence of religion is such a nightmare that on the basis of a theoretical possibility alone, they are ready to amend the right to full freedom of religious practice in Quebec.

According to the bill, public institutions, semi-public institutions such as universities, companies seeking government contracts, and even day care establishments would need to “prove" their religious neutrality. However, it is clear and evident that the real obligation of such "proof" falls on individuals. Individuals in our society who do not wear conspicuous religious symbols have no need to “prove” their bona fides.  It is just assumed they support the values of the secular state and of equality between men and women even if they are really opposed. However for individuals who wear overt religious signs, it is to be assumed that they are opposed to these principles, even if they actually support them. Thus, according to the bill, a bearer of a “conspicuous religious sign" would have no means of protesting his or her bona fides other than to stop wearing the kippah, turban or veil.

Martin Luther King said in his great "I Have a Dream" speech in Washington 50 years ago, "I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character."  Now in Quebec, the authors of Bill 60 are saying to us, in effect, "We have a dream that one day, in Quebec, a person will not be judged by the content of his character, but rather by the appearance of his or her conspicuous religious clothing.”

 

(Prof. Ira Robinson, Religion, Concordia University, is a CIJR Academic Fellow)

LA SINGULARITÉ DE LA SHOAH ET L’INDÉPENDANCE D’ISRAËL

 

 

 

 

 

 

La singularité de la Shoah et l’indépendance d’Israël

Freddy Eytan

Le CAPE de Jérusalem, 10 avril 2013

 

L’amour de Sion nous porte depuis des millénaires et le mouvement sioniste politique existe depuis Theodore Herzl, mais la Shoah a rendu la création d’Israël urgente, obligatoire, vitale et immanente. La création de l’Etat juif est le triomphe de la vie sur la mort, la victoire des prières entendues. Juste après la guerre, les Européens, encore troublés et culpabilisés, ont préféré tourner la page furtivement. Le Vatican a fermé ses archives. Les portes du souvenir ont été bouclées à double tour. Personne n’osait franchir les murs d’acier et vérifier les arcanes du monde de l’indifférence, remuer un passé flou et douteux. Derrière le rideau de fer, les camps de la mort résonnaient encore des cris des âmes pures et innocentes. Les cendres de nos proches, de nos coreligionnaires, ont été absorbées, englouties dans le sol européen. Les années sombres ont plongé les survivants de la guerre dans la honte et la réflexion pragmatique, matérielle. L’Europe meurtrie et ruinée par la guerre était surtout préoccupée par sa reconstruction, par le plan Marshall et par la réconciliation avec la nouvelle Allemagne du chancelier Adenauer. Le procès de Nuremberg, les condamnations des crimes de guerre et l’emprisonnement des nazis ont fermé la page, le lourd dossier. Le passé était déjà “lointain” et pour certains “mort et enterré”. Les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki par l’arme atomique ont éclipsé les atrocités de la Shoah.

 

L’Europe rouge de honte et souillée de sang de la guerre devait d’abord se bâtir sur les ruines des camps de concentration et des champs de bataille, et s’unir pour retrouver la paix et la sécurité. La Shoah des Juifs n’était qu’un “épisode de la guerre” et demeurait pour certains ” l’affaire des Juifs”…

 

Depuis le procès d’Adolf Eichmann, le monde s’est réveillé  de sa torpeur, de son indifférence dormante. Des bibliothèques ont été écrites sur l’holocauste des Juifs durant la Deuxième Guerre mondiale. D’innombrables ouvrages, des documents historiques, des films documentaires et des longs métrages, des albums individuels et collectifs ont raconté avec émotion cette grande catastrophe de l’histoire contemporaine devenue tristement célèbre. Des chercheurs se sont attelés avec acharnement à découvrir la vérité  et des instituts ont été fondés pour la mémoire de la Shoah en Europe, en Amérique et au Japon.  La chasse contre les anciens nazis a été lancée tous azimuts.

 

Certes, presque tout a été dit et raconté sur la Shoah, et publié avec l’appui de preuves et de documents irréfutables, et pourtant, 70 ans après le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, on demeure perplexe face à l’hécatombe. Les grands comme les petits s’interrogent  toujours, posent des questions et se demandent comment cela a pu être imaginé, planifié et exécuté? Pourquoi cette haine féroce contre tout un peuple? Pourquoi la barque de l’humanité a-t-elle brusquement sombré en Europe? Comment la dignité et les droits de l’homme ont-ils été bafoués au XXe siècle? Pourquoi cette collaboration avec Satan? Pourquoi le Vatican et de nombreuses nations ont gardé le silence et ont laissé faire? Pourquoi Dieu miséricorde était absent? Ou était-il à Auschwitz-Birkenau? Pourquoi s’est-il caché? Pourquoi le Roi de l’univers, notre Créateur, a préféré garder le silence? Pourquoi les Juifs et le monde libre n’ont pas sonné, avec force, le cri d’alarme? Ne se sont-ils pas révoltés en masse et à temps? N’ont-ils pas refusé  la servitude! L’Esclavage!  Plus d’un million et demi d’enfants, dont le seul crime était d’être né de parents juifs, ont été massacrés durant cette guerre. Pourquoi avoir arraché des bébés de leurs berceaux et les avoir jeté par milliers dans la gueule des fours crématoires, dans les flambées du diable? Pourquoi avoir enlevé par la force bestiale un enfant des bras de sa mère et l’envoyer dans les feux de l’enfer? Qu’a-t-il fait? Quel crime a-t-il commis? Au nom de quelle justice? De quelle loi? A titre de quelle mission? Au nom de quoi, de quelle doctrine, les bourreaux ont-ils agi?

 

Aucune explication raisonnable à l’antisémitisme, rien n’explique la Shoah. L’aveuglement des régimes, la passivité administrative et diplomatique, l’esprit de Munich ont contribué à l’abandon des Juifs et des victimes.

 

Comment des dizaines de milliers d’adolescents, fébriles et innocents, portant des pyjamas rayés marqués par une étoile jaune, ont-ils  vécu ces moments terribles  avant de partir dans les trains de la mort, dans les wagons à bestiaux de l’enfer? Qui sont ces enfants cachés qui ont échappé à l’abattoir, au massacre? Qui sont les Justes des nations, chrétiens, musulmans, agnostiques et athées, qui ont réussi à sauver de nombreuses vies humaines y compris au Japon, allié d’Hitler? Les questions sont nombreuses et certaines demeurent sans réponse. Notre devoir est de répondre aux jeunes, à toute une jeunesse assoiffée de connaissance et qui aspire à vivre en paix et en sécurité. Nous devons enseigner aux jeunes l’horreur des atrocités et les crimes commis d’une monstruosité  inouïe. C’est notre devoir civique.

 

La singularité  de la Shoah se distingue non seulement par la dimension quantitative du massacre que dans la désignation des victimes. Des hommes, des femmes et des enfants ont été marqués de l’étoile jaune, déclarés publiquement coupables puis exterminés simplement parce qu’ils étaient nés Juifs.

 

On assiste aujourd’hui encore à une banalisation de la Shoah.  Le mot “holocauste” est devenu trivial, et il est prononcé  trop souvent pour définir toutes sortes de situations dramatiques ou catastrophes. Le fléau de l’antisémitisme existe toujours sous différentes formes. Certains groupes et mouvements démentent publiquement la Shoah dans des articles et des tribunes y compris en Allemagne. D’autres, en France, évoquent un “détail” durant la Guerre. Des dirigeants de grands peuples, membres de l’ONU, lancent des appels à la destruction de l’Etat juif. Des écrivains, des intellectuels et des évêques intégristes contestent la véracité de la Shoah. Des leaders religieux incitent à la haine du Juif et au culte de la mort. Lors des crises financières et économiques mondiales, les antisémites se réveillent et relancent leur vague de haine contre “ceux qui détiennent le pouvoir de l’argent, les banques et les bourses”. Aujourd’hui encore, en 2013, les Juifs sont toujours sur la sellette, susceptibles d’être désignés comme les boucs émissaires. Nombreux sont ceux en Europe à penser que la crise financière est la faute des Juifs? Pourquoi?!

 

Nier le passé des peuples c’est nier la vérité. Tout ce qui concerne la Shoah est un devoir sacré. Il a pour but de préserver l’identité de millions d’êtres humains tués sauvagement par des hommes sanguinaires. Nous représentons fidèlement leur héritage et leurs noms. Nous sommes, respectueusement,  les fils et les filles, leurs porte-parole, leurs voix, leurs multiples échos, et leurs tombeaux vivants.

 

Le syndrome de la Shoah nous hante toujours car les menaces sont omniprésentes. Dans les moments où Israël regardait la mort en face, dans les circonstances terribles que nous avons vécues, avant la guerre des Six Jours en 1967,  durant la guerre du Kippour en 1973, pendant la Première guerre du Golfe et face à la menace nucléaire de l’Iran, les images de la Shoah resurgissent toujours. Le monde devrait être plus compréhensible à nos souffrances et aux malheurs de notre douloureux passé. Certes, nous réfutons la pitié et le peuple israélien n’est pas malheureux et il se défendra seul pour son existence, mais à chaque menace, devant chaque guerre, nous vivons toujours dans l’angoisse du syndrome de la Shoah. Notre pays se transforme en un ghetto assiégé et nos frontières en celles des barrières d’Auschwitz. Le repli sur nous-mêmes, nos opinions intransigeantes pour notre défense et notre sécurité sont des phénomènes naturels et devraient être pris en considération dans toutes les négociations de paix avec nos voisins arabes.

 

Cependant, en dépit de la barbarie de la Shoah, le peuple israélien a réussi à garder un visage humain. Sa justice implacable est toujours imprégnée par une morale universelle, celles des valeurs de la Bible et du Judaïsme. La Shoah ne devrait pas non plus servir de prétexte, une raison alléguée pour dissimuler les problèmes et les conflits, une sorte d’alibi pour ne pas éprouver la solidarité, l’empathie envers les malheurs des autres et notamment nos voisins. Les fils et les filles des survivants de la Shoah sont toujours capables de faire des concessions douloureuses pour aboutir à une paix juste et sincère. La force de notre peuple est de pouvoir, dans la douleur et la souffrance, demeurer généreux, prier pour le bonheur de tous sans distinction et poursuivre le chemin de la paix et de la justice contre vents et marées. Il est très important aussi de ne pas faire l’amalgame entre une campagne qui dénonce la politique israélienne dans les territoires et l’antisémitisme. Il est légitime de critiquer telle ou telle politique gouvernementale. Des pays européens amis, tels que la France, la Grande Bretagne ou l’Allemagne ne sont pas aujourd’hui des pays antisémites, mais il existe hélas dans ces pays des antisémites et des négationnistes notoires que nous devons ensemble combattre. 

 

L’Europe qui a été, en juillet 1938, indifférente au sort des réfugiés juifs rescapés de l’Anschluss devrait prendre plus au sérieux le fléau du négationnisme. Bien que des lois aient été adoptées, seules des sanctions sévères, une vigilance sans relâche et surtout un programme éducatif à tous les niveaux pourront mettre un terme au négationnisme, à la renaissance de l’antisémitisme et aux nouvelles menaces.

 

L’ancrage de la morale et notre mémoire rendent hommage aux victimes, pour ne jamais oublier! Mettre un terme définitif à la lâcheté, à la barbarie! Au génocide! Pour ne plus que cela ne recommence! Plus jamais ça!

 

Quand seul Kerry veut y croire

Sami el Soudi

menapress.org, 10 avril 2013

 

Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, déploie ces jours une intense activité diplomatique pour tenter de ramener Palestiniens et Israéliens à la table de négociation. Mais le ministre américain, en dépit de toute sa bonne volonté, n’est pas parvenu à rendre l’optimisme à ses interlocuteurs

 

Après en avoir discuté avec le 1er ministre Binyamin Netanyahu, Kerry a proposé à Ramallah une série de mesures économiques et politiques afin de convaincre les dirigeants de l’Autorité de participer à nouveau au processus en vue du règlement pacifique du différend. Avec le soutien du Président Obama, les Etats-Unis ont déjà obtenu de Mahmoud Abbas et de Salam Fayyad – souffrant et récemment hospitalisé quelques jours durant – que l’AP abandonne son exigence d’un gel complet des implantations, y compris à Jérusalem-est, pour entrer en matière.

 

Ramallah accepterait un gel partiel, qui durerait le temps de la négociation. Les responsables palestiniens ont modifié cette approche à la demande de Washington, qui leur avait signifié que si cette condition était maintenue, les pourparlers n’avaient aucune chance de reprendre. Les Etats-Unis avaient fait remarquer à Mahmoud Abbas que s’il ne faisait pas montre de souplesse sur ce point, l’AP passerait aux yeux du monde industrialisé pour le responsable principal du statu quo. Argument encore plus convaincant : faute de l’abandon de cette position, l’Administration US avait informé les Palestiniens qu’elle ne s’impliquerait pas dans la réactivation de ses efforts diplomatiques pour mettre un terme à l’absence de dialogue qui prévaut depuis quatre ans maintenant. Précisément depuis la minute à laquelle M. Netanyahu est redevenu 1er ministre de l’Etat hébreu.

 

En revanche, Barack Obama était venu à la Moukata et à Bethlehem leur promettre, qu’en cas d’abandon de cette précondition, lui et son gouvernement s’investiraient à nouveau dans la poursuite d’une solution. Abbas avait demandé si cela inclurait des pressions économiques et politiques sur Jérusalem, ce à quoi le pensionnaire de la Maison Blanche avait répondu par la négative. Il avait argué qu’il avait déjà tenté cette méthode et qu’elle avait eu plus d’effets négatifs que positifs, participant à raidir la position du cabinet en place en Israël, et à augmenter sa popularité auprès du public.

 

De plus, les analyses expertes de mes camarades de l’agence ont démontré que l’unique superpuissance restante se trouvait désormais dans une phase de désengagement des conflits du monde, et, qu’à ce titre et vu la situation prévalant au Proche et au Moyen-Orient, il était dans son intérêt de conserver les meilleurs rapports possibles avec l’Etat hébreu. Ces commentaires très réalistes du numéro 1 mondial avaient provoqué une sévère déception parmi son auditoire palestinien ; les observateurs avaient noté, à ce sujet, les visages fermés de nos dirigeants durant les cérémonies officielles, qui prirent un caractère purement protocolaire.

 

Pour ne rien arranger à la lourdeur de l’ambiance, la fanfare de la police palestinienne à Bethlehem avait massacré l’hymne US, et certains diplomates redoutaient qu’elle ne l’eût fait exprès ou même sur ordre. D’expérience, je suis toutefois en mesure de rassurer leurs doutes : cet orchestre est médiocre et corrompu et il égratigne tous les morceaux qu’il interprète. Après avoir écouté les propos de M. Obama, il importait à la direction de l’AP de se hâter de définir une nouvelle ligne stratégique ainsi que des tactiques adaptées. Ce qu’elle s’empressa de faire.

 

A Ramallah, on commença par envoyer des barons du Fath’ expliquer à la presse étrangère qu’une libéralisation de la circulation des personnes et des marchandises en Cisjordanie c’était bien, et qu’on ne cracherait pas sur la libération par Israël de quelques prisonniers. On a d’ailleurs tendu à John Kerry une liste de cent vingt et une personnes détenues par les Hébreux depuis avant le processus d’Oslo.

 

Que tout cela était positif, particulièrement au vu de l’état calamiteux de nos finances, mais en soulignant que le problème à régler était de nature politique et non économique. Sur le plan tactique, le Président Abbas a demandé qu’avant la reprise des contacts directs, Netanyahu lui transmette une carte mentionnant les frontières – même approximatives – du futur Etat palestinien. Parfaitement au courant du fait que cette nouvelle condition serait rejetée à Jérusalem, l’AP a décidé de ne pas abandonner l’idée que seules des pressions énergiques en provenance des rives du Potomac pouvaient obliger les Israéliens à négocier sérieusement.

 

On a également réalisé que si la requête était uniquement adressée à Washington par l’AP, elle manquerait cruellement de poids, alors que si elle se transformait en requête renouvelée de l’ensemble du monde arabe, elle avait des chances de porter ses fruits. La stratégie consiste ainsi à obliger les Américains à adopter l’Initiative saoudienne comme fondement des négociations à venir. Un plan proposé au printemps 2009 par le futur roi Abdullah ibn Abd al-Aziz al-Sa'ud, qui prévoit, en résumé, une reconnaissance de l’Etat d’Israël par l’ensemble des pays de la Ligue Arabe, en échange d’un retrait des Hébreux sur la ligne frontière avec la Jordanie, d’avant la Guerre des Six Jours.

 

Abbas se trouve actuellement au Qatar, où il expose l’état des discussions au comité ad hoc de la Ligue. Fin avril, une délégation ministérielle de cette organisation se rendra à Washington afin de tenter de convaincre l’Administration d’adopter l’initiative – et de l’imposer à Netanyahu – en tant que base de travail pour d’éventuelles nouvelles négociations directes.

 

Autant dire qu’après les mises au point de Barack Obama à Ramallah, les chances d’aboutir de cette démarche sont ténues, voire inexistantes. Car à Jérusalem, M. Netanyahu, conscient de la réorientation de la politique US globale, ne sera pas tenté par l’Initiative arabe.

 

Il a déjà fait savoir, qu’à son sens, les pourparlers devaient d’abord se pencher sur les questions attenantes à la "reconnaissance" et à la "sécurité". Par "reconnaissance" – et il s’agit d’une nouvelle condition qui n’existait pas jusqu’à la fin 2009, date de la cessation des négociations directes – le 1er ministre entend la "reconnaissance du caractère juif de l’Etat d’Israël".

 

A Ramallah, on pense que l’adversaire use d’un stratagème destiné à faire reculer aux calendes grecques l’échéance d’un accord. On prétend aussi qu’il n’appartient ni à l’AP, pas plus qu’au monde arabe, de déterminer les critères d’Israël, et enfin, on est persuadé qu’une acceptation de ce principe, de la part des Palestiniens, contribuerait à fragiliser le statut des Israéliens arabes, qui constituent près de vingt pourcent des quelques huit millions d’Israéliens [16% de musulmans, 2% de chrétiens et 1,5% de Druzes].

 

A Jérusalem même, tout le monde n’est pas convaincu de la vacuité des considérations palestiniennes. Des proches de la ministre de la Justice, Mme Tsipi Livni, sont ainsi d’avis que l’Etat hébreu pourrait renoncer à cette demande en échange d’un retour à la table de négociation.

Ce qui n’est guère du goût de Naftali Bennet et de sa Maison juive, bien décidés à s’opposer par tous les moyens à la création de notre Etat, y compris en plombant les pourparlers. Certes Binyamin Netanyahu a déclaré à des confrères, en présence de John Kerry, qu’il est "déterminé pas uniquement à réactiver le processus de paix avec les Palestiniens, mais aussi à consentir à de sérieux efforts afin d’en terminer avec ce conflit une fois pour toutes", mais on reste confiné dans la sphère rhétorique.

 

Parce que le leader israélien ne produit aucun plan pouvant conduire au règlement du différend, à l’instar des partis membres de sa coalition. Quant à Yaïr Lapid et surtout Tsipi Livni, ils savent pertinemment où se trouve la clé pour débloquer la situation. Elle est dans l’armoire où Livni l’a laissée en janvier 2010, juste avant de transmettre le témoin au Likoud et à Netanyahu. Seule la décision de reprendre les négociations qui avaient été abandonnées à cette période là où on les avait laissées en plan présenterait une opportunité réelle de parvenir à un compromis signifiant la fin de la controverse israélo-palestinienne, et, partant, israélo-arabe.

 

Le Québec réaffirme l’importance

de ses liens avec l’État d’Israël

Le Blogue de David Ouellete, 9 avril 2013

 

Le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur et ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, s’est entretenu avec le consul général d’Israël Joël Lion, à Montréal le 3 avril dernier.

 

Les deux hommes ont profité de l’occasion pour réaffirmer les bonnes relations entre le Québec et Israël et souligner les nombreuses affinités entre les deux sociétés. Les échanges ont porté, notamment, sur les relations économiques et la coopération scientifique et technologique.

 

Les économies québécoises et israéliennes étant basées sur le savoir et l’innovation ainsi que la vitalité des différentes institutions présentes sur les deux territoires offrent d’excellentes possibilités d’échanges et de coopération que le Québec souhaite renforcer.

 

Le ministre et le consul général ont échangé sur différentes initiatives qui permettront d’intensifier, au cours des prochaines années, le réseautage d’institutions scientifiques et académiques ainsi que d’entreprises du Québec et d’Israël.

 

Rappelons d’ailleurs que le Québec et Israël ont signé deux ententes de coopération, en 2007 et 2008, couvrant les domaines scientifique et technologique, la culture, l’éducation, la santé, l’économie et le commerce.

 

 

Historien polonais:

les Juifs ont provoqué la Shoah et

participé activement à l'assassinat de leur peuple

Philosémitisme, 9 avril 2013

 

Krzysztof Jasiewicz, historien réputé, professeur à l’Académie polonaise des sciences et expert renommé en matière de relations entre Polonais et Juifs, a provoqué un scandale en affirmant dans une interview accordée au magazine très populaire polonais Focus-Historia, que les Juifs avaient pris une part active dans le massacre d’autres Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans l'interview intitulée "Les Juifs sont-ils eux-mêmes coupables?", il affirme:

 

"La thèse ridicule qui veut que les Juifs furent essentiellement tués par des Polonais a été inventée pour cacher le plus grand secret des Juifs: l'ampleur du crime commis par les Allemands n'a été possible que grâce à une participation active des Juifs à l'assassinat de leur peuple".

 

"Le problème avec les Juifs est qu'ils sont convaincus qu’ils sont le peuple élu. Ils considèrent qu'ils ont le droit de tout interpréter, y compris la doctrine catholique… Je suis convaincu qu'il est inutile de dialoguer avec les Juifs, car ça ne mène à rien".

 

Evoquant le massacre de Juifs par 340 voisins catholiques polonais, il déclare: "Je suis absolument convaincu que le crime commis dans le village de Jedwabne et les autres pogroms n'ont pas été perpétrés pour voler les biens des Juifs ou par vengeance pour les choses horribles que les Juifs ont commises envers les Polonais dans le passé. Les pogroms ont été commis parce qu'il y avait une très grande peur des Juifs". Et l'historien a précisé que les assassins se trouvaient dans une situation désespérée et "devaient se dire qu'ils commettaient des atrocités, mais que leurs petits-enfants leur en seraient reconnaissants. C'est une interprétation possible, même si elle ne justifie pas le crime".

 

Toujours dans la même veine il explique que le comportement des Juifs a provoqué l'Holocauste: "Pendant de nombreuses générations, les Juifs, mais non l'Église catholique, ont tout fait pour provoquer l'Holocauste. Et il semble que les Juifs n'ont pas retenu leur leçon et n'en ont tiré aucun enseignement".

 

 

QUÉBEC, QATAR, TOULOUSE, IRAN…

 

 

 

QUÉBEC: L'IMAM SAÏD JAZIRI, UN MANIPULATEUR
Dépêche

Postedeveille.ca, 2 avril 2012

L'imam islamiste Saïd Jaziri, un Tunisien, a été expulsé du Canada en octobre 2007 pour avoir menti aux autorités lors de sa demande d'asile politique. Il avait omis de déclarer qu'il avait fait usage de faux passeports et qu’il avait un casier judiciaire en France et en Tunisie. Il accuse maintenant le Canada de l'avoir «envoyé directement à la torture». Voir l'article de Taïeb Moalla dans le Journal de Québec, au titre trompeur: Le Canada a envoyé Saïd Jaziri à la torture. Pour un portrait de cette fripouille, lire l'article de Me Ftouh Souhail, avocat à Tunis, datant de 2009. Jaziri, qui se présente comme un «modéré», s'était prononcé en faveur de l'instauration de tribunaux de la charia et avait organisé une manifestation violente pour protester contre les caricatures danoises de Mahomet.

 

En 2011, Jaziri a tenté de revenir au Québec en passant par les USA. Ce grand voyageur qui semble disposer d'un budget illimité pour s'offrir les services des meilleurs avocats, a été arrêté aux USA après avoir franchi illégalement la frontière mexicaine dans le coffre d'une voiture. Il a demandé l'asile aux USA, ce qui ne semble pas avoir fonctionné puisqu'il est de retour en Tunisie. Le Canada l'aurait envoyé à la torture? Vraiment? En 2009, le journaliste Marc Thibodeau de La Presse l'avait joint par téléphone à Tunis pour faire un suivi. Jaziri avait alors indiqué qu'il n'avait «pas de problème» avec le gouvernement local. «La Tunisie a été beaucoup plus humaine avec moi que le Canada», a-t-il souligné.

 

Jaziri semble vouloir soutirer de l'argent aux contribuables canadiens. Il a d'ailleurs confié ses intentions à l'AFP : «Le Canada a sous-traité ma torture en Tunisie. C'est aussi simple que ça. … Je veux juste que les personnes responsables de mon expulsion (ndlr: du Canada) soient jugées et que je puisse revenir à Montréal pour m'occuper de ma famille».

 

Jaziri a eu un fils avec la québécoise convertie Nancy Adams alors qu'il était déjà sous le coup d'une ordonnance d'expulsion. Aujourd'hui, le Journal de Québec joue sur le registre de la culpabilisation éhontée en publiant un article illustré par une photo du petit Mohamed pleurant l'absence de son papa. Or cet enfant est victime des mauvaises décisions de ses parents, qui tentent d'en reporter les conséquences sur l'ensemble de la société québécoise. Quelle manipulation!

QUÉBEC: L'ISLAMISATION DE L'UNIVERSITÉ MCGILL
Dépêche

Postedeveille.ca, 1 avril 2012

Les universités occidentales sont à vendre au plus offrant, en l’occurrence les bédouins incultes des pétromonarchies, et ce financement a un impact sur l’enseignement et la recherche.

 

L’Université McGill de Montréal vient d’annoncer un important don du Qatar:

 

L’Université McGill et son Institut d’études islamiques ont reçu un généreux don de 1,25 million de dollars de l’État du Qatar. Annoncé aujourd’hui lors d’une visite à McGill de Son Excellence Salem Al-Shafi, premier ambassadeur du Qatar au Canada, ce don coïncide avec le 60e anniversaire de l’Institut et servira à financer une série de conférences qui seront présentées l’année prochaine:

 

«Nous croyons que cette contribution permettra à l’Institut de poursuivre l’importante mission qu’il s’est donnée lors de sa création, en 1952, qui est de favoriser l’avancement de la recherche sur l’Islam, ainsi que sur l’histoire et la civilisation du monde islamique, affirme Son Excellence Al-Shafi. Nous croyons également que l’Institut partage notre vision selon laquelle le savoir et l’éducation sont essentiels pour faire face aux défis d’un monde en perpétuelle évolution, qu’ils nous fournissent les outils nécessaires pour mieux comprendre les liens sans cesse changeants qui existent entre la religion et l’humanité, et qu’ils contribuent à notre bien-être et à la coexistence entre les peuples.»

 

Point de bascule [pointdebasculecanada.ca] publie un dossier sur cet évènement, où il rappelle que le Qatar possède un Centre international pour la propagation de la charia «éthique» établi en collaboration avec le prédicateur Qaradawi ainsi que Tariq Ramadan. Point de bascule note que l’annonce du don intervient peu après que la France a interdit des prédicateurs extrémistes de son territoire, y compris Qaradawi. Le ministre de l'Intérieur a également regretté la venue prochaine de Tariq Ramadan «dont les positions et les propos sont contraires à l'esprit républicain». Rappelons que Ramadan doit sa nomination comme titulaire d'une chaire d'études islamiques à Oxford à la générosité d'un roitelet arabe.

 

L’année dernière, Barbara Kay signait un article fouillé dans Campus Watch sur les dons aux universités du Canada et des États-Unis par des groupes liés à l'islam radical. Elle y souligne le manque stupéfiant d'examen diligent du dossier des donateurs. Elle déplore que des groupes radicaux colonisent les universités, devenues des lieux de propagande et d'apologie plutôt que de haut savoir, et blanchissent leur réputation en associant leur nom à des institutions prestigieuses. Elle prévient que la liberté académique est menacée.

 

En Grande-Bretagne, des études sur les dons des pays arabes aux universités ont révélé que sous des apparences philanthropiques, ces dons sont faits avec l’intention réelle de changer le climat intellectuel du pays. Selon l’étude du professeur Anthony Glees, ces dons ont pour véritable objectif de promouvoir une idéologie extrémiste et d’agir comme véhicule de propagande du courant wahhabite de l'islam au sein des universités. Ce financement encourage, conclut-il, «le mauvais type d'éducation, par le mauvais type de personnes, avec des fonds provenant du mauvais type de bienfaiteurs». Une autre étude révèle que le contenu de l’enseignement dans les centres financés par ces dons présente aux étudiants locaux et étrangers une vision du monde presque exclusivement anti-occidentale.

JUSQU’OÙ VA-T-ON LAISSER
L’INFLUENCE DU QATAR SE DÉVELOPPER?

Roger Cukierman
UPJF.org, 3 avril 2012

On voit apparaître en France depuis quelques années un émirat musulman particulièrement dynamique: le Qatar. Il envahit notre économie. C’est une invasion par le haut. Le Qatar est le 3ième exportateur mondial de gaz. Ce qui lui permet de détenir le record du plus haut revenu par tête au monde, et d’investir notamment en France, mais aussi en Grande Bretagne et en Allemagne [ainsi qu’au Canada, voir article ci-haut]. Le Qatar est un pays minuscule, grand comme la Corse. Il est dirigé par le Cheikh Hamad Al Thani. Il abrite 1,8 million d’habitants dont 10 % seulement sont des Qataris de souche, musulmans sunnites. Le reste est composé de travailleurs immigrés dont quelques jeunes Français de nos banlieues.

 

Les Qataris sont depuis peu les premiers actionnaires de Lagardère, avec 26% du capital. Or, cette société est gros actionnaire de Hachette, Europe 1, Canal +, et EADS, société mère d’Airbus. Il n’y a pas plus stratégique que la communication et l’aéronautique! Le Qatar a aussi des participations dans Total, LVMH, Vinci, Veolia, et possède plusieurs palaces hôteliers à Paris et à Cannes. S’ajoute à ces investissements une résidence somptueuse dans l’ile Saint-Louis, l’Hôtel Lambert qui appartenait autrefois à Guy de Rothschild

 

Mais c’est un investissement relativement modeste 40 Millions d’euros, qui a fait le plus de bruit en France: l’achat du PSG. L’émir désire avec l’aide du français Richard Attias, spécialiste des grands événements, faire du Qatar une capitale du sport, avec tournois de tennis, courses automobiles ou cyclistes. Le Qatar a même remporté l’organisation de la Coupe du Monde de football en 2022 et Al Jazeera a obtenu les droits télé du championnat de football de Ligue 1 et de la coupe d’Europe.

 

Cet intérêt du Qatar pour le sport lui donne une image positive auprès de l’opinion publique française. Les relations chaleureuses entre l’émir du Qatar et les Autorités françaises se sont manifestées par une convention fiscale qui exonère le Qatar d’impôts. Il est paradoxal d’accueillir à bras ouverts les capitaux étrangers au moment où l’excès d’impôts incite nombre de capitalistes français à envisager l’exil fiscal. Mais les Qataris savent être généreux, par exemple pour le sauvetage des infirmières bulgares, ou pour la création d’un fonds de 50 millions d’euros destiné à la création d’entreprises par les jeunes des banlieues.

 

Et c’est là que le bât blesse! Que veut réellement ce pays dirigé par un islamiste convaincu en étant aussi présent en France, particulièrement auprès des 10% ou plus de la population française de confession musulmane? En réalité la position du Qatar est très ambigüe. La réputation du Qatar doit beaucoup à la chaîne de télévision Al Jazeera, concurrent redouté de CNN ou BBC. Al Jazeera diffusait avec empressement les messages de Ben Laden. Elle donne la parole au prêcheur islamiste Qaradawi qui exprime sa haine des Juifs, recommande la lapidation des femmes adultères, et la mort des homosexuels et des apostats. Au point que notre gouvernement vient de lui refuser l’entrée sur le territoire français. Quant au gouvernement qatari il soutient en Égypte les salafistes, plus extrémistes encore que les frères musulmans, et maintient des rapports étroits avec le Hezbollah, le Hamas, et les talibans.

 

À l’inverse, le Qatar entretient les meilleures relations avec les Occidentaux, a eu des contacts avec Israël jusqu’en 2009, et s’est rangé aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne lors du conflit contre Khadafi. En résumé, l’argent provenant du gaz a été intelligemment utilisé pour permettre à cet émirat de jouer un double jeu auprès de tous les acteurs, les gentils comme les méchants, de la scène internationale. Mais jusqu’où va-t-on laisser l’argent qatari pénétrer notre économie, et influencer nos dirigeants comme nos concitoyens?

QUAND UNE CERTAINE GAUCHE INTERDIT DE METTRE EN GARDE
CONTRE CETTE HAINE ISLAMISTE DE L'OCCIDENT

Gilles William Goldnadel
Atlantico.fr, 2 avril 2012

Au lendemain des deux drames montalbanais et toulousain, sans doute pour très peu de temps, les évidences indicibles peuvent être dites et montrées. Il existe encore, et si l’on ose dire, une fenêtre de tir, étroite, que l’idéologie en majesté va s’employer à refermer, comme elle en a la magie. Entre-temps, les Français auront pu apprendre ce qu’on leur cachait comme à des enfants immatures ou des adultes incapables. Ainsi, si l’identité du tueur ne leur avait pas été révélée aussi prestement, nul doute que les prestigieux invités au congrès annuel de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) qui se tiendra de ce vendredi à lundi au Bourget, auraient été reçus sans encombre et dans le silence des médias.

 

Nul n’aurait su, par exemple, que M. Abdallah Asfar avait légitimé le fait de battre son épouse si elle n’obéissait pas à son mari. Ou que les proches du Hamas, Messieurs Akrima Sabri et Al Huazi avaient respectivement déclaré : «Je vous annonce qu’il y a des centaines de femmes qui sont prêtes à se sacrifier pour libérer la terre de Palestine, et à sacrifier ce qu’elles ont de plus cher, leurs propres enfants» et encore: «Oui, je suis antisémite. Si ce ne sont pas les dirigeants arabes, nous devrons dévorer les juifs avec nos dents». Pour ne pas être en reste, le quatrième hôte empêché de l’UOIF, M. Al Qarni a qualifié les juifs de «frères des singes et des porcs» (le Figaro du 30 mars).

 

De même, jusqu’à présent, tous mes efforts à populariser les prêches sur Al-Jazira du cheikh Qaradawi, qui ne viendra pas non plus au Bourget à la suite de l’intervention de Nicolas Sarkozy auprès de l’émir du Qatar, qui a bien voulu se montrer compréhensif, étaient demeurés vains. Les Français auraient continué d’ignorer la qualité de la prose de celui qui, dans son ouvrage «le licite et l’illicite» recommande l’extermination physique des homosexuels.

 

Sur Qatar TV, en février 2006, cet ami du Hamas, déclara que «les opérations martyrs sont autorisées, même s’il se trouve des civils parmi les victimes». Pour ce qui est des occidentales violées, il ajoutait que celles-ci l’avaient été par ce que «une provocatrice non habillée décemment devait être punie (…) pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite». Mme Gisèle Halimi et ses amies féministes ne semblent pas avoir été très émues jusqu’alors de semblables propos.

 

Ou encore, cette sortie le 28 janvier 2009, toujours sur Al-Jazira, dont bien peu d’antiracistes autoproclamés, hier encore, faisaient grand cas: «Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux juifs les personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler – et bien que les juifs aient exagéré les faits – il a réussi à les remettre à leur place. C’est est un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois ce sera par la main des musulmans». Pour se consoler, le public de l’UOIF pourra toujours applaudir Tariq Ramadan qui vient de considérer que Mohamed Merah «renvoyait la France à son miroir» et que celui-ci avait «fini jihadiste sans réelle conviction après avoir été un citoyen sans réelle dignité». […]

 

(Gilles William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il est l'auteur de «Réflexions sur la question blanche» et de «Le vieil homme m'indigne!: Les postures et impostures de Stéphane Hessel» parus chez Jean-Claude Gawsewitch.)

PAS D'EXCUSES POUR MERAH!
Giulio Meotti
Courrierinternational.com, 30 mars 2012

«Mohammed Merah n’est pas un loup solitaire, il avait de nombreux complices et tous n’étaient pas musulmans. La réaction de l’Occident relève du déni». Caroline Glick, rédactrice en chef du quotidien israëlien Jerusalem Post, livre ainsi son interprétation du massacre de Toulouse. Une véritable opération de dissimulation est en cours, fondée sur une immense méprise. Un musulman français a fauché trois parachutistes à coups de mitraillette, avant d’abattre un enseignant juif, ses deux enfants et une autre fillette. Dans les heures qui ont précédé l’assaut final des forces spéciales et son issue fatale, jeudi dernier, Mohammed Merah a révélé avoir préféré refuser une mission suicide d’Al-Qaida pour «rester en vie» et multiplier les attaques.

Merah n'a pas voulu se faire exploser pour semer la mort, il a tenu à regarder ses victimes dans les yeux, il les a achevées d’une balle en pleine tête, il les a même filmées, il les a exterminées au seul motif qu’il s'agissait de soldats ou de Juifs. Symboliquement, la dépouille de Merah devait être enterrée en Algérie, terre islamique où vit son père [après le refus des autorités algériennes, Mohammed Merah a finalement été enterré en banlieue toulousaine], alors que ses victimes juives avaient déjà été inhumées en Israël, un pays que les islamistes de son acabit aimeraient voir rayé de la carte.

 

Sur les sites Internet islamistes, les hommages au «martyre du frère Mohammed Merah», «la terreur de la France» confirment que Merah n’était pas une exception. L’administrateur du forum Al Shumukh lui a dédié une prière: «Ô Allah, accueille-le aux plus hauts niveaux du paradis parmi les prophètes, les hommes pieux et les martyrs». Une partie de la presse européenne, de ses intellectuels assermentés et de sa classe dirigeante s’obstine pourtant à faire de Merah un cas psychiatrique. Il avait divorcé deux jours avant le massacre des juifs de Toulouse, souligne-t-on. Il était chômeur. Il «délirait» et, comme n’importe quel serial killer, «il éprouvait du plaisir à tuer».

 

Tariq Ramadan l’a érigé en symbole de l’aliénation sociale qui gangrène les banlieues françaises. Les journaux français ont concocté une dichotomie réconfortante: «L’ignoble criminel et la France raciste». Merah a beau être coupable, la France est raciste et l’a bien cherché. La méprise se nourrit de la paranoïa. On en arrivera bientôt à plaider l’innocence de l’auteur des attentats, accablé d’une «situation familiale problématique» ou d’une «situation sociale peu enviable». […]

 

La minimisation de l’attentat est une aubaine pour tous ceux qui, dans le silllage de Le Pen, ne s’embarassent d’aucune nuance et veulent déclarer la guerre à l’immigration toute entière. Douglas Murray, collaborateur du Wall Street Journal et du Daily Telegraph, auteur d’essais sur l’Europe, fait partie des intellectuels qui ont inspiré le revirement du Premier ministre anglais David Cameron en matière de multiculturalisme [en février, Cameron a affirmé l'échec du multiculturalisme]. Il déchiffre pour Il Foglio l’opération culturelle en cours sur le massacre de Toulouse: «On a d'abord pensé que le meurtrier était néonazi, alors les médias se sont empressés de construire de toutes pièces le profil d’un coupable idéal en allant rechercher des photos de fascistes tatoués. Quand il est apparu que l’assassin était djihadiste, un grand silence a recouvert toute l’affaire. L’opération "déni" a démarré. La presse a alors inventé la figure du loup solitaire.»

Selon Douglas Murray, le phénomène est à la fois idéologique et culturel. «C’est la maladie de l’Occident, une cécité répétitive devant ce qui nous attend. Elle trahit un manque total de volonté d’appréhender le problème du multiculturalisme et de l’extrémisme islamique, qui se répand dans notre société. Il existe une hostilité et un dénigrement ultra-libéral qui fait l’amalgame entre dénonciation de l’islamisme en Europe et islamophobie. A Toulouse, le choix des mots s’est révélé décisif pour édulcorer l’identité du meurtrier. On s’est efforcé de trouver des excuses au terrorisme islamique.»

Selon Murray, la tragédie de Toulouse nous confronte à l’échec des modèles communautaristes d’intégration: «Le multiculturalisme d’Etat a ravalé les nations européennes au rang d’auberges. Le credo politique a poussé les Etats à traiter et à juger les personnes en fonction des critères de leur "communauté" d’origine. Les attentats et les complots terroristes en Grande-Bretagne et en Europe, menés par des extrémistes élevés sur le territoire national, ont conduit à un point de rupture que nul ne peut plus ignorer.»

POUR UN RÉALIGNEMENT DES FORCES AU MOYEN-ORIENT
DEVANT LA MENACE D’UN IRAN NUCLÉAIRE

David Bensoussan

Isranet.org, 5 avril 2012

Efforts diplomatiques, activités subversives, et sanctions économiques ont jusqu’à présent échoué et l’option d’une opération militaire qui ferait cesser les efforts iraniens visant à développer la technologie nucléaire à des fins militaires devient de moins en moins hypothétique. Les conséquences sur le plan mondial seraient considérables: hausse vertigineuse du prix du pétrole, conflit généralisé au Proche-Orient et augmentation des activités terroristes dans le monde entier. Est-ce-là un scénario inévitable?

 

Efforts diplomatiques, activités secrètes et sanctions économiques

 

Les puissances occidentales et Israël ont exprimé leur inquiétude devant la possibilité que l’Iran ne se dote d’une arme atomique. Au fil des années, les négociations avec l’Iran et les efforts diplomatiques visant à enrayer le projet iranien ont échoué et n’ont fait que faire gagner du temps aux Iraniens. Des activités clandestines dont il est difficile d’attribuer l’initiative, ont résulté en des pannes d’ordinateur au moyen de l’insertion d’un virus informatique ou peut-être même à l’élimination de savants iraniens. Cela n’a guère arrêté le gouvernement iranien, mais a quand même retardé leur projet. Les sanctions économiques ont eu plus de vigueur après que l’Agence internationale de l’énergie atomique ait conclu dans son rapport en 2011 que l’Iran œuvre en vue de fabriquer une arme atomique et soit en passe d’y parvenir. Tout récemment, en février 2012, le président Obama a ordonné le gel des avoirs iraniens dont ceux de la banque centrale d’Iran. De son côté, l’Union européenne a décrété un embargo sur les nouveaux contrats d’importation de pétrole; les anciens contrats ne seront plus en vigueur à partir de juillet 2012. Les USA ont augmenté leurs forces terrestres et navales dans le Golfe persique (le Golfe arabique) en vue de protéger le passage du pétrole dans le détroit d’Ormuz si l’Iran s’aventurait à le bloquer. Les États-Unis et les pays européens ont demandé au Conseil de sécurité d’appliquer des sanctions contre l’Iran, mais la Russie et la Chine s’y sont opposées. L’Iran est un acheteur d’armement russe important et la Chine a besoin du pétrole iranien.

 

Devant l’entêtement du gouvernement iranien, la probabilité d’une option militaire va croissant, que ce soit par Israël, ou encore par les États-Unis et les puissances européennes.

 

L’option militaire 

 

Une attaque israélienne rencontrerait beaucoup plus de difficultés que dans le cas du bombardement du réacteur irakien Tammouz. Les centrales nucléaires iraniennes sont dispersées et enfouies sous terre, parfois dans des zones peuplées. Israël peut agir en ayant recours à son aviation ou au moyen de missiles. Toutefois, les missiles iraniens Shaab 3 ont un rayon d’action qui peut atteindre Israël et, selon toute probabilité, la Syrie et le Hezbollah tireront des milliers de missiles contre Israël. Selon le Premier ministre israélien Netanyahou, une telle attaque est à prévoir même si les États-Unis se lancent dans une attaque contre l’Iran et que, par conséquent, l’attaque avec de missiles conventionnels serait préférable à une attaque nucléaire. Toutefois, bien des politiciens et des journalistes trouvent que cette attaque est irresponsable. Le Pentagone et le ministre des Affaires étrangères français ont exprimé leur inquiétude face à cette option. Quant à la Russie, elle prédit que cette dernière serait catastrophique.

 

Une attaque américaine aurait une puissance et un impact bien plus considérables. L’Occident n’est guère intéressé par un Iran atomique, car il constitue un danger pour l’ensemble du monde et bien des pays arabes  sont du même avis, le conflit entre Arabes en majorité sunnites et Iraniens en majorité chiites étant par ailleurs millénaire. Aussi, il n’est pas à exclure qu’une nouvelle guerre se tiendra,  similaire à celle de la Guerre du Golfe qui a permis aux États-Unis, à l’Europe ainsi qu’à un bon nombre de pays arabes d’être unis. Or, l’Amérique est fatiguée des guerres suite à son intervention en Afghanistan et en Irak. L’économie américaine s’essouffle et une guerre ne ferait qu’empirer la situation.

 

Israël n’arrête pas de réitérer que plus d’une alarme a été sonnée depuis une dizaine d’années et que la situation actuelle n’est pas sans rappeler celle des années 30 durant la montée du nazisme. Or, en 1940, il était déjà trop tard. Tout porte à croire qu’Obama ordonnera une attaque, mais que celle-ci ne se fera qu’in extremis et pas avant les élections américaines qui se tiendront en novembre 2012. De plus en plus, le Premier ministre israélien Netanyahou exprime sa conviction à l’effet qu’il serait dangereux de compter sur le reste du monde et qu’Israël ne doit compter que sur elle-même.

 

Pour un réalignement des forces au Moyen-Orient

 

La conception qui a prévalu jusqu’à ce jour veut que la possession de l’arme atomique soit en soi un équilibre de la terreur attendu que son usage impliquera l’annihilation réciproque. Cela s’applique-t-il dans le cas de l’Iran? Pensons au leader Rafsandjani qui, lors des élections iraniennes précédentes, fut considéré comme étant un modéré par les médias occidentaux durant les élections précédentes a déclaré lors d’un sermon fait à l’université de Téhéran en 2001: «l’emploi d’une seule arme nucléaire contre Israël détruirait tout, mais, contre le monde islamique, ne causerait que des dommages limités.» En outre, il existe une lecture islamique voulant qu’un pays conquis par l’islam doive rester entre les mains des Musulmans. Étrangement, cette lecture ne s’applique pas à l’Espagne ou aux Balkans, mais uniquement à Israël. Elle s’exprime d’une façon radicale: «L’entité sioniste est une forme de tumeur maligne du cancer qu’il faut extirper.» ou encore «l’extermination d’Israël est un devoir religieux.» Qui plus est, il est difficile de chasser de l’esprit l’idéal de martyrologie chiite et sa vision d’une apocalypse rédemptrice qui précéderait la venue du mahdi, le messie chiite.

 

Les discours haineux et l’enseignement de la haine précèdent généralement des actes irréfléchis. Or, les médias du Moyen-Orient sont sursaturés par la tenue de tels discours depuis plusieurs décennies: la cause palestinienne a servi de prétexte pour subjuguer les masses arabo-musulmanes. Aujourd’hui encore et pour augmenter leur influence dans le monde arabe, la Turquie et l’Iran se font la compétition pour montrer aux masses arabes lequel des deux est le plus anti-israélien. Ces deux pays continuent donc de déstabiliser la région, durcissant les positions des principaux concernés: les Israéliens et les Palestiniens. Or, s’il fallait prendre au sérieux la menace iranienne, en cas de conflit atomique, il ne resterait ni les uns ni les autres.

 

Plus que jamais, le temps est venu pour les Israéliens et les Palestiniens de cesser d’être les pions des aspirations hégémoniques des puissances du Moyen-Orient et de bâtir des relations de confiance afin de faire les compromis indispensables à une paix durable.  

 

(L’auteur est professeur de sciences à l’Université du Québec)

QUÉBEC, QATAR, TOULOUSE, IRAN…

 

 

 

QUÉBEC: L'IMAM SAÏD JAZIRI, UN MANIPULATEUR
Dépêche

Postedeveille.ca, 2 avril 2012

L'imam islamiste Saïd Jaziri, un Tunisien, a été expulsé du Canada en octobre 2007 pour avoir menti aux autorités lors de sa demande d'asile politique. Il avait omis de déclarer qu'il avait fait usage de faux passeports et qu’il avait un casier judiciaire en France et en Tunisie. Il accuse maintenant le Canada de l'avoir «envoyé directement à la torture». Voir l'article de Taïeb Moalla dans le Journal de Québec, au titre trompeur: Le Canada a envoyé Saïd Jaziri à la torture. Pour un portrait de cette fripouille, lire l'article de Me Ftouh Souhail, avocat à Tunis, datant de 2009. Jaziri, qui se présente comme un «modéré», s'était prononcé en faveur de l'instauration de tribunaux de la charia et avait organisé une manifestation violente pour protester contre les caricatures danoises de Mahomet.

 

En 2011, Jaziri a tenté de revenir au Québec en passant par les USA. Ce grand voyageur qui semble disposer d'un budget illimité pour s'offrir les services des meilleurs avocats, a été arrêté aux USA après avoir franchi illégalement la frontière mexicaine dans le coffre d'une voiture. Il a demandé l'asile aux USA, ce qui ne semble pas avoir fonctionné puisqu'il est de retour en Tunisie. Le Canada l'aurait envoyé à la torture? Vraiment? En 2009, le journaliste Marc Thibodeau de La Presse l'avait joint par téléphone à Tunis pour faire un suivi. Jaziri avait alors indiqué qu'il n'avait «pas de problème» avec le gouvernement local. «La Tunisie a été beaucoup plus humaine avec moi que le Canada», a-t-il souligné.

 

Jaziri semble vouloir soutirer de l'argent aux contribuables canadiens. Il a d'ailleurs confié ses intentions à l'AFP : «Le Canada a sous-traité ma torture en Tunisie. C'est aussi simple que ça. … Je veux juste que les personnes responsables de mon expulsion (ndlr: du Canada) soient jugées et que je puisse revenir à Montréal pour m'occuper de ma famille».

 

Jaziri a eu un fils avec la québécoise convertie Nancy Adams alors qu'il était déjà sous le coup d'une ordonnance d'expulsion. Aujourd'hui, le Journal de Québec joue sur le registre de la culpabilisation éhontée en publiant un article illustré par une photo du petit Mohamed pleurant l'absence de son papa. Or cet enfant est victime des mauvaises décisions de ses parents, qui tentent d'en reporter les conséquences sur l'ensemble de la société québécoise. Quelle manipulation!

QUÉBEC: L'ISLAMISATION DE L'UNIVERSITÉ MCGILL
Dépêche

Postedeveille.ca, 1 avril 2012

Les universités occidentales sont à vendre au plus offrant, en l’occurrence les bédouins incultes des pétromonarchies, et ce financement a un impact sur l’enseignement et la recherche.

 

L’Université McGill de Montréal vient d’annoncer un important don du Qatar:

 

L’Université McGill et son Institut d’études islamiques ont reçu un généreux don de 1,25 million de dollars de l’État du Qatar. Annoncé aujourd’hui lors d’une visite à McGill de Son Excellence Salem Al-Shafi, premier ambassadeur du Qatar au Canada, ce don coïncide avec le 60e anniversaire de l’Institut et servira à financer une série de conférences qui seront présentées l’année prochaine:

 

«Nous croyons que cette contribution permettra à l’Institut de poursuivre l’importante mission qu’il s’est donnée lors de sa création, en 1952, qui est de favoriser l’avancement de la recherche sur l’Islam, ainsi que sur l’histoire et la civilisation du monde islamique, affirme Son Excellence Al-Shafi. Nous croyons également que l’Institut partage notre vision selon laquelle le savoir et l’éducation sont essentiels pour faire face aux défis d’un monde en perpétuelle évolution, qu’ils nous fournissent les outils nécessaires pour mieux comprendre les liens sans cesse changeants qui existent entre la religion et l’humanité, et qu’ils contribuent à notre bien-être et à la coexistence entre les peuples.»

 

Point de bascule [pointdebasculecanada.ca] publie un dossier sur cet évènement, où il rappelle que le Qatar possède un Centre international pour la propagation de la charia «éthique» établi en collaboration avec le prédicateur Qaradawi ainsi que Tariq Ramadan. Point de bascule note que l’annonce du don intervient peu après que la France a interdit des prédicateurs extrémistes de son territoire, y compris Qaradawi. Le ministre de l'Intérieur a également regretté la venue prochaine de Tariq Ramadan «dont les positions et les propos sont contraires à l'esprit républicain». Rappelons que Ramadan doit sa nomination comme titulaire d'une chaire d'études islamiques à Oxford à la générosité d'un roitelet arabe.

 

L’année dernière, Barbara Kay signait un article fouillé dans Campus Watch sur les dons aux universités du Canada et des États-Unis par des groupes liés à l'islam radical. Elle y souligne le manque stupéfiant d'examen diligent du dossier des donateurs. Elle déplore que des groupes radicaux colonisent les universités, devenues des lieux de propagande et d'apologie plutôt que de haut savoir, et blanchissent leur réputation en associant leur nom à des institutions prestigieuses. Elle prévient que la liberté académique est menacée.

 

En Grande-Bretagne, des études sur les dons des pays arabes aux universités ont révélé que sous des apparences philanthropiques, ces dons sont faits avec l’intention réelle de changer le climat intellectuel du pays. Selon l’étude du professeur Anthony Glees, ces dons ont pour véritable objectif de promouvoir une idéologie extrémiste et d’agir comme véhicule de propagande du courant wahhabite de l'islam au sein des universités. Ce financement encourage, conclut-il, «le mauvais type d'éducation, par le mauvais type de personnes, avec des fonds provenant du mauvais type de bienfaiteurs». Une autre étude révèle que le contenu de l’enseignement dans les centres financés par ces dons présente aux étudiants locaux et étrangers une vision du monde presque exclusivement anti-occidentale.

JUSQU’OÙ VA-T-ON LAISSER
L’INFLUENCE DU QATAR SE DÉVELOPPER?

Roger Cukierman
UPJF.org, 3 avril 2012

On voit apparaître en France depuis quelques années un émirat musulman particulièrement dynamique: le Qatar. Il envahit notre économie. C’est une invasion par le haut. Le Qatar est le 3ième exportateur mondial de gaz. Ce qui lui permet de détenir le record du plus haut revenu par tête au monde, et d’investir notamment en France, mais aussi en Grande Bretagne et en Allemagne [ainsi qu’au Canada, voir article ci-haut]. Le Qatar est un pays minuscule, grand comme la Corse. Il est dirigé par le Cheikh Hamad Al Thani. Il abrite 1,8 million d’habitants dont 10 % seulement sont des Qataris de souche, musulmans sunnites. Le reste est composé de travailleurs immigrés dont quelques jeunes Français de nos banlieues.

 

Les Qataris sont depuis peu les premiers actionnaires de Lagardère, avec 26% du capital. Or, cette société est gros actionnaire de Hachette, Europe 1, Canal +, et EADS, société mère d’Airbus. Il n’y a pas plus stratégique que la communication et l’aéronautique! Le Qatar a aussi des participations dans Total, LVMH, Vinci, Veolia, et possède plusieurs palaces hôteliers à Paris et à Cannes. S’ajoute à ces investissements une résidence somptueuse dans l’ile Saint-Louis, l’Hôtel Lambert qui appartenait autrefois à Guy de Rothschild

 

Mais c’est un investissement relativement modeste 40 Millions d’euros, qui a fait le plus de bruit en France: l’achat du PSG. L’émir désire avec l’aide du français Richard Attias, spécialiste des grands événements, faire du Qatar une capitale du sport, avec tournois de tennis, courses automobiles ou cyclistes. Le Qatar a même remporté l’organisation de la Coupe du Monde de football en 2022 et Al Jazeera a obtenu les droits télé du championnat de football de Ligue 1 et de la coupe d’Europe.

 

Cet intérêt du Qatar pour le sport lui donne une image positive auprès de l’opinion publique française. Les relations chaleureuses entre l’émir du Qatar et les Autorités françaises se sont manifestées par une convention fiscale qui exonère le Qatar d’impôts. Il est paradoxal d’accueillir à bras ouverts les capitaux étrangers au moment où l’excès d’impôts incite nombre de capitalistes français à envisager l’exil fiscal. Mais les Qataris savent être généreux, par exemple pour le sauvetage des infirmières bulgares, ou pour la création d’un fonds de 50 millions d’euros destiné à la création d’entreprises par les jeunes des banlieues.

 

Et c’est là que le bât blesse! Que veut réellement ce pays dirigé par un islamiste convaincu en étant aussi présent en France, particulièrement auprès des 10% ou plus de la population française de confession musulmane? En réalité la position du Qatar est très ambigüe. La réputation du Qatar doit beaucoup à la chaîne de télévision Al Jazeera, concurrent redouté de CNN ou BBC. Al Jazeera diffusait avec empressement les messages de Ben Laden. Elle donne la parole au prêcheur islamiste Qaradawi qui exprime sa haine des Juifs, recommande la lapidation des femmes adultères, et la mort des homosexuels et des apostats. Au point que notre gouvernement vient de lui refuser l’entrée sur le territoire français. Quant au gouvernement qatari il soutient en Égypte les salafistes, plus extrémistes encore que les frères musulmans, et maintient des rapports étroits avec le Hezbollah, le Hamas, et les talibans.

 

À l’inverse, le Qatar entretient les meilleures relations avec les Occidentaux, a eu des contacts avec Israël jusqu’en 2009, et s’est rangé aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne lors du conflit contre Khadafi. En résumé, l’argent provenant du gaz a été intelligemment utilisé pour permettre à cet émirat de jouer un double jeu auprès de tous les acteurs, les gentils comme les méchants, de la scène internationale. Mais jusqu’où va-t-on laisser l’argent qatari pénétrer notre économie, et influencer nos dirigeants comme nos concitoyens?

QUAND UNE CERTAINE GAUCHE INTERDIT DE METTRE EN GARDE
CONTRE CETTE HAINE ISLAMISTE DE L'OCCIDENT

Gilles William Goldnadel
Atlantico.fr, 2 avril 2012

Au lendemain des deux drames montalbanais et toulousain, sans doute pour très peu de temps, les évidences indicibles peuvent être dites et montrées. Il existe encore, et si l’on ose dire, une fenêtre de tir, étroite, que l’idéologie en majesté va s’employer à refermer, comme elle en a la magie. Entre-temps, les Français auront pu apprendre ce qu’on leur cachait comme à des enfants immatures ou des adultes incapables. Ainsi, si l’identité du tueur ne leur avait pas été révélée aussi prestement, nul doute que les prestigieux invités au congrès annuel de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) qui se tiendra de ce vendredi à lundi au Bourget, auraient été reçus sans encombre et dans le silence des médias.

 

Nul n’aurait su, par exemple, que M. Abdallah Asfar avait légitimé le fait de battre son épouse si elle n’obéissait pas à son mari. Ou que les proches du Hamas, Messieurs Akrima Sabri et Al Huazi avaient respectivement déclaré : «Je vous annonce qu’il y a des centaines de femmes qui sont prêtes à se sacrifier pour libérer la terre de Palestine, et à sacrifier ce qu’elles ont de plus cher, leurs propres enfants» et encore: «Oui, je suis antisémite. Si ce ne sont pas les dirigeants arabes, nous devrons dévorer les juifs avec nos dents». Pour ne pas être en reste, le quatrième hôte empêché de l’UOIF, M. Al Qarni a qualifié les juifs de «frères des singes et des porcs» (le Figaro du 30 mars).

 

De même, jusqu’à présent, tous mes efforts à populariser les prêches sur Al-Jazira du cheikh Qaradawi, qui ne viendra pas non plus au Bourget à la suite de l’intervention de Nicolas Sarkozy auprès de l’émir du Qatar, qui a bien voulu se montrer compréhensif, étaient demeurés vains. Les Français auraient continué d’ignorer la qualité de la prose de celui qui, dans son ouvrage «le licite et l’illicite» recommande l’extermination physique des homosexuels.

 

Sur Qatar TV, en février 2006, cet ami du Hamas, déclara que «les opérations martyrs sont autorisées, même s’il se trouve des civils parmi les victimes». Pour ce qui est des occidentales violées, il ajoutait que celles-ci l’avaient été par ce que «une provocatrice non habillée décemment devait être punie (…) pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite». Mme Gisèle Halimi et ses amies féministes ne semblent pas avoir été très émues jusqu’alors de semblables propos.

 

Ou encore, cette sortie le 28 janvier 2009, toujours sur Al-Jazira, dont bien peu d’antiracistes autoproclamés, hier encore, faisaient grand cas: «Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux juifs les personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler – et bien que les juifs aient exagéré les faits – il a réussi à les remettre à leur place. C’est est un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois ce sera par la main des musulmans». Pour se consoler, le public de l’UOIF pourra toujours applaudir Tariq Ramadan qui vient de considérer que Mohamed Merah «renvoyait la France à son miroir» et que celui-ci avait «fini jihadiste sans réelle conviction après avoir été un citoyen sans réelle dignité». […]

 

(Gilles William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il est l'auteur de «Réflexions sur la question blanche» et de «Le vieil homme m'indigne!: Les postures et impostures de Stéphane Hessel» parus chez Jean-Claude Gawsewitch.)

PAS D'EXCUSES POUR MERAH!
Giulio Meotti
Courrierinternational.com, 30 mars 2012

«Mohammed Merah n’est pas un loup solitaire, il avait de nombreux complices et tous n’étaient pas musulmans. La réaction de l’Occident relève du déni». Caroline Glick, rédactrice en chef du quotidien israëlien Jerusalem Post, livre ainsi son interprétation du massacre de Toulouse. Une véritable opération de dissimulation est en cours, fondée sur une immense méprise. Un musulman français a fauché trois parachutistes à coups de mitraillette, avant d’abattre un enseignant juif, ses deux enfants et une autre fillette. Dans les heures qui ont précédé l’assaut final des forces spéciales et son issue fatale, jeudi dernier, Mohammed Merah a révélé avoir préféré refuser une mission suicide d’Al-Qaida pour «rester en vie» et multiplier les attaques.

Merah n'a pas voulu se faire exploser pour semer la mort, il a tenu à regarder ses victimes dans les yeux, il les a achevées d’une balle en pleine tête, il les a même filmées, il les a exterminées au seul motif qu’il s'agissait de soldats ou de Juifs. Symboliquement, la dépouille de Merah devait être enterrée en Algérie, terre islamique où vit son père [après le refus des autorités algériennes, Mohammed Merah a finalement été enterré en banlieue toulousaine], alors que ses victimes juives avaient déjà été inhumées en Israël, un pays que les islamistes de son acabit aimeraient voir rayé de la carte.

 

Sur les sites Internet islamistes, les hommages au «martyre du frère Mohammed Merah», «la terreur de la France» confirment que Merah n’était pas une exception. L’administrateur du forum Al Shumukh lui a dédié une prière: «Ô Allah, accueille-le aux plus hauts niveaux du paradis parmi les prophètes, les hommes pieux et les martyrs». Une partie de la presse européenne, de ses intellectuels assermentés et de sa classe dirigeante s’obstine pourtant à faire de Merah un cas psychiatrique. Il avait divorcé deux jours avant le massacre des juifs de Toulouse, souligne-t-on. Il était chômeur. Il «délirait» et, comme n’importe quel serial killer, «il éprouvait du plaisir à tuer».

 

Tariq Ramadan l’a érigé en symbole de l’aliénation sociale qui gangrène les banlieues françaises. Les journaux français ont concocté une dichotomie réconfortante: «L’ignoble criminel et la France raciste». Merah a beau être coupable, la France est raciste et l’a bien cherché. La méprise se nourrit de la paranoïa. On en arrivera bientôt à plaider l’innocence de l’auteur des attentats, accablé d’une «situation familiale problématique» ou d’une «situation sociale peu enviable». […]

 

La minimisation de l’attentat est une aubaine pour tous ceux qui, dans le silllage de Le Pen, ne s’embarassent d’aucune nuance et veulent déclarer la guerre à l’immigration toute entière. Douglas Murray, collaborateur du Wall Street Journal et du Daily Telegraph, auteur d’essais sur l’Europe, fait partie des intellectuels qui ont inspiré le revirement du Premier ministre anglais David Cameron en matière de multiculturalisme [en février, Cameron a affirmé l'échec du multiculturalisme]. Il déchiffre pour Il Foglio l’opération culturelle en cours sur le massacre de Toulouse: «On a d'abord pensé que le meurtrier était néonazi, alors les médias se sont empressés de construire de toutes pièces le profil d’un coupable idéal en allant rechercher des photos de fascistes tatoués. Quand il est apparu que l’assassin était djihadiste, un grand silence a recouvert toute l’affaire. L’opération "déni" a démarré. La presse a alors inventé la figure du loup solitaire.»

Selon Douglas Murray, le phénomène est à la fois idéologique et culturel. «C’est la maladie de l’Occident, une cécité répétitive devant ce qui nous attend. Elle trahit un manque total de volonté d’appréhender le problème du multiculturalisme et de l’extrémisme islamique, qui se répand dans notre société. Il existe une hostilité et un dénigrement ultra-libéral qui fait l’amalgame entre dénonciation de l’islamisme en Europe et islamophobie. A Toulouse, le choix des mots s’est révélé décisif pour édulcorer l’identité du meurtrier. On s’est efforcé de trouver des excuses au terrorisme islamique.»

Selon Murray, la tragédie de Toulouse nous confronte à l’échec des modèles communautaristes d’intégration: «Le multiculturalisme d’Etat a ravalé les nations européennes au rang d’auberges. Le credo politique a poussé les Etats à traiter et à juger les personnes en fonction des critères de leur "communauté" d’origine. Les attentats et les complots terroristes en Grande-Bretagne et en Europe, menés par des extrémistes élevés sur le territoire national, ont conduit à un point de rupture que nul ne peut plus ignorer.»

POUR UN RÉALIGNEMENT DES FORCES AU MOYEN-ORIENT
DEVANT LA MENACE D’UN IRAN NUCLÉAIRE

David Bensoussan

Isranet.org, 5 avril 2012

Efforts diplomatiques, activités subversives, et sanctions économiques ont jusqu’à présent échoué et l’option d’une opération militaire qui ferait cesser les efforts iraniens visant à développer la technologie nucléaire à des fins militaires devient de moins en moins hypothétique. Les conséquences sur le plan mondial seraient considérables: hausse vertigineuse du prix du pétrole, conflit généralisé au Proche-Orient et augmentation des activités terroristes dans le monde entier. Est-ce-là un scénario inévitable?

 

Efforts diplomatiques, activités secrètes et sanctions économiques

 

Les puissances occidentales et Israël ont exprimé leur inquiétude devant la possibilité que l’Iran ne se dote d’une arme atomique. Au fil des années, les négociations avec l’Iran et les efforts diplomatiques visant à enrayer le projet iranien ont échoué et n’ont fait que faire gagner du temps aux Iraniens. Des activités clandestines dont il est difficile d’attribuer l’initiative, ont résulté en des pannes d’ordinateur au moyen de l’insertion d’un virus informatique ou peut-être même à l’élimination de savants iraniens. Cela n’a guère arrêté le gouvernement iranien, mais a quand même retardé leur projet. Les sanctions économiques ont eu plus de vigueur après que l’Agence internationale de l’énergie atomique ait conclu dans son rapport en 2011 que l’Iran œuvre en vue de fabriquer une arme atomique et soit en passe d’y parvenir. Tout récemment, en février 2012, le président Obama a ordonné le gel des avoirs iraniens dont ceux de la banque centrale d’Iran. De son côté, l’Union européenne a décrété un embargo sur les nouveaux contrats d’importation de pétrole; les anciens contrats ne seront plus en vigueur à partir de juillet 2012. Les USA ont augmenté leurs forces terrestres et navales dans le Golfe persique (le Golfe arabique) en vue de protéger le passage du pétrole dans le détroit d’Ormuz si l’Iran s’aventurait à le bloquer. Les États-Unis et les pays européens ont demandé au Conseil de sécurité d’appliquer des sanctions contre l’Iran, mais la Russie et la Chine s’y sont opposées. L’Iran est un acheteur d’armement russe important et la Chine a besoin du pétrole iranien.

 

Devant l’entêtement du gouvernement iranien, la probabilité d’une option militaire va croissant, que ce soit par Israël, ou encore par les États-Unis et les puissances européennes.

 

L’option militaire 

 

Une attaque israélienne rencontrerait beaucoup plus de difficultés que dans le cas du bombardement du réacteur irakien Tammouz. Les centrales nucléaires iraniennes sont dispersées et enfouies sous terre, parfois dans des zones peuplées. Israël peut agir en ayant recours à son aviation ou au moyen de missiles. Toutefois, les missiles iraniens Shaab 3 ont un rayon d’action qui peut atteindre Israël et, selon toute probabilité, la Syrie et le Hezbollah tireront des milliers de missiles contre Israël. Selon le Premier ministre israélien Netanyahou, une telle attaque est à prévoir même si les États-Unis se lancent dans une attaque contre l’Iran et que, par conséquent, l’attaque avec de missiles conventionnels serait préférable à une attaque nucléaire. Toutefois, bien des politiciens et des journalistes trouvent que cette attaque est irresponsable. Le Pentagone et le ministre des Affaires étrangères français ont exprimé leur inquiétude face à cette option. Quant à la Russie, elle prédit que cette dernière serait catastrophique.

 

Une attaque américaine aurait une puissance et un impact bien plus considérables. L’Occident n’est guère intéressé par un Iran atomique, car il constitue un danger pour l’ensemble du monde et bien des pays arabes  sont du même avis, le conflit entre Arabes en majorité sunnites et Iraniens en majorité chiites étant par ailleurs millénaire. Aussi, il n’est pas à exclure qu’une nouvelle guerre se tiendra,  similaire à celle de la Guerre du Golfe qui a permis aux États-Unis, à l’Europe ainsi qu’à un bon nombre de pays arabes d’être unis. Or, l’Amérique est fatiguée des guerres suite à son intervention en Afghanistan et en Irak. L’économie américaine s’essouffle et une guerre ne ferait qu’empirer la situation.

 

Israël n’arrête pas de réitérer que plus d’une alarme a été sonnée depuis une dizaine d’années et que la situation actuelle n’est pas sans rappeler celle des années 30 durant la montée du nazisme. Or, en 1940, il était déjà trop tard. Tout porte à croire qu’Obama ordonnera une attaque, mais que celle-ci ne se fera qu’in extremis et pas avant les élections américaines qui se tiendront en novembre 2012. De plus en plus, le Premier ministre israélien Netanyahou exprime sa conviction à l’effet qu’il serait dangereux de compter sur le reste du monde et qu’Israël ne doit compter que sur elle-même.

 

Pour un réalignement des forces au Moyen-Orient

 

La conception qui a prévalu jusqu’à ce jour veut que la possession de l’arme atomique soit en soi un équilibre de la terreur attendu que son usage impliquera l’annihilation réciproque. Cela s’applique-t-il dans le cas de l’Iran? Pensons au leader Rafsandjani qui, lors des élections iraniennes précédentes, fut considéré comme étant un modéré par les médias occidentaux durant les élections précédentes a déclaré lors d’un sermon fait à l’université de Téhéran en 2001: «l’emploi d’une seule arme nucléaire contre Israël détruirait tout, mais, contre le monde islamique, ne causerait que des dommages limités.» En outre, il existe une lecture islamique voulant qu’un pays conquis par l’islam doive rester entre les mains des Musulmans. Étrangement, cette lecture ne s’applique pas à l’Espagne ou aux Balkans, mais uniquement à Israël. Elle s’exprime d’une façon radicale: «L’entité sioniste est une forme de tumeur maligne du cancer qu’il faut extirper.» ou encore «l’extermination d’Israël est un devoir religieux.» Qui plus est, il est difficile de chasser de l’esprit l’idéal de martyrologie chiite et sa vision d’une apocalypse rédemptrice qui précéderait la venue du mahdi, le messie chiite.

 

Les discours haineux et l’enseignement de la haine précèdent généralement des actes irréfléchis. Or, les médias du Moyen-Orient sont sursaturés par la tenue de tels discours depuis plusieurs décennies: la cause palestinienne a servi de prétexte pour subjuguer les masses arabo-musulmanes. Aujourd’hui encore et pour augmenter leur influence dans le monde arabe, la Turquie et l’Iran se font la compétition pour montrer aux masses arabes lequel des deux est le plus anti-israélien. Ces deux pays continuent donc de déstabiliser la région, durcissant les positions des principaux concernés: les Israéliens et les Palestiniens. Or, s’il fallait prendre au sérieux la menace iranienne, en cas de conflit atomique, il ne resterait ni les uns ni les autres.

 

Plus que jamais, le temps est venu pour les Israéliens et les Palestiniens de cesser d’être les pions des aspirations hégémoniques des puissances du Moyen-Orient et de bâtir des relations de confiance afin de faire les compromis indispensables à une paix durable.  

 

(L’auteur est professeur de sciences à l’Université du Québec)

CETTE SEMAINE: TESTEZ VOS CONNAISSANCES

Quizz sur la «Palestine»

Dépêche
primo-info.eu, 8 décembre 2011

Prenez plaisir à répondre à ce quizz concernant la démographie, les conditions de vie et l'histoire du peuple palestinien… et testez vos connaissances avec les réponses fournies à la fin du Communiqué…:

 

QUESTIONS

 

1.) Classez ces pays en fonction de l'espérance de vie (taux le plus long, selon vous, en premier):

 

Brésil – Turquie – Égypte – Gaza – Russie – moyenne mondiale

 

2.) Classez ces conflits (depuis 1950) en termes de nombre de victimes:

 

Birmanie/Myanmar – Russie/Tchétchénie – conflit israélo/arabe –
Zimbabwe (troubles civils) – Révolution iranienne –
répression des Kurdes (Turquie, Irak, Iran) – guerres civiles au Soudan

 

3.) Combien de Palestiniens ont été traités dans les hôpitaux israéliens en 2010?

 

Aucun – 180 – 1.800 – 18.000 – 180.000

 

4.) Classez ces pays selon leur taux de croissance économique (PIB, chiffres de 2009)

 

Australie – Allemagne – Israël – Égypte – Territoires palestiniens – Hong Kong – Brésil

 

5.) Combien d'électricité est fournie par Israël à Gaza?

 

Aucune – 10% – 33% – 50% – 70%

 

6.) Depuis qu'Arafat a lancé la 2ème Intifada contre Israël, la dernière décennie a été de loin la plus coûteuse en vies palestiniennes de toute l'histoire israélo-palestinienne. Combien de Palestiniens sont morts dans ce conflit depuis 2000?

 

Moins de 10.000 – 10.000/20.000 – 20.000/30.000 – 30.000/40.000 – soit plus de 40.000

 

7.) Dans la Seconde Intifada contre Israël, combien de Palestiniens ont été tués par d'autres Palestiniens (appelons-le «Intra-fada»…)?

 

70 – 170 – 370 – 570 – plus

 

(Les réponses sont fournies à la fin du Communiqué…)

 

Leadership du Bloc:
la candidate Maria Mourani entre l’incompétence
et la complaisance à l’égard des islamistes
Dépêche
pointdebasculecanada.ca, 6 décembre 2011

 Après que le National Post (19 novembre 2011) ait révélé le double emploi de l’ex-ministre Philippe Couillard comme membre du Comité de surveillance des activités d’espionnage du SCRS et comme consultant pour l’Arabie saoudite, Maria Mourani a dénoncé la situation et enjoint l’ex-ministre de choisir entre ses deux positions.

 

Il était légitime que madame Mourani s’objecte au double emploi du Dr. Couillard d’autant plus qu’elle est la critique de son parti en matière de sécurité publique. Cependant, quand on constate les relations qu’elle-même entretient avec des puissances étrangères, on peut difficilement croire que son intervention ait été motivée par la sécurité du Canada.

 

À l’occasion de la campagne au leadership du Bloc Québécois qui doit se conclure par l’élection d’un nouveau chef le 11 décembre 2011, Point de Bascule revient sur certaines des prises de position passées de la candidate au leadership Maria Mourani. Selon nous, ces positions témoignent au mieux de son incompétence et au pire de sa complaisance envers les islamistes.

 

Le 22 juin 2010, le directeur du SCRS, Richard Fadden, mentionna à la CBC que des politiciens canadiens sont sous l’emprise de gouvernements étrangers. Le 26 juin, Maria Mourani exigea la démission de M. Fadden dans un communiqué de presse après l’avoir accusé «de semer le doute sur la probité et l’intégrité de nombre d‘élus et (de)
cré(er) un climat malsain de suspicion et une paranoïa populaire, notamment à l‘égard d‘élus d’origine étrangère».

 

À l’époque, Richard Fadden avait laissé entendre que la Chine cherchait activement à influencer les politiciens canadiens. En septembre 2011, les médias canadiens révélèrent que le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Bob Dechert, et une journaliste de l’agence de presse officielle chinoise Xinhua basée à Ottawa avaient échangé des messages amoureux par courriel. La journaliste chinoise fut rappelée en Chine dès que l’affaire fut rendue publique. Invité à commenter, un ancien espion chinois réfugié aux États-Unis déclara au Globe and Mail (30 novembre 2011) qu’il était fréquent que la Chine utilise des journalistes pour influencer des politiciens de haut rang ou obtenir des informations de leur part. L’ancien espion ne put cependant pas confirmer si c’était bien le cas cette fois-ci.

 

Dans cet article, Point de Bascule revient sur certaines des positions passées de Maria Mourani à l’égard des islamistes:

 

9 mars 2006– Maria Mourani invite les représentants de huit pays membres de l’Organisation de la coopération islamique à assister à son assermentation comme députée à Ottawa. Elle leur déclare: «Je serai à votre écoute». En 2010, Madame Mourani a décrit comme «parfaitement normal» que des députés canadiens répondent ainsi aux demandes de représentants de puissances étrangères;

 

17-24 août 2006– Lors d’un voyage au Liban financé par le Conseil national des relations canado-arabes, Maria Mourani accuse Israël d’avoir commis des crimes de guerre au Liban. Plus tard, elle se rétracte;

 

Février 2009– Maria Mourani fait parvenir un courriel à tous ses collègues députés à Ottawa qui contient de nombreux liens vers des sites glorifiant les attentats-suicide et le jihad. Plus tard, elle dira qu’elle n’avait pas pris connaissance des vidéos qu’elle suggérait à ses collègues de visionner;

 

11-18 février 2010– Maria Mourani voyage en Turquie aux frais de l’ambassade turque et du gouvernement de la Turquie qui soutient ouvertement le Hamas. Madame Mourani a également participé à d’autres activités commanditées par le gouvernement turc au Canada;

 

2 novembre 2011– Maria Mourani dénature le crime d’honneur et le présente comme un équivalent aux meurtres qui surviennent dans un contexte familial non-musulman en Occident. Madame Mourani passe sous silence le fait que le crime d’honneur est endossé par la charia et que le meurtrier profite de la complicité de sa famille et du silence de sa communauté, ce qui n’est généralement pas le cas dans les autres cas de meurtres en milieu familial auxquels elle fait référence. (…)

 

(Lisez la suite de l’article au: http://pointdebasculecanada.ca/articles/10002520-leadership-du-bloc-la-candidate-maria-mourani-entre-l’incompétence-et-la-complaisance-à-l’égard-des-islamistes.html)

Analogie entre Somaliens et Palestiniens:
l’ombudsman de Radio-Canada conclut à une inexactitude

David Ouellette
davidouellette.net, 6 décembre 2011

L’ombudsman de Radio-Canada Pierre Tourangeau a conclu que «dans sa comparaison entre réfugiés somaliens et réfugiés palestiniens, la journaliste [Sophie Langlois] a enfreint la valeur d’exactitude en affirmant que tous les réfugiés palestiniens, plutôt qu’une minorité d’entre eux, n’ont pas le droit de travailler et dépendent de l’aide internationale… Exception faite de cet accroc», poursuit l’ombudsman, «l’échange entre la journaliste et l’animatrice du Téléjournal respecte les Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada».

 

Le 7 septembre dernier, le Centre consultatif des relations juives et israéliennes avait déposé une plainte auprès de l’ombudsman en raison du parallèle que Sophie Langlois avait établi entre les Somaliens menacés de famine et les Palestiniens. La correspondante de Radio-Canada avait déclaré que «les Somaliens sont en train de devenir les Palestiniens de l’Afrique, des réfugiés permanents dans une ville étrangère où ils n’ont pas le droit de travailler, ce qui fait qu’ils sont forcément dépendants de l’aide, de l’aide internationale (…)».

 

Notre plainte soutenait que «l’insensée assimilation des conditions de vie des Somaliens à celles des Palestiniens contribue à banaliser l’ampleur de la tragédie humaine qui frappe les populations de la Corne de l’Afrique et à dramatiser indûment et à outrance les conditions de vie des réfugiés palestiniens ».

 

Notre plainte démontrait aussi que les conditions de vie des réfugiés des Palestiniens décrites par Sophie Langlois étaient non seulement erronées, mais qu’elles ne se prêtaient à aucune analogie avec le sort des réfugiés somaliens. Nous soutenions, en conclusion, que la journaliste avait émis une opinion «purement subjective» et que son commentaire contrevenait aux Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada sur le plan de l’exactitude de l’information et de l’expression d’opinions personnelles.

 

L’ombudsman juge que le commentaire de la journaliste était inexact dans la mesure où tous les réfugiés palestiniens ne sont pas dépendants de l’aide internationale ou interdits de travail, mais ne considère pas que la journaliste a émis une opinion personnelle. Le Centre entend continuer de demander à Radio-Canada que son traitement d’Israël et du conflit israélo-arabe soit plus rigoureux dans le respect de ses Normes et pratiques journalistiques

Plus guère un allié
Caroline B. Glick
Jerusalem Post, 6 décembre 2011

Version originale anglaise: Our World: An ally no more

Adaptation française: Sentinelle 5772 ©

 Au lieu de mettre en garde l'Égypte contre une rupture de son traité avec l'État juif, les officiels des USA choisissent de critiquer Israël.

 

Avec le décompte des votes pour le premier tour des élections parlementaires en Égypte, il est assez clair que l'Égypte est sur la voie rapide d'un État islamique totalitaire. Le premier tour des élections a eu lieu dans les villes cosmopolites les plus libérales d'Égypte. Et pourtant les 'Frères Musulmans' et les salafistes ont recueilli plus de 60% des suffrages. Le scrutin pour 52 autres sièges augmentera leur représentation selon les estimations. Puis dans le mois à venir, les électeurs égyptiens dans le Delta du Nil et le Sinaï bien plus islamistes, apporteront sans aucun doute les forces de l'islam jihadiste avec une plus grande marge de victoire.

 

Jusqu'au renversement d'Hosni Moubarak soutenu par les USA, l'Égypte servait d'ancre au système d'alliance américain dans le monde arabe. L'armée égyptienne est armée par les USA, formée par les USA, et financée par les USA. Le Canal de Suez est l'une des voies d'eau vitales pour la marine américaine et l'économie mondiale. Grâce à l'engagement de Moubarak à contenir la marée des forces jihadistes qui menaçaient son régime, sous sa férule, l'Égypte servait de centre anti-terroriste majeur dans la guerre menée par les USA contre le jihad international.

 

Avec l'importance singulière de l'Égypte pour les intérêts stratégiques des USA dans le monde arabe, la réponse du gouvernement Obama aux résultats calamiteux de l'élection a été choquante. Plutôt que de faire sonner les alarmes, le président américain Barack Obama a fêté les résultats comme une victoire pour «la démocratie». Plutôt que de mettre en garde l'Égypte vis-à-vis des conséquences sévères qu'elle affrontera si elle achève sa transformation islamiste, le gouvernement Obama a retourné ses armes contre le premier pays à payer le prix de la révolution islamique en Égypte: Israël.

 

S'adressant au conclave annuel de stratégie politique à Washington parrainé par le Saban Center pour la Politique au Moyen Orient de l'Institut Brookings orienté à Gauche, le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta et la secrétaire d'État Hillary Clinton ont tapé à coups redoublés sur Israël, le seul véritable allié que les USA ont conservé au Moyen Orient après la chute de Moubarak. Clinton a senti la nécessité – au nom de la démocratie – d'adopter les positions de la Gauche radicale d'Israël contre la majorité des Israéliens.

 

La même secrétaire d'État qui a proclamé des négociations avec les Talibans violents et misogynes fanatiques; qui a chanté les louanges de l'Arabie saoudite où les femmes reçoivent dix coups de fouet pour se permettre de conduire, et dont le département d'État a formé des agents parmi les 'Frères Musulmans' qui haïssent les femmes pour conduire les élections actuelles en Égypte, elle a accusé Israël d'opprimer le droit des femmes. Le seul État de la région où les femmes ont la plénitude des droits et des protections légales est devenu le cœur de la vertueuse rage féministe de Clinton.  (…) 

Wiesel annonce un livre prouvant la négation du droit d'Israël à exister
par les Palestiniens
Naama Rehoboam
Guysen.com, 7 décembre 2011

 Deux auteurs révèlent les moyens qu’emploie l'Autorité palestinienne pour diffuser des messages de haine envers l’État Juif et afin de saper le processus de paix avec Israël.

 

Lors d’une apparition publique mardi 6 décembre, le lauréat du prix Nobel de la Paix, Elie Wiesel, et le fondateur de Human Rights Watch, Bob Bernstein, ont annoncé la publication d'un ouvrage exposant une année de diffusion médiatique dans l'Autorité palestinienne. Celui-ci montre que presque tous les messages diabolisent Israël, tout en niant son droit d’exister.

 

Deception: Betraying the Peace Process, par Itamar Marcus et Nan Jacques Zilberdik, analyse les sources médiatiques qui diffusent des messages de haine pour le compte de l’Autorité palestinienne afin de saper le processus de paix avec Israël. En mai 2010, I. Marcus et J. Zilberdik ont ​​commencé leur examen en profondeur des supports approuvés par l’Autorité palestinienne (AP), afin de déterminer comment l'AP a répondu à ses engagements face au Quartet d’encourager la non-violence, de reconnaître l'État juif d'Israël, et de l'accepter comme un partenaire pour la paix.

 

Après avoir examiné un large éventail de magazines et de documents culturels pendant une année complète, la conclusion est la suivante: les messages diffusés directement ou indirectement par l'Autorité palestinienne reflètent «une abrogation totale des engagements pris vis à vis de la population», a déclaré I. Marcus. Le livre détaille des centaines d'exemples de sources culturelles, éducatives et médiatiques visant à promouvoir des messages de haine chez les Palestiniens et à saper le processus de paix avec Israël. Il catalogue et contextualise les nombreuses politiques de l'AP pour glorifier le terrorisme et diaboliser les Israéliens et les Juifs, tout en rejetant le droit d'Israël à exister.

 

Même dans des contextes banals tels que des pages sportives, I. Marcus confie que l’on peut faire référence à Israël, sans évoquer Israël mais une «patrie qui est occupée». Autrement dit, l'intégralité d'Israël, et pas seulement la Judée-Samarie et la bande de Gaza. Fréquemment, I. Marcus l'a souligné, toutes les villes et sites israéliens sont considérés comme palestiniens, soit sur papier ou à la télévision, y compris dans les programmes éducatifs conçus pour les enfants. Marcus a néanmoins précisé que le livre distingue bien ceux qui nient l'existence d'Israël de ceux qui nient son droit à exister entièrement, tel que le montrent ceux qui se réfèrent à Haïfa, Tibériade et Jaffa, comme des «villes palestiniennes».

 

«Il y a une ignorance de la presse occidentale sur ce qui est en train de se passer. Ils ne lisent pas l'arabe», explique Bob Bernstein. «Tout aussi troublant, ajoute I. Marcus, est la diabolisation répétée d'Israël, en assimilant les Israéliens aux nazis et en alléguant qu'Israël a empoisonné Yasser Arafat. Cette diabolisation se produit également lorsque les kamikazes sont glorifiés, ayant même des stades, des tournois et des places de la ville à leur nom».

 

«Des discours de haine parrainés par le gouvernement sont incompatibles avec la paix», souligne Bob Bernstein. «Sauf si l'AP arrête de présenter les terroristes comme des modèles à suivre, ainsi que les Juifs et les Israéliens comme intrinsèquement mauvais, et à moins qu'elle cesse d'éduquer son peuple à imaginer un monde sans Israël, il n'y a aucune chance de parvenir à une paix authentique», a déclaré J. Zilberdik dans un communiqué.

 

I. Marcus espère remettre son livre dans les mains de tous les membres du Congrès américain ainsi que des parlementaires européens, «afin que les législateurs sachent à quoi sert l’aide qu’ils versent aux Palestiniens… L’objectif est que la diffusion de ces informations constitue une première étape vers un véritable changement», a conclu I. Marcus. 

RÉPONSES AUX QUIZZ!

 

1.) Classez ces pays en fonction de l'espérance de vie (taux le plus long en premier):

 

i) la bande de Gaza – 73,4 années

ii) en Égypte – 72

iii) le Brésil – 72

iv) la Turquie – 72

v) la moyenne mondiale – 66,6

vi) la Russie – 66

 

Vous pouvez donc vous attendre à profiter de… 16 mois supplémentaires si vous êtes né du côté de Gaza que si vous êtes né côté égyptien! La moyenne en Cisjordanie palestinienne monte à 74,5 … ce qui pourrait bien être expliqué en partie par la question 3. Et étant donné que le taux de Gaza est supérieur à la moyenne Turque, les flottilles «humanitaires» devraient sans doute faire cap …dans la direction opposée!

 

2.) Classez ces conflits (depuis 1950) en termes de nombre de victimes.

 

i) les guerres civiles au Soudan – 1,9 millions de victimes

ii) la répression des Kurdes – 300.000

iii) Russie-Tchétchénie – 140.000

iv) Birmanie / Myanmar – 130.000

v) révolution iranienne – 80.000

vi) au Zimbabwe – 60.000

vii) le conflit israélo-arabe 52.000

 

En fait, le conflit israélo-arabe arrive 49e sur la liste des conflits les plus meurtriers de ces 60 dernières années, dont bon nombre sont, honteusement, complètement oubliés … ou ignorés par la presse occidentale.

 

3.) Combien de Palestiniens ont été traités dans les hôpitaux israéliens en 2010?

 

v) 180 000

 

Il s'agit notamment des milliers de patients de Gaza, en dépit des attaques constantes du Hamas sur les citoyens israéliens. Les hôpitaux israéliens seraient en mesure de traiter beaucoup plus de Palestiniens si la sécurité n'était pas un problème. Avant l'Intifada de 2000, tout Palestinien pouvait librement arriver à un hôpital israélien pour y être traité.

 

4.) Classez ces pays selon leur taux de croissance économique (PIB, chiffres de 2009)

 

i) les Territoires palestiniens (8%)

ii) le Brésil (7,5%)

iii) Hong Kong (6,8%)

iv) l'Égypte (5,1%)

v) Israël (4,6%)

vi) l'Allemagne (3,5%)

vii) l'Australie (2,7%)

 

Après la dépression économique qui a accompagné l'Intifada contre Israël, et conduit à la construction de la barrière de sécurité pour protéger les Israéliens contre les agressions terroristes afin de rétablir la sécurité en Cisjordanie, les perspectives sont très prometteuses pour l'économie palestinienne.

 

5.) Combien d'électricité est fournie par Israël à Gaza?

 

v) 70%

 

Israël fournit plus de 70% d'électricité à Gaza, l'Égypte fournit un «généreux» …5%, les 25% restants provenant d'exploitations isolées autour et au sein de la Bande.

 

6.) Depuis qu'Arafat a lancé sa guerre d'Intifada contre les Israéliens, cette dernière décennie a été de loin la plus coûteuse en vies palestiniennes dans l'histoire israélo-palestinienne : combien de Palestiniens sont morts dans ce conflit depuis 2000?

 

i) Moins de 10 000 : environ 6000, combattants et non-combattants.

 

Pour mettre en perspective: 20 000 morts en 1 mois lors du conflit au Sri Lanka (2009)Entre 50.000 et 70.000 morts au cours de la même décennie en Tchétchénie, alors que 35.000 personnes perdent la vie lors des guerres de la drogue au Mexique depuis 2005…

 

7.) Dans la Seconde Intifada contre Israël, combien de Palestiniens ont été tués par d'autres Palestiniens («Intra-fada»)?

 

v) 570

 

Ou, plus précisément, 557 selon l'ONG israélienne B'Tselem. Pour une raison quelconque, peu – sinon aucune – des protestations internationales n'ont été entendues sur ces assassinats inter- Palestiniens.

 

VOTRE SCORE

 

6-7: félicitations, vous êtes bien informés! Continuez à mieux connaître les mythes et réalités autour du conflit israélo-arabe.

 

3-5: Vous croyez souvent aveuglément à la couverture des médias traditionnels sur le conflit israélo-palestinien… pourquoi ne pas suivre les sources d'information israéliennes (il en existe maintenant en langue française) de temps en temps?

 

0-2: Vous avez probablement pris les grands quotidiens français pour des journaux sérieux… Votre déception doit être grande!