Tag: Women’s status in Middle-East

WEDNESDAY’S “NEWS IN REVIEW” ROUND-UP

 

Media-ocrity of the Week
 

   "Firearms! Can it be considered normal that people turn firearms on police? It's unacceptable … law and order must be restored," France's Interior Minister Manuel Valls told a news conference, upon a visit to Amiens in northern France, adding that a minority of people were terrorizing the local community.  Youths jeered and jostled Valls on Tuesday…when he promised to restore law and order at the scene of overnight riots in which 17 police officers were hurt after being fired at with buckshot and pelted with a hail of objects thrown by youths who set fire to an elementary school and a sports centre and destroyed a police station in the city's northern districts. 
   President Francois Hollande said the state would "mobilize all its resources to combat this violence", which has shaken depressed quarters of major French cities at regular intervals over the past decade and which Valls referred to as urban guerilla behaviour. [Emphasis added – Ed.]
    Police and emergency officials in Amiens were on high alert on Tuesday evening and some, speaking on condition of anonymity, said they feared a further flareup of violence. Unrest is often blamed on a combination of poor job prospects, racial discrimination, a widespread sense of alienation from mainstream society and perceived hostile policing.
   A crowd of about 100 “young men” met Interior Minister Manuel Valls when he arrived in Amiens to discuss two nights of violence apparently sparked by tension over spot police checks on residents.
"Calm down! Calm down!" Valls yelled as the crowd jostled him while he entered the town hall surrounded by bodyguards. (The Daily Telegraph, Aug. 15, 2012) [emphasis added; that the “youths” and “young men” and “urban guerillas” referred to in these articles are Muslims is made clear only by a reference, at the end of the Daily Telegraph piece, to a French study of “Islamic Institutions and Practices” in the French suburbs. – Ed.)
 
_________________________________________________________________________
 
Weekly Quotes  

“This [Iranian] nuclear weapon is intended to create a balance of terror with Israel, to finish off the Zionist enterprise, and to end all Israeli aggression against the Arab nation,” – Hezbollah MP and retired general Walid Sakariya to Hezbollah’s al-Manar TV  “The entire equation in the Middle East will change,” he asserted. ( Times of Israel, Aug. 9, 2012)
 
“Israel's reasons for a future strike on Iran's nuclear facilities are logical and clear: Iran armed with nuclear weapons threatens Israel's existence; the weapons can fall into the hands of terrorists; and it will undoubtedly ignite an arms race in the Middle East that could end in nuclear war. In light of these threats an Israeli government that chooses to sit by and do nothing will have betrayed its public.”—Prof. Benny Morris. (Israel Hayom, August 10, 2012)
 
"I don't believe they've made a decision as to whether or not they will go in and attack Iran at this time,”—US Defense Secretary Leon Panetta to reporters at the Pentagon on Tuesday.  "With regards to the issue of where we're at from a diplomatic point of view, the reality is that we still think there is room to continue to negotiate." he said.  As to Israel’s military capacity, Chairman of the Joint Chiefs of Staff Gen. Martin Dempsey, who also attended the press conference, said “What I’m telling you is based on what I know of their capabilities. And I may not know about all their capabilities. But I think that it’s fair characterization to say that they could delay but not destroy Iran’s nuclear capabilities.” (Reuter’s, Aug. 14, 2012)
 
“The prevalent culture, created by the previous regime (is it truly previous?) is built on fear of Israel. This fear has bred hatred which the prior and current regimes have played on for their own daily purposes. Thus, Israel the country has disappeared and has been replaced by an entity ruled by villains. Villains, as we know, lie, so why should we believe their warnings?”—Egyptian playwright and A-Sharq Al-Awsat columnist Ali Salem—one of the few Egyptians to openly support normalization with Israel…“I clearly believe that the two sacked men [the governor of northern Sinai and chief of general intelligence] genuinely expressed the level of public awareness and level of education in Egypt,”—which led the country’s security forces to disregard Israeli warnings of a looming terrorist attack [in Sinai], claiming they “could not believe” that Muslims would kill Muslims on the eve of Ramadan. (Times of Israel, Aug. 12, 2012)
 
"Are we looking at a president determined to dismantle the machine of tyranny … or one who is retooling the machine of tyranny to serve his interests, removing the military's hold on the state so he can lay the foundations for the authority of the Brotherhood?"–Alaa al-Aswani a prominent Egyptian rights activist and best-selling novelist. "He must correct these mistakes and assure us through actions that he is a president of all Egyptians," wrote the secular al-Aswani before warning that Egyptians will never allow Morsi to turn Egypt into a "Brotherhood state." (Associated Press, Aug. 14, 2012)
 
“I have wracked my brain trying to understand why Israel gets such a disproportionate measure of our moral criticism…I keep coming back to a very difficult conclusion, and that is that there remains an undercurrent of antisemitism in our church, and that disturbs me”  United Church minister Andrew Love, the spiritual leader of Grace Saint Andrew’s United Church in Arnprior [Ontario], who has been trying to counter the calls for a boycott of ‘settlement’ goods by the United Church of Canada’s (UCC) Working Group on Israel/Palestine Policy. “I’m speaking of the United Church but this same debate has infected the United Methodist Church, the Presbyterian Church and the Anglican communion, where Israel has received a disproportionate amount of attention.” (Jewish Tribune, Aug. 7, 2012)
 
"Reading the articles of this [CEDAW] agreement, dear brothers, sends shivers down your spine, and makes your hair stand on end, due to its hideous nature. One of the articles in this agreement, dear brothers, [calls for] complete equality between men and women. Any distinction between men and women is eliminated.One of the articles states that when a girl reaches the age of 18, nobody has guardianship over hernot her father, her husband, her brothers, or anyone for that matter. She can act with complete freedom.” —Saudi Cleric Sa'd Al-Qa'ub commenting on the UN Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women.  […]"They say that a girl younger than 18 has the right to decide when she will become sexually active. It means that she can decide when to exercise her right to commit consensual fornication. On the other hand, she does not have the right to marry before the age of 18.” (Middle East Media Research Institute, July 10, 2012)
 
"When shall I see that day, when we, the Muslims, march on Palestine and liberate Palestine for all the people in the world … and under Islamic law, they will live as equals,"—Zafar Bangash, an Islamic journalist and commentator from Toronto who is shown, in a video from last year’s International Al-Quds [Jerusalem] Day march in Queen’s Park, Toronto available on the website Shia TV, bellowing into a microphone.  Bangash yelled, "The Zionists … claim that Muslims hate Jews … I challenge any Zionist … to come and prove to us that any Jewish people have been oppressed anywhere in the Muslim world." Jewish groups are calling out Ontario Liberals for permitting an "anti-Semitic hate rally" to be held  Aug. 18 at Queen's Park [Toronto].…(Sun News Network, Aug. 9, 2012)
 
“I tell you out of my experience and the position I occupied that the regime is collapsing, morally, materially and economically. Militarily it is crumbling as it no longer occupies more than 30% of Syrian territory,”—former Syrian prime minister Riyad Hijab, in his first public appearance at a news conference in Jordan since defecting to the opposition. “Syria is full of honourable officials and military leaders who are waiting for the chance to join the revolution. I urge the army to follow the example of Egypt and Tunisia’s armies – take the side of the people.” he added. (National Post, Aug. 15, 2012)
 
“The bottom line is that Palestinian incitement is going on all the time….The phenomenon is worrying and disturbing.”—Israel’s Strategic Affairs Ministry director-general Yossi Kuperwasser. He said that “at an institutional level the Palestinian Authority was continuously driving three messages home: that the Palestinians would eventually be the sole sovereign on all the land from the Jordan River to the Mediterranean Sea; that Jews, especially those who live in Israel, were not really human beings but rather “the scum of mankind”; and that all tools were legitimate in the struggle against Israel and the Jews, though the specific tool used at one time or another depended on a cost-benefit analysis.” (Jerusalem Post, Aug. 13, 2012)
(Top)
_________________________________________________________________________
 

Short Takes

 
MORSI FORCES OUT MILITARY CHIEFS—(Cairo)President Mohamed Morsi of Egypt forced the retirement on Sunday of his powerful defense minister General Hussein Tantawi and the Egyptian Army's' Chief of Staff General Sami EnanMorsi has also cancelled the constitutional protections that the Egyptian military has enjoyed and overturned their edicts circumscribing his control over foreign and military policy.  On Sunday, he replaced it with his own declaration, one that gave him broad legislative and executive powers and, potentially, a decisive role in the drafting of Egypt’s still unfinished new constitution.

The maneuvers by Morsi, a former leader of the Muslim Brotherhood, cemented a major shift in power that began with his election in the face of intense opposition from the military. As Caroline Glick has noted in Front page magazine, and the Muslim Brotherhood in Egypt has declared, today Mors completed the Egyptian revolution. Egypt is now an Islamic state. Its leaders drink from the same well as al Qaida, Hamas and all the rest. Egypt, with its US armed military has reemerged after 30 years as the greatest military threat that Israel has ever faced. (New York Times, Front Page Magazine., Aug. 13, 2012)
 
A FAILING STATE? IN SINAI, THE PEOPLE PROTECT THE ARMY —(Rafah, Egypt) Those living in Rafah have military forces responsible for securing the border at their doorsteps. While this should be extra protection for the locals, on Sunday, it was the locals who struggled to save the soldiers undergoing a brutal attack. While local media and politicians alike are dramatically mourning the deceased soldiers, slamming the terrorist playground that Sinai has reportedly become, there is little attention to the incumbent state failure in the peninsula, as manifest in this incident, locals say. (Egypt Independent, Aug. 7, 2012)
 
EGYPT CLOSING UP SMUGGLING TUNNELS, HAMAS ANGRY—(Egypt) Sinai residents have reported to Ahram Online that heavy machinery of the state-owned Arab Contractors company is being used to destroy tunnels linking Egypt and the besieged Gaza Strip. The destruction of the tunnels is happening under the supervision of Egyptian military forces.  Hamas leader Mahmoud El-Zahar confirmed that the Egyptian military was closing the tunnels and would abort any attempt to build new ones. Hamas denies that any Gazans were involved in the attack and is calling Egypt's moves "collective punishment." (Ahram Online Aug 09 2012)
 
RABBIS PROTEST AGAINST 'PROTOCOLS' MOBILE APP(Berlin)A European rabbinical group said Tuesday it is protesting a mobile app of the notorious anti-Semitic text "The Protocols of the Elders of Zion."  Rabbi Pinchas Goldschmidt, president of the Brussels-based Conference of European Rabbis, said in a statement that he would contact Apple to urge that the company remove the app (which is a mobile phone program).  The app, which was released earlier this year, is available only in Arabic and is attributed to the software developer Ahmed Elserety.  The app notes a 1921 investigation by the Times of London and a series of French articles describing how the fraud was perpetrated. Still, Goldschmidt said, it is unacceptable to have such an app on the market. “Although the Protocols of the Elders of Zion can and should be available for academics to study in its proper context, to disseminate such hateful invective as a mobile app is dangerous and inexcusable,he said, warning that it could be "used by anti-Semitic conspiracy theorists and their fellow travelers to pursue their racist agenda."(JTA, Aug. 15, 2012)

LEFT-WING JOURNALIST REGRETS GOLAN STANCE(Jerusalem)“No one likes to admit they were wrong. I don't, either. But sometimes you have no choice.”Ari Shavit, journalist for Ha’aretz. “Since reaching adulthood I believed in peace with Syria. The premises for my belief seemed rational and solid. Peace with Syria would prevent a terrible war and dismantle the array of northern forces that threatened the State of Israel… And now, everything has been upended. It's all been reversed…. I have to admit that if the worldview I had championed had been applied, battalions of global jihadis would be camping near Ein Gev and there would be Al-Qaida bases on the shores of Lake Kinneret. Northern Israel and the country's water sources would be bordering this summer on an armed, extremist Islamic entity that could not be controlled. So, does one conclude that we dare not try peace? No, we must try to obtain a realistic peace. But carefully, friends. Modestly. And always while listening seriously to the serious warnings of those opposed, and with a sober eye on the real world in which we live.” (Ha’aretz, Aug. 9, 2012)

HAMAS LEADER’S FAMILY TREATED IN ISRAELI HOSPITAL (Petach Tikva)Suhila Abd el-Salam, the sister of Hamas Prime Minister in Gaza, Ismail Haniyeh, accompanied her husband for treatment in an Israeli hospital four months ago. According to Israel’s Ynet News, the sister’s husband was admitted to Beilinson Hospital in Petach Tikva, for immediate medical treatment following a serious heart condition.  The couple could have gone to a more advanced medical center in Egypt but opted to come to Israel for medical treatment instead. Israel’s Civil Administration released a report in March stating that 115,000 Palestinians were treated in Israel in 2011, a 13% increase in comparison to the previous year. Meanwhile, Haniyeh refuses to recognize Israel and calls for Palestinian violence against the Jewish state. (Tazpit News Agency, August 7, 2012)
 
SYRIAN MUSLIM BROTHERHOOD FORMS FIGHTING BATTALIONS—(Syria)The Muslim Brotherhood in Syria has formed three armed battalions “for self-defence and to defend the oppressed,” the group’s spokesman Mulham Al-Droubi told Saudi owned daily A-Sharq Al-Awsat that the battalions were created three months ago and are deployed across Syria, but “especially in areas with intense fighting.” He said they operated under the umbrella of the Free Syrian Army, which functions as a regular army but is composed of semi-independent units. Meanwhile, Brotherhood spokesman Droubi was named by the Free Syrian Army last week as a possible candidate for transitional prime minister following the ouster of Bashar Assad, Arab media reported. (Times of Israel, Aug. 5, 2012)
 
PALESTINIAN “PRESIDENT” NEARS RECORD(Israel) “Next week, Mahmoud Abbas will enter the 92nd month of his 48-month term, and now has Yasser Arafat’s record in sight. Arafat was elected president of the Palestinian Authority in 1996, running essentially unopposed (his opponent was a 72-year old woman with no political party). In 2004, in the ninth year of his four-year term, he left office on account of death. His second-in-command was elected president less than two months later, running essentially unopposed (Hamas boycotted the election). Abbas is now midway through the eighth year of his own four-year term, almost certain to break Arafat’s record if he can just stay healthy." (Commentary, Aug. 8, 2012) (Top)

 


ON TOPIC

ON MONTE AUX BARRICADES PARCE QUE LE «COACH» NE PARLE PAS FRANÇAIS TANDIS QUE NOUS ACCOMMODONS LA DHIMMIFICATION DES QUÉBÉCOIS.

 

 

 

«LA FÊTE DE NOËL EST ILLICITE» – JOYEUX NOËL MALGRÉ TOUT!
Dépêche

Pointdebasculecanada.ca, 22 décembre 2011

La Muslim Students’ Association (MSA – section Université Concordia) recommande plusieurs sites à ses supporteurs qui désirent approfondir leur compréhension de l’islam. Parmi ceux-ci le site islamweb.net en langue française rappelle les préceptes de l’islam en vertu desquels la fête de Noël est illicite:

 

Il n'est permis à aucun musulman de participer à ces fêtes de mécréants car c’est considéré comme une participation à ce qui est erroné et comme une ressemblance à ces mécréants. Il est confirmé que le Prophète (…) a affirmé dans le hadith rapporté par Abou Dawoud (…) que quiconque s'assimile à des gens devient l'un d'entre eux. Quant à l'arbre de Noël, il est connu qu'il représente l'un des rites relatifs à cette occasion chez les mécréants. Les oulémas (exégètes musulmans) ont mentionné, en raison du hadith précédent, qu'il n'est pas permis de s'assimiler à des mécréants en faisant ce qui leur est spécifique.

 

La MSA constitue l’une des principales courroies de transmission des Frères Musulmans en Amérique du Nord. L’organisation a été décrite dans un rapport de la police de New York de 2007 (p.68 – Archives PdeB) comme un «incubateur» de radicalisme.

 

Initialement, c’est la MSA de Concordia qui facilita la venue des deux prédicateurs islamistes radicaux Hamza Tzortzis et Abdur-Raheem Green sur le campus de l’Université à l’automne 2011. À l’époque, les positions des prédicateurs favorables à la lapidation, à la criminalisation de l’homosexualité, au droit du mari de battre son épouse rebelle, à l’instauration du califat, etc., étaient connues. Suite aux protestations du public, la MSA s’est retirée du projet. La conférence des deux prédicateurs fut déplacée vers une salle de la Muslim Association of Canada, une autre organisation des Frères Musulmans.

 

L’objectif poursuivi par la MSA a été clairement énoncé lors d’une conférence organisée par l’organisation en 1975:

 

 «Le but du mouvement islamique est de provoquer dans le monde l’avènement d’une nouvelle société basée complètement sur les enseignements de l’islam. Une telle société fera tout en son pouvoir pour appliquer ces principes dans son gouvernement, dans ses organisations politiques, économiques et sociales, dans ses relations avec les autres états, dans son système d’éducation, dans les valeurs morales qu’elle promeut et dans tous les autres aspects de la vie.» «Notre effort organisé et graduel devant mener à l’émergence d’une telle société constitue le processus d’islamisation.» «(…) Si notre but ultime est de constituer une communauté qui nous soit propre, alors l’embryon de cette communauté doit être mis en place au sein même de la communauté que nous désirons changer. Seulement de cette façon pourrons-nous faire face aux défis que présente la communauté à laquelle nous sommes opposés.» [The Process of Islamization (Le processus d’islamisation) – Discours présenté par Jaafar Sheikh Idris au 13e congrès de la Muslim Students’ Association (MSA) à l’Université de Toledo (Ohio)] (Traduction PdeB)

 

Les fatwas d’Ibn Qayyim et d’Ibn Taymiyya

 

Plusieurs autres fatwas interdisant aux musulmans de célébrer Noël ont été proclamées dans le passé.

 

En 2008, la mosquée Assuna (Essuna) de Montréal avait cité (en arabe) sur son site des fatwas d’Ibn Qayyim (1292-1350) et d’Ibn Taymiyya (1263-1328), deux autorités de l’islam endossées par les Frères Musulmans, qui interdisent non seulement de célébrer Noël mais tout simplement de souhaiter Joyeux Noël. La mosquée Assuna était décrite en 2006 par le site Oumma.com comme la plus grande mosquée salafiste de Montréal:

 

Ibn Qayyim (Dispositions régissant les dhimmis – Ruling for Dhimmis) : «Féliciter (les chrétiens) à propos des symboles de leur religion est interdit selon l'unanimité des savants. Par exemple, leur offrir les meilleurs vœux pour leurs fêtes ou leur carême, et leur souhaiter: «Joyeuses fêtes!», etc. Si celui qui dit ceci ne tombe pas lui-même dans la mécréance, il commet au moins un interdit. C'est comme si on félicitait un non-musulman pour sa prosternation devant la croix alors que cela est le plus grand péché auprès d’Allah. C’est encore plus horrible que de le féliciter pour boire de l’alcool, de tuer un être humain ou de forniquer, etc…»

 

L’expression dhimmis utilisée par Ibn Qayyim désigne le statut de citoyens de deuxième classe des non-musulmans qui vivent dans des sociétés qui appliquent la charia.

 

Ibn Taymiyya (Iqtida Assirati Al-Mustaqim Mukhalafata Ashabi Al-djahim): «Ressembler aux mécréants à l'occasion de certaines de leurs fêtes c’est raviver le sourire dans leur cœur et les conforter dans leur fausseté. Ils peuvent ainsi saisir l’occasion pour se renforcer et mépriser les plus faibles d'entre-nous.»

 

Muhammad al-Munajid

 

Muhammad al-Munajid (1960-) est le responsable du site Islam Q&A. Il est basé en Arabie saoudite et a étudié la doctrine islamique sous la direction d’Adbulaziz Ibn Baz (Ibn Baaz) (1910-1999), l’exégète saoudien qui soutient que la terre est plate. Voici une partie de la réponse d’al-Munajid à une musulmane qui lui demandait s’il était admissible de décorer un sapin de Noël pour répondre à la demande de sa fille de onze ans:

 

L'arbre de Noël est l'un des symboles de la fête des Chrétiens et de leurs cérémonies (religieuses). Il accompagne la Noël. On dit que son usage officiel commença en Allemagne, à la Cathédrale de Strasbourg au 16e siècle en 1539.

\

Il n'est pas permis d'imiter les mécréants dans leurs pratiques cultuelles, dans leurs rituels et symboles, en vertu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui): «quiconque s'assimile à un peuple en fait partie.» (rapporté par Abou Daoud, 4031 et jugé authentique par al-Albani dans Irwaa al-Ghalil, 5/109).

 

Il n'est pas permis d'installer cet arbre dans la maison d'un musulman, même si ce n'est pas pour célébrer l'évènement car le seul fait de l'acquérir constitue une imitation interdite et une vénération d'un symbole religieux des mécréants.

 

Les parents doivent garder les enfants, les empêcher de commettre l'interdit et les protéger contre l'enfer. En dépit de toutes ces fatwas qui déclarent Noël illicite, l’équipe de Point de Bascule souhaite un JOYEUX NOËL à tous ses lecteurs.

LES MILITANTES ISLAMISTES OU
COMMENT LES ESCLAVES SACRALISENT LEURS CHAÎNES

Hélios d'Alexandrie

Postedeveille.ca, 19 décembre 2011

Cette chronique d'Hélios d'Alexandrie est en quelque sorte la suite logique de la précédente, intitulée Les islamistes et le sexe des femmes. Elle a pour objectif d'expliquer ce qui semble inexplicable, à savoir l'acharnement des militantes islamistes à promouvoir une idéologie religieuse qui les dévalorise et les humilie. La vérité qui dérange a été exposée par l'imam al Houeini: l'islam ne voit dans la femme que sa dimension sexuelle, on pourrait même dire sa dimension génitale. Cette image dégradante de la femme est pourtant promue par celles qui en souffrent le plus et qui pour des raisons obscures prétendent en tirer fierté.

 

Les musulmanes portent sur leurs épaules une lourde responsabilité, sans elles, sans leur participation active, sans leur consentement à embrasser à perpétuité la servitude et l’humiliation, l’islam ne pourrait pas durer longtemps.

 

Le slogan brandi par des femmes en niqab où l’on peut lire: «le voile c’est la libération de la femme» est un exemple parmi d’autres des absurdités que les militantes islamistes mettent de l’avant pour défendre l’islam et pour se donner l’illusion de contrôler leur propre destin.

 

Certaines poussent l’absurdité jusqu’à inciter leur mari à épouser d’autres femmes, histoire de montrer que le coran et Mahomet/Allah n’ont fait preuve d’aucune injustice envers la gent féminine en autorisant et en sanctifiant la polygamie. Elles approuvent pieusement le verset du coran qui s’adresse dans ces termes aux hommes: «vos femmes sont vos champs, labourez vos champs comme il vous plaira». D’autres se disent heureuses et fières quand leur mari les roue de coups, elles prétendent alors vivre pleinement leur foi islamique.

 

Les militantes de l’islam ne s’insurgent pas contre l’inégalité de statut qui fait d’elles des êtres inférieurs et dépendants. Leur témoignage et leur héritage qui valent la moitié de ceux de l’homme ne suscitent pas chez elles de sentiments d’injustice. Elles s’émerveillent de la sagesse et de la douceur de Mahomet qui a dit: «les femmes sont déficientes en termes de raison et de foi, et la prière de l’homme musulman est non valide s’il sort des latrines ou s’il touche une femme». Elles ne se rebiffent pas quand elles écoutent religieusement l’imam citer à la télé le fameux hadith où Mahomet dit: «S’il m’était permis d’ordonner aux croyants de se prosterner à d’autres qu’à Allah, je donnerais l’ordre aux femmes de se prosterner devant leur mari». Non plus quand un autre recommande vivement aux maris de placer le fouet ou le bâton bien en vue dans le domicile pour qu’il serve d’avertissement aux épouses récalcitrantes.

 

Les militantes de l’islam ce sont aussi les mères qui jubilent en apprenant qu’un de leurs fils a commis un attentat suicide; et si en explosant il a emporté avec lui plusieurs infidèles (les infidèles par nature ne peuvent être innocents), sa joie n’a pas de limite et elle se mérite les félicitations des voisins et la reconnaissance des autorités. À aucun moment elle ne se laisse aller au chagrin, par attachement à l’islam elle rejette les sentiments de peine et d’horreur.

 

Les militantes islamistes ne désespèrent pas quand elles lisent les passages des hadiths et du coran qui traitent du paradis et de l’enfer. Le paradis compte une foule de houris à la virginité éternelle, mises à la disposition des hommes morts dans la voie d’Allah. Le coran pousse la délicatesse et le raffinement jusqu’à rendre disponibles des éphèbes immortels pour ceux qui durant leur vie appréciaient les jeunes garçons.

 

Pour les femmes il n’y a strictement rien, ou du moins le coran ne fait pas mention de récompense particulière. D’autre part il y a un passage coranique et un autre dans les hadiths qui affirment que l’enfer sera peuplé par les mécréants et par les femmes; interrogé sur le sujet par des croyantes, Mahomet a dit que les femmes iront en très grand nombre en enfer parce qu’elles désobéissent à leur mari!

 

Et serait-on étonné d’apprendre que les militantes de l’islam se placent à l’avant-garde de la lutte contre le féminisme dans les pays islamiques? Elles affirment à qui veut les entendre que Mahomet a libéré la femme pour de bon et qu’il lui a donné la protection de la meilleure des religions, ou plutôt de la seule religion véritable aux yeux d’Allah. Le féminisme c’est l’esclavage importé des kouffars, c’est la femme livrée en public et sans voile aux regards et aux désirs des hommes, c’est la liberté sexuelle qui fait d’elle une putain non payée.

 

Pour se convaincre d’être dans la bonne voie les militantes islamistes font du recrutement, elles s’activent à convaincre les non-voilées de porter le voile en y allant par la douceur au début et quand cela s'avère nécessaire, par la contrainte et le harcèlement. Elles s’adonnent au prosélytisme militant, dans l’entourage immédiat, à l’école, à l’université et sur les lieux de travail. En Occident elles se chargent de semer la confusion et susciter la controverse chez les infidèles, elles sollicitent et obtiennent l’appui de la gauche et celle des féministes tout en multipliant les provocations. Les unités de choc, celles qui se chargent de monter à l’assaut des valeurs et des traditions occidentales, ce sont elles, tandis que les hommes attendent patiemment l’affaiblissement des défenses pour achever l’adversaire.

 

Il y a une question qui jusqu’à présent n’a pas obtenu de réponse satisfaisante: Pourquoi ces femmes se donnent autant de mal pour assurer la victoire d’une idéologie qui les dénigre, les déshumanise et les humilie? Quels bénéfices trouvent-elles à combattre pour assurer le triomphe de leur pire ennemi? Les raisons sont principalement sociologiques et psychologiques. Elles se résument en deux éléments: la loyauté à la tribu et le déni de soi.

 

La loyauté à la tribu

 

L’islam est une religion tribale, l’oumma islamique est une gigantesque tribu qui impose à ses membres une loyauté sans faille et qui rend tabou la dissidence. La pression du groupe s’avère irrésistible pour la grande majorité des musulmans et la tribu impose des limites strictes à l’individualité. Celui qui sort des rangs est rejeté, il n’a plus le droit d’exister et encore moins de préserver des liens avec les autres membres de la tribu, même s’il s’agit de proches parents. La peine de mort prononcée contre les apostats n’est que la consécration de ce rejet. Le musulman et la musulmane doivent démontrer leur loyauté pour éviter le rejet, avec la montée de l’islamisme il ne leur suffit plus de se dire musulmans et attachés à l’islam, ils doivent montrer patte blanche en priant, en mangeant halal, en observant scrupuleusement les obligations et les interdits et, pour la femme, en arborant le voile.

 

Le caractère religieux de la tribu impose la loyauté religieuse, mais pour être reconnu et obtenir sa place au soleil il importe de faire preuve de zèle, cela impose d’aller plus loin que la démonstration de loyauté. Les hommes, et à plus forte raison les femmes, doivent par conséquent militer en faveur de l’islam qui oppresse les hommes et qui écrase les femmes. Hommes et femmes se trouvent ainsi à lutter pour maintenir, voire rendre irréversible leur propre asservissement.

 

Le déni de soi

 

Pour demeurer dans la tribu et pour y être reconnues, les femmes doivent par conséquent se renier sans état d’âme, elles doivent se sentir fières de la servitude et de l’humiliation qui sont leur lot. Cette fierté qui va jusqu’à l’arrogance et jusqu’au défi n’est que la contrepartie de la servitude, son cliché négatif en quelque sorte. Le suprématisme islamique tire son origine de l’humiliation que les musulmans refusent d’admettre et qui est consubstantielle à l’islam. Contrairement aux chrétiens ils n’entretiennent pas de relation de filiation avec Allah mais se disent (fièrement) être les esclaves d’Allah.

 

Or dans l’islam l’humiliation de la femme est décuplée, le coran et les hadiths lui renvoient une image d’elle-même extrêmement négative, de plus elle doit accepter et subir l’inégalité de statut que lui impose sa religion et par le fait même la tribu. Pour survivre, pour ne pas être rejetée et pour être reconnue par les membres de la tribu elle assume entièrement sa condition en se reniant elle-même. Elle devient l’esclave qui arbore fièrement ses chaînes, qui en fait une source d’orgueil et qui attaque sans merci tous ceux qui prétendent vouloir la libérer.

PAS DE MUSIQUE À L'ÉCOLE
Jean-Marc Gilbert

fr.canoe.ca, 19 décembre 2011

 Il n'y a pas d'âge pour les accommodements raisonnables. La direction d'une école du quartier Saint- Michel accorde un passe-droit particulier à une jeune musulmane de maternelle: on lui permet de placer des écouteurs anti-bruit sur ses oreilles parce que sa religion lui interdit d'écouter de la musique.

 

Cette demande faite par les parents de la jeune élève, dès le début de l'année scolaire, ne manque pas de soulever des questionnements du côté du personnel de l'établissement multiethnique de la métropole.

 

Certains membres du personnel craignent qu'elle puisse devenir la risée de ses compagnons de classe, voire même une victime de la méchanceté des enfants. Une employée, qui souhaite conserver l'anonymat, explique que ces «demandes particulières» sont de plus en plus fréquentes. «Nous avons souvent des problèmes avec certaines communautés religieuses. Par les années passées, nous avions beaucoup de demandes similaires, particulièrement dans le temps de Noël ou de Pâques», affirme-t-elle. (…)

 

Pas un cas isolé

 

Du côté de l'Alliance des professeurs de Montréal (APM), on souligne que ce genre de demandes sont de plus en plus fréquentes et qu'elles ne viennent pas nécessairement des gens de confession musulmane. C'est pourquoi l'APM souhaite que l'école devienne un lieu commun pour tous et où la pratique religieuse n'a pas sa place.

 

C'est notamment pour cette raison que la Fédération autonome de l'enseignement, de laquelle l'APM fait partie, a entrepris des consultations auprès de ses membres, partout en province, au sujet de la laïcité dans les écoles. «Certains professeurs accordent beaucoup d'accommodements pour faciliter une entrée progressive», remarque Élaine Bertrand, vice-président de l'APM et responsable du secteur préscolaire. (…)

QUÉBEC ACCEPTE QUE LES AGENTES DES SERVICES CORRECTIONNELS PORTENT LE HIJAB
Dépêche

Radio-canada.ca, 20 décembre 2011

 Les agentes des Services correctionnels pourront désormais porter le hijab, soit le foulard islamique qui recouvre la tête, mais qui ne cache pas le visage, et celui-ci leur sera fourni par l'employeur lui-même. Cette décision émane d'une entente à l'amiable intervenue entre le ministère de la Sécurité publique du Québec et la Commission des droits de la personne à la suite du dépôt d'une plainte pour discrimination déposée en 2007 par une Montréalaise musulmane.

 

La Commission a jugé, après enquête, que le règlement sur le port de l'uniforme des agents de services correctionnels avait un effet discriminatoire et le ministère a préféré conclure cette entente à l'amiable plutôt que d'amener l'affaire devant le Tribunal des droits de la personne. La décision a cependant fait bondir le Parti québécois.

 

«C'est une dérive totale», a lancé en réaction la porte-parole de l'opposition péquiste en matière de laïcité, Carole Poirier. «Est-ce que la Sécurité publique va faire faire des hijab avec le logo du Québec dessus? C'est complètement fou. Pour des motifs religieux, on va permettre ce genre de vêtement, s'est-elle indignée. Ça n'a pas de bon sens. Après ça, c'est le niqab [voile facial] et après ça c'est la burqa [voile intégral]?»

 

Mme Poirier a rappelé que la commission Bouchard-Taylor avait notamment recommandé que les juges, les agents de police et ceux des services correctionnels, entre autres, ne portent aucun signe religieux ou politique, afin d'assurer une image de neutralité complète.

 

L'Assemblée nationale se penche toujours sur le projet de loi 94 présenté au printemps 2010 par la ministre de la Justice de l'époque, Kathleen Weil, qui prévoit que la prestation de service de tous les employés de l'État doive se faire à visage découvert.

 

La neutralité religieuse y est d'ailleurs clairement évoquée au chapitre 2 du projet de loi 94, qui se lit ainsi: «Tout accommodement doit respecter la Charte des droits et libertés de la personne, notamment le droit à l'égalité entre les femmes et les hommes et le principe de la neutralité religieuse de l'État selon lequel l'État ne favorise ni ne défavorise une religion ou une croyance particulière.»

 

La députée d'Hochelaga-Maisonneuve estime que la décision du ministère de la Sécurité publique démontre que le gouvernement Charest a complètement abdiqué sur la question, incluant les principes qu'il a proposés dans le projet de loi qui dort au feuilleton depuis près de deux ans. «Des agents correctionnels, ce sont des agents de l'État et ça devrait être neutre. Ils ne devraient pas porter de signes distinctifs, ni de signes politiques ni de signes religieux», a dit Mme Poirier.

 

Au bureau de la ministre Weil, qui pilote toujours le projet de loi 94 à partir de son portefeuille de l'Immigration et des Communautés culturelles, on s'inscrit en faux contre cette interprétation de la «neutralité religieuse». «Pour recevoir ou donner des services, il faut être à visage découvert, a d'abord expliqué la porte-parole de Mme Weil, Marie-Ève Labranche. Le projet de loi vient vraiment tracer une ligne entre ce qui est raisonnable ou non.»

 

Selon Mme Labranche, dans cette optique, la question de neutralité ne relève pas des signes affichés, mais bien des gestes posés. «On ne peut pas empêcher quelqu'un de porter un signe religieux. Ce serait contre nos deux chartes et contre notre histoire. Le fait de porter un signe religieux relève de la liberté d'expression, de la liberté de religion, en autant qu'il n'y ait pas de transmission de valeurs religieuses ou de prosélytisme», a-t-elle précisé.

 

Mais selon la porte-parole péquiste, la politique de «laïcité ouverte» prônée par le gouvernement Charest, qui implique des décisions au cas par cas, équivaut à remettre tout le pouvoir décisionnel entre les mains de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse. Du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ), son directeur des communications, Jean-François Del Torchio, s'est contenté de ce bref commentaire: «Les personnes en fonction d'autorité ne devraient pas porter de symboles religieux».

 

L'Action démocratique du Québec, dont l'absorption par la CAQ reste à être confirmée par ses membres, avait pourtant été jusque-là très active dans le dossier des accommodements raisonnables, faisant connaître son désaccord complet avec le port de signes religieux par les employés de l'État.

 

Quant au ministère de la Sécurité publique, qui a conclu l'entente permettant le port du voile islamique au sein des Services correctionnels, la porte-parole Valérie Savard a indiqué que l'aspect de la sécurité, qui avait été invoqué dans le passé pour refuser le port du hijab, avait été résolu. «Le foulard est muni d'un velcro. Aussitôt que quelqu'un tire sur le foulard, il se défait. Il respecte donc toutes les normes sécuritaires», a-t-elle expliqué.

ISRAËL-SYRIE: DEUX POIDS DEUX MESURES À L'ONU
Jonathan Serrero
Guysen.com, 22 décembre 2011

 La Syrie et Israël, deux situations diamétralement opposées. Pourtant le Conseil de sécurité montre plus d’entrain à voter des résolutions contre les constructions israéliennes en Judée-Samarie ou à Jérusalem que de condamner sévèrement les 5000 victimes du régime de Bachar El Assad. L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prossor, a dénoncé ce deux poids deux mesures.

 

Manifestations, morts, blessés, anarchie. La Syrie s’enfonce un peu plus chaque jour dans l’horreur. Bachar El Assad et son régime auraient procédé à l’élimination de 5000 personnes depuis le début du conflit. Au contraire de la Libye, le monde se refuse d’intervenir militairement et peine à s’accorder sur le vote d’une résolution qui contraindrait le président syrien à quitter le pouvoir.

 

Pendant ce temps à Jérusalem, des pierres, des pelleteuses, des logements, des constructions et des condamnations unanimes de la communauté internationale. L’ONU et son Conseil de sécurité s’empressent alors de voter une nouvelle résolution condamnant les constructions israéliennes dans sa capitale et au-delà de la Ligne Verte.

 

L’ambassadeur d'Israël à l'ONU, Ron Prossor, a dénoncé les condamnations émises par le Conseil de sécurité contre les constructions israéliennes en Judée-Samarie. Dans sa déclaration, le représentant israélien aux Nations Unies déplore le silence du Conseil de sécurité sur la répression violente en Syrie, le terrorisme à Gaza, ou le nucléaire iranien. Un deux poids deux mesures dont l'État juif fait constamment les frais à l'ONU.

 

Au final, seul les pays arabes semblent prendre la situation syrienne au sérieux et relèguent la question du conflit israélo-palestinien au second plan. Des sanctions importantes ont été votées contre le régime du leader de Damas qui s’est vu, entre autre, interdit de siéger au sein de l’Assemblée de la Ligue arabe.

 

La Turquie aussi mène le front de la rébellion contre la Syrie. Le ministre des Affaires étrangères d’Ankara évoque en coulisse l’option militaire pour chasser Bachar El Assad du pouvoir mais comme la Ligue arabe, la Turquie attend de connaitre les véritables positions de l’Occident sur ce dossier sensible.

L’UNESCO SUBVENTIONNE UN REVUE PALESTINIENNE
POUR ENFANTS QUI GLORIFIE HITLER

David Ouellette

davidouellette.net, 22 décembre 2011

L’UNESCO, l’organisation qui vient d’intégrer «l’État de la Palestine» dans ses rangs, subventionne une revue palestinienne qui fait l’éloge du génocide des Juifs.

 

Zayzafuna, une revue pour enfants qui prétend faire la promotion de la démocratie et de la tolérance, a publié un article d’une Palestinienne âgée de 10 ans où elle raconte avoir parlé avec Adolf Hitler dans ses rêves. Selon la traduction de Palestinian Media Watch, un observatoire indépendant des médias palestiniens, la jeune Palestinienne demande au leader nazi: «Tu es celui qui a tué les Juifs?» Ce à quoi lui répond l’auteur de Mein Kampf: «Oui, je les ai tués pour que tu saches qu’ils sont une nation qui sème la destruction partout dans le monde».

 

Sans surprise, la subvention de l’UNESCO ne semble pas en péril. En réponse à une plainte déposée par le Centre Simon Wiesenthal, le bureau du directeur général de l’UNESCO a répondu: «Permettez-moi de souligner que l’UNESCO prend cette question très au sérieux et qu’elle ne peut que déplorer et condamner ces propos (…) Nous allons porter cette question à l’attention des autorités palestiniennes concernées».

 

Pour manifester son opposition à la reconnaissance de «l’État de la Palestine» par l’UNESCO, le Canada a annoncé qu’il ne bonifierait pas sa contribution actuelle pour compenser l’augmentation des dépenses encourues par l’adhésion de la Palestine à l’organisme.

VIOLENCE, HAÏNE, ET AGENDA POLITIQUES: UNE TERRE, DEUX PEUPLES, DEUX VISIONS DIFFÉRENTES.

 

 

 

SERMON DU VENDREDI SUR AL-AQSA: «MORT AUX JUIFS ET À L'AMÉRIQUE»
Dépêche

Memri.org, 9 décembre 2011

Ci-dessous des extraits d'un sermon du vendredi délivré à Gaza et diffusé sur la télévision Al-Aqsa le 2 décembre 2011. (Voir les extraits vidéo sous-titrés en anglais:

http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/3227.htm)

 

Prédicateur: Notre étendard est «Il n'y a d'autre dieu qu'Allah» ; notre slogan: «Allah est le plus grand» (…) et notre manteau:

«Mort aux Juifs et à l'Amérique».

(…)

Le prophète a dit: Le Jour du Jugement n'arrivera pas tant que vous n'aurez pas combattu les Juifs – vous à l'est du fleuve et eux à l'ouest. Alors les pierres et les arbres diront:

«Ô musulman, ô serviteur d'Allah, il y a un Juif derrière moi: viens l'abattre.»

Ils ne diront pas:

«Ô musulman occidentalisé…»

Ils ne diront pas:

«Ô musulman ignorant de sa religion…»

Ils diront:

«Ô musulman, ô serviteur d'Allah, il y a un Juif derrière moi: viens le tuer.»

Bientôt vous entendrez les pierres et les arbres crier: «Allah Akbar» et dire:

«Ô musulman, ô serviteur d'Allah, il y a un Juif derrière moi, viens le tuer

LES GRANDS RABBINS D'ISRAËL CONDAMNENT SANS RÉSERVE
LES VIOLENCES DE L'EXTRÊME DROITE

Kévin Chetrit

Guysen.com, 15 décembre 2011

Alors que la tension semble retomber quelque peu en Israël après les actes de vandalisme de ces derniers jours, l’ensemble de la classe politique Israélienne a fermement critiqué les adeptes du «prix à payer». Au concert de condamnations s’est joint une très large partie du monde religieux.

 

La condamnation est sans retenue. Les actes de vandalisme de ces derniers jours n’ont pas tardé à faire réagir avec vigueur le gouvernement Israélien. C’est en des termes forts que Benyamin Netanyahou a dénoncé l’attitude des jeunes militants adeptes de la politique du prix à payer.

 

«Il ne s’agit pas d’un crime idéologique il s’agit simplement de criminalité», a-t-il dit. «Il existe des lois dans ce pays il y a un gouvernement dans ce pays, il y a la démocratie dans ce pays. Personne n'est autorisé à enfreindre la loi».

 

Mercredi 14 décembre le chef du gouvernement a adopté les recommandations formulées par Yaakov Neeman et Yitzhak Aharonovitch les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure. Les fauteurs de troubles seront désormais jugés par des tribunaux militaires et non plus civils. Benyamin Netanyahou a en revanche rejeté la proposition visant à mettre les émeutiers au même niveau que les terroristes.

 

A l’unisson du Premier ministre le chef de la diplomatie Israélienne Avigdor Lieberman ont vivement condamné l'attaque de la base militaire d’Efraïm. «De tels actes causent des dommages énormes à la société israélienne», ont-ils déclaré. «Rien ne peut justifier de lever la main et de porter préjudice à des soldats de Tsahal. Il faut éradiquer ce phénomène à la racine».

 

Une très large partie des leaders religieux du pays se sont joints aux condamnations. Une délégation de rabbins conduite par le Grand Rabbin Sépharade d’Israël, le Rav Shlomo Amar, s’est rendue sur les lieux des heurts. Pour rappeler que «la Torah est opposée à la violence» et que «Tsahal est l'armée du peuple». (…)

 

Politiques militaires religieux tous sont d’accord: la colère de ces militants est contre-productive, et doit être combattue par tous les moyens.

AU BORD DU PRÉCIPICE
Joseph Facal

fr.canoe.ca, 15 décembre 2011

Je viens de passer les 10 derniers jours en Égypte, à Alexandrie et au Caire, pour enseigner. J'y avais déjà été en 2009. J'ai retrouvé l'Égypte qui ne change jamais, une masse grouillante, bruyante, klaxonnante d'humains qui finit par donner le vertige, des vendeurs de produits invendables qui sont en fait des mendiants, la quasi-absence de feux de circulation et de poubelles, le sublime et le sordide un à côté de l'autre.

 

EXTRÉMISME

 

C'est à Alexandrie, huit millions d'habitants, deuxième ville du pays, totalement ignorée des journalistes étrangers et des touristes, où j'étais basé, que les changements m'ont le plus frappé depuis mon dernier séjour. La ville est le bastion des ultraconservateurs religieux.

 

Beaucoup d'hommes ont en permanence une ecchymose sur le front à force de se cogner par terre avec ferveur pendant la prière. L'immense majorité des femmes porte maintenant le foulard islamique. Celles aux cheveux découverts sont très rares et appartiennent à la minorité copte, nom donné aux chrétiens d'Égypte. Le nombre de femmes totalement voilées a grimpé en flèche.

 

Dans les rues, les haut-parleurs diffusent des versets coraniques à répétition. Impossible d'y échapper. Pendant que je donnais mon cours, l'appel à la prière du haut du minaret me forçait à fermer la fenêtre pour être entendu de mes étudiants. Il y a de moins en moins de journaux étrangers ou de chaînes de télévision non arabes accessibles. La première phase des élections législatives vient d'avoir lieu. Les grandes villes votaient en premier. Ensemble, les deux formations religieuses extrémistes, les Frères musulmans et les Salafistes, ont obtenu plus de 60 % du vote. Quand les zones rurales, plus pauvres et analphabètes, voteront, le raz-de-marée islamiste sera encore plus fort.

 

Les partis laïcs ont été balayés. Les jeunes de la place Tahrir, qui ont lancé le mouvement qui fit chuter Moubarak, proposaient aussi quelques candidatures: elles ont été pulvérisées par le rouleau compresseur islamiste. Le résultat final ne fait guère de doute.

 

INQUIÉTUDE

 

Les premières déclarations d'intention des leaders islamistes locaux, totalement ignorées par les médias occidentaux, donnent froid dans le dos. La minorité chrétienne pense qu'elle va y goûter. Mes collègues universitaires basés là-bas, des Français pour la plupart, sont terriblement inquiets.

 

Les islamistes n'ont joué aucun rôle dans les soulèvements populaires du printemps, mais ils récupèrent maintenant à leur profit le désir de changement. Moubarak ayant fait le vide sur la scène politique pendant des décennies, les islamistes, qui étaient la seule force politique organisée en face de lui, cueillent aujourd'hui le fruit mûr. Les jeunes qui se sont levés pour la liberté seront cruellement déçus.

 

Je reviendrai sur les causes profondes de la percée islamiste. Je peux me tromper, mais j'ai senti que le pays arabe le plus peuplé est au bord du précipice.

LES ISLAMISTES ET LE SEXE DES FEMMES
Hélios d'Alexandrie
postedeveille.ca, 15 décembre 2011

Hélios d'Alexandrie traite de la vision islamiste du sexe des femmes dans le contexte de l'histoire du mouvement féministe en Égypte et du récent prêche d'un imam très connu dans ce pays, l'imam al Houieini, expliquant pourquoi la femme doit couvrir son visage. Le prêche est reproduit sur le site elaph.com, qui contient également une vidéo (en arabe).

 

Vers une République islamique des Interdictions

 

Les islamistes, particulièrement les plus «sincères» d'entre eux, sont convaincus d'avoir le vent dans les voiles. Enhardis par leurs succès électoraux en Égypte ils laissent tomber la taqqia qui les a si bien servis et s'en donnent à cœur joie. La surenchère est de mise entre les imams salafistes et les gros bonnets du parti salafiste el Nour (le parti de la lumière); ils prônent à l'unisson un retour pur et simple à l'obscurité des temps primordiaux de l'islam. Les caciques du parti se frottent les mains et préparent un menu législatif de leur cru qui fera de l'Égypte la République Islamique des Interdictions:

 

  • interdiction de produire, de vendre et de consommer de l'alcool,
  • interdiction pour les femmes de circuler le visage découvert (le niqab sera obligatoire),
  • interdiction pour les femmes de porter des hauts talons (même sous le niqab) pour ne pas exciter la concupiscence des mâles,
  • interdiction pour un couple de se tenir par la main en public,
  • interdiction de publier et de vendre les œuvres littéraires de Naguib Mahfouz (prix Nobel de la littérature) ; ses écrits font de lui un apostat de l'islam (Mahfouz ne sera pas seul longtemps et il est à prévoir que tous les auteurs égyptiens lui tiendront bientôt compagnie),
  • interdiction pour les touristes de sexe féminin de porter le bikini,
  • interdiction de la mixité dans les piscines pour les touristes.

 

La précédente liste n'est pas exhaustive, on ne saurait penser à tout mais on compte sur le zèle des militants et de ceux qui feront respecter ces interdictions pour colmater les éventuelles brèches que ne manqueront pas d'ouvrir les ennemis de l'islam.

 

Le féminisme égyptien et le visage de la femme dans l'islam

 

Les imams salafistes, eux, ont un gros problème avec le féminisme égyptien et pour cause: le mouvement féministe est né il y a plus de cent ans et c'est curieusement une femme voilée du nom de Hoda Chaaraoui (née Hoda Mohamed Soltan) qui a fondé ce mouvement. De retour de France où elle avait complété sa formation académique, Hoda a enlevé le voile qui lui couvrait le visage au moment où elle était accueillie par son père au port d'Alexandrie.

 

Son geste a fait sensation, il a en même temps frappé l'imagination des femmes et surtout celle des hommes, à tel point que dix ans plus tard on ne rencontrait que très peu de femmes voilées en public. Le voile a été relégué à la poubelle des coutumes, il est devenu le symbole de l'ignorance, de l'obscurantisme et de l'asservissement des femmes. En se débarrassant du voile, les Égyptiennes ont réclamé de nouveaux droits: le droit à l'instruction, le droit à la protection contre les abus de la charia dans le champ matrimonial: restrictions sur la liberté de se déplacer, polygamie, divorce abusif, violence conjugale etc. Le droit de vote est arrivé plus tard et il s'est accompagné du droit de se porter candidate pour un poste électif. Le succès de Hoda Chaaraoui et du féminisme était tel, que durant les années trente et quarante, les épouses et les filles de l'imam d'al Azhar, comme celles des dirigeants du parti des frères musulmans, sortaient tête nue, allaient fréquemment chez le coiffeur et arboraient des toilettes à l'occidentale!

 

On comprend pourquoi les imams salafistes veulent «régler leurs comptes» avec le féminisme en général et avec Hoda Chaaraoui en particulier, cet épisode édifiant de l'histoire de l'Égypte moderne pèse lourd sur leur estomac. En effet, le rejet du voile par la population égyptienne au début et au milieu du vingtième siècle équivaut pour eux au rejet de l'islam, donc à l'apostasie ; si on suit leur raisonnement, l'Égypte au complet a renié l'islam et on en vient à la conclusion logique que c'est par le rejet de l'islam que l'Égypte a réussi à sortir de l'arriération. Cette équation islam = arriération est difficile à admettre pour les islamistes, d'où leur besoin de démolir l'image de Hoda Chaaraoui et de stigmatiser à jamais l'élan que cette femme a donné à l'Égypte à travers le mouvement féministe qu'elle a incarné.

 

Comment démolir l'image de Hoda Chaaraoui sans parler de la lutte qu'elle a menée pour la dignité des femmes et pour tirer l'Égypte de l'arriération? À cette question difficile l'imam salafiste Abou Ishaq al Houeini a voulu répondre dans un prêche adressé récemment à des militants. Malheureusement pour lui, son discoursa été filmé et par la suite diffusé partout via internet, Facebook, Twitter et Youtube. L'imam al Houieini y est allé de sa description des évènements entourant le geste historique de Hoda Chaaraoui quand elle a enlevé son voile publiquement en présence de son père. L'imam prétend que son père, qui occupait la haute fonction de président de la chambre des députés (l'assemblée nationale), a été catastrophé par son geste:

 

«Imaginez une femme qui découvre son visage en public, quelle catastrophe, pensez-y un instant, le visage de la femme c'est comme sa vulve!»

 

Entendre par là: le geste de Hoda Chaaraoui c'est de la grossière indécence, que les musulmans et les musulmanes se le tiennent pour dit, Hoda Chaaraoui est une impudique, dans le langage des islamistes c'est une pute et vlan!

 

L'imam al Houeini croyait frapper un grand coup, mal lui en prit car la réaction des gens n'a pas tardé à se manifester. Le public a retenu l'équation de l'imam: le visage de la femme = sa vulve. Les niqabées ont été les premières à se sentir humiliées par l'équation, les pauvres elles ignoraient que leur visage était une partie honteuse, jusque là l'endoctrinement islamique les avait convaincues qu'en se cachant derrière le niqab elles obéissaient à Allah et se rapprochaient de lui. Du coup le niqab, par la vertu de la rhétorique salafiste, a retrouvé sa fonction originelle. Pauvre niqab, d'instrument de libération de la femme il se trouve ravalé au rang de culotte ou de cache-sexe! (…)

LE HAMAS CÉLÈBRE LA MORT DE 1365 JUIFS ISRAÉLIENS
À L'OCCASION DE SON 24E ANNIVERSAIRE

Dépêche

philosemitismeblog.blogspot.com, 14 décembre 2011

Les terroristes du Hamas ont célébré le 24e anniversaire de l'organisation en organisant un défilé monstre à Gaza City. A l'occasion de cette commémoration, le Hamas a publié des statistiques et son bilan glorieux (merci l'Europe pour son amitié et sa générosité sans faille).

 

  • 1.848 "martyrs"
  • 1.365 Israéliens tués
  • 6.411 Isréliens blessés
  • 1.117 attaques terroristes
  • 87 missions suicide (menées par des bombes humaines)
  • 11.093 roquettes et obus de mortier lancés sur Israël

Il est clair que vous ne lirez pas ces magnifiques exploits dans vos quotidiens. Entre-temps, Mahmoud Abbas (reçu aujourd'hui pendant 40 minutes à l'Élysée par son ami Nicolas Sarkozy, qui se plaint que Benjamin Nétanayhou est un fieffé menteur) continue à mentir en prétendant que le Hamas a accepté les frontières de 1967 et une trêve.

 

LES MUSULMANS CHASSENT LES CHRÉTIENS DES TERRITOIRES PALESTINIENS
Manfred Gerstenfeld

france-israel.org, 15 décembre 2011
Adaptation Marc Brzustowski

Entretien de Manfred Gerstenfeld avec Justus Weiner

 

«Les territoires disputés de Judée-Samarie/Cisjordanie et de la Bande de Gaza sont administrés par l'Autorité Palestinienne (AP) et, depuis ces dernières années, par le Hamas. Sous ces régimes, les résidents arabes chrétiens sont victimes de violations fréquentes des droits de l'homme, comprenant l'intimidation, les coups, le vol de terre, l'incendie à la bombe d'églises et d'autres institutions chrétiennes, le déni d'emploi, le boycott économique, la torture, le kidnapping, les mariages forcés, le harcèlement sexuel et l'extorsion».

 

«Les Musulmans qui se sont convertis au Christianisme sont ceux qui sont en plus grand danger. Ils sont souvent laissés sans défense face à la cruauté des fondamentalistes musulmans. Les responsables de l'AP et du Hamas sont directement responsables de beaucoup de violations des droits de l'homme. Les Chrétiens arabes sont aussi victimes de la semi-anarchie qui caractérise la gouvernance de l'AP». (…)

 

«Traditionnellement, les Chrétiens et les Juifs ont reçu un statut social inférieur connu sous le nom de dhimmitude en Islam. Depuis ce jour, les attitudes musulmanes envers les Chrétiens et les Juifs sont influencées par les notions et préjugés que la dhimmitude a engendrés dans la société islamique. La persécution très répandue des Chrétiens dans divers pays sous domination musulmane apporte de nombreuses preuves de cela.

 

«Israël est l'unique exception au Moyen-Orient, où la population chrétienne a augmenté depuis 1948. Elle s'est accrue de plus de 400%. Cela inclut aussi des Chrétiens non-arabes, comme les Chrétiens russes qui sont venus en Israël en tant qu'époux/ses de Juifs.

 

«En tant que dhimmis, les Chrétiens vivant dans les territoires contrôlés par les Palestiniens font l'objet de restrictions légales, politiques, culturelles et religieuses débilitantes. Les groupes musulmans comme le Hamas et le Jihad Islamique ont construit une culture de haine sur les fondations séculaires de la société islamique. De plus, l'AP a adopté la loi islamique dans son projet de constitution.

 

«Dans un tel environnement, les Chrétiens arabes se sont retrouvés victimes de préjugés et de crimes haineux. Des dizaines de milliers de Palestiniens chrétiens ont abandonné leurs maisons ancestrales et émigré. Ils fuient vers presque n'importe quel pays qui leur fournira un visa. (…)

 

Weiner pointe du doigt que Yasser Arafat est celui qui a déterminé cette politique qui a conduit à ce changement démographique. «Après la prise de contrôle de Bethléem par l'AP, elle a redéfini les limites municipales des quartiers de la ville. Arafat a également défié la tradition en nommant un gouverneur musulman de la ville. Le Conseil de la ville de Bethléem, qui, selon la loi palestinienne, doit avoir une majorité chrétienne, a été pris d'assaut par les Musulmans. Huit des quinze sièges du conseil sont encore réservés aux Chrétiens, mais le Hamas contrôle le Conseil de la ville en utilisant des alliés chrétiens. Les efforts d'Arafat ont été couronnés de succès, lorsqu'il a converti le monastère grec orthodoxe près de l'Église de la Nativité en résidence personnelle à Bethléem.

 

«Les problèmes pour les Chrétiens à Bethléem sont typiques de ce qui se passé à travers tout le Moyen-Orient. Comme dans la société palestinienne, les Chrétiens arabes n'y ont ni porte-parole ni protection. Ce qu'ils vivent n'est pas étonnant. Du fait de l'émigration – certaines remontant à deux ou trois générations – soixante-dix pourcents des Chrétiens arabes qui résidaient, à l'origine, en Judée-Samarie/Cisjordanie et à Gaza vivent désormais à l'étranger. Des dizaines de milliers vivent à Sidney, Berlin, Santiago, Détroit et Toronto. L'émigration des Chrétiens arabes s'est démultipliée au cours de la dernière décennie, sans aucun terme prévisible.

 

«Il est couramment estimé que le nombre de Chrétiens vivant à Gaza totalise seulement 1500 à 3000 personnes au milieu d'1, 2 million de Musulmans. Probablement moins de cinquante mille Chrétiens, en tout et pour tout, demeurent à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et à Gaza.»

 

Weiner conclut: «Les crimes contre les droits de l'homme des Chrétiens arabes dans les territoires disputés sont commis par les Musulmans. Pourtant, de nombreux dirigeants palestiniens chrétiens accusent Israël de ces crimes plutôt que leurs auteurs réels. Ces patriarches et archevêques qui portent un titre chrétien arabe préfèrent obscurcir la vérité et mettent leur propre peuple en danger. C'est souvent pour obtenir des bénéfices personnels ou dû à l'intimidation. Une grande diversité de dirigeants chrétiens a adopté ce principe dans le monde occidental. D'autres qui sont au courant de ces crimes contre les droits de l'homme choisissent de se taire à leur sujet».

 

(Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d'Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d'entre eux traitent d'anti-israélisme et d'antisémitisme. Justus Reid Weiner est juriste international spécialiste des droits de l'homme et membre des Associations du Barreau d'Israël et de New-York.)

 

lessakele.over-blog.fr ©